Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 8 290 fois
  • 40 J'aime
  • 1 Commentaire

association de commerçants

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Voici quelques années que nous avons notre commerce. Malgré le travail, mon épouse est toujours très active dans les associations diverses, (notamment celles qui accueillent des hommes... lui permettant ainsi de faire son marché!)

Elle a donc décidé d’adhérer à l’association des commerçants de notre ville.

Au fil des mois, elle m’annonce tout naturellement sa décision de faire partie du bureau, sachant pertinemment qu’elle aurait des réunions en soirée avec les autres membres.

Au mois de janvier, lors de l’assemblée générale, elle me présenta jean Philippe, un nouvel adhérent qu’elle a elle même recruté.

Elle fait en sorte qu’il soit élu vice président de l’assos.

Je pense savoir de quelle manière, mais bon, je ne dois pas voir le vice partout.

Voici quelques jours en cherchant l’adresse d’un client sur son téléphone portable, je découvris des textos et messages à double sens de jean Philippe.

Ma curiosité et mon imagination sont émoustillées.

Ma coquine a un amant?

Afin d’en être sûr, je décide donc de la suivre.

Mardi matin, elle s’habille sexy, porte jarretelles noir avec ses bas noirs que je lui ai offert pour noël, sans oublier un soutien gorge à balconnets lançant sa belle poitrine pratiquement libre. Son sexe se dressa instantanément. Je lui caresse les fesses, ayant envie d’un câlin avant la journée de labeur qui nous attend. Elle me repoussa la main et la bouche en cœur, elle m’annonce une réunion en comité restreint du bureau, elle, le président et jean Philippe ; qu’elle n’avait pas le temps pour des galipettes.

Elle enfila une jupe en cuir noir et un chemisier blanc légèrement transparent, laissant deviner ses seins, par-dessus elle mit une veste en cuir.

Après son départ, je me rends à notre boutique et demande à notre chef des vendeuses de transférer les appels de mon épouse sur mon portable.

Sachant que les fenêtres de la réserve et des bureaux du magasin de jean Philippe donnent dans une ruelle derrière, je décide de m’y rendre.

A mon arrivée, j’entendis des voies à travers le verre de la fenêtre.

Je m’approche. Regarde par la vitre, ma douce est à son ordinateur portable. Derrière elle, le regard de jean Philippe plonge entre ses seins, à l’étroit dans son chemisier.

Au fond du bureau, j’aperçois deux autres hommes, le plus grand est le président de l’association, Pierre, que je connais bien. Le deuxième, m’est inconnu. J’apprendrais plus tard qu’il s’agit du président de la CCI de notre ville.

Les discussions vont bon train, les subventions et les festivités associées sont le centre de la conversation. Alors que rassuré, j’allais repartir , j’entendis ma douce se plaindre de la chaleur, tournant le regard vers elle, je la vis déboutonner deux boutons de son chemisier, laissant apparaître très clairement l’auréole de ces seins. Toujours derrière elle , JP laissa ses mains glisser dans l’encolure du chemisier. Mon épouse repoussa sa tête sur le ventre de JP, lui donnant ainsi son approbation et s’offrant un peu plus à lui.

Pierre et l’autre homme se rendirent vite compte de la situation, et trop heureux de la tournure de la réunion, rejoignent les amants.

Les seins de mon épouse sont dégagés du chemisier dont les pauvres boutons ne résistent pas aux mains des trois compères. Je vis le corps de ma coquine de femme, être recouvert des baisers de ses amants d’un jour, ses seins malaxés et sucés. Elle-même ne reste pas inactive. Sa bouche est occupée par la bite de JP, plutôt courte mais d’un diamètre rare, environ 8 à 10 cm. Ses lèvres sont distendues par ce membre qui fait bien le diamètre de mon bras.

Corinne se relève, pour mieux se mettre à genoux au milieu des mâles en rut. Les sexes se succèdent dans sa bouche et entre ses mains. Elle se déchaîne et visiblement ses amants adorent.

Voyant le plaisir monter, ils décident de la prendre, JP se couchant sur le dos invite Corinne à s’asseoir sur sa colonne de chair. Après un moment de lente descente, Corinne est remplie, elle cherche de l’air en ouvrant grand la bouche. La chevauchée commence, ondulant du bassin, le visage rougit par le plaisir, elle invite Pierre à lui donner sa queue à sucer. Elle le prend goulûment, comme à son habitude. L’autre homme s’approche timidement, elle lui prend le sexe à pleine mains et le masturbe. Le pauvre, visiblement peu habitué à ce genre de traitement, lui jouit dans la main en trois mouvements.

Corinne est très fière d’elle, elle adore dominer ses amants, les mener aux limites, à ses propres limites.

Le sourire aux lèvres, elle le remercie de l’offrande et dit :

-maintenant on va commencer à s’amuser, Pierrot, allez mon cul est libre et il a très faim…

La suite bientôt

Diffuse en direct !
Regarder son live