Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 53 602 fois
  • 70 J'aime
  • 6 Commentaires

Aurélie l'incestueuse

Chapitre 1

Trash

Je m’appelle Aurélie, j’ai 18 ans et je suis en classe de terminale dans un lycée de la banlieue parisienne. Mon père est cadre supérieur dans une grande société industrielle, et ma mère a consacré sa vie de femme à la famille. J’ai également un frère de deux ans mon cadet et qui est également au même lycée que moi. Physiquement, je mesure 1 m 64 et pèse 53 kg. J’ai des cheveux mi longs châtain foncé et pour le reste, je pense être dans une bonne moyenne, et quand je vois combien j’attire les garçons j’en déduis que mon physique ne doit pas être rebutant.


Comme beaucoup de villes françaises, celle où j’habite avec mes parents est jumelée avec d’autres villes étrangères pour faciliter les échanges inter européens. Notre ville est donc jumelée avec une ville anglaise, une ville allemande et une ville italienne. Pour favoriser le rapprochement des jeunes, il nous arrive fréquemment de recevoir une classe correspondant à la notre dans notre lycée, puis à notre tour, de nous rendre dans cette même classe. Cette année, c’est notre classe qui a été désignée pour accueillir une classe correspondante d’Allemagne. Nous nous préparons pour recevoir le mieux possible les élèves allemands. Chaque famille doit héberger un élève du même sexe de préférence et lui faire partager la vie familiale.


Nos professeurs ont donc prévu depuis plusieurs semaines qui hébergerait qui, et je sais que c’est Anna qui viendra partager la vie de notre famille pendant deux semaines, et à mon tour, j’irai dans sa famille dans quelques mois. Je pense que cette répartition a été organisée en fonction des critères de chaque famille, en essayant de mettre en relation des jeunes appartenant à des milieux sociaux comparables, ayant approximativement les mêmes goûts la mêmes façon de vivre et les mêmes niveaux de réussite scolaire afin qu’ils puissent lier des liens durables.


Nos correspondant doivent donc arriver un vendredi soir au lycée et rester deux semaines complètes pour ne repartir que le lundi matin, offrant la possibilité de passer trois W. E. ensemble.


C’est donc tout émoustilles que nous attendons l’arrivée sur le parking du car qui est allé les chercher à l’aéroport de Roissy Charles de Gaule. Mes parents m’accompagnent car, bien qu’habitant à proximité du lycée, il faudra porter la ou les valises jusqu’à la maison. L’un de nos professeurs est allé chercher nos invités à l’aéroport et nous tient au courant de l’avancement grâce à son téléphone mobile. Nous apprenons une première fois que l’avion a une demi-heure de retard, et un soupir de dépit s’élève parmi nous. Puis il nous rappelle pour nous annoncer que l’avion s’est parfaitement posé et qu’il les attend après le passage de police. Enfin il nous annonce que tout le monde est là et embarque dans le car pour nous rejoindre.


Nous sommes tous tendus car nous allons découvrir dans quelques instants nous nouveaux amis qui vont partager notre vie et nous cours pendant deux semaines. Enfin, nous voyons déboucher le car sur le parking et un grand cri d’allégresse jaillit de nos poitrines. Le car s’immobilise et nos professeurs nous annoncent que nos amis allemands vont descendre un à un et que l’élève de notre classe qui le prendra en charge ira le chercher à la porte du car. Commence alors un lent appel de mes camarades, et je sens la tension qui monte progressivement en moi au fur et à mesure que les arrivants descendent du car. Il ne reste plus que quelques élèves dans le car et j’ai soudain une angoisse : et si Anna avait été empêchée au dernier moment. Et non, j’entends enfin son nom et je me précipite pour l’accueillir. Naturellement je l’embrasse sur les joues et je l’entraîne vers mes parents qui attendent à quelques pas. Je fais rapidement les présentations en français, car c’est une exigence de ces échanges : on parle français en France, et on parlera allemand lorsque nous irons chez eux, avec une tolérance en cas de difficultés.


Nous prenons la valise d’Anna et revenons rapidement à la maison. En arrivant, ma mère me dit :


— Aurélie, tu devrais montrer votre chambre à Anna et l’aider à défaire sa valise. En même temps tu lui montrera les commodités.


Nous allons donc dans ma chambre que je vais partager avec Anna durant son séjour en France. Je lui montre la penderie que je lui ai dégagée ainsi que la commode que je mets à sa disposition. Je la laisse défaire sa valise et lui propose après :


— Si tu le désires, voici la salle d’eau qui nous est réservée et si tu veux prendre une douche avant de dîner, ne t’en prives pas. Tu n’as qu’à utiliser le linge de toilette que ma mère a préparé pour toi.


Elle se tourne vers moi et me répond :


— Je te remercie. Une douche va me faire du bien, car nous nous sommes levés tôt ce matin, et avec l’avion, je ne me sens pas très propre.


Elle retire alors son pull de voyage et fait glisser son jean. Elle m’apparaît en slip et soutien-gorge. Sans plus de façon, elle retire alors son soutien-gorge et fait glisser son slip. Elle se tourne vers moi et me déclare :

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


— J’espère que cela ne te gène pas de me voir nue, mais dans ma famille nous avons l’habitude de nous promener dans la maison sans faire attention à la tenue dans laquelle nous sommes.


— Cela ne me gène nullement, mais je te demande de ne pas te promener nue en dehors de ma chambre. N’oublie pas que nous sommes des latins et que nous n’avons pas la même approche du corps et de sa nudité.


— Entendu, je vais faire très attention.


J’en profite pour admirer son corps superbe qu’elle ne me cachait pas. Elle était blonde comme moi j’étais châtain. Elle doit être très légèrement plus grande que moi. Sa poitrine est également plus forte que la mienne mais ses seins se tiennent fièrement. Ses auréoles sont rose clair avec des mamelons qui se dressent fièrement. J’en déduis qu’elle est quand même excitée quoi qu’elle en dise. Son pubis est blond comme les blés et parfaitement dessiné, formant un triangle indiquant la direction de son sexe.


Elle se dirige donc vers la douche et je l’entends qui fait sa toilette. Je suis troublée par la vision qu’elle m’a offerte de son corps. Je revois ses seins offerts, sa toison toute blonde et frisée, et tout ce que l’on peut deviner entre ses jambes de déesse. Je me sens excitée par la vision qu’Anna m’a donnée de sa beauté.


Anna sort de sous la douche et entre dans la chambre en finissant de s’essuyer. Je suis tellement troublée et excitée par ma nouvelle amie que je sens le besoin de prendre également une douche qui j’en suis certaine me fera le plus grand bien. Sans réfléchir, et par habitude, je commence à me déshabiller dans la chambre. Ce n’est qu’en entendant Anna que je me rappelle qu’elle est à côté de moi.


— Mais tu es vraiment châtain. Je ne pensais pas que c’était ta vraie couleur, mais comme tu es, tu ne peux plus me le cacher. Tu sais que tu es très jolie, tu n’as pas les kilos superflus qui me font trop grosse.


— Ne dis pas de bêtises, tu n’es pas grosses. Nous n’avons pas la même corpulence, c’est tout. Regarde, mes seins sont trop petits. Je trouve que je n’ai pas assez de poitrine.


— Je trouve que tu es très jolie, et je connais plus d’un garçons qui aimerait te voir comme tu es en ce moment.


