Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue {{{NB_VUES}}} fois
  • 175 J'aime
  • 12 Commentaires

Audacieuse belle-fille

Chapitre 2

Voyeur / Exhibition
Un peu plus d’un mois s’est écoulé depuis cet "incident" et malgré toute ma bonne volonté, mon beau-père m’obsède, le jour comme la nuit. J’ai bien essayé de ne plus y penser, mais mon esprit, lui, a décidé de me jouer quelques tours.
Ce jour là, je me réveille totalement en nage après un rêve érotique particulièrement réaliste. En acteur principal, mon beau-père, se masturbant à quelques centimètres de mon visage et moi, qui ouvre la bouche en espérant qu’il s’y plonge… avant de me réveiller en sursaut. Comme je regrette que ce rêve ait pris fin si subitement ! En fermant les yeux, je le revois si proche, son sexe gorgé de sang qui s’approche doucement de mes lèvres… cela semblait si réel !
Je sais pertinemment que c’est impossible qu’il soit vraiment venu : A quatre heures du matin, j’ai entendu sa voiture alors qu’il partait au boulot et l’heure qui s’affiche sur le réveil indique que l’alarme de six heures va bientôt retentir. Il n’empêche que ce rêve était si réaliste qu’en fermant les yeux je peux encore voir défiler ces délicieuses images.

Arrête d’y penser et va prendre une douche froide. Non mais n’importe quoi…Tu débloques complètement

Une douche c’est exactement ce qu’il me faut pour calmer mes ardeurs. Malheureusement, cela ne suffit pas.
Toute la matinée, je ne cesse d’y repenser. Impossible de se concentrer sur les cours, si bien que vers dix heures, je fais quelque chose de complètement inhabituel : j’envoie un SMS à Enzo, lui demandant s’il est dispo pour une pause déjeuner coquine. Je m’imagine déjà à ses pieds, sa bite glissant entre mes lèvres… Avec un peu de chance, en fermant les yeux cela fera illusion et j’aurais l’impression de sucer mon beau-père.
Pourtant, à midi, toujours pas de nouvelles de mon petit copain. Que faire ? J’ai vraiment trop envie de sexe, ça en devient presque vital…
Oh et puis zut ! Malgré le peu de temps dont je dispose, je décide de rentrer à la maison pour une petite séance avec le jouet de ma mère. Il faudrait vraiment que je songe à m’en acheter un. Devoir l’emprunter et se contenter de quelques rares occasions, c’est dommage quand même…

Cette fois-ci, je prévois le coup et m’installe à la salle de bain, dans la douche. Pas besoin d’allumer l’eau, c’est juste au cas où il y aurait quelques écoulements impromptus. Fermant les yeux, je me remémore chaque seconde délicieuse de ce rêve qui m’a tant chamboulée. Entièrement nue, je caresse ma poitrine, fais rouler les pointe durcies entre mes doigts, tout en m’imaginant que ce sont les siens. Puis mes mains descendent plus bas, écartant mes lèvres pour faire sortir de sa coquille mon clitoris
  Je prends tout mon temps, savourant de longues minutes chacune des vitesses de ce précieux accessoire. Aucune idée de combien il en est pourvu mais là, je sens que la prochaine risque de me faire jouir instantanément.
La porte de la salle de bain s’ouvre alors sur mon beau-père, en boxer et tee shirt, signe qu’il comptait prendre une douche.
Merde c’est vrai que le vendredi il rentre plus tôt !
Ce dernier s’immobilise immédiatement en voyant la scène qui se déroule sous ses yeux. Le temps semble comme suspendu. Aucun de nous n’ose bouger ou dire quoique ce soit durant cette fraction de seconde. Mais c’est sans compter le jouet, qui inflige encore à mon pauvre clitoris de délicieuses aspirations. Mon doigt appuie alors de lui-même sur le bouton, déclenchant alors la fatale vitesse qui me fait automatiquement vriller.
C’est en gardant les yeux rivés sur lui que je me laisse aller à la jouissance, soupirant, gémissant tandis que mon plaisir coule sur le sol de la douche. Luke reste paralysé pourtant, dans ses yeux et dans son boxer, je peux voir le désir qui le consume. Alors que je baisse la tête pour constater l’ampleur de la flaque à mes pieds, il en profite pour s’en aller, sans m’adresser un seul mot.
Maintenant que les vapeurs de l’orgasme se sont envolées, la honte prend les rênes et je me rends compte de ce que je viens de faire. J’aurais dû m’arrêter en le voyant mais c’était impossible…

Impossible mon oeil. Tu avais juste envie qu’il te matte.

C’est vrai. M’exhiber ainsi devant lui était l’expérience la plus excitante de ma vie. Complètement immorale, mais tellement délectable ! Est ce que je regrette ? Absolument pas, même si croiser son regard va maintenant être plus que gênant. Pire encore, je dois bien l’avouer, j’aurais préféré qu’il ne prenne pas la fuite, mais qu’il s’approche et me touche…

N’importe quoi. S’il en avait vraiment eu envie, il l’aurait fait. Or, il a fait quoi ? Il a fui. Faut te faire à l’idée, tu ne lui plais pas, c’est tout.

Dépitée, je sors de la salle de bain le jouet à la main, me demandant ce que je vais bien pouvoir en faire. La porte de leur chambre est fermée, Luke doit sûrement y être. Impossible de le remettre à sa place tout de suite. Je m’approche et colle mon oreille pour savoir s’il est vraiment là. Les soupirs et autres bruits distinctifs qui s’en échappent font subitement bondir mon cœur : mon beau-père est en train de se masturber et ce, juste après m’avoir vue jouir dans la douche ! Grisée par cette découverte, je ne peux m’empêcher de sourire en revenant dans ma chambre.

Finalement, je ne le laisse pas si indifférent que ça. C’est sans doute la morale qui le retient encore. Si je veux qu’il se passe quelque chose, je vais devoir le provoquer un peu. En suis-je capable ? Et ma mère dans tout ça ?

Ta mère ! C’est seulement maintenant que tu y penses ? Bravo fille indigne !

En même temps, ils sont vachement moins proches depuis que ma mère a changé d’agence. Il faut dire aussi qu’elle travaille de plus en plus tard, laissant peu de place à sa vie de famille. Et lorsqu’elle est là, elle est en permanence de mauvaise humeur, grognant sur nous à la moindre contrariété. Leur couple bat clairement de l’aile…Peut-être que je me raconte des histoires pour étouffer mes scrupules, mais j’ai quand même l’impression que Luke n’est plus heureux avec elle.
Justifie-toi autant que tu veux, tu sais très bien que tu vas la faire souffrir. Est-ce qu’elle le mérite ?
Non, bien sûr que non. Elle est la seule famille qu’il me reste, je ne peux pas la faire souffrir ainsi en draguant son mari. Même si j’en meurs d’envie….
Diffuse en direct !
Regarder son live