Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 15 573 fois
  • 39 J'aime
  • 0 Commentaire

Baise entre amis

Chapitre 1

Orgie / Partouze

En passant au salon nos deux couples s’engagent dans une discussion dangereuse: Le quel des couples a déjà fait l’amour avec un autre. Avec Marc, nous n’en sommes pas à un premier essai, dans l’ensemble nous en sommes satisfait. Il aime me voir dans les bras d’un autre avec un autre sexe que le sien dans mon intimité, comme j’aime regarder sa bite entrer dans le sexe d’une autre femme, à une conditions que le couple nous plaise à tous les deux, ce qui est le cas la plupart du temps.

Si Sophie nous envie, il n’en ai pas de même pour son mari, lui, pudique au possible ne voudrait certainement pas montrer sa bite devant une autre personne qu’à sa femme, sacré Hubert.

Nous étions prêts avec Marc à nous tromper l’un devant l’autre comme nous aimons. D’autant plus que quelques fois nous nous trompons de partenaire: deux ou trois fois il restait avec celui qui venait de me baiser pour donner ou prendre un cul. Je ne me gênais pas pour faire l’amour avec l’autre femme.

Au fil de la conversation je m’aperçois que Sophie me regarde avec dans les yeux une envie de moi. Je me lève pour mettre un disque de samba sur le lecteur de cd. Le rythme balance tellement que je demande à Sophie de venir danser avec moi. Elle se lève, se laisse emporter par la cadence de cette danse brésilienne rythmé et envoûtante. Elle me plaît terriblement avec sa poitrine un peu petite, ses longs cheveux, sa taille fine. Elle doit beaucoup plaire: ça ne m’étonnerait pas qu’elle fasse son mari cocu. J’aimerais bien « jouer » avec elle. Marc d’un regard me donne son accord: pour une fois il ne baisera pas une invitée.

Nous ne touchons pas: nous dansons à quelques centimètres l’une de l’autre. C’est encore plus excitant, je peux la voir en entier remuer comme si elle baisait. Je suis très surprise quand elle passe derrière moi, son bas ventre contre mes fesses. Elle continue la danse. Je sens bien son corps contre le mien. Elle passe ses mains sur mes seins sans le toucher. Ce n’est qu’en déboutonnant mon corsage qu’elle laisse apparaître mon soutien gorge: je sais qu’ainsi mes seins sont visibles puisque ce que je porte est en dentelle fort légère. Elle prend mes seins dans ses mains pour les caresser. Elle les fait grossir et mouiller. Quand elle fait tomber le corsage d’un même mouvement elle enlève ma parure.

Je suis nues jusqu’à la ceinture devant mon mari, ce qui n’est pas grave et devant le mari de celle qui me cherche depuis un moment. Si Hubert est pudique il me regarde avec des yeux envieux. Je me demande même s’il ne regrette pas ce qu’il a dit tout à l’heure. Par curiosité je regarde l’entre jambe de mon chéri: il bande. Hubert est dans le même état.

Sophie se tourne pour que je fasse comme elle; Sur son dos je ne trouve qu’un longue fermeture éclair qui assure la tenue sa robe légère. Je défait l’ensemble. Je passe sur ses reins, je n’y vois aucune culotte. La robe tombe: elle est nue. Pour moi, je me serre contre ses fesses, je pend ses seins dans mes mains, je les caresse: Sophie entreprend un long feulement de plaisir. Elle se retourne pour me faire face. Ses lèvres se tendent, je ne peux pas m’empêcher de l’embrasser. Notre baiser profond dure longtemps.

Les hommes ne disent pas un mot. Je sais que si Marc pouvait, il serait avec nous les filles. Hubert doit penser que sa bite le gêne.

Pendant ce baiser, au moment où j’allais m’écarter un peu pour caresser le sexe de Sophie, c’est elle qui commence. Ce n’est pas une masturbation, simplement une excursion découverte. Elle me donne ses doigts à sucer: ils sont pleins de ma cyprine. Comme si nous nous étions concertées nous mettons les mains sur les fesses de l’autre. Je ne sais pas ce qu’elle pense de mon postérieur: le sien est doux comme celui d’un bébé. Nos doigts entrent dans la fente culière. Nous cherchons un seul endroit, l’anus de l’autre. J’adore quand on me pelote en commençant par là, visiblement elle est comme moi. Nos bas ventres sont contre celui de l’autres, nos seins aussi. Nos bouches reprennent les baisers. J’arrive un peu avant elle sur le rectum. Nous le caressons sans y appuyer. Cette douceur nous fait plaisir. L’agréable le dispute à l’érotisme. Nous nous caressons de la même façon: il arrive le grand moment, celui des étoiles dans le cerveau. Nous jouissons pratiquement la même seconde.

Nous laissons le divan aux hommes qui, pour mon mari a sorti sa bite pour se branler doucement. Nous allons sur le grand fauteuil. Elle s’y assied, me prend sur ses genoux. J’écarte un peu les cuisses, juste pour la tenter. Elle ne résiste pas: elle caresse au dessus du genoux, monte lentement, trop lentement pour moi, vers la chatte. Je suis toujours excitée.

