Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 003 fois
  • 2 J'aime
  • 0 Commentaire

Le Bagne

Chapitre 13

SM / Fétichisme

Cobra s’étonna de voir les cousines entrer dans la salle de réunion sans leur protégée. Sans un mot, elles s’étaient accaparées les deux dernières chaises vides quand entra le sosie de Clint Eastwood avec trente ans de moins.

— Hans! Toujours aussi élégant et joliment accompagné! Mesdemoiselles de l’ONG, ce gentleman est notre plus gros acheteur de minerai. Le minéralier ancré au port lui appartient. Félicitations pour ta nouvelle conquête ! Vous êtes exceptionnellement belle, Mademoiselle, mademoiselle?

Le quadragénaire allemand avait beaucoup de prestance dans son costume rayé, style maquereau napolitain. La balle perdue, toujours logée dans sa hanche droite, l’obligeait certes à boiter légèrement, mais il n’en conservait pas moins une belle aisance physique, verbale et surtout financière.

— Appelle-la Lyne, très chère Cobra! Nous venons à peine de nous rencontrer que, déjà, elle se meurt d’amour pour moi.

En pleine crise de panique, Opale avait choisi de se coller à l’aventurier pour échapper à la harde de mégères qui lui faisait face. Flatté, Hans l’avait adopté et jouait un jeu qu’il escomptait coquin.

— Mon minéralier est quasiment vide, capitaine! Il est important d’en parler sans tarder.

— Je t’expliquerai plus tard, Hans. Ce matin, nous avons perdu, d’un coup, d’un seul, les deux étalons de la mine. Nous cherchons une solution qui ne devrait pas tarder à arriver. En attendant, peux-tu nous présenter l’élue de ton cœur ?

Tous les regards étaient braqués sur la divine créature qui enlaçait fébrilement le trafiquant. Opale venait de poser son genou sur la hanche estropiée, livrant, à travers la fente de sa robe, le spectacle d’une jambe hâlée aux galbes paradisiaques.

— Elle est un peu farouche encore mais je ne désespère pas l’émanciper.

— Cela ne l’empêche pas d’avoir sacrément du chien.

— Normal ! C’est une chienne. Mais une chienne frigide. Je savais plus comment me comporter pour l’enflammer et il m’est venue l’idée de vous la montrer. Depuis que je lui ai annoncé que je la présenterai prochainement à une cohorte de lesbiennes, elle ne sait plus se tenir.

— Elle est peut-être de la confrérie, Hans? Qui sait?

— J’y ai songé plus d’une fois, c’est vrai. Je me suis dis que ce qu’elle me refusait, elle l’accepterait peut-être en d’autres lieux, devant des personnes d’un autre sexe comme mes vieilles amies Océane et Mégane par exemple. Elle est suffisamment libertine que pour ne pas s’offusquer de vos avances. D’ailleurs, l’interdit sexuel est un mot qu’elle ne connaît pas.

D’un bond, les cousines se précipitèrent au chevet de la fille, complètement désarçonnée.

Tout doucement, la main masculine remonta le long de la cuisse tremblante d’Opale qui prit sa petite voix de gamine et susurra:

— Rentrons à la maison, mon amour! J’ai réalisé mon fantasme. Je t’appartiens. Tu auras toute la vie pour me tripoter.

— Ah ah! Tu es des leurs! Voilà pourquoi tu n’as jamais joui avec moi!

— Quelle horreur! Je ne vis que pour toi, pour être ta parfaite petite esclave sexuelle. Allons-nous en tout de suite! J’ai trop envie de toi.

— Je ne vais pas me contenter de cette réponse. Tu t’en doutes.

Hans se mit à me caresser langoureusement l’abricot dense à travers la soie du slip, imprégné du plaisir naissant.

— Ta robe est très seyante, mon trésor mais plus gênante encore. Mes amies vont t’aider à t’en débarrasser. Elles devinent tes fantasmes mais ne connaissent pas encore ton anatomie.

— Non, Hans! Ce n’est pas convenable et inutile. Au secours ! Ne les laisse pas me toucher!

— D’accord! Déshabille-toi quand même devant elles! Elles ne te toucheront pas. Fais-leur simplement admirer ton physique de panthère! A chacun ses fantasmes, Lyne! Le mien, c’est de t’exhiber en public, surtout si celui-ci est féminin.