Je réalise que pour la première fois de ma vie je me trouve entièrement nue en présence d’une autre personne. Brusquement, cela me gène beaucoup et je file sous la douche. Je me frotte minutieusement sur tout le corps. Avec mes mains j’étale le gel douche et me masse lentement. Je m’attarde longuement sur ma poitrine et masse doucement mes seins dont les pointes se durcissent. Je sens les mamelons tout durs entre mes doigts. Je les pince, les tords à me faire mal, mais tout au contraire, cela me fait un effet torride. Je sens que mon sexe mouille énormément. Avec l’une de mes mains je me savonne le ventre, en m’approchant lentement des poils frisés de mon pubis. Je ne me suis jamais vraiment caressée, mais plusieurs de mes amies de lycées qui le font régulièrement m’ont expliqué comment faire. J’en ai une envie terrible. Mes doigts commencent à courir dans ma toison et s’égarent entre mes jambes que je serre nerveusement. Elles parcourent le haut de mes cuisses et progressivement s’insinuent entre mes jambes toujours serrées. Je sens un plaisir inconnu m’envahir. Mes mais remontent lentement pour se diriger dans las commissures entre mon pubis et mes cuisses. C’est extrêmement doux. J’arrête l’eau et je m’assois dans le bac à douche. Soudainement, n’y tenant plus, j’écarte les jambes et applique l’une de mes mains sur mon sexe. Je suis surprise de constater qu’il est entièrement mouillé, mais d’un liquide qui est loin d’avoir la consistance de l’eau savonneuse. Je découvre mon miel intime. Je ne me contrôle plus. Mes doigts écartent mes grandes lèvres qui sont douces et toutes mouillées également. Je pose enfin l’un de mes doigts sur mon clitoris qui n’avait pas attendu cela pour être fièrement dressé dans son tabernacle. Je le pince très fort, puis le caresse en décrivant de petits cercles tout autour. Je n’en peux plus et je me mets à le caresser de plus en plus fort jusqu’à ce que ma jouissance explose pour la première fois de ma vie et inonde complètement ma main. Je n’en peux plus, je suis pratiquement prostrée dans la douche, les jambes écartées au maximum. Je me détends enfin et ma respiration reprend un rythme normal.


C’est Anna qui me tire de ma douce torpeur en m’appelant discrètement :


— Aurélie, je crois que tes parents nous appellent pour passer à table.


— J’arrive, le temps de me rincer.


J’ouvre les robinets en grand et l’eau en venant cingler ma peau me réveille complètement. Je m’enveloppe dans mon peignoir de bain et m’essuie rapidement. En entrant dans ma chambre je vois qu’Anna est toujours entièrement nue et cherche dans ses affaires. Elle me regarde avec un petit sourire, mais je ne saurai jamais si elle sait ce que je viens de faire sous la douche. Elle me dit avec un sourire enjôleur :


— Comment doit-on s’habiller pour dîner. Je ne connais pas bien vos habitudes.


— Comme tu veux, nous n’avons pas de protocole. Moi, je mets juste un pull et un pantalon de toile, et je reste en pantoufles.


Nous nous sommes rapidement habillées et avons rejoint mes parents et mon frère dans la salle à manger. Evidemment mes parents nous attendaient et étaient impatients de savoir si nous nous entendions bien Anna et moi. Mon père demanda :


— Alors votre voyage s’est bien passé ? et comment trouvez-vous la France?


— Je vous remercie, mon voyage s’est merveilleusement bien passé, mais je ne connais pas encore vraiment la France, mais le peu que j’ai pu voir me plaît énormément.


Le repas se passa comme d’habitude, et dès la fin du repas, ma mère nous conseilla à Anna et à moi d’aller faire un tour dans le grand parc qui est à proximité de la maison. Nous sommes donc sorties et nous marchons en silence. Anna passe alors son bras autour de ma taille et vient s’appuyer contre moi. Je passe également mon bras autour d’elle, et c’est ainsi que nous cheminons pendant un certain temps. Nous sommes bien l’une contre l’autre. Au bout de plusieurs minutes je lui dis :


— Je pense que tu dois avoir sommeil avec le voyage, et la douche n’a rien du arranger. Je te propose donc de rentrer pour nous coucher.


— Effectivement, la douche m’a fatiguée, surtout que je me suis levée assez tôt pour partir. Mais toi aussi, je crois que ta douche t’a bien fatiguée, car tu avais les yeux légèrement cernés en sortant de la salle d’eau.


Nous rentrons donc toutes les deux à la maison et allons directement dans ma chambre qui est devenue notre chambre. Il n’y a qu’un grand lit, puis que j’y vis habituellement seule, mais comme nous sommes toutes les deux des filles, cela ne pose pas de problème. A peine dans la chambre, je commence à me déshabiller et pendant qu’Anna est aux toilettes, j’enfile une chemise ce nuit. En revenant dans la chambre, Anna paraît très surprise et me dit ;


— Je suis très embêtée, je viens de penser que je n’ai pas pris de chemise de nuit. Tu comprends, à la maison, je dors toujours nue, et je n’ai pas pensé que je partagerai ton lit. Si cela te gêne, je peux en enfiler une des tiennes.


— Cela ne me gêne pas, et je ne pense pas que tu serais à l’aise avec une de mes chemises, ta poitrine est légèrement plus développée et cela te serrerait. Si tu as l’habitude de dormir nue, continue. Pour que tu ne sois pas gênée, je vais aussi dormir entièrement nue.


Joignant le geste à la parole, je fais passer ma chemise de nuit par dessus ma tête et la jette sur un fauteuil. Anna se déshabille et passe dans la salle d’eau pour une dernière petite toilette, mais je remarque qu’elle laisse la porte ouvert. Je la vois s’asseoir sur le bidet et commencer sa toilette intime. Elle s’attarde sur son intimité et j’ai l’impression qu’elle commence la même caresse que celle que je me suis faite quelques heures plus tôt sous la douche. Cela ne dure pas longtemps et elle regagne la chambre en me disant :


— Cela fait vraiment du bien, j’en avais besoin.


Je ne sais pas si elle veut parler de sa toilette ou de la caresse rapide qu’elle s’est prodiguée. Dès qu’elle a fini je passe à mon tour dans la salle d’eau et hésite à laisser la porte ouverte. Elle revient alors vers moi et me dit :


— Excuse moi, je me suis mal essuyée et je ne voudrais pas que cela m’irrite cette nuit.


Elle saisit une serviette et, en écartant largement les jambes s’essuie l’entrecuisse. Je suis sidérée, mais j’enjambe le bidet et m’installe pour faire ma toilette intime. En ressortant de la salle d’eau, Anna laisse la porte grande ouverte et ne manque pas de me regarder faire ma toilette. Je m’essuie avec soin et comme elle, ,’écarte largement les cuisses pour bien essuyer mon minou.


Ayant terminé, je viens me coucher, et cela me fait une drôle d’impression d’être nue dans mon lit et d’avoir à mes côtés Anna qui est nue également. Je me dis qu’il n’y a a pas de mal à cela et je prends un livre comme chaque soir, car j’adore lire avant de m’endormir. Anna paraît surprise et m’en fait la remarque :


— C’est drôle, tu lis toujours le soir quand tu es au lit ?


— Oui, cela me calme du stress de la journée, et me permet de m’endormir plus vite. Parfois, j’en profite pour réviser mes cours.


Anna se rapproche de moi et jetant un regard sur mon livre me demande :


— Qu’est-ce que tu lis ?


