Le site de l'histoire érotique

Aventure avec Josy

Chapitre 1

9
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 793 fois

9

0

Avec Josy, nous revenons d’une visite dans une usine de bombons. Nous stoppons sur un parking d’une station service. Je l’attends quand je reviens de faire mon petit pipi. J’ai laissé ma robe relevée, permettant aux passants de regarder mes jambes et de se faire une idée du haut. Je me sens d’humeur badine. Josy revient enfin.

Je lui demande d’aller se garer sous un arbre.

• Pourquoi ?

• J’ai envie.

• De quoi ?

• De jouir, de me branler et toi ?

• Maintenant que tu le dis, pourquoi pas.

Elle trouve un endroit calme sous un grand arbre, derrière un buisson. Parfait pour moi. Je ne vais pas lui imposer ma masturbation, je sors du véhicule, je me cache derrière pour enlever le string. Mes mains caressent les cuisses, montent doucement comme si une autre personne s’occupais de mon plaisir.

Je suis mouillée à souhait. Je reste les fesses collées à la carrosserie. J’espère que Josy ne me voit pas. Je passe rapidement deux doigts dans la fente. Malgré moi je fais un mouvement vers l’avant. C’est bon, je commence à me branler.

Mes deux doigts frottent le clitoris. Le plaisir grimpe en moi. Il faut que je mette deux doigts de l’autre main dans le vagin : je me doigte lentement.

Je ressens l’autre besoin impérieux, il faut que je me caresse l’anus. Ah, l’anus, j’aime jouir avec lui. Je m’accroupie en partie pour mieux me toucher le petit trou : il me semble que je serais bien mieux en position de faire pipi. C’est ainsi que j’arrive mieux à mon cul. Je passe une main derrière mes fesses. Je sens avec plaisir ma main dans la raie : je sais que j’arrive là où il faut. L’anus est là, sous mon doigt. Je le caresse autour un instant et n’y tenant plus je le rentre un peu au début. Je le fais aller et venir : je le veux profond. Je suis limitée par la longueur des phalanges.

Je ferme les yeux, concentrée sur mon plaisir intime. Je gémis malgré moi. Je vais jouir. Je jouis.

Quand j’ouvre les yeux, pile devant moi une ombre, celle de Josy.

• Bravo, tu te branle bien. Placée comme tu es, tu ne veux pas me sucer ?

• Te sucer, mais pourquoi ?

oqusnfuu

• Pour me faire jouir.

Elle me demande une chose impensable : la sucer, elle ma copine… Et puis, après tout pourquoi mas, un peu de complicité ne nuit pas. Je n’ai pas grand-chose à faire, juste me pencher un peu vers elle, vers son sexe découvert, juste devant moi sans pudeur. Je vois qu’elle est poilue, qu’elle est mouillée. D’une main elle tient haut sa jupe, de l’autre elle écarte ses lèvres. Je vois toute sa chatte ou presque. Ma main revient sur la mienne. Je me branle encore. Je me penche un peu, juste ce qu’il faut pour que mes lèvres embrassent sa fente.

Je suis assaillie par ses odeurs, par son gout particulier comparé au mien. Je me sens des envies canines, je la lèche comme un chien (comme j’ai vu une fois) Je pourrais la mordre, lui dévorer toute sa féminité. Elle me met en appétit. Je m’empare de ses fesses pour la tenir. Je sens tous les grains de sa peau. J’aspire le clitoris, je le rejette, le reprends à nouveau et elle gémit jusqu’à la fin quand je sens les spasmes l’envahir.

La suite après cette entrée en matière ? C’est elle qui la dicte. Elle connait bien le chemin pour aller à la station d’après, où elle me l’avait caché existe un hôtel. Je pense qu’à 15 heures on va nous refuser la chambre demandée.

La réceptionniste souriante nous donne une clé. Elle nous fait un beau sourire quand elle demande pour combien de temps nous allons rester. Je suis rouge de confusion. Très à l’aise Josy indique que nous en aurons bien pour deux heures. Resourire en nous menant vers la chambre. J’ai l’impression que si elle le pouvait elle viendrait avec nous. Elle attend que Josy m’embrasse pour fermer la porte. Elle a du se branler plus tard en pensant à nous.

J’avais commencé par avoir une envie brutale de jouir, j’ai débauché Josy et c’est elle qui devient mon amante.

Après le baiser plus qu’appuyé, Josy me fait tomber sur le lit. Elle s’attaque à ma ceinture pour enlever la jupe, puis aux boutons de mon haut. Il ne me reste qu’un vague soutien gorge qu’elle fait partir en deux temps trois mouvements.

Je suis nue devant elle qui commence à venir poser sa bouche sur moi. Elle m’embrasse partout, même aux endroits impossibles. Dans l’immédiat se sont mes seins qui reçoivent le plus sa bouche et sa langue. Je sens mes pointes se durcir. Elle y ajoute sa main, sa redoutable main, celle qui fait fléchir les plus rétives. Deux doigts labourent lentement la fente. Ils glissent sur moi portés par ma mouille.

Enfin elle frôle le clitoris. Je gémis de plaisir et de bonheur. Ses doigts sont merveilleux. Je suis tendue, je me donne à elle, une autre femme. Je ne le regrette pas du tout. Qu’elle sait bien me faire du bien. Je n’ai pas le temps de m’attarder sur le ravissement : je jouis trop vite.

Elle est nue près de moi, contre moi. Je me blottie sur elle. Sa main revient sur ma chatte. Elle ne fait rien que me toucher. J‘ai encore envie d’elle. Elle le sait bien quand elle vient sur moi qu’elle se met en 69. Je retrouve son odeur perdue depuis quoi ? Une petite heure. Mais je récupère sa langue sur moi. Elle remplace avantageusement ses doigts.

A partir de là, je ne sais plus combien de fois j’ai joui, comment je lui ai donné des orgasmes en pagaye.

Nous devions rester deux heures. Ce n’est que le lendemain matin très tôt que nous avons reprit l’autoroute. Elle a refusé que je remette mon string : je suis avec la jupe à mi cuisse. J’ai un devoir : me faire du bien. Ma main ne quitte pas ma chatte. Je me caresse plus ou moins vite pour jouir souvent devant elle qui souvent s’arrête dans un parking pour satisfaire sa libido.

J’aime la voir se masturber, elle aime que je le fasse aussi. Surtout depuis que nous vivons ensemble.