Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 22 250 fois
  • 67 J'aime
  • 5 Commentaires

l'autoroute

Chapitre 1

Trash

Sophie ralentit et pris la voie de décélération de l’aire de repos.

Il était plus de 3 heures du matin et après une soirée animée, elle n’avait qu’une envie, c’était de retrouver son lit…

Mais, il y avait encore 50 km et une très forte envie de pisser qui l’avait obligé à s’arrêter.

Elle se gara devant le petit bâtiment, sortit de sa voiture et se dirigea vers les toilettes

L’endroit était désert, et on entendait pratiquement pas de voiture passée sur l’autoroute

Elle était habillée d’une tunique dorée chinoise, d’une jupe courte fendue sur la cuisse couleur courge, un collant brillant et des bottes noires.

Elle était très sexy avec ses cheveux bruns tombant sur ses épaules. Un léger maquillage avec un rouge à lèvre assez claire…

Elle pressa le pas et en pénétrant dans le petit bâtiment coté femme, elle eut le vague sentiment d’entendre des murmures…

Elle rentra dans les toilettes. Elle était à la turc, relativement propre…Bizarrement, les verrous des 2 portes de wc ne fonctionnaient pas. Elle se dit tant pis, j’ai trop envie.

Elle jeta un coup d’œil circulaire puis rentra dans le wc en rabattant la porte derrière elle.

Elle releva sa jupe, baissa son collant et son string et s’accroupit prêtant l’oreille. Avant d’avoir pu se mettre à pisser, elle entendit des chuchotements qui l’inquiétèrent mais avant d’avoir pu se relever, la porte mal verrouillée fut projetée contre la paroi dans un fracas

Terrorisée, elle vit 4 hommes qui rigolaient en la regardant. Suffoquée, elle voulut se relever mais elle n’en eu pas le temps. L’un des hommes, visiblement un camionneur, habillé d’un survêtement et d’un tee-shirt sale, l’attrapa par les cheveux et la propulsa violemment hors du wc. Elle tomba de tout son long sur le carrelage. Sa jupe se releva exposant son cul nu.

Sophie, terrorisée, se mit à hurler. Le gros homme s’avança et la gifla à toute volée

-Ta gueule petite pute !!

En la tirant méchamment par les cheveux, il l’a fit se relever.

Sophie pleurait doucement, son collant et son string sur les chevilles. Elle détailla les 4 hommes. C’était des caricatures de « beauf », entre 45 et 55 ans, Tous bedonnant, puant la bière et la transpiration, habillé en survêtement et tee-shirt d’une propreté douteuse. L’un d’eux était en tong, d’où sortaient des pieds sales.

Alors salope, tu viens nous fourrer tes miches sous le nez… ?dit il

Tu voulais pisser ? Eh ben….pisse !

Comme elle ne réagissait pas, le types fit un pas et la gifla à toute volée.......

-On va pas te le dire 100 fois, pisse connasse !!!

Médusée, le visage en larme, Sophie se dirigea vers le wc

-Non pas la peine, pisse comme une chienne, accroupit toi cuisses écartées !

Mécaniquement, elle s’accroupit face aux types,

Relève ta jupe sur le ventre, que l’on voit ta chatte de pouffiasse

Humiliée, elle obéit dévoilant sa chatte sombre, relativement poilue. En pleurant, elle se mit à pisser sur le sol devant ses tourmenteurs qui éclatèrent de rire. Le jet éclaboussa ses bottes.

Quand elle eut finit, soulagée, elle voulut se relever mais le type au tong lui dit : bouge pas, reste comme ça, et enlève ta tunique, qu’on voit tes loches….. !!

Elle gémit : « S’il vous plaît…. !! laissez moi… ! » un éclat de rire et une nouvelle gifle accueillirent ses suppliques. Sa joue commençait à lui faire mal

Il s’approcha marchant dans la flaque d’urine : « enlève tes frusque… !! pouffiasse !! »

Maladroitement, accroupie, cuisses largement ouverte, elle entrepris d’ôter sa tunique

Sa poitrine apparue tenue par un soutif.

Le type s’approcha ouvrit un cutter et d’un coup de lame précis, il coupa le soutif au milieu dévoilant les seins légèrement tombant de sophie.

Vicieusement, il lui prit le téton et le tordit faisant gémir la pauvre fille

-Tu va déguster connasse !!!

Le type tout en maltraitant les tétons lui dit : « sort ma queue !!! ».

