Le site de l'histoire érotique

Avec le chien j'ai baisé ma belle fille et sa pote

Chapitre 1

147
5

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie
publiée le
Histoire lue 68 686 fois

147

9

Il s’était écoulé 2 semaines et Chloé ma jeune belle fille semblait nerveuse. Depuis quelques jours elle tournait en rond à la maison et changeait de tenues, au moins 3 fois par jour.

Ses tenues en dehors du lycée, étaient de plus en plus provocantes. Moi je dirais même très sexy, surtout pour une gamine d’à peine 18 ans, mais sa mère, préférait dire vulgaire, et ça bardait de temps en temps à ce sujet.

Elle la voyait en tant que maman, alors que moi, cette jeune petite pute, que j’avais dépucelée depuis peu, je la regardais plutôt comme une proie, et qui en plus, n’arrêtait pas de me chauffer.

Il lui arrivait même de plus en plus souvent, de passer dans l’entre bâillement de la porte de ma chambre, en string et en soutien-gorge.

Jamais complètement à poil, non, jamais !


Malgré son âge elle venait tout juste d’avoir 18 ans, cette jeune post ado avait déjà compris, son pouvoir d’excitation.

Elle mettait des jupes ou des robes si courtes, pour bien me montrer qu’elle n’avait souvent rien dessous.

Décidément cette petite garce savait y faire, et moi je résistais.

J’avais trop peur qu’elle en parle à ses copines et que ça arrive immanquablement aux oreilles de sa mère.

Combien de temps encore allais-je tenir ?

Je m’étais mis vraiment dans la merde en baisant cette gamine.


Surtout que ma copine devait repartir chez sa mère quelques jours, et je lui avais proposé d’emmener Chloé avec elle.

En fait je cherchais une bonne raison d’éloigner la petite Chloé de la maison.

Je redoutais vraiment de me retrouver seul avec elle, surtout trois jours.


— Oui c’est vrai mon cœur, mais cette année c’est le Bac et je ne veux pas qu’elle rate le lycée, pendant 2 jours.


La semaine passa trop vite et jeudi matin était le jour du départ de ma petite femme.

Un dernier baiser et elle me dit :


— On se sms sur la route mon cœur, et prends bien soin de la petite.


La journée passa assez vite, et vers 18h j’étais enfin à la maison. Ma petite belle fille vint m’accueillir avec son plus beau sourire et à la place des 2 bises habituelles, elle me fit un tendre smack sur la bouche et s’en retourna directement dans sa chambre.

J’étais allé prendre ma douche et j’étais encore enroulé dans mon grand drap de bain, quand je me suis posé devant la TV.


— Tu veux que je prépare une petite quiche mon papounet pour tout à l’heure ? Me lança Chloé depuis la cuisine.

— Heuuuu oui si tu veux.


Au bout d’une trentaine de minutes, elle revint avec une superbe quiche, mais dans une tenue, qui ne laissait aucun doute, sur ses aspirations.


— Wow !! Tu vas où habillée comme ça ? Elle fit semblant de rien, et en me souriant d’un air détaché, elle reparti récupérer les couverts.

— Voila ! Bon bah y’a plus qu’à s’installer. Ooops qu’est-ce que tu m’as dit au faite, tout à l’heure. J’ai pas compris.

— Non non, rien de spécial, ha si, sûrement que tu étais bien habillée.

— Ha oui merci, j’aime bien cette petite jupe, je la mets pas souvent.


En effet "petite" jupe était le mot approprié, mais moi j’aurais plutôt dit "micro" jupe.

Cette minijupe blanche volante, était un véritable appel au viol !!

Le dîner fut expédié en une vingtaine de minutes, puis après une petite heure environ devant la TV, j’avais décidé d’aller me coucher, afin d’éviter un nouveau tête à tête avec la petite.

Elle était dans sa chambre avec son chien, et son téléphone surtout, car j’entendais les incessants bip de ses sms.


— Bonne nuit ma chérie, je file me coucher demain je me lève tôt. Bisous


Presque immédiatement, elle me répondit :


— Déjà ? Et bien bonne nuit et à demain. Tout en continuant avec ses sms.


Pourtant dans la chaleur de la couette, il m’était difficile de penser à autre chose, qu’à cette post ado, qui m’avait tellement excité quelques semaines auparavant.

Pour tenter de l’oublier et passer à autre chose, j’ai commencé à me branler

Était-ce l’odeur, ou le très peu de bruit que je faisais en me secouant la bite sous la couette, toujours est-il que Rusti, le chien de Chloé s’est arrêté devant la porte et s’est assis à 2 m de moi.