— Un roman historique. En France beaucoup d’écrivains écrivent ce genre de roman. Ils partent de faits réels et inventent une histoire.


— Tu veux bien que je lise avec toi ? Je n’ai pas encore lu beaucoup de romans en français, et si j’ai un problème de compréhension, tu pourras m’aider.


— Si tu veux, avec plaisir.


Anna vient donc contre moi pour que nous puissions lire le livres ensemble. Il s’agit d’un roman sur Paris à la fin du 17? siècle. Nous commençons donc notre lecture, et je sens le corps d’Anna contre le mien. De temps en temps, je suis obligée de lui expliquer une expression, ou parfois même comment était notre capitale il y a plus de trois cents ans. Nous poursuivons donc notre lecture et nos corps sont de plus en plus près l’un de l’autre. Tous à coup, je sens l’une de ses mains se poser sur moi, et je ne sais pas quoi faire. Ayant compris que pour elle il ne faut pas accorder trop d’importance à des gestes anodins, je la laisse faire en me disant qu’il sera toujours temps d’y mettre fin si j’estime qu’elle dépasse certaines limites que d’ailleurs je ne me suis pas fixées.


Nous restons donc blotties quelques instants, puis sa main vient se poser sur mon ventre. Elle me déclare alors :


— Aurélie, si cela ne te dérange pas, je vais essayer de dormir, car cette lecture a fini de me donner sommeil.


— Moi aussi, je vais dormir, en général je ne lis que quelques instants.


Nous éteignons nos lampes de chevet respectives, et je ferme les yeux. Je sens qu’Anna vient se blottir à nouveau contre moi. Je suis allongée sur le dos, et elle passe son bras sur moi, entourant mon ventre. Elle pose sa tête sur mon épaule et je sens ses cheveux étalés sur ma poitrine. Elle respire calmement, mais je sens le feu dans mon corps. Tout doucement je sens sa main qui remonte le long de mon corps et qui bientôt atteint l’un de mes seins. Elle la pose bien étalée en plaçant le mamelon entre deux doigts écartée. Je suis extrêmement excitée et ne sais plus quoi faire. Elle me murmure alors à l’oreille :


— Comme tu as la peau douce, tu es bien comme cela ? J’ai très envie de te caresser. Laisse moi faire. Mais avant réponds moi : as-tu déjà fait l’amour avec un garçon ou avec une fille ?


— Non jamais. J’ai déjà embrassé une fille, et j’ai déjà masturbé une fois un garçon, mais ce sont mes seules expériences.


— Laisse moi te guider, en te voyant tout à l’heure sous la douche, j’ai compris que je t’attirais, et j’ai envie de t’initier.


— Si tu veux ma chérie, mais je t’en prie sois compréhensive et douce.


— Aie confiance.


Anna se rapprocha encore de moi et je sens sa poitrine se serrer contre la mienne. C’est délicieux. Sa bouche se pose sur la mienne et je sens sa langue écarter mes lèvres. J’entrouvre mes lèvres à mon tour, et instinctivement j’écarte les dents pour laisser pénétrer sa langue dans ma bouche. Je sens son souffle chaud qui se mélange au mien, sa langue cherche la mienne et la trouve sans grande difficulté. Nous jouons ainsi quelques minutes qui me paraissent une éternité. Nous nous embrassons maintenant à pleine bouche et je lui rends son baiser. A mon tour je lance ma langue à la conquête de sa bouche où je me trouve bien. Anna est maintenant allongée sur moi, mais je ne sens pas son poids. Elle a posé ses mains sur ma nuque et tient fermement ma tête. Je suis ravie et je déguste ce premier baiser en me disant que celui que j’avais échangé avec une de mes camarades n’avait rien de comparable. Nous avons tout notre temps, et je ne ressens aucune gène d’être nue contre elle.


Nous restons enlacées un long moment. Anna a passé sa jambe sur la mienne et la place entre mes jambes, sa cuisse venant frôler ma petite chatte. J’écarte largement les jambes pour faciliter ce contact si doux. Elle me masse doucement avec sa cuisse et ce frôlement est absolument délicieux. Je sens que mon sexe est trempé de ma liqueur intime. Je ferme les yeux et savoure cet instant. Mon bassin entame des mouvements désordonnés et je frotte mon sexe sur sa cuisse. Elle-même se frotte sur ma cuisse. Nous harmonisons nos mouvements et nous nous contrôlons de moins en moins. Nos lèvres ne se quittent plus. Nos langues se cherchent, se trouvent soit dans ma bouche, soit dans celle d’Anna. Je suis de plus en plus excitée et donne de grands coups de ventre vers mon amie. Nous nous serrons de plus en plus fort. Je sens sa poitrine contre la mienne. Mes seins sont durs et me font mal tellement elle me sert. Mes mouvements désordonnés s’accélèrent encore. Je sens dans une demi inconscience que ma cuisse en contact avec le sexe d’Anna est toute gluante et poisseuse. Je pense que la sienne doit l’être aussi de toutes mes sécrétions. Je m’emballe et ne pense plus qu’au plaisir que nous nous donnons. Ma tête va de droite à gauche sur mon oreiller. Sa bouche a du mal à rester contre la mienne. Je tiens sa tête par la nuque pour que nos lèvres restent soudées. Brutalement, c’est l’explosion. Mon ventre est saisi de spasmes incontrôlés. J’écarte les cuisses au maximum. Je sens mon miel intime qui s’écoule de moi comme une fontaine. Je perds toute notion du temps. Heureusement pour nous, La bouche d’Anna empêche mon cri de délivrance de fuser et d’avertir toute la maison de ma jouissance. Alors seulement, je retrouve mon calme et je m’abandonne dans les bras d’Anna.


Je ne sais combien de temps je suis restée comme cela, complètement inerte dans les bras de mon amie. Je baigne dans une douce torpeur. Elle même semble calmée et je pense qu’elle somnole. Je sors lentement de la douce torpeur dans laquelle je suis. Je constate que nous sommes toujours dans la même position, la cuisse d’Anna sur ma vulve largement offerte, tandis qu’elle serre sa chatte sur ma cuisse. Je suis bien et je savoure cette sérénité. Doucement, je promène ma main dans le dos de mon amie et cela a le don de la faire renaître. Elle relève la tête et me gratifie d’un merveilleux sourire qui en dit long sur le plaisir qu’elle a pris. Elle vient me susurrer à l’oreille :


— Aurélie chérie, tu as aimé ?


— Oh oui. C’est la première fois que cela m’arrive, c’est divin.


Elle vient se lover contre moi et m’embrasse à nouveau à pleine bouche. Mais son baiser est différent. Il n’est plus conquérant comme tout à l’heure, mais plus sensuel. Elle bécote ma bouche, elle m’embrasse derrière l’oreille. Je m’écarte légèrement d’elle pour profiter de son corps splendide. C’est alors que je remarque que ma cuisse est toute luisante là où était posé son sexe. Je regarde immédiatement la sienne et je vois que moi aussi je me suis amplement répandu sur elle. Je lui en fais la remarque et elle me dit :


— Nous nous sommes donné beaucoup de bonheur toutes les deux, et tu peux constater que moi aussi j’ai beaucoup apprécié ce que nous avons fait. Maintenant laisse moi te nettoyer.