-Et plus vite que ça ajouta –t-il en lui giflant violemment son sein qui se marqua d’une trace rouge

Malgré elle, Sophie entreprit de lui descendre le pantalon de survet sur les genoux découvrant des cuisses velue et grasse, surplombé par un ventre poilue et proéminent Il portait un slip à la propreté douteuse dans lequel elle devina une bite à moitié gonflé.

-Sors la répéta l’homme en tordant le téton

Dans sa position accroupie, Sophie avait du mal à ne pas tomber sur les fesses au milieu de la flaque d’urine !!

Elle s’accrocha à une cuisse de son agresseur et fit glisser le slip sur les genoux . Dans un autre moment, elle aurait trouvé comique ce gros type velu la culotte sur les genoux mais sa bite à moitié durcie ne la faisait par rire. Elle était de taille plus que respectable surmontant une paire de couilles couverte de poils.

Allez vas-y, tu sais ce que tu as à faire, pouffiasse….les bites , ça doit te connaître…. !!!

Pour la « motiver », il lui étira le sein en tirant sur le téton provoquant un cris de douleur

Aussitôt, un autre type lui cingla le dos avec la ceinture du pantalon qu’il venait de dégrafer 

Ta gueule , on te dit… !!

Suce salope ….

Sophie, brisée, posa ses lèvres sur le gland violacée mais recula devant l’odeur d’urine et de sperme séchée lui provoquant un haut le cœur.

Une gifle vint saluer ce recul ; «  Elle te plaît pas ma queue, ?? »

Elle ferma les yeux et pris la bite dans la bouche. Elle était impressionnante et elle la sentait gonfler.

Les couilles maintenant… !

Elle abandonna le gland et commença à lécher la queue en descendant pour arriver sur les couilles qu’elle se mit à lécher.

Elle était désespérée, se sentant à la merci de ses 4 tortionnaires. Elle guettait le bruit d’un véhicule mais…..

Applique toi salope !!! la ceinture lui cingla le dos…

Elle hurla en se relevant, les yeux plein de larme « assez…foutez moi la paix …. !!! »

Les types éclatèrent de rire en disant : «  on va lui apprendre à obéir »

Le type au survet sur les genoux la ceintura pendant qu’un lui arrachait sa jupe. Les 2 autre l’attrapèrent par les jambes lui ôtant son collant et son string

Elle était maintenant totalement nue à l’exception de ses botte.

Un des types ramassa le string trempé car tombé dans la pisse puis l’enfourna dans la bouche de Sophie, puis lui fit un bâillon en liant un morceau de son collant autour du visage de la pauvre femme

A trois, il l’a soulevèrent en lui maintenant les jambes écartées dévoilant sa chatte velue et sa raie du cul où courait quelques poils également.

Le 4ème , celui à la ceinture : s’approcha en disant : « tu as besoin d’une leçon.. »

La pauvre femme tentait de se débattre en gémissant mais elle était immobilisée. Le type leva la ceinture visa la chatte exposée et frappa. Son cri fut étouffé par le bâillon

Le type continua à frapper méthodiquement jusqu’à que le mont de vénus soit rouge. Il s’approcha et d’un coup sec frappa le clitoris faisant sursauter sophie.

Je suis sur qu’elle est prête à sucer un âne maintenant ..fit il en rigolant.



Les types lâchèrent Sophie qui se retrouva debout, nue, sanglotante. Sa culotte pleine de pisse enfoncée dans la gorge l’étouffait, son entrejambe la brûlait mais bizarrement une excitation malsaine lui montait dans le ventre.

« -Alors tu fais moins la dégoûtée…Tu vas me sucer maintenant ? » demanda le mec

Mortifié, Sophie fit oui de la tête. Un des type lui dénoua le bâillon et lui retira le string de la bouche

« A 4 pattes, petite chienne et va sucer mon pote »

Sophie obéit et se mis à 4 pattes au milieu de la pisse et avança vers le gros « beauf » qui la regarder en se branlant. Le types ricanaient et elle eut droit à un coup de ceinture sur le cul .

Arrivée devant son tortionnaire, elle se dressa sur les genoux, pris la bite dans la bouche et commença à la pomper. Sophie s’appliquait, voulant en finir le plus vite possible, la bite rentrait et sortait lui déformant la bouche….Le gros type ahanait en s’accrochant à ses cheveux. Son gros bide flasque venait heurter le visage de la pauvre femme. Les 3 autres salauds contemplaient le spectacle en se branlant doucement et en encourageant l’infortunée Sophie : « allez salope, suce bien !!! Tu aimes la bite connasse !!! »


Au bout de plusieurs minutes, elle sentit la bite gonflait dans sa bouche puis le gros homme se mit à jouir par saccades dans un râle à grand coup de rein. :  «  Avale grosse pute !!! »

Sophie sentit les jets de foutre envahir sa bouche. Dans un réflexe, elle se dégagea et recracha le sperme qui tomba au sol dans la flaque d’urine. Cela eut don de mettre en fureur le type qui gifla à toute volée Sophie :

-Tu n’aimes pas mon foutre non plus , ….salope !!! Tu vas lécher ce que tu a cracher pouffiasse, garage à bite !!!.