Pensait-il que j’avais besoin de son aide ?

Ho et puis pourquoi pas, ce chien m’avait déjà démontré, qu’en quelques minutes, il était capable de me donner beaucoup de plaisir.


Ce soir-là je me sentais totalement désinhibé.

Pour ne pas attirer l’attention de ma petite belle-fille, j’ai juste soulevé un peu ma couette, sans dire un seul mot.

Le chien m’a fixé quelques secondes, puis il est venu près de mon lit. Je l’ai laissé s’approcher, je me suis tourné sur le côté.

Lentement et presque timidement, il s’est approché du bord du lit, a tendu son museau vers mes fesses, et il a commencé à lécher mon petit trou.

Ma queue, est très vite devenue dure, et j’ai commencé immédiatement à me masturber. Je ne voulais surtout pas que ça dure trop longtemps, alors je me suis remis tout de suite sur le dos, j’ai écarté mes cuisses et je lui ai offert mon anus.

C’était divin !


L’excitation est venue très vite, car ce chien était vraiment très habile. En même temps, mon esprit était accaparé par le petit cul de Chloé, que j’imaginais aller et venir, le long de ma bite.

Le chien accélérait de plus en plus ses léchouilles, avec sa langue chaude et râpeuse. Il poussait fort avec son museau le salaud, comme s’il voulait me prendre.

Je sentais qu’il commençait à s’exciter. J’avais l’impression de devenir un vrai pervers, mais qui n’a pas goûté à la langue d’un chien, ne peut pas comprendre.

Puis il a commencé à me lécher les couilles. Après quelques secondes je lui ai tendu ma queue, il n’a pas hésité une seconde, et il a pris possession de mon gland.

Putain l’enculé, comme il me suçait bien, c’était trop bon.

J’ai préféré couper court, j’étais si excité que je n’ai pas eu besoin de me forcer et je lui ai balancé tout mon sperme dans la bouche. Il a continué à me lécher comme ça et à tout nettoyer, ne laissant même pas une seule goutte.


Après cette belle et bonne toilette, je me suis juste retourné et me suis endormi je crois, en quelques secondes.

Le lendemain est passé très vite, nous étions déjà vendredi et vers 17h j’avais terminé.

Mais cette fois j’avais une autre idée en tête, j’aurais bien mis un petit coup à ma petite salope de belle fille avant que sa copine arrive.

J’avais pensé à elle toute la journée, et j’étais super excité.

18h et Chloé arriva enfin à la maison.


— Comment ça va mon papa? Tout en montant sur demi-pointes, pour me coller un sensuel smack.


Huuuuum sa bouche était chaude et humide, et ses lèvres tendres. Sa mère n’était pas là, donc elle en avait profité pour s’habiller très sexy, trop même.

Je me disais quand même, qu’elle devait les rendre fous, tous ces p’tits ados boutonneux qu’elle fréquentait dans son lycée.

Une bombasse comme ça et de cet âge, ça ne courait pas les rues, ni les lycées !

Puis elle est repartie, en direction de sa chambre.

Elle était vraiment bonne cette merdeuse, et elle me faisait un effet..!


— A quelle heure arrive Valentine ?

— Vers 20 h.


Puis de rajouter en souriant.


— Je sais qu’elle te plaît bien ma pote, allez avoue.

— Heuuu non pourquoi ?

— Chaque fois qu’elle vient, tu la mates lol, comme ça se voit trop lol Elle est bonne hein ? En plus c’est une petite chaude.

— Quoi ? Mais non ! Oui c’est vrai qu’elle est pas mal, mais j’la regarde pas plus que ça.

— Mouaiiis c’est ça, me répondit Chloé. Mais t’inquiète pas, tu pourras la baiser crois-moi, elle est prête.


Elle avait à peine 18 ans et s’exprimait déjà, comme une femme expérimentée.


— Hoooo tu penses un peu à maman quand tu me dis ça ?

— Non c’est vrai, mais toi non plus, quand tu m’as dépucelée.


Quelle garce !

Puis elle se colla à moi, pris ma main, et sans rien dire, me la posa sur ses fesses.

Wow ! Effet immédiat... et sans aucune gêne elle prit ma bouche. Cette petite salope embrassait vraiment à merveille.

Elle savait faire bouger sa langue dans ma bouche. Je commençais à lui pétrir ses jolies petites fesses, et c’est là que je me suis rendu compte, que malgré la petitesse de sa jupe, cette petite pute ne portait pas de culotte.