— Voilà, c’est fait, Chéri! Rends-moi ma robe, je me rhabille et nous rentrons chez nous, n’est-ce pas?

— Vous voyez qu’avec un peu de persuasion, la panthère ose.

Jade crut que ses yeux allaient sortir de sa tête quand le corps d’Opale apparut dans toute sa splendeur, le visage enfoui sous sa chatoyante toison bouclée. Si ce n’était elle, ce ne pouvait qu’être sa jumelle. Elle ne put s’empêcher d’abuser de cette attendrissante mystification. Le conseil, dans son entièreté, partagea la même vision des choses. Jade sortit de son casier un loup opaque et le proposa à Maître Hans.

— Ce masque occultera mieux tes yeux que ces cheveux qui ne servent qu’à te voiler la face. Notre instinct ne nous trompe que rarement. Toutes mes amies sont persuadées que tu es lesbienne malgré tes violentes dénégations. Si tu es si sûre de toi, laisse-nous te cajoler ! Nous avons assez d’expérience pour faire frissonner des heures entières la lesbienne qui sommeille en toi.

— C’est faux! Archi faux! Ne les écoute pas, Hans chéri !

— J’ai horreur de l’incertitude et encore plus du mensonge. Je ne vois qu’une possibilité pour me prouver que tu me dis bien la vérité. Ces dames prétendent être à même de te faire vibrer. Laisse-toi guider par elles, Lyne! Tu connais l’importance que j’attache à la lingerie fine mais pour cette fois, tu t’en passeras. Cette petite vulve, lisse comme une pensée politique, vous appartient, mesdemoiselles. Montrez-moi comment vous savez faire mouiller une fille sans qu’elle ne s’abandonne trop vite !

— Mission impossible, Hans. Crois-moi, je ne ressentirai rien! Il n’y a que toi pour me mettre en condition.

— J’en doute et pas qu’un peu, quand je vois ta myrtille piaffer d’impatience. Écartes bien les jambes! Si elles te font dérailler, je te soupçonnerai de me mentir et tu ne rentreras pas à la "maison", qui est un yacht d’ailleurs. Dans le cas contraire, si tu ne jouis que sur ma main, je te promets un cadeau somptueux. Je vous la laisse un petit quart d’heure. J’ai quelques problèmes urgents à régler avec Cobra. Je ne te conseille pas de jouir avec elles. Si tu ressens le besoin de te calmer, tu n’auras qu’à m’appeler. Il est plus facile de demander la permission que le pardon.

Jade fut la première à partir à l’assaut de sa fourche. Elle lui releva une cuisse et s’étonna de la turgescence de son clitoris au saut du lit. Les cousines agaçaient ses seins en symbiose avec Gerda qui stimulait son anus. Opale sentit sa vulve s’humidifier gravement, en souvenir d’un passé peu glorieux.

— Grand moment, hier soir, ma belle! C’est la fin du canular. Essaye seulement de jouir et la mine t’ouvrira grand ses portes!

— Hans! Reviens! Elles perdent leur temps, je ne sens rien du tout.

Dès que Jade perçut l’émoi de son clitoris, elle le massa énergiquement.

— Et là, tu ne sens rien? Tu masques mal ton trouble, ma cocotte.

— Attention! Attention! Attend encore un peu! Doucement, doucement! Arrêtez ! J’ai quelque chose d’important à vous dire.

J’ai bien réfléchi cette nuit. Jade ! Je n’ai pas l’âme ni le physique d’un galérien. La mine, ce n’est pas fait pour moi. Moi, tu vois, je suis plus travail de bureau à l’ONG. Entourée de filles qui me plairont et avec lesquelles je pourrai m’accomplir sexuellement. Hier, j’ai certainement un peu déconné, comme si j’avais été drogué, tu vois. J’ai dû faire un tas de bêtises dont vous en êtes aussi responsables que moi. Tout bien pesé, je retourne chez Lise remplir tranquillement mon carnet journalier et je te rends ton bracelet. Laissez-moi partir!

Lise avait pris sa décision depuis belle lurette.

— Ton carnet de plaisir, tu le rempliras au bagne avec Océane et Mégane. Nous n’avons pas besoin de pisseuse mal éduquée chez nous. En prime, Ilse et Berangar, sa compagne, tiendront à jour un joli carnet de châtiments et de travaux exténuants.