Il l’a tira par les cheveux l’obligeant à se courber et lui appuya le visage contre le sol

« Vas y lèche… !!!

Les coup de ceintures s’abattirent sur son cul exposé le striant de marque rouge. Au comble de l’humiliation, Sophie lécha le sol couvert de pisse ravalant le sperme qu’elle avait craché….  « là, c’est bien petite chienne…. !!! »

Le type dit «  c’est vrai que c’est une chienne !!!! regarde comme elle se complaît dans sa pisse !!! »

-Vas chercher sultan dans le camion !! qu’on s’amuse un peu !!


Sophie eut peur de comprendre et regarda un des type sortir des toilettes pour se diriger vers des camions dont on devinait la forme au fond du parking. Elle ne les avait pas vu lorsque pour son malheur, elle s’était arrêtée .

Elle n’eut pas le loisir de regarder plus longtemps. Un des types, descendit son survet sur les chevilles, se positionna contre le lavabo et cambra son cul de façon obscène.

-Viens petite chienne, viens me blanchir la rondelle !!! J’ai toujours rêvé de me faire lécher le cul par une femme !!

Et joignant, le geste à la parole, il s’écarta les fesses dévoilant son anus sous lequel pendait une paire de couille velue.

Sophie éclata de nouveau en sanglot : Quand cela s’arrêterait il ?

Résigné, toujours à 4 pattes, elle se dirigea vers type et se releva et se courba le visage à hauteur du cul.

« Écarte tes jambes et cambre ton cul en même temps !! Le tableau était assez obscène 

Tout de suite, elle comprit que le type ne s’était pas arrêté pour rien aux toilettes, des traces et des odeurs suspectes traînaient . Elle regardait avec dégoût cet anus poilu. Un des type lui plaqua le visage sur les fesses «  allez….lèche lui la raie !! Sors la langue et lèche » Comme si tu m’essuyait le cul pouffiasse !!

Sortant sa langue, Sophie entreprit sa caresse partant du bas elle remonta la raie Un goût acre lui vient en bouche.

Tout à coup , elle sentit l’autre type derrière elle, qui posait sa bite sur sa chatte et sans précaution, il la pénétra. !!!

Elle se faisait baisait pendant qu’elle bouffait le cul de son agresseur !!!

Sans ménagement, le type la bourrait. Sa bite rentrait et sortait dans la chatte de Sophie avec un rythme de métronome. Chaque coup la projetait contre le cul écartelé qu’elle continuait à lécher

-Enfonce ta langue, nettoie moi la rondelle !! criait le type et branle moi !!!

Il prit la main de Sophie qu’il posa sur sa bite. Mécaniquement, elle le branla alors que dans la même temps, sa langue pénétrait l’anus odorant.

Après plusieurs minutes, le type qui la baisait se mit à pousser des petit cris puis commença à jouir dans la chatte en criant :  «  tiens prends ça , connasse !! » puis après plusieurs crispations, il se retira laissant la pauvre femme toujours jambes écartées, du foutre lui coulant de la chatte sur ses cuisse, la nez dans le cul d’un gros type sale !!!; Ce dernier se releva, passa derrière Sophie Sa bite était impressionnante, il ne cessait de la caresser.

Avec un rictus mauvais, il dit :  « Maintenant que tu t’es occupé de mon cul, on va s’occuper du tien. Sophie tressaillit, elle était vierge du cul, personne n’avait jamais pu l’obliger à cette pratique.

-Pitié, s’il vous plaît….je ferais ce que vous voulez mais pas par là. Elle était terrorisée à l’idée de se faire sodomiser.

Évidemment, les types éclatèrent de rire, :  « Mais c’est qu’elle serait vierge du trou de balle cette grognasse !!! » commenta le gros homme , bite en main.

— T’inquiète pas , on arranger ça…fit l’autre !!


Tu va commencer par te branler le cul devant nous !! Cambre toi et enfile toi un doigt !!!