Je laissais traîner mes doigts entre ses fesses, Elle avait vraiment, un superbe petit cul tout rond.


— T’as vu mon papa, j’ai rien dessous. Ça t’excite hein vieux salaud.


Je l’ai alors soulevée par la taille et par les fesses, et sans qu’elle lâche ma bouche, je l’ai portée jusqu’à sa chambre.

Sans perdre une seule seconde, je l’ai couchée sur le dos en missionnaire, j’ai écarté ses cuisses, mais ce n’était pas la peine elle les avait déjà ouvertes d’elle-même et les tenait par les genoux.

J’ai écarté ses petites lèvres et j’ai commencé à lui bouffer sa chatte.


— J’en avais trop envie t’arrête pas.


C’est sûr je n’allais pas arrêter, car maintenant, mon gourdin était dur comme du bois. Je n’arrêtais pas de cracher dans sa petite chatte et de la lui lécher.

Putain comme elle était bonne la petite moule de cette merdeuse, elle était étroite, elle était presque pucelle, je ne l’avais baisée qu’une seule fois, et elle était vierge à ce moment-là.


— Mmmmm c’est bon..!


N’arrêtait pas de me dire Chloé.

J’ai immédiatement glissé mon majeur dans son vagin et j’ai commencé mes va-et-vient, tout en lui bouffant le clito. Elle était déjà trempée.

Après quelques minutes, j’ai laissé mes doigts dans sa chatte je suis remonté bouffer ses gros seins.

Ces tétons étaient tout durs, rarement je n’avais eu autant d’excitation. Elle était si jeune, du haut de ses à peine 18 ans, et elle avait une telle maturité sexuelle, c’était déconcertant...


— Viens, viens ! Monte-moi dessus et baise-moi, j’ai trop envie de ta queue.

— Suce-moi d’abord.


À genoux devant elle, j’ai rempli sa bouche jusqu’au fond, avec ma bite.

Elle ne pouvait plus parler mais mon dieu, qu’est-ce qu’elle me la bouffait bien.

Elle était couchée sur le côté, et pendant qu’elle me faisait une gorge profonde.

Je lui pressais les seins, les fesses, et je n’arrêtais pas d’enfiler mes doigts dans son con.


— Ouiiiii petite pute vas-y, pompe-moi bien, J’adore ça.


J’ai enfoncé tellement ma queue au fond de sa bouche, qu’elle était obligée de déglutir sans arrêt.


— Ouiiiii c’est trop bon continu


Elle me suçait, tout en me caressant les couilles et en passant un doigt entre mes fesses.

À plusieurs reprises même, elle avait enfoncé un peu, un doigt dans mon anus, c’était divin.

Je n’avais plus qu’une envie c’était de la baiser cette salope. Je l’ai alors retournée à 4 pattes, et je l’ai violemment prise en levrette.

Le spectacle était des plus excitants.

Même pas eu besoin de remonter sa micro jupe, dans cette position, elle était remontée toute seule, juste à la hauteur de ses fesses, et comme elle était trempé, pas besoin non plus de la préparer, ma queue s’est enfoncée comme dans du beurre.


Je n’arrêtais pas de la ramoner. Je la tenais fort parler hanche et je ne pouvais pas m’empêcher de la fesser de temps en temps, elle gémissait vraiment comme une petite pute.


— Continue papa, tu vas me faire jouir, j’en peux plus. Baise-moi bien c’est trop bon.

— Moi aussi je vais jouir ma petite pute, tu me fais trop bander et je ne vais pas pouvoir me retenir longtemps.


Tout d’un coup elle a passé ses mains entre ses cuisses, a pris mes couilles entre ses doigts et les a serrées, comme jamais on me l’avait fait. Normalement j’aurais dû avoir mal, mais au contraire ça a provoqué une excitation que j’ignorais totalement.

Tout d’un coup, la sonnerie à la porte !!


— Putain mais qui c’est ?

— Valentine peut être ?

— Mais c’est pas encore l’heure si !?


Bref, il fallait que j’arrête tout de suite.

M’adressant à Chloé :


— Je vais à la salle de bain, va ouvrir, dans cet état, je ne pourrai pas cacher ma queue.


Elle a tiré un peu sur sa jupe en riant et s’est dirigé vers la porte.


— Coucou ça va ? Mais c’est déjà l’heure ? J’ai pas vu le temps passer.


