Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Lue 2 056 fois
  • 9 J'aime
  • 0 Commentaire

Aventures de Patoun

Chapitre 2

Lesbienne

J’étais quand même un peu gênée de me promener dans la rue la main dans la main avec cette jolie blonde BCBG. Ado, cela m’était souvent arrivé avec mes copains ou copines et cela n’attirait pas les regards comme ce soir de mai, en plein jour. J’avais remarqué qu’elle n’avait pas remis son soutien-gorge après son essayage et je souriais à la vue de ses seins qui balançaient sous son chemisier au rythme de nos pas. Elle s’en rendit compte et jeta à son tour un regard sur la naissance visible de mes seins. On échangea un sourire qui exprimait sans peine nos envies.

— Moi c’est Patricia ou Patoun et vous Madame ?

— Nadège. Ah on est arrivées.

Elle entra dans un bar sympa et choisit un box près de la fenêtre au fond de la salle, après avoir passé la commande de deux martinis.

— J’ai beaucoup aimé ton petit spectacle dans le magasin, tu as un corps de rêve et j’ai été très troublée. Je n’ai pas pu voir ce qui se passait quand tu étais dans la cabine avec la vendeuse mais çà a visiblement plu aux deux sauterelles dont l’une, la petite brune, a pris des photos avec son portable. Tu devrais faire attention.

— Des photos !? Ah non là elles exagèrent, c’est pas cool. Et je ne les connais pas en plus. J’espère seulement que l’on ne voit pas mon visage.

— Je te le souhaite mais ce serait dommage. Il donne envie d’être caressé, embrassé, sans parler du reste. A propos Patoun tu as très sagement refermé ton corsage. Peux-tu ôter ce troisième bouton qui m’empêche de voir tes superbes petites pommes ? Je t’imiterai ensuite.

J’hésitais quelques secondes en regardant autour de nous. Rassurée, je me suis exécutée, écartant légèrement les pans de mon corsage pour cette belle femme et me disant qu’après tout uniquement certains passants et le serveur pourraient y plonger leurs yeux et voir mes seins nus. Les yeux de Nadège brillaient de convoitise. Comme promis, elle ôta les deuxième et troisième boutons de son chemisier sans me quitter des yeux. Elle l’ouvrit discrètement et fit apparaître pour moi seule deux obus d’une rare beauté, aux brunes aréoles et tétons granuleux.

— J’ai rarement vu une poitrine aussi belle et attirante Nadège. Je suis exhibitionniste je le reconnais et j’ai accepté, presque sans défense comme lorsque, ado souvent sans culotte ni string, quelques copains et copines qui le savaient m’avaient mis au défi de relever ma jupe ou baisser mon jean pendant une minute en classe après les cours, sans bouger. De plus je leur avais avoué un mois avant que j’étais vierge et que me mettre nue devant eux ne me faisait pas peur, qu’au contraire je trouvais çà marrant. J’ai finalement osé, offrant mon sexe et mes fesses à leurs regards puis à leurs caresses, leurs lèvres et leurs doigts inquisiteurs à l’entrée de mon vagin ou de mon oillet. Ma copine Karine en a profité pour palper mes seins sous mon soutif. Les attouchements n’étaient pas prévus mais je me suis laissée faire et j’ai adoré. C’est avec elle que j’ai eu ma première expérience sexuelle quelques semaines après. J’en ai un souvenir inoubliable, un vrai délice, délire des sens aussi... Ce fut le début d’une série en cinq épisodes, le temps que chacun et chacune puisse se donner en offrande. C’était la première fois que d’autres doigts que les miens visitaient l’entrée de mes deux petits trous et la première fois que j’ai tenu entre mes doigts pendant quelques secondes le sexe durci d’un garçon. Ce fut cette année là le début aussi de ma recherche du plaisir, plus avec les filles qu’avec les garçons. Et vous êtes vous exhibitionniste ?


C’est à ce moment qu’est arrivé le serveur avec nos deux verres. Un peu décontenancé il nous servit, s’attardant plus que nécessaire sur nos seins offerts à ses yeux gourmands. Nadège et moi avons souri et l’avons remercié.

— Vous êtes très belles mesdames. A votre service.

Le garçon porta un autre plateau à une table voisine et rejoignit le bar. Un couple dans la quarantaine très beaux tous les deux s’arrêta derrière la vitre pour discuter. Une ou deux minutes plus tard l’homme a baissé la tête, ne perdant pas une miette de nos poitrines en liberté. Il fit un signe à sa femme qui fixa avec un vif intérêt ces attirantes mamelles. Sans nous concerter Nadège et moi les yeux dans les yeux avons caressé le sein le mieux exposé, titillant le téton. Mon autre main se fondit dans celle de ma complice. Le couple disparut pour réapparaître à nos côtés quelques instants plus tard.