Butée, elle fit non de la tête  ce qui lui valut un gifle retentissante, puis des coup de ceinture qui lui flagellèrent les seins. Le type à la ceinture l’attrapa par les cheveux et la tira violemment dans les wc, l’obligeant à s’agenouiller devant la cuvette turc. Il lui enfonça la tête vers le trou  ou flottait encore des restes d’excrément: « Écoute pouffiasse, ou tu te branle le cul ou je te t’enfonce la gueule dans les chiottes… ! »

Écoeurée, elle hurla : « d’accord, je vais le faire !!! ». Le type la fit relever et la projeta d’une gifle vers le lavabo. Elle se vit dans la glace, nue sur ses bottes, le corps striée de marques rouges, la visage marquée…


Brisée, elle se cambra et présenta son cul à ses agresseurs.

-Cambre mieux que çà, salope !! Elle vit qu’il prenait des photos avec un téléphone portable

Il s’approcha de son cul, lui écartant les fesses, il cracha visant le petit trou

-Ça glissera mieux fit il en riant

Elle obtempéra puis se tordant légèrement le buste, elle présenta son index qu’elle posa sur son anus …..

Elle enfonça légèrement. Elle était crispée.

-Enfonce plus fit un des type en lui tordant le téton….. Gémissant, elle fit progresser son doigt

Quand il fut introduit à moitié, le type lui dit :  « Met un deuxième… »

Elle soupira sachant qu’il était inutile de résister ….Elle fit pénétrer son majeur avec difficulté mais elle finit par avoir ses deux doigts dans le cul. Contrairement à ce qu’elle craignait, elle ne ressentait pas de douleur, au contraire ….Cela la surprit.

-Tu vois c’est pas bien difficile

Pendant 5 minutes, les tortionnaires s’amusèrent à la faire se branler. Sophie humiliée, sentit le plaisir monter dans son ventre. Ce n’était pas possible qu’elle puisse aimer ces humiliations et ce traitement !!!!!

Le gros qui se branlait toujours comprit qu’elle mouillait : « Regardez cette pute, je vais lui faire passer l’ envie de mouiller…

Brutalement, il la colla contre le lavabo et posa sa bite sur l’anus que Sophie venait de libérer de ses doigts.

Sans précaution, le gros homme poussa son membre, Sophie hurla de douleur. Un des types lui enfourna sa culotte trempée de pisse dans la bouche…..

Le gros sans relâcher sa pression poussa encore jusqu’à que ses couilles viennent en contact du cul de la pauvre femme Ses suppliques étouffée par le bâillon n’atteignait pas le violeur qui ressortit sa bite à moitié puis la réintroduisit écrasant Sophie entre le lavabo et son ventre. Sous la violence, elle sentit un brûlure intense mais qui se dissipa

Le gros homme continua à la bourrer en s’accrocha à ses cheveux comme si il montait un cheval….

Sophie gémissait augmentant le plaisir des agresseurs. Transpirant, Le gros homme se mit à ahaner et jouit par saccade dans le cul violenté de Sophie. Il se retira en lui claquant le cul d’une magistrale gifle….

Éreintée, Sophie se laissa tomber sur le sol. Son anus la brûlait. Elle n’aurait jamais cru qu’une si grosse bite ait pu lui rentrer dans le cul !!!

Le gros homme en ricanant vint vers elle. Sa bite avait dégonflée et pendait de façon ridicule sous son gros ventre.

-Tu n’étais pas très propre fit il en lui montrant sa queue luisante de sperme et de matière brunâtre…

-Nettoie tes saloperies , connasse !! fit il d’une voix dure

Sans résister, elle pris la bite molle dans la bouche et la lécha en la décalottant jusqu’à que toutes traces aient disparues

A ce moment là, elle entendit des grognements et vit le 4ème type qui revenait avec dans sa main droite une batte de base ball et dans la gauche une laisse au bout de laquelle se trouvait un rottweiler…

Sophie se mit à trembler….

-Voilà ton Jules….dit le type…Il s’appelle Sultan !!!

Tous éclatèrent de rire. Un des type lui passa la ceinture autour du cou et tira dessus l’obligeant à se mettre à 4 pattes. Il la fit progresser comme une chienne en laisse la faisant tourner autour du rottweiler . Ce dernier mit à renifler le cul et la chatte d’ou émanait des odeurs de sexe propre à l’exciter

-Tu vois , il fait connaissance !!!Je crois que tu lui plais…

-Tu devrais être plus sympa !!!