Sans attendre ma réponse, elle vient poser sa bouche sur ma cuisse et se met en devoir de lécher tout ce qu’elle y a déposé. Lorsque je suis à nouveau bien propre, il me vient l’idée de lui en faire autant. Je m’incline donc vers sa cuisse et tout en léchant mes sécrétions, je découvre son sexe largement ouvert qui continue à suinter légèrement. C’est la première fois que je vois un sexe féminin d’aussi prêt et j’en profite pour le détailler. J’admire ses grandes lèvres rose pâle bien ourlées qui je cachent pas les petites lèvres plus à l’intérieur. Je remarque également son clitoris qui émerge au sommet de ses petites lèvres, bien à l’abri de son capuchon. J’ai envie de l’embrasser, mais je me retiens en me disant que cela ne se fait pas, c’est trop sale.


Lorsque j’ai bien nettoyé mon amie, nous nous blottissons à nouveau et Anna vient me donner un baiser. Je suis surpris que ses lèvres n’ont plus le même goût. Pourtant cette nouvelle saveur que je découvre n’est pas la même que la mienne que je connais déjà pour m’être masturbée de temps en temps. Je comprends que toutes les femmes n’ont pas le même parfum intime. Notre baiser dure une éternité, puis Anna quitte ma bouche et dépose un autre baiser sur un de mes seins. Je ne suis pas choquée, et cela me est très doux. Je sens immédiatement mon mamelon se dresser fièrement entre ses lèvres et irradie une douce chaleur dans mes reins. Elle l’agace de sa langue qui en fait le tour, elle le mordille légèrement, je suis ravie de cette caresse. J’écarte les bras et je m’offre totalement à elle. Je sens alors une main qui s’insinue entre mes jambes qui sont largement écartées, et dans un mouvement instinctif, je les resserre immédiatement. Anna ne paraît pas surprise et me murmure gentiment.


— Aurélie chérie, n’aies pas peur, aies confiance en moi. Tu m’as dit que tu es vierge et je te respecterai. Mais tu mets bien des tampons de temps en temps. Moi je ne suis plus vierge, et je te promets de te donner encore plus de plaisir.


Ses paroles m’apaisent et je me détends dans ses bras. Lentement j’écarte mes jambes et je sens qu’Anna commence à caresser les poils qui dissimulent l’entrée de ma grotte. Pendant ce temps, elle continue ses baisers sur ma poitrine, allant du sein droit au gauche avant de revenir au premier. Je suis ravie et décide de me laisser guider par mon amie qui m’a promis de me respecter. Sa main se fait progressivement indiscrète à l’entrée de mon sexe et je sens un de ses doigts écarter légèrement mes lèvres. Ce contact est merveilleux et cent, mille fois plus agréable que quand je me caresse seule. Elle me caresse les lèvres intimes et j’éprouve une sensation de bien être. Elle se dirige alors vers mon clitoris qui se dresse sous son capuchon. Elle le découvre enfin et le titille lentement. Immédiatement je recommence à mouiller abondamment et je sens ma liqueur se répandre hors de moi. Elle accélère ses caresses et de son autre main elle malaxe l’un de mes mamelons, sa bouche s’occupant activement de l’autre.


Tout en continuant ses caresses avec ses main habiles, elle vient embrasser mon ventre qui est pris de spasmes incontrôlés. Elle titille mon nombril du bout de sa langue. J’adore. Puis elle pose ses lèvres sur ma toison et m’embrasse tendrement. Je sens son souffle chaud sur mon pubis, et cela me fait un drôle d’effet. Je suis complètement subjuguée et laisse mon amie toute à son initiative. Arrivera ce qui doit arriver. Je sens son souffle gagner les lèvres intimes, et sa bouche se pose à l’entrée de ma vulve. C’est merveilleux. Je ne puis décrire ce qui m’arrive. Je mouille de plus en plus, et je comprends qu’Anna boit directement à mon calice tout ce que je lui offre. Sa langue caresse mes grandes lèvres avant d’aller s’attarder sur mon bourgeon d’amour qui n’attendait que cela. Sa langue me pénètre enfin à mon grand plaisir et je mouille de plus en plus.


Pendant toute cette opération Anna s’est progressivement placée tête bêche par rapport à moi pour être plus à l’aise. Je vois donc son minou à quelques centimètres de mon visage. Je ne sais pas quel instinct me pousse, mais à mon tour je pose mes lèvres sur son pubis où je rencontre ses poils soyeux. Elle écarte largement les jambes et pré’sente alors son sexe à ma vue. Je peux à nouveau l’admirer, et je constate qu’il m’attire comme un aimant. Je passe mes bras autour de sa taille et je l’attire vers moi. Tout à coup, sans réfléchir, je pose ma bouche sur sa vulve et je commence un long baiser intime. Je vois qu’elle aussi mouille abondamment et comme elle, j’avale toutes ses sécrétions au fur et à mesure qu’elle me les offre. Instinctivement, je trouve les caresses à lui prodiguer et ma langue va à la recherche de son clitoris qui est encore bien caché au sommet de son sexe. Elle me dit dans un souffle qui me fait chaud :


— Continue chérie, j’adore. Tu es formidable.


Je ne fais pas prier plus longtemps et je fais pénétrer ma langue au sein de son tabernacle. Nous sommes maintenant unies toutes les deux. Nous nous donnons un plaisir énorme. Elle a passé ses mains sous mes fesses pour maintenir mon sexe contre sa bouche malgré les mouvements désordonnés de mon bassin qui se lance dans tous les sens au gré de ma jouissance. Je suis également obligée de la tenir tellement elle remue. Mais je la maintiens d’une seule main, l’autre est partie à la recherche d’un sein qu’elle trouve rapidement. Pendant que ma langue la fouille, ma main triture son mamelon qui est dur comme du bois. J’entends ses soupirs et moi même je râle de bonheur. Nous profitons l’une de l’autre et cela me procure un bonheur immense. Brusquement, elle s’effondre sur moi au moment précis où je jouis abondamment et elle me gratifie d’une jouissance abondante que j’ai peine à boire.


Nous restons ainsi pendant un temps qu’il m’est impossible d’évaluer. Nous sommes bien et calmées dans mon lit qui accueille pour la première fois de tels ébats. Elle se redresse enfin et vient m’embrasser. Nous mêlons à nouveau nos saveurs, mais à l’inverse de tout à l’heure, c’est moi qui ai les siennes tandis qu’elle me donne mon parfum. Cela est merveilleux et nous échangeons les restes de miel qui tapissent encore nos bouches. Reprenant lentement mes esprits je lui dis :


— Je pense que nous devrions aller prendre une douche et dormir, car demain nous avions prévu avec mes parents de te faire visiter un peu Paris.


— Tu as raison il va falloir dormir, mais nous prendrons une douche demain, j’ai envie que nous gardions chacune les odeurs intimes de l’autre


— Entendu, à demain ma chérie.


Nous nous blottissons dans les bras l’une de l’autre et rapidement nous plongeons dans un profond sommeil réparateur


Je dors encore lorsque j’entends vaguement une voix qui dit à travers la porte :


— Aurélie, il serait temps de vous lever, tu sais que ton père a horreur d’être en retard et nous avons beaucoup de choses à montrer à Anna aujourd’hui.