— Mesdames nous voudrions vous inviter à sortir avec nous ce soir dit le mari.

Je me disais « Et plus si affinités ?». Nadège réfléchit un court moment.

— Ce serait avec plaisir mais nous ne sommes pas disponibles.

— Qu’à cela ne tienne je vous laisse mon numéro de portable répondit l’épouse dont les yeux sautaient d’une poitrine à l’autre.

Je me tournais vers la dame qui griffonna son numéro sur un papier, le glissa dans mon corsage et prit possession successivement de chacun de mes seins aux bouts érigés qu’elle fit rouler entre ses doigts soignés. J’eus du mal à retenir un « Oh » de plaisir. Je remarquais un début d’érection chez son mari qui lui aussi avait rendu hommage aux obus de ma belle.

— C’est vraiment un plaisir de rencontrer de si jolies femmes continua l’épouse. A très bientôt j’espère.

— Promis on se rappelle lui répondis-je en lui tendant mon numéro de portable.

Nadège et moi nous sommes regardées et mes mains ont à nouveau glissé dans les siennes, sensuellement.

— Je crois que notre jeune serveur et ce couple auront du mal à s’endormir ce soir. Non Patoun je ne suis pas exhibitionniste comme toi, mais nous sommes nudistes dans la famille et me montrer nue ne me pose pas de problème. Je sais que tout à l’heure vous me regardiez toutes les trois quand j’étais en string dans la cabine et ce fut pourtant différent, j’ai aimé vous laisser observer longuement mes formes. Cela dit je reconnais que nue sur la plage avec mon mari et mon fils j’éprouve un plaisir certain lorsque des hommes ou des femmes plus ou moins jeunes détaillent mon anatomie sous tous les angles surtout que comme toi pas un poil ne cache les lèvres de mon sexe. C’est cependant la première fois que j’expose mes seins ainsi et qu’un inconnu les caresse, qui plus est dans un bar. Heureusement qu’il s’est vite arrêté car mes bourgeons sont très sensibles. J’arrive à avoir un orgasme quand mon mari ou mes amantes les sucent et les mordillent avec leurs dents. Je veux que tu saches que mon mari n’est pas au courant de mes aventures et c’est bien ainsi. Hormis mes aventures d’ado je n’avais pas encore trompé mon homme avec un autre. Je n’en reviens pas de ce que nous avons fait ce soir et je te remercie de m’en avoir donné l’occasion et peut-être d’avoir une aventure avec ce couple. Mon travail à mi-temps chez un éditeur me laisse heureusement pas mal de temps libre. Bien et toi que fais-tu dans la vie ?

— Je termine mon stage d’EPS dans un lycée de banlieue, c’est dur mais c’est bientôt terminé. Je vais avoir 22 ans la semaine prochaine, célibataire et suis depuis deux semaines la partenaire sexuelle d’un couple d’une quarantaine d’années, les Dervain, parents d’une fille de mon lycée. Je crois que nous allons arrêter de nous voir car leur fille va finir par nous surprendre. Samedi dernier ils m’ont emmené dans leur club échangiste, sur ma demande, ils font partie des habitués. Mes deux amis m’ont fait danser. Seuls sur la piste, on s’embrassait, se caressait tour à tour. Ils avaient exigé que je vienne nue sous mon chemisier et ma jupe, comme aujourd’hui. Ils ont plusieurs fois ouvert mon chemisier et relevé ma jupe et me caressaient en dansant au bord de la piste m’offrant quasi nue à la dizaine de spectateurs ravis. J’étais dans un état d’excitation intense. Puis ils m’ont déshabillé et demandé d’aller les saluer, un par un. Ils et elles avaient entre 20 et 50 ans et pas mal dans l’ensemble. Ce que j’ignorais c’est que cela signifiait que j’acceptais de faire l’amour avec chacun d’eux. Quelques hommes et femmes étaient déjà à moitié nus. Des mains baladeuses ont vérifié la fermeté de mes seins, de mes fesses ou la moiteur bien avancée de mon sexe rasé. Cà s’est terminé vers trois heures du matin, j’étais épuisée. Je n’ai jamais eu autant d’orgasmes en une nuit et avec des inconnus, hommes et femmes. Sinon je préfère les filles, elles sont plus douces, plus sensuelles. Et vous Nadège je vois que vous êtes mariée .

— Oui je me suis mariée jeune, à 19 ans, enceinte de mon mari. Mon garçon a maintenant 12 ans. Depuis trois ans j’ai des aventures avec des jeunes femmes. Certaines étaient mariées ou divorcées. Mais ce n’est pas nouveau puisque ma première expérience sexuelle féminine date aussi du collège. C’est bizarre je n’ai pas la sensation de tromper mon mari quand je fais l’amour avec une femme. D’ailleurs il faut que j’y aille sinon mon portable va bientôt sonner. Allez, échangeons nos numéros et réajustons nos tenues. Je t’appelle demain sans faute.

