Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 14 250 fois
  • 40 J'aime
  • 0 Commentaire

L'autobus

Chapitre 1

Hétéro

Depuis quelque temps, la jeune demoiselle qui prenait l’Autobus avec moi tous les matins me regardait avec un drôle d’air. Au tout début, je ne comprenais pas pourquoi, mais plus les jours se suivaient, plus je me rendais compte de plusieurs petites choses. Au tout début, ce n’était que des détails: prendre l’autobus en même temps que moi, porter des jupes un peu plus courte tous les jours, me regarder dans les yeux, etc.


Mais plus les jours avançaient, moins je pouvais me tromper: elle voulait effectivement quelque chose. Je décidais donc de desendre un soir, vers 18h, à son arrêt, par la même porte qu’elle. Au tout début, elle sembla suprise et mal à l’aise. Mais lorsque l’autobus tourna le coin, elle se retourna vers moi et me demanda ceci: ’bonjour, ça va, moi je m’appelle Nadia.’


Elle avait les cheveux longs et droits, châtain, une poitrine bien fournie sans être trop grosse, des jambes à faire rougir un coureur de fonds et de beaux yeux vert... Nous engagions ainsi la conversation pur se retrouver devant son appartement. Elle m’invita donc à monter prendre un verre. Comme vous le devinez bien, j’acceptai volontier.


Une fois entrée dans son appartement, elle me servie un verre, puis un autre, puis un autre. Alors que nous étions tous les deux un peu saoûl, elle me demanda si je pratiquais un sport ou une activité. Je lui répondis que j’excellais au cunilingus et à la course à pieds. Il n’en fallut pas plus pour quelle m’empresse de lui faire une démonstration. Elle se leva, ôta sa blouse puis son soutient-gorge puis sa jupe et sa culotte et me laissa admirer son superbe corps. Elle était magnifique. Des seins ronds avec de tous petits mamelons foncés, un ventre plat, une toute petite boucle d’oreille prise sur son nombril et une vulve et un mont de vénus compètement glabre. Aucun poil. Ne sachant pas trop quoi faire et quoi ne pas faire devant cette déesse, je tentai le tout pour le tout. J’approchai donc ma bouche de ce superbe vagin et je le lichai consciencieusement avec ma langue pour ensuite le sucer avidement. Nadia amait beaucoup ce que je lui faisai et se coucha sur le tapis du salon. Je descendis donc et continuai à la manger goulument. J’approchai ensuite un doigt et la pénétrai de mon majeur tout en continuant de suçer son clitoris.


Pendant que je la mangeais, la porte de l’appartement s’ouvrit et une autre fille, sa soeur, entra. Elle nous vit sur le tapis du salon, sa soeur, nue comme un vers, tout en suceur, et moi, rouge comme une pomme, ne sachant pas trop quoi faire. Sa soeur éclata de rire, dit: ’Pourquoi pas...’ Elle s’appocha de moi, me demanda mon nom et me demanda si j’accepterais de sucer deux jeunes demoiselles.


Comme je ne suis pas fou, je souris et lui dis oui. Elle se déhabilla donc et je commençai à sucer la soeur pendant que Nadia me déshabillait. Sa soeur, beaucoup trop excitée, était déjà mouillée. Nadia pris alors goulument la relève et suça l’entrejambe de sa soeur. Elle la lichait, la suçait alors que je caressai son vagin à elle. Sa soeur s’excita de plus en plus et je ne pu m’empêcher d’approcher mon doigt de son anus. Ruisselant de sueur et d’excitation, j’enfonçais mon index dans cet anus vierge pendant que Nadia suçait et pénétrait sa soeur avec le sien. Sa soeur cria et jouit avec beaucoup de force.


Nadia et moi étions maintenant beaucoup excités. Elle se tourna vers moi et me donna en offrande son vagin tandis qu’elle prenait mon membre entre sa bouche. Nous nous suçions ainsi au gré de l’excitation de l’autre. Je mageais son vagin, son clitoris, la pénétrai avec un puis deux doigts. Excitée au plus au point, elle demanda alors à sa soeur de faire la même chose qui lui était arrivée quelque instant plutôt. Sa soeur prit donc la relève et la mangea avec appétit. Je me levais donc et décidai de faire à ma nouvelle amie une belle surprise. Je la mis `a quatre pattes et, pendant que la soeur suçait son vagin, j’introduisis dans son petianus mon pénis ruissellant. Tout doucement, je l’enculais. Au tout début, elle se gémit, puis elle commença à aimer cela de plus en plus. Après trois minutes, le mouvement de va et vient était si intense que la soeur de Nadia avait peine à suivre. Sa soeur profita donc de la situation et se retourna pour faire un 69 avec sa soeur. Les deux soeurs se mangeaient donc mutuellement pendant que j’enculais la plus vieille des deux. Nous jouimes les trois après quelques minutes de plaisir et de douleur intense...


Depuis ce temps, tous les mardi soirs, moi, Nadia et sa soeur descendons ensemble au même arrêt...


Miam

Diffuse en direct !
Regarder son live