C’était Valentine Grrr en arrivant une heure avant, cette connasse avait fait foirer mon coup !

Après avoir rincé ma queue à l’eau froide, pour qu’elle dégonfle, je suis sorti saluer la pote de Chloé.

Wow ! Ha la vache ! Voilà une deuxième petite salope me suis-je dit.

On aurait dit qu’elles s’étaient passé le mot. Sa robe n’était pas plus longue que celle de ma petite belle-fille, juste d’une autre couleur, jaune.

Elle s’était immédiatement aperçue de mon trouble en la voyant. Elle s’est approché de moi et m’a fait la bise, mais beaucoup plus prêt de la bouche que d’habitude.


Je sens que je vais être obligé de me branler tout seul ce soir.


— Alors on se fait une soirée à trois ce soir Alain ? Lança Valentine avec un petit air coquin.

— Bah je sais pas trop ce que vous avez prévu, vous sortez ?

— Naaaan ce soir on reste à la maison tous les trois, ça te va? répondît Chloé à sa pote.

— Grave ! Ca vous ennuie pas Alain ?

— Heuuu non non ok.


Mais moi j’étais encore dans mes pensées, et dans le faite que 10 min avant j’étais en train de baiser ma petite belle-fille, et je suis allé dans ma chambre, avec l’idée de me soulager tout seul. Car j’étais encore très excité.

Le chien m’a emboîté le pas, et je n’ai rien dit. À peine arrivé dans ma chambre, j’ai immédiatement baissé mon jean’s, et ce con de clébard est venu directement lécher mon gland.

Hooooouuuu c’était trop bon, car ce "coïtus interrompus" m’avait tout de même laissé un goût amer.


— Oui vas-y suce la bien mon salaud, faut que je fasse vite..!


Et comme s’il m’avait compris il augmenta la cadence.

Au bout de quelques minutes je voyais bien sa tige tout rouge et son petit bout triangulaire sortir de son fourreau, il était lui aussi très excité.

J’étais complètement inconscient, je me suis mis entre ses jambes j’ai écarté ses pattes antérieures j’ai pris sa queue dans ma bouche.

C’était fou, on se faisait un 69 avec le chien et putain que c’était bon. J’étais tellement excité que je n’ai pas voulu me retenir plus longtemps et au bout d’une minute je lui ai balancé toute ma purée dans la bouche. Purée qu’il a complètement avalée. Puis je me suis levé rapidement et je l’ai laissé là avec son érection. Ho et puis merde, chacun son tour d’être coupé dans son élan.


— T’inquiète pas Rusti, je te finirai une autre fois. Lui dis-je d’un air désolé. Mais il ne semblait pas éprouvé.


J’ai rapidement pris une douche, me suis rhabillé et à peine 10 min plus tard j’étais de nouveau avec les filles.

Quand je suis revenu dans le séjour, il y avait une drôle d’ambiance, je me suis installé dans le canapé.


— J’ai raté quelque chose ?

— Non, on se demandait juste, me répondit ma jeune belle-fille, laquelle tu avais le plus envie de baiser.

— Quoi ? Là j’étais scotché


Le canapé était en forme d’angle. J’étais sur l’un des côtés et elles côte à côte sur l’autre côté.


— Bah oui Alain, mais peut-être que je ne vous plaît pas...

— Heuuu si beaucoup mais...

— Mais quoi papa regarde comme elle est bonne ma pote.


Tout en lui caressant un sein.

La petite Valentine savait que j’étais juste en face d’elle, et elle écarta alors, un peu ses cuisses, montrant ainsi sa petite culotte blanche.

Est-ce que je rêvais, ou ces deux ados me proposaient vraiment un plan à 3 ?

Bien que toutes les deux venaient tout juste de fêter leur 18 ans, comme beaucoup d’ados de leur âge, et malgré leur tenue hyper provocante, elles semblaient à peine, entrer dans l’adolescence, si je ne les connaissais pas, je leur aurais donné à peine 15/16 ans.

C’est certainement ce qui dans mon fantasme, augmentait l’excitation.


— Et si je venais à côté de vous Alain, ça vous gênerait ?


Sans prendre soin de tirer sur sa petite robe jaune, elle se leva et vint s’asseoir à côté de moi.

Si près d’ailleurs, que nos cuisses se touchaient. J’étais vraiment troublé par cette proximité physique.


— C’est mieux comme ça non? Me dit-elle en souriant. Immédiatement après, Chloé vint se mettre de l’autre côté de moi et aussi collée à moi que sa copine. Ooops !