Je ne réponds pas, étant trop bien dans les bras de mon amie. J’entends ma mère frapper discrètement à la porte. Je n’ouvre toujours pas les yeux et essaie de dormir encore quelques instants. Comme elle le fait parfois lorsque j’ai des difficultés à me lever, ma mère ouvre la porte pour me réveiller complètement. Alors elle découvre le tableau que nous lui offrons bien involontairement avec Anna. En effet, nous sommes toujours nues et enlacées dans les bras l’une de l’autre. Dans notre soif d’être blotties nous avons repoussé les draps au pied du lit, si bien que ma mère comprend aisément pourquoi nous avons des difficultés à nous lever. Elle entre donc dans la chambre en refermant la porte et va ouvrir les rideaux. Le jour nous réveille enfin Anna et moi, mais nous restons blotties. Ma mère qui ne me paraît pas offusquée le moins du monde nous dit alors :


— Je vois que vous avez fait connaissance et que vous semblez bien vous entendre. J’en suis ravie. Aurélie, tu te rappelle que nous avons projeté de faire découvrir Paris à notre amie, alors il est déjà près de 9 h et il serait temps de vous apprêter.


— OK Maman, te temps de prendre une douche de nous habiller et nous arrivons.


Je m’aperçois que pendant toute cette scène, Aussi bien Anna que moi-même, nous n’avons esquissé aucun geste pour nous couvrir. Manifestement ma mère a compris à quels jeux nous avons occupé une partie de notre nuit. Elle ne paraît pas nous en tenir rigueur, et cela me surprend. Pour gagner du temps nous prenons notre douche ensemble et nous savonnons mutuellement. Bien évidemment nos mains s’égarent et nous nous donnons rapidement un peu de plaisir. Mais nous n’avons pas le temps de nous faire jouir mutuellement. Nous nous habillons rapidement et nous retrouvons avec la famille dans la salle à manger pour le petit déjeuner. Ma mère nous regarde avec bienveillance et je ne sais pas qu’en penser. Pendant que nous finissons de nous préparer, ma mère m’attire à l’écart et me dit le plus sérieusement possible :


— J’ai pu remarquer ce matin que tu t’entends particulièrement bien avec Anna, mais pense que ce n’est qu’une amie pour quelques jours. Il serait dommage que tu fasses trop de bêtises avec elle. Par contre si cela te permet de former ta sexualité, je ne peux que t’encourager à te rapprocher d’elle. Tu sais, moi aussi, avant de connaître les hommes j’ai eu des aventures avec des filles. Je dois t’avouer que j’ai même eu une relation très intimes avec une femme alors que nous étions déjà mariés avec ton père. Mais penses bien que l’amour entre femmes ne pourra jamais remplacer les relations entre femmes et hommes et que le meilleur pour une femme est d’être pénétrée par un homme. Maintenant ma chérie, fais comme bon te semble, je ne te critiquerai jamais, mais pense à ce que je viens de te dire.


Je suis abasourdie. En un peu plus d’une heure, ma mère m’a trouvée nue enlacée avec une étrangère dans une pose particulièrement impudique, puis m’a avoué avoir eu des relations homosexuelles avant et après son mariage, et en prime les termes employés laissent supposer qu’elle a connu plusieurs hommes avant mon père. Je sens la nécessité de faire le point. Mais ma mère me serra dans ses bras et en m’embrassant affectueusement sur les joues insiste :


— Aurélie, ma chérie j’ai remarqué depuis quelque temps l’éveil de ta sexualité. Je pense que c’est un bien. Vois-tu à lorsque j’avais ton âge, ce que nous craignions le plus, nous les filles, c’était de nous retrouver enceinte car pour avoir la pilule, il fallait l’accord parental, et tu t’imagines si je l’avais demandé à tes grands parents. Mais maintenant, ce que tu dois craindre, c’est le SIDA. Donc promets moi, à partir de maintenant d’avoir toujours des préservatifs à portée de main. En voici trois, je pense que pour le moment cela doit te suffire, mais n’hésite pas à te confier à moi.


Je suis de plus en plus éberluée. Moi qui voyais ma mère en femme coincée, je n’en reviens pas. Je me rends compte que n’ai encore jamais de conversation aussi sérieuse avec qui que ce soit. Même avec mes meilleures amies du lycée, je ne parle pas aussi librement des problèmes sexuels.


La journée se passe comme prévu et mes parents nous font visiter quelques lieux cultes de Paris. Anna veut absolument monter à la Tour Eiffel qui est dans le monde entier le symbole de notre capitale. Mes parents nous attendent en bas, ayant besoin de se reposer un peu. Pendant cette visite, je fais part à mon amie de la conversation que j’avais eue le matin même avec ma mère. Elle est aussi surprise que j’ai pu l’être moi-même. Elle se sert encore plus fort et me glisse à l’oreille :


— Tu as une chance inouïe ma chérie. Vois-tu, chez moi, comme je te l’ai dit, nous n’avons pas la pudeur des latins, et nous nous montrons nus sans aucune gène, mais je ne peux pas m’imaginer avoir ce genre de discussion avec ma mère. Je suis certaine que je ne saurai jamais rien de sa sexualité. Toi, tu vas avoir une amie formidable à qui tu pourras tout raconter et qui pourra te conseiller.


— Tu as raison, mais je m’étais fait une image de mes parents qui est maintenant dépassée. Je me suis prise dans la voiture tout à l’heure à m’imaginer mes parents en train de faire l’amour. Je n’y avais jamais pensé auparavant.


La journée se termine enfin et nous rentrons à la maison passablement fatigués, surtout que aussi bien Anna que moi, nous n’avons pas beaucoup dormi la nuit dernière. Après le repas, ma mère nous regarde Anna et moi et nous dit très sérieusement, mais un petit sourire équivoque :


— Je pense que nos jeunes filles doivent avoir envie d’aller se coucher de bonne heure, la journée a été fatigante et elles doivent avoir hâte de faire encore plus ample connaissance.


Mon amie et moi nous regardons et je manque d’éclater de rire en entendant les propos de ma mère. Nous nous éclipsons donc dans ma chambre, heureuses de nous retrouver entre nous deux avec la bénédiction de mes parents. Nous sommes à peine dans la chambre que nous nous jetons dans les bras l’une de l’autre. Nous échangeons un long baiser mêlant nos langues. Nous sommes serrées l’une à l’autre. Nous nous dévorons. Sans réfléchir, je passe ma main sous la jupe d’Anna et caresse ses fesses à travers son slip. Elle m’en fait autant. Je baisse légèrement son slip pour dégager ses fesses et je peux enfin sentir sa peau si douce sous mes mains. Dire que j’attends ce moment là depuis ce matin. Je fais passer un doigt entre ses fesses et je parcoure le sillon qui les sépare. Anna se serre encore plus contre moi et ronronne de plaisir. Une idée me traverse l’esprit : s’est-elle déjà fait sodomiser?


Nous restons un long moment unies comme cela au milieu de la chambre. Puis, mon amie commence à déboutonner mon chemisier et vient insérer son nez entre mes seins. Elle me fait savoir que cela lui procure un plaisir immense :


— Aurélie chérie j’adore ton odeur, j’apprécie les senteurs mêlées de ton parfum et de ta transpiration. Laisse moi te déshabiller.