Sophie était tétanisée….Le types la firent coucher sur le dos lui maintenant les jambes écartées. Celui qui tenait le chien le fit avancer dirigeant son museau vers l’entrejambe de la pauvre femme. Sultan se mit à renifler. Sophie sursauta quand sa truffe froide entra en contact avec son intimité.

Le gros flattait le chien qui finit par laper la chatte . Il passa plusieurs fois sa langue.

-Tu vois, il sait que tu n’est qu’une pouffiasse bonne à sucer les chiens…

Comprenant où ces salauds voulaient en venir, Sophie devint hystérique et se mit à hurler : Nonnnn, je vous en prie pas ça !!!. Le chien surprit se mit à gronder

Mais si salope !!!!, tu vas sucer Sultan !!! Ou sinon, je t’enfonce cette batte dans le cul !!

Effarée, elle regarda le type qui lui souriait ironiquement en lui présentant l’instrument….En même temps, elle sentait confusément que ces salopards étaient capables de le faire.


Il la firent relever à la tirant par les cheveux , un autre lui tira les seins, pour l’obliger à se mettre à 4 pattes et à coup de pieds dans les fesses, il la firent s’avancer jusqu’au chien qui se tenait coucher sur le dos.

Son maître le caressait pour le calmer. Le type qui tenait la batte de baseball la posa sur le cul offert de Sophie en disant :  «  Allez , petite chienne suce, ou je t’encule avec ça … ! »En même temps, un autre lui appuya sur la nuque amenant son visage au dessus du sexe de l’animal.

Un flot de larme inonda son visage mais, brisée, elle prit délicatement en main le pénis du chien et tira sur la peau dévoilant le gland allongé et luisant. Mécaniquement, elle le branla, le chien semblait en extase, les yeux mi-clos.

La pression de la batte sur ses fesses lui firent avancé les lèvres et avec un haut le cœur, elle pris la pine du molosse dans la bouche. Le goût était fort mais sans plus. Ne sachant trop comment si pendre, elle aspira le gland rosé sous les quolibets de ses tortionnaires. Le chien se mit à haleter. Elle avait une drôle de sensation dans la bouche sentant le membre gonflé et tressaillir.

Au bout de plusieurs minutes, le gros homme la tira par la laisse et lui bloqua la tête entre ses cuisses lui faisant présenter son cul et dit : « allez, amenez le clebs, c’est heure de la saillie… »

Le chien gémissant fut amené ; Les types le firent grimper les pattes avant sur les épaules de Sophie puis l’aidèrent à positionner sa pine à l’entrée de la chatte trempée de foutre et de salive du chien. Puis le maître l’aida à pénétrer Sophie comme il l’aurait fait pour une chienne !!

Sultan se mit à faire des aller et retour furieux dans la chatte de Sophie tout en poussant des gémissements, labourant le dos de la pauvre fille avec ses pattes.

Tout à coup, Sophie sentit le chien se crispé et un jet de foutre qui n’en finissait pas venir s’écraser sur ses muqueuses. Pendant plus d’une minute le chien lâcha des jets de sperme comme si il pissait.

Finalement, le chien se retira.

-Alors chiennasse…Ca ta plus ? Tu dois avoir soif après ça…

Sophie sanglotait doucement, En riant les types l’amenèrent en la faisant marcher à 4 pattes dans les wc des hommes puis à coup de ceinture et l’adossèrent contre le mur de l’urinoir puis d’un commun accord, ils prirent leur bite en main et visant la femme, ils commencèrent à pisser. Un puis deux puis les quatre se mirent à lui pisser de longs jets jaunâtre. Il faisait exprès de viser ses lèvres car suffocant elle était obligée de respirer et d’ouvrir la bouche avalant des flots d’urine. Sophie était couverte de pisse, ses cheveux dégoulinait ; Elle touchait le fond de l’humiliation.

Quand les 4 types se furent soulager , celui à la batte dit : « Allez , la touche finale !! »

Ils attrapèrent Sophie et la traînèrent dégoulinante d’urine dans les wc, puis sans ménagement, il lui enfournèrent le visage dans le trou.En même temps, elle poussa un hurlement étouffé par l’eau des chiotte, les types lui écartant le cul étaient en train de l’enculer avec la batte de base ball ; Elle crut que son cul se déchirait quand ils réussirent à faire pénétrer le bout de bois d’une dizaine de centimètre.

Puis les types la lâchèrent et elle s’effondra couchée dans les wc.

Quelques minutes plus tard, elle entendit les camions qui démarraient.

Le cauchemar de Sophie était fini….

Diffuse en direct !
Regarder son live