— Hans! J’ai besoin de ta main. Vite! Viiite! Oh my God! Nooon!

Jade avait pris la mesure de la jouissance d’Opale qui éjaculait son plaisir en salves brûlantes.

— Encore! Encooore! Ca n’arrête pluuus! Ouiii!

Opale avait arraché son masque et mangeait les lèvres de Jade quand Hans pénétra dans le bureau, suivi de Cobra, dépitée et de très mauvaise humeur.

— Jade! Ca suffit! Qui manipules-tu? Elle ou moi?

Hans, lui, aurait trouvé la scène plutôt rigolote si Opale n’avait pas aussi mal réagi quand il lui administra, dans le ton du jeu, une fessée magistrale et publique.

— Je suis incapable de résister à tes belles fesses, petite gouine. Je m’attendais à mieux de ta part. Tu n’as même pas tenu cinq minutes avant de lâcher les eaux.

— Il m’a tapé les fesses. Je rêve. Vous avez vu ça ? Il m’a tapé !

La gifle vengeresse, qu’Opale lui balança, claqua comme un coup de feu. Impassible, Hans mit sa main sur sa joue rubiconde et l’invectiva sauvagement en lui tordant le bras. Il reçut tellement de coups de pieds dans les tibias qu’il se débarrassa promptement de la tigresse en la jetant au sol.

— Sale garce! Jamais une femme n’a osé me frapper.

Il sortit son GSM et appela ses hommes qui l’attendaient dans l’hélico. Quand il sortit son révolver, les partisanes de Cobra se levèrent, menaçantes, et encerclèrent le boiteux. Armés de pistolets automatiques, quatre sbires firent irruption dans le local tandis que Jade, horrifiée, relevait sa favorite en lui pelotant les seins.

— Hans! Ca suffit! Tu vas arrêter de brutaliser mes amies. Ma toute petite! Tu aurais du savoir qu’il ne faut pas parler aux messieurs que tu ne connais pas. Ta maman va te consoler et te faire câliner toute la journée.

— Jade! Ne te mêle pas de ça! Toi, la garce, tu vas bénéficier d’un traitement de faveur pour ce que tu viens de me faire. Je vais te faire jouir tant et plus, mais pas comme tu le crois.

— Désolée pour vous! Les hommes ne me font aucun effet, surtout s’ils se comportent comme des brutes avec les femmes.

— Je n’ai pas l’intention d’être brutal avec toi. Cobra et sa troupe s’en chargera mieux que moi si Jade se décide à te lâcher.

Cobra fulminait de voir Opale ronronner dans les bras de sa dulcinée.

— Très intéressant ton carnet PP, Lise! Je vais m’atteler à trouver un moyen pour obliger ton informaticienne à remplir la partie" travaux forcés" aussi diligemment qu’elle a complété les premières pages de la partie "plaisir".

Hans se régalait du désarroi de la gamine.

— C’est moi qui mène la danse, à présent. Lise, tu as deux minutes pour lui enfiler le harnais que tu caches sous ton cul! Vous autres, gardez ces gouines en joue! Cobra, retournons dans ton cagibi!

Comment résoudre la quadrature du cercle ou comment faire entrer une cochonne dans une cage à lapin?

Le harnais avait été conçu pour une asiatique toute menue, à l’allure de garçonne, qui faisait cinq tailles de moins que la métisse aux formes estampillées premier choix. Cochonne, Opale l’était assurément. Comprimée par l’étroitesse de son harnachement, les reliefs de ses seins, jaillissant effrontément de leurs sangles, ouvraient des perspectives alléchantes de tortures. Deux bagues crantées, à l’utilité obscure, capturaient ses tétons érigés, les étirant, les mordillant, les aspirant. Lise parvint enfin à distendre suffisamment ses mamelons élastiques pour les emprisonner dans les deux anneaux dentelés. Ses épaules, tirées outrageusement en arrière par une bride, livraient son affriolante poitrine comme une offrande sacrificielle.

— Lise! C’est fabuleux comme sensation. A chaque inspiration, j’ai l’impression qu’on me soutire du lait. C’est le plus cruel cadeau qu’une femme ne m’ait jamais offert. Maintenant, je me sens vraiment une véritable esclave sexuelle.

— Tes mamelles sont d’une arrogance scandaleuse et tes tétines si orgueilleuses que j’ai envie de les agripper avec mes ongles.