Une fois sorties, on s’est embrassées comme deux copines, quand les deux filles du magasin arrivaient.

— Mesdemoiselles, je crois que vous avez quelque chose à montrer à mon amie leur dit Nadège.

— Pardon madame de quoi parlez vous dit la petite brune ?

— De vos photos mademoiselle. Bon je vous laisse, je dois y aller. A bientôt Pat.

Je ne savais quoi dire, gênée et elles souriaient de leur air coquin.

— Pouvez vous me montrer les photos que vous avez prises de moi au magasin ?

— Pas de problème et vous verrez elles sont très réussies mais à une condition : vous acceptez que je vous photographie seins nus, c’est la seule photo qui est ratée.

Au point où j’en étais, pourquoi pas une photo de plus, mais alors mes seins uniquement mes seins.

— Bon d’accord. Mais donnez moi d’abord votre portable que je regarde ces photos.

J’écarquillais les yeux en me voyant dans les positions les plus indécentes avec la vendeuse du magasin, dans la cabine d’essayage, une photo avec mes fesses et mes cuisses largement ouvertes par ses mains, une autre où un doigt tentait de fouiller mon anus, puis trois autres de face le sexe en gros plan avec mes grandes lèvres ouvertes par des doigts agiles ou avec deux doigts profondément introduits dans mon vagin. Ce pouvait être n’importe qui car on ne voyait pas mon visage. Ouf l’honneur était sauf. Enfin pas tout à fait.

— C’est vrai qu’elles sont réussies vos photos mademoiselle. Où voulez vous aller pour faire celle qui manque à votre panoplie dis-je en rendant le portable à ma brunette ?

— Un peu plus loin, dans la rue à droite je connais un endroit discret dans l’entrée d’un immeuble où nous serons tranquilles.

Arrivées sur place, la rouquine enleva mon corsage, m’en couvrit la tête et, passant derrière moi fit tomber ma jupe à mes pieds. J’étais complètement nue face à deux délurées.

— Hé les filles les seins sont en haut, pas en bas.

— C’est vrai mais votre bas est aussi beau que le haut. Comme çà on aura une photo complète me répondit la rouquine en me caressant les fesses et les seins, pendant que sa copine faisait photo sur photo.

— Hé bien c’est fini non ?

— Non une dernière, un gros plan de vos seins. Vraiment ils sont trop beaux. Voilà c’est fait.

J’eus à peine le temps de porter mes mains à ma tête pour enlever mon corsage protecteur que chacune de mes pommes était aspirée par une bouche différente aux lèvres d’une grande douceur pendant que mes cuisses étaient écartées et que chacune des deux filles introduisait un doigt entier très fin dans mon vagin constamment lubrifié depuis ma séance du magasin. Puis je sentis quatre doigts qui entraient et sortaient de plus en plus vite et me dis que bientôt l’une des deux mains pourraient entrer entièrement. Je ne croyais pas si bien dire et une main commença sa lente introduction vaginale. Submergée par le plaisir je laissais mes deux amantes prendre possession de mon corps. J’avais plusieurs fois accepté cette pratique avec des filles aux mains très fines. Je haletais, je sentais cette main que j’inondais de cyprine bouger doucement dans mon ventre. Je ne pus me retenir plus longtemps et poussait un cri, le corps parcouru de spasmes. Lentement, très lentement, la main se retira de mon vagin dans un bruit de clapotis qui en disait long sur la violence de mon orgasme.

— Vous avez un corps de déesse, mademoiselle, un corps fait pour l’amour me dit la petite brune.

— Merci mes chéries et j’espère un jour vous procurer autant de plaisir que vous venez de me donner.

— Ne vous faites pas de soucis, on se reverra bientôt. On pourra même vous présenter quelques unes de nos copines à qui on va montrer les photos, sans dire de qui il s’agit.

Je regardais les dernières photos, toutes réussies y compris la toute dernière où l’on voyait distinctement qu’une main est dans mon sexe, jusqu’au poignet.

— Soyez discrètes s’il vous plait. Soyez cool.

— Ne vous inquiétez pas ajouta la rouquine tout sourire. On est majeures toutes les deux depuis la semaine dernière.

Une fois rhabillée, je les embrassais sur les lèvres, tour à tour, mélangeant nos langues et nos salives, mes mains parcourant leur corps délicat à la peau soyeuse. Terriblement envoûtantes ces deux filles.

On a enregistré nos numéros sur nos portables et c’est ainsi que j’ai su que Céline la brunette était l’amante de Fleur la rouquine. Je m’en serais doutée.


Patoun (patoun2006_07@yahoo.fr)

Diffuse en direct !
Regarder son live