Manifestement, il se passait quelque chose. Aucune des deux, n’avait pris la peine de baisser un peu sa robe, si bien que j’étais en première loge pour voir, leur entre jambes ou plutôt leur petite culotte.

Après quelques banalités sur leur lycée, ma petite belle-fille se tourna rapidement sur moi et pris ma bouche dans la sienne, fouillant ma bouche avec sa langue avec une maîtrise parfaite.

Je n’avais même pas eu le temps de réagir, que Valentine, caressait déjà mon sexe.

Je ne pouvais pas la voir, car elle était masquée par le visage de Chloé qui n’arrêtait pas de m’embrasser. Mmmmmm je n’arrêtais pas de gémir de plaisir, Valentine qui avait bien entendu, senti mon excitation dans sa main, s’était empressée de baisser mon zip.

En quelques secondes elle avait pris mon membre dans sa bouche, et le mangeait avec gourmandise.


— Huuuum, elle est bonne et dure cette queue, t’avais raison Chloé.


Mais elle ne répondit pas, trop occupée à fouiller ma bouche avec sa langue.

Elle me crachait sa salive dans ma bouche, c’était juste incroyable d’excitation.

Mais où donc, avaient-elles appris ce genre de truc ? Elles avaient dû en bouffer des films X.

Chloé, avait déjà ouvert totalement ma chemise et elle descendu lécher le bout de mes tétons. Je voyais sa langue tourner autour de mes bouts, et pendant ce temps, la petite Valentine suçait mon dard tout en me branlant.

Elle m’astiquait, comme si c’était la première fois qu’elle suçait une queue.


Je bandais dur, très dur et ces deux merdeuses m’excitaient tellement, que j’en avais mal à la queue. Toutes les deux, s’acharnaient à me faire triquer, et je dois avouer, qu’elles y arrivaient à merveille.


— J’veux que tu m’baises Alain


Et sans dire un mot, Valentine vint s’asseoir sur ma queue, elle écarta sa petite culotte sur le côté, pris ma queue avec une main, comme pour mieux la guider, et s’empala dessus jusqu’à la garde.

Puis elle passa ses mains autour de mon cou, et, s’appuyant sur mes épaules, elle commença ses va-et-vient.

J’avais l’impression de ne pas avoir mon mot à dire. Pendant ce temps, Chloé lâcha mes tétons, pour s’occuper de ceux de sa copine.

Elle lui baissa le haut de sa robe, cette petite gamine avait de très gros seins, et ne portait pas de soutif.

Chloé les soupesa quelques secondes, puis elle les prit à pleine bouche.


Chloé s’était mise à genoux sur le canapé perpendiculaire à nous deux, et d’où j’étais, je voyais son corps parfait, onduler devant moi. J’en ai profité pour laisser mes doigts entre ses cuisses, et j’ai commencé à la pénétrer avec deux doigts, puis trois.

La petite pute adorait ça, et elle commençait à prendre son pied. Elle gémissait chaque fois que je rentrais un peu plus profond dans sa chatte.

Et pendant ce temps, Valentine l’autre merdeuse, me bourriquait sans une seconde de répit, elle s’acharnait vraiment sur ma queue, mais oh putain, comme c’était bon, elle était jeune donc très étroite, et je sentais chaque pore de son vagin. Elle était vraiment trop bonne cette petite salope.


— Je sens que je vais cracher bande de petites putes, je peux plus me retenir.

— Encore une seconde, me répondit Valentine, je vais venir.


Elle n’eut pas le temps de finir, qu’elle se mit à crier comme une folle.


— Hooooooo ouiiiiiioo c’est boooooooo baise-moi ouiiiii baise-moi encoooore !!


Elle criait sans s’interrompre, j’en avais même peur pour les voisins. Mais qu’est-ce qu’elle m’excitait.

Moi je n’en pouvais plus, et après une bonne quinzaine de secondes à se tortiller et à s’empaler sur ma queue, Elle me dit :


— Vas-y crache dans ma chatte j’ai envie de sentir ton sperme, et ne t’inquiète pas je prends la pilule.


J’ai sorti immédiatement mes doigts de la chatte de ma petite belle-fille j’ai pris Valentine par la taille et par le cou, j’ai donné deux coups de bassin et je me suis entièrement vider au fond de son vagin.

Je n’en pouvais plus de plaisir d’autant que Chloé était revenu prendre ma bouche c’était exceptionnel.

On est restés comme ça quelques minutes, les uns dans les autres à nous reposer.