— Ne les touche surtout plus, Lise, ou je vais devenir ingérable.

— C’est fait pour, ma chérie, et tu n’as encore rien vu. Le meilleur est à venir.

Les deux lanières de l’équipement découpèrent son entrejambe, séparant malicieusement ses lèvres intimes et ses fesses. A chaque mouvement, ses nymphes gavées, massaient son bourgeon implorant et lui stimulaient l’anus.

— Jamais je ne saurai marcher avec ce truc entre les jambes. C’est horrible. Tu serres trop. Je vais couler toute la journée. Enlève-moi ce harnais tout de suite!

— C’est ton habit de travail, future roulure. Tu vas tellement goutter que nous pourrons te suivre à la trace en te pinçant les cuisses à chaque pas.

Cobra réapparut, un œil tuméfié, et un "357 Magnum" sur la tempe.

— Je suis désolée, Jade! Je n’ai rien pu faire. Tu pars en croisière avec Hans. L’hélicoptère t’attend. Il est prêt à décoller.

— Jade, tu as deux minutes pour quitter cette pièce gentiment ou ta maîtresse prend une bastos dans la cervelle. Je ne plaisante pas. Exécution!

Deux malabars emmenèrent la belle teutonne, menottée, vers son destin.

— Dans dix jours, heure pour heure, le "Nauticia" appareillera. Si ses cales ne sont pas pleines à craquer, Jade ne reviendra plus. C’est clair? Arrangez-vous comme vous voudrez avec votre "pony girl" pour qu’elle bosse comme vos deux étalons! Klaus! Combien de places encore dans l’hélico?

— Une seule si nous comptons la vôtre et les nôtres, patron.

— Mégane et Berangar, vous m’accompagnez. Vous serez les garantes sur vos vies de vos amies Océane et Ilse. Klaus et Eduard, vous me surveillerez, jour et nuit, tout ce joli monde. J’exige un compte-rendu détaillé, chaque soir, sur chaque page du carnet PP. Je veux que vous fassiez regretter, à cette obscénité sur patte, d’être venue au monde sans me prévenir. Eduard, toi qui as de la poigne, serre au maximum ses sangles et scelle-les avec ces colsons. Que rien ne bouge dans son harnachement durant les dix jours à venir! Vous veillerez à ce qu’elle reste à poil. Que personne surtout ne l’aide à tirer ses wagonnets autrement qu’avec le fouet. Je m’adresse à Océane et à Ilse. Plus vous lui en ferez baver, mieux vos amies seront traitées. Si, dans dix jours, je vois le moindre sourire se dessiner sur son joli minois, je liquide froidement mes trois otages.

Opale finissait d’ajuster la bride de son soutien-gorge de fortune qui la mortifiait. Elle se découvrit une poitrine scandaleusement insolente avec ses gros tétons provocateurs. Le problème se corsa quand elle s’attaqua aux sangles qui lui pétrissaient le sexe. Plus elle s’évertuait à soulager son bourgeon de la tenaille de ses grandes lèvres, plus son coquillage se fendait et renonçait à protéger sa perle ardente.

— Dites, les obsédés de la gâchette, au lieu de contempler ma minette, aidez moi! Il ne vous suffisait pas de me presser les seins comme des citrons, il fallait aussi m’écrabouiller le bibelot.

— Cobra! Qu’a-t-elle à se tortiller comme une épileptique?

Cobra était sans réaction. Jade partie, sa vie perdait tout son sens. Elle la cherchait sans cesse du regard, un peu hébétée. Elle se tourna vers Opale, cible toute désignée de son malheur, et la rendit responsable de toutes les misères du monde.

— La détraquée sexuelle ne sait plus se tenir d’excitation. Arrête de te tripoter le sexe ou je t’en balance une! Hans! Je vous promets qu’elles feront de sa vie un calvaire. Si l’imagination vous manque, voici un livre éducatif, plein de recettes pernicieuses, pour agrémenter sa captivité! Océane va se faire un plaisir de te donner du plaisir et Ilse de te faire payer le plaisir que tu prendras...un copieux menu, bien équilibré entre orgasmes et supplices, entre extase et fouet.

Dix jours! Pas un de plus, éructa Hans en claquant la porte.



    *

Diffuse en direct !
Regarder son live