Je ne me fais pas prier pour obéir, et c’est mon amie qui finit de retirer mon chemisier. Elle défait lentement mes boutons et fait glisser les manches. Je suis en soutien-gorge et en jupe. Elle se plaque à nouveau à moi et passe ses mains dans mon dos pour dégrafer mon soutien-gorge qui n’attend que cela. Je voudrais qu’elle aille plus vite, mais elle fait durer le plaisir. Mon soutien-gorge ne reste en place que parce qu’elle est serrée contre moi. Elle attend encore quelques instants et se recule pour laisser tomber l’accessoire qui ne sert plus à rien. Je sens que ma poitrine est gonflée de plaisir attendu. Mes mamelons sont durs et me font mal en attendant la jouissance quoi va venir plus tard. Elle me caresse le dos de ses deux mains, me griffant très légèrement de ses ongles. Je suis au paradis. Moi qui pensais que seuls les caresses sexuelles pouvaient procurer du plaisir, je modifie mon jugement.


Après de longs moments, Anna s’attaque enfin au bas de ma tenue. Elle défait la fermeture éclair de ma jupe et la fait descendre le long de mes jambes. Il me reste pour tout vêtements mon mini-slip et mes bas jarretière qui ne nécessitent pas de porte-jarretelles. A mon tour, je veux la déshabiller, mais elle m’en empêche en me disant :


— Je ne veux pas que me retire mes vêtements. Je vais te déshabiller complètement, et après je vas essayer de te faire un strip-tease amateur comme j’en ai déjà vu en boite.


Je ne m’attendais pas à ce qu’elle me dise cela et je décide de la laisser faire. Elle vient à nouveau m’embrasser, mêlant nos langues dans ma bouche puis dans la sienne. Nous échangeons nos salives et je sens mon slip se mouiller sous son baiser. Je n’en puis plus. Elle s’en rend compte et se baisse. Mais au lieu de retirer mon slip, elle s’arrête et m’embrasse les seins qui n’attendaient que cela. Elle les suce et en fait dresser encore plus les tétons déjà durs comme du bois. Elle se décide enfin et descend encore plus bas. Elle pose sa bouche sur ma vulve à travers mon slip et me dit :


— Je ne sais pas si je vais pouvoir te le retirer, car tu mouille tellement que j’ai l’impression qu’il est collé.


Elle passe sa main sous l’élastique et le fait descendre le long de mes jambes, libérant mon sexe et ses odeurs. Elle vient immédiatement coller ses lèvres aux miennes plus intimes et se régale de ma liqueur qui s’écoule abondamment de mon vagin. Elle fourre sa langue dans ma chatte et se régale. Je sens qu’elle dirige un de ses doigts dans le sillon séparant mes fesses et qu’elle commence à me caresser. Je la laisse faire en pensant que quelques instants plus tôt j’en ai également éprouvé le besoin. Elle présente son index sur mon anus et commence à le titiller. Cela me procure une sensation très agréable et j’apprécie sa caresse. Elle revient mouiller son doigt à ma fontaine et recommence sa caresses anale. Je me doute de ce qu’elle désire, mais je ne me sens pas encore prête à accepter. Je lui fais donc savoir :


— Anna chérie, j’apprécie énormément ta caresse, mais je t’en prie attends encore un peu pour me pénétrer. Je ne suis pas encore prête. Tu sais tu me fais progresser très vite et parfois j’ai un peu peur.


— Calme toi et n’aies pas peur. Je t’ai promis de te respecter. Je sais aux contractions de ton sexe que la caresse que je viens de faire sur ton anus t’a procurée beaucoup de plaisir. Nous continuerons peut-être tout à l’heure.


Elle finit de retirer mon slip qui était devenu bien inutile à mes chevilles et elle roule mes bas pour me les retirer. Je suis complètement nue alors qu’elle est encore habillée. La situation me paraît cocasse, mais je sais que depuis qu’elle est entrée hier dans ma chambre et dans ma vie, c’est elle qui a l’initiative de notre vie intime. Elle s’écarte de moi et me regarde en prenant un air très sérieux. Elle me dit alors :


— Vas t’asseoir dans le fauteuil qui est là-bas. Tu es au spectacle et tu attends. Surtout, ne pense pas que tu es nue, mais au contraire, tu t’imagines correctement habillée au milieu d’une assistance nombreuse. Attends encore un peu, le spectacle va commencer.


Comme mon amie me le demande, je m’assois dans le fauteuil qui est dans ma chambre et attends en croisant les jambes. Anna me regarde et me dit encore.


— Je crois que ce n’est pas correcte de croiser les jambes pour une jeune fille de bonne famille. Tu te rends compte, si tu portes une jupe courte, on risque de pouvoir admirer ta culotte.


— Tu ne risque pas, puisque en ce moment, je suis à poil.


— Chérie, je t’ai demandé de ne plus penser que tu es nue.


Je décide de ne plus faire de remarque et je décroise mes jambes et me tiens comme au théâtre. Anna s’approche de ma chaîne hi-fi et met un disque de slows langoureux que nous aimons toutes les deux. Elle s’approche de moi et me dit :


— Mademoiselle, la direction de l’établissement espère que vous êtes satisfaite de votre place. Nous avons fait du mieux pour vous. Si quelque chose n’est pas parfait n’hésitez pas à nous en avertir, la volonté de la direction est que tous les spectateurs soient satisfaits. Pour votre confort, il serait préférable de glisser une serviette de toilette sur le fauteuil, car compte tenu de votre tenue, vous risquez de tacher celui-ci et ce serait dommage.


Elle va donc chercher une serviette dans la salle d’eau et me la glisse sous les fesses. Elle se recule alors et me déclare :


— Maintenant attention, le spectacle commence.


Mon amie éteint la lumière en ne laissant qu’une lampe de chevet qui répand une lumière diffuse et particulièrement faible. Elle commence à danser seule dans la chambre. Elle prend des poses érotiques, elle se passe les mains sur les fesses, et se caresse comme si elle était seule. Elle porte ensuite ses mains à sa poitrine en en soulignant les deux globes qui pourraient se dispenser de soutien-gorge. Elle ondule et prend des poses aguichantes. Elle danse comme cela pendant tout le premier slow. Je suis excitée et je commence à mouiller.


Dès l’entame du second slow, elle commence à dégrafer son chemisier, apparaissant en jupe et soutien-gorge. Elle passe langoureusement sa main sur son ventre et mime l’extase sous cette caresse. Elle défait encore la fermeture éclair de sa jupe et la fait glisser le long de ses jambes. Elle est magnifique. Elle est devant moi, à moins d’un mètre en soutien-gorge et en mini-slip. Elle ne porte pas de collant ni de bas. Le second slow s’arrête, et en attendant le suivant, elle reste immobile dans la position exacte qu’elle avait.


Dès le slow suivant, elle me tourne le dos et elle dégrafe son soutien-gorge. Elle se retourne alors vers moi mais maintient cet accessoire avec ses mains. Elle continue à se déhancher devant moi. Je suis terriblement excitée et instinctivement, ma main se porte vers mon minou qui mouille abondamment. Me voyant sur le point de me masturber pour me soulager, Anna me dit :


— Mademoiselle, un peu de tenue. Je vous rappelle que nous sommes dans une salle de spectacle et je vous demande de respecter une tenue décente vis à vis des autres spectateurs.


Je retire ma main, mais je sens mon sexe qui coule en permanence. Elle a eu raison de mettre la serviette. Elle continue de danser devant moi et en me tournant le dos, elle retire complètement son soutien-gorge et me le lance par dessus son épaule. Je le blottis contre moi et le porte à mon nez pour profiter de son odeur. Elle me fait à nouveau face, mais elle croise les bras, me masquant ses magnifiques seins que je connais si bien avec leurs pointes roses. C’est le moment que choisit la musique pour s’arrêter.


Lorsque la musique reprend, elle lâche sa poitrine pour faire glisser légèrement son slip. Je peux admirer ses seins magnifiques qui se balancent doucement au rythme de la musique. Elle est vraiment belle et impudique. Elle s’offre tout en restant distante. Je peux également admirer le haut de son triangle dont elle ne montre que quelques poils qui dépassent de son mini-slip. Elle me tourne à nouveau le dos et sans plier les jambes, elle descend son slip jusqu’aux chevilles. Elle dégage un pied, puis l’autre et se retourne à nouveau vers moi. Au dernier moment, elle me cache son pubis d’une main, l’autre faisant mine de me cacher sa poitrine. Je n’en peux plus, et je me sens couler abondamment. Si cela continue, je vais tacher le fauteuil à travers la serviette. Elle continue à danser et finit enfin par écarter les bras pour s’exposer intégralement nue à mon regard.


Elle continue à suivre le rythme de la musique, mais on ne peut pas vraiment dire qu’elle danse. Elle se montre sous tous les angles. Elle s’allonge à, plat dos sur le sol, les pieds à quelques centimètres de mon fauteuil et levant les jambes à la verticale, elle les écarte le plus possible pour m’offrir une vue magnifique sur son minou. Je vois qu’elle aussi elle mouille copieusement, car ses grandes lèvres sont luisantes de cyprine. Elle commence à se caresser et d’une main écarte ses lèvres pendant qu’elle titille son bouton d’amour avec son autre main. Elle fait alors entrer un doigt dans son vagin et s’en sert comme si c’était un sexe masculin. Je suis sidérée de la voir se pénétrer devant moi, sans pudeur. Elle fait pénétrer un deuxième, puis un troisième doigt et commence des va-et-vient des plus suggestifs. A mon tour, je porte ma main à mon sexe et commence à en écarter les lèvres. Me voyant faire, elle me dit à nouveau :


— Mademoiselle, c’est interdit par le règlement du théâtre, si vous voulez vous caresser, il faut quitter la salle.


Puis, plus intime, elle insiste :


— Aurélie chérie, je t’en prie, attends moi.


Elle continue de se masturber. Elle a maintenant introduit un deuxième doigt, puis un troisième dans son conduit vaginal. Elle se caresse le clitoris avec le pouce et je la vois jouir abondamment. Sa main est toute luisant de ses sécrétions et son odeur que je connais si bien commence à parfumer la chambre. La musique continue toujours, mais ni l’une ni l’autre n’y accordons la moindre attention. Anna est toute à son plaisir, et moi, je l’admire et supporte tant bien que mal ma frustration. Je vois son bassin se soulever très haut et ses doigts accélérer dans son sexe. Elle se balance dans tous les sens. Je ne l’ai jamais vue jouir de la sorte. Enfin, dans un râle qui en dit long sur son plaisir, elle s’écroule, gardant ses doigts profondément enfoncés en elle.


Après quelques secondes durant lesquelles elle reprend lentement ses esprits, elle se lève et vient enfin vers moi pour me déclarer :


— Mademoiselle j’espère que le spectacle de ce soir vous a plu et que nous vous reverrons souvent dans notre établissement. Pour vous récompenser de votre attente, la direction vous offre un supplément gratuit.


Elle s’approche encore plus de moi et pose un pied sur le bras du fauteuil. Elle me présente ses lèvres intimes à quelques centimètres du visage et me murmure :


— Je t’en pris ma chérie, maintenant suce moi.


Je ne me fais pas prier et je plaque mes lèvres sur les siennes pour y récupérer le maximum de sa jouissance. J’avale son miel intime dont j’apprécie tant le goût. Elle continue à mouiller et j’ai peine à tout avaler. Elle me plaque la tête sur son bas ventre et mon nez s’écrase sur son pubis. Elle est véritablement déchaînée. Je la tiens par les fesses sur lesquelles j’ai plaqué mes mains. Il me vient alors une idée. Je mouille un de mes index à sa chatte et le présente sur son anus. J’en fais le tour en le caressant doucement. Elle se met immédiatement à ronronner et à bouger son bassin au rythme de ma langue et de mon index. Celui-ci fait plusieurs fois le voyage entre son sexe et son anus pour bien lubrifier ce dernier. Je m’enhardis et commence à présenter mon doigt au centre de son petit trou. Elle se détend et je l’entends murmurer dans un souffle :


— Oui, chérie, continue, je n’osais pas te le demander.


Devant son accord concernant ma caresse, je presse encore un peu plus mon index sur son petit trou, et je sens celui-ci s’ouvrir sous ma légère pression. Je ne me reconnais plus. Je ne pensais pas il y a encore quelques heures que je mettrais mon doigt dans le cul d’Anna. Elle soupire d’aise et je m’enfonce complètement en elle. Elle jouit encore plus abondamment et ma bouche toujours sur sa vulve j’ai de plus en plus de difficultés pour tout avaler. Je fais aller et venir mon index dans son sphincter anal que je sens se resserrer nerveusement sur mon doigt. Je prends alors l’initiative, et sachant que ce petit trou est très facilement dilatable, je présente à son entrée mon majeur que j’essaie d’introduire en plus de mon index. Je n’y arrive pas, mais je ressors mon index et présente alors les deux ensemble. Je force un peu son anus et rapidement mes deux doigts sont bien au chaud en elle. Elle se met à gémir et ne contrôle plus du tout ses mouvements ni ses paroles. Je recommence mes va-et-vient en elle et elle jouit toujours. Je décide alors de glisser un troisième doigt qui lui rentre sans effort dans Anna véritablement ravie de mes caresses. Nous sommes toutes les deux au septième ciel et n’avons plus aucune notion ni du temps ni du lieu où nous nous trouvons.


---


Brusquement, la porte de ma chambre s’ouvre et j’entends ma mère qui nous dit :


— Oh excusez-moi, j’avais entendu des râles et je craignais que l’une de vous deux ne soit malade. Je ne pensais pas que vous étiez en train de faire plus ample connaissance.


Elle ne paraît pas choquée outre mesure, et elle entre complètement dans la chambre en prenant soin de refermer la porte. Elle s’approche de nous et je m’aperçois qu’elle n’est vêtue que d’une nuisette très courte. Je n’ai jamais encore vu ma mère dans une tenue aussi légère. Elle vient se plaquer au dos d’Anna et lui glisse à l’oreille :


— J’espère qu’Aurélie ne t’a pas fait mal en te pénétrant. Mais je vois que ce ne doit pas être la première fois.


Elle se recule un peu et me demande alors :


— Aurélie chérie, acceptes-tu que je me joigne quelques instants à vous ?


— Bien sur maman, comme tu veux.


Elle retire sa nuisette et m’apparaît entièrement nue. Je découvre qu’elle est une vraie rousse alors que je pensais jusqu’à maintenant elle se faisait teindre les cheveux pour se donner un genre. Elle se plaque au dos d’Anna et y écrase sa poitrine que je découvre parfaite pour ses quarante ans. Elle a visiblement gardé un corps de jeune femme. Elle caresse les seins de notre amie et en fait ériger les mamelons durs et roses. Puis elle s’écarte et prenant un air sévère, elle nous dit :


— Maintenant, j’attends des explications. Qu’est-ce qui se passe. J’ai d’abord entendu de la musique, puis, j’ai entendu des râles et j’ai eu très peur. C’est pourquoi, je suis venue, ton père dormant déjà.


— Madame c’est.....


— Je n’y a pas de Madame qui tienne, tu es dans notre famille pour encore deux semaines, et j’exige que tu m’appelle Christiane qui est mon prénom. Entendu ?


— Oui Christiane. C’est moi la coupable, j’ai voulu offrir à Aurélie un spectacle de strip-tease, et cela nous a tellement excitées que nous sommes allées plus loin.


— Maman, Anna ne te dit pas tout. Depuis son arrivée, nous sommes devenues très intimes, et j’ai eu une envie folle de pousser plus loin les caresses que tu as déjà entrevues ce matin.


— Mes enfants, je ne vous reproche rien. Mais il faut faire attention de ne pas faire trop de bruit. Il n’est pas utile que tout le monde sache que vous vous donnez du bonheur.


Durant ce petit dialogue, j’ai retiré les doigts de l’anus d’Anna qui s’est alors blottie dans ses bras. Je me lève et dans un geste filiale, je me jette dans les bras de ma mère. Celle-ci me serre donc dans ses bras et nous nous retrouvons nues toutes deux enlacées devant Anna qui ne sait pas que faire. Elle vient donc derrière ma mère et plaque sa poitrine contre son dos. C’est ma mère qui prend l’initiative d’attraper ses mains et de les poser sur sa poitrine. Le tableau est saisissant. Nous sommes toutes les trois entièrement nues dans ma chambre. Ma mère est contre moi et je sens sa poitrine qui s’écrase sur la mienne, tandis qu’Anna est dans son dos et lui caresse les seins.


Ma mère s’approche et commence à m’embrasser sur la bouche. Je résiste à son baiser, mais sa langue finit par s’insinuer entre mes lèvres puis mes dents. Nos langues jouent. Sans réfléchir, je dirige une de mes mains vers le ventre de ma mère qui à son tour commence à ronronner. Elle bouge ses hanches et nos ventres se frottent. Je glisse ma main vers son entrejambe, et je suis surprise de sentir qu’elle écarte ses jambes pour me faciliter la tâche. Ma main est maintenant posée sur son buisson ardent comme j’ai pu le voir. Elle presse son pubis sur ma main. Elle me murmure à l’oreille :


— Ma chérie continue, si tu savais comme j’aime cette caresse et combien cela me faire plaisir.


Je ne me fais pas prier, et avec un doigt, j’écarte ses grandes lèvres. Je découvre que son antre intime est copieusement mouillée et je me dirige vers son clitoris qui réagit immédiatement à mes attouchements. Elle se met à donner de grands coups et je la sens mouiller de plus en plus. Je risque un doigt vers l’entrée de son tabernacle et celui-ci est rapidement aspiré dans son antre secrète comme si c’était une ventouse. Je suis bien et je ressors mon doigt pour en enfoncer immédiatement trois d’un coup. Elle les accepte et se met à jouir abondamment. Comprenant ce qui se passe, Anna quitte sa position et vient s’asseoir entre les jambes de ma mère. Je ressors mes doigts de la chatte maternelle, et mon amie plaque ses lèvres sur la vulve béante qui coule en permanence. Ma mère reprend l’initiative et nous disant :


— Mes chéries, je crois qu’il est temps de gagner le lit d’Aurélie, nous y serons plus à l’aise.


Nous lui obéissons donc et nous nous retrouvons toutes les trois sur mon lit. Joli tableau que nous formons : Anna la blonde, moi la châtain et ma mère la rousse flamboyante. Je ne peux résister et je me jette sur le sexe de ma mère pour en goûter toutes les saveurs. Je plaque mes lèvres sur les siennes combien plus intimes et je commence à déglutir. Elle mouille abondamment et je découvre la saveur d’une femme adulte, rompue aux joies de l’amour. Elle a une odeur très forte comme toutes les rousses et se répand dans ma bouche. Elle-même s’est placée pour me procurer la même caresse. Je sens sa langue s’insérer dans ma chatte. Elle me fouille le plus profond possible. J’en fais autant et ramasse toute sa liqueur. J’ai peine à tout avaler tellement elle en sécrète. Anna qui est un peu frustrée vient derrière moi et pose sa bouche sur mon anus. Je suis surprise par sa caresse, mais le l’apprécie. Elle met sa langue en pointe et je sens qu’elle cherche à forcer mon passage étroit. Je me laisse aller et bientôt je sens sa langue qui s’insinue dans mon petit trou. C’est une sensation magnifique que de sentir ma mère sur dans chatte et Anna dans mon cul.


Ma mère qui est bien placée pour apprécier la manoeuvre d’Anna l’encourage à poursuivre sa caresses buccale.


— Anna chérie tu as encore pris une excellente initiative. Suce bien le petit cul d’Aurélie. Nous allons bien la faire jouir toutes les deux. Je sais qu’elle encore vierge , mais nous allons lui donner un avant goût.


Je sens que la langue d’Anna n’est plus seule à l’entrée de mon anus. En effet, je sens un doigt qui s’amuse à me titiller. Elle me masse lentement tout en continuant avec sa langue. Enfin, elle se décide et je la sens forcer sur mon sphincter. Ma mère me dit alors :


— Aurélie, détends-toi, nous avons toutes commencé comme cela. Plus tard tu verras, ce sera un sexe d’homme que tu prendras par ton petit trou, et c’est bien plus gros que le doigte d’Anna. Penses également que moi aussi j’aime cette pénétration.


Selon les conseils de ma mère j’essaie de me détendre et d’offrir à mon amie le plus de facilités possibles pour qu’elle me pénètre. J’en profite pour introduire deux doigts dans la chatte de ma mère qui se met à glousser de plaisir. Dès que mes doigts sont copieusement couverts de sa cyprine, les présente à l’entrée de son rectum et je suis surpris qu’ils pénètrent avec une telle facilité. Anna a enfin réussi à entrer un doigt dans mon anus et elle commence à effectuer des va-et-vient qui me sont un peu douloureux, mais qui me procurent un plaisir immense. J’introduis un troisième doigt dans ma mère qui continue à jouir et à inonder ma bouche. Je ne me contrôle plus et j’enfonce maintenant mes quatre doigts dans son anus complètement dilaté. Elle se trémousse dans tous les sens, ne pouvant retenir son plaisir. Anna retire son doigt et je sens que maintenant, ce sont deux doigts qu’elle présente. Je suis surprise de la facilité avec laquelle elle s’introduit en moi. Elle recommence ses aller et retour à ma plus grande joie. Elle retire à nouveau ses doigts et me dit :


— Aurélie chérie, maintenant c’est l’épreuve de vérité. Tu dois être capable de prendre dans ton cul mes trois doigts si tu veux plus tard être une vraie femme.


— Oui chérie. Maman me fait tellement jouir avec sa bouche que tu peux tout.


Je la sens présenter ses doigts en triangle et elle rentre en moi avec beaucoup plus de facilité que je ne le croyais. Nous sommes toutes les trois unies par le sexe. Ce que je découvre en relevant la tête pour reprendre un peu d’air, c’est que ma mère a repris sur Anna la pénétration anale que j’avais interrompue tout à l’heure. Nous avons toutes les trois le cul investi bien qu’aucun homme ne soit dans la chambre.


Nous continuons à nous caresser et c’est moi qui donne le signal de la jouissance en m’écroulant sur ma mère dans un râle qui en dit long de mon plaisir.

Diffuse en direct !
Regarder son live