Elle ne parait pas pressée. Elle a raison, entre filles rien ne se hâte. Je ferme les yeux pour savourer ce plaisir rare. Avant qu’elle arrive au but j’arrive péniblement à enlever ma culotte. Elle m’aide pour reprendre au genou. Je frémis fortement quand enfin elle touche ma chatte avec les bouts des doigts. J’écarte totalement les jambes à tel point que les hommes peuvent voir toute ma chatte. Cette fois Hubert suit Marc, il a sorti sa bite: sa main y fait des mouvement saccadés de haut en bas. J’aime voir un homme qui se tape une queue. D’abord, il se donne du plaisir et ensuite il m’en donne à le regarder. Je sais que Marc attendra que je jouisse totalement avant de lâcher son sperme. Je ne sais pas comment l’autre agira. Voir ces deux queues branlées agit sur mon inconscient: je jouis vite quand elle me branle le clitoris. J’en voudrais encore. Il faut que je pense à mon amante. Je me mets à genoux devant elle. Je lui écarte les cuisses. Elle me laisse faire, sachant fort bien la suite.

Ma langue lèche entre ses jambes: Sophie gémit de plus en plus fort. Que va-t-elle faire quand ma langue atteindra son sexe? Quand j’y suis, je décide de faire durer son plaisir longtemps. Je connais suffisamment le sexe féminin pour aller partout après chaque orgasme. Pour commencer ma langue cherche et trouve le clitoris. J’y passe ma langue sans cesse: je lui donne du plaisir et j’en prend: il est aussi doux qu’un gland d‘homme. Il est facile à prendre en entier dans la bouche en le suçant légèrement. Il grossit encore entre les lèvres. Le bout de ma langue lèche doucement. Sophie gémit sans arrêt et parle:

— Oui, n’arrêtes pas, suces moi. Encore, plus fort, je vais jouir.

Elle se tait au moment où je la sens partir vers le 7° ciel. Je continue cette fois dans sa grotte. J’ai durci ma langue qui la baise maintenant. Je cherche et trouve ses points sensibles: Nouvelle orgasme. Je passe le périnée pour aller sur l’anus. Cette fois c’est différent que les doigts. Je lèche encore son petit trou. Elle l’entrouvre. Je peux l’enculer un peu. Je fais aller et venir ma langue. Elle crie son bonheur quand elle jouit.

J’en veux une dose moi aussi. Elle me fait coucher sur la moquette. Elle vient sur moi comme un homme. Je sens son pubis contre le mien. Elle le fait descendre le plus bas possible: je le sens sur le clitoris: elle me branle avec son bas ventre: c’est inédit pour moi, la jouissance qui suit aussi.

J’arrive à me tourner complètement, je suis sur elle, la tête entre ses jambes. Son odeur est plus forte que tout à l’heure, même son goût est plus épicé. Ce doit être pareil pour moi. En tout cas ça ne me gêne pas pour la suite: je veux la faire jouir en même temps que moi. La seule façon que je connaisse est de faire un 69.

Elle est bien d’accord en venant sur moi. Je sens ses seins sur mon ventre: l’inverse est vrai. Je relève à peine les cuisses pour qu’elle puisse passer ses bras. Ma tête est bien au chaud entre ses cuisses. Mon nez est plein de ses odeurs intimes: c’est plus qu’excitant. Je reprend son clitoris, cette fois mon nez est dans sa caverne. Je passe deux doigts sur son cul. Elle me laisse faire, excitée par notre position et ma chatte. Nous donnons tout ce que nous pouvons pour le plaisir de l’amante. Nous arrivons à jouir encore plusieurs fois. Fatiguées nous cessons de baiser. Assise sur le sol nous regardons nos époux. Je vois Marc qui se branle toujours. Pas possible il a mangé du lion:

— Ne t’en fais pas, vous m’avez tellement excité que j’ai bandé deux fois. Je me branle pour la seconde fois. Si tu te dépêches je pourrai te baiser.

Hubert reste dans son coin. Il bande toujours. Il m’a fait pitié. Je vais vers lui pour le branler, aidée de sa femme. Je prends son prépuce que je baisse lentement. Sophie elle s’occupe de ses couilles. Je suis presque vexée de voir qu’elle lui met deux doigt dans le cul: elle le sodomise. Voyant cela,, Marc qui n’en est pas à son coup d’essai vient aussi. Il prend la bite d’Hubert, le branle très lentement. Je ne sais comment il fait. Hubert se retrouve en levrette.

C’est au tour des hommes de nous montrer l’homosexualité. Marc se met derrière Hubert, la pine bien pointée sur le cul. Mon époux me demande de la cyprine: moi-même j’en tapisse l’anus offert. Il pose son gland sur le cul: quand il me fait cela je mouille comme une dingue, j’adore l’avoir dans le cul. Normalement Hubert devrait s’en régaler.

Curieuses nous regardons la sodomie avec plaisir, tellement que nous nous branlons ne regardant la bite qui lentement défonce un cul d’homme; Hubert se laisse enculer avec plaisir: il bande comme un âne.

— Oui encule moi, j’aime ça. Branle moi aussi.

Marc prend la bite, la masturbe de concert avec le rythme de son enculage.

Nous nous embrassons encore sur la bouche. Nos mains sont occupées dans la chatte de l’autre: nous jouissons encore plus vite que les hommes. Quand arrive leurs orgasmes nous voyons tout le sperme d’Hubert jaillir très loin: il a bien joui. Pour Marc ce n’est pas visible sinon quand il sort du cul: il en garde des trace sur la bite, traces qu’Hubert s’empresse le faire disparaître d’un coup de langue.

Pour notre prochaine « rencontre » nous n’avons aucun doute: nous changerons de conjoint pas dans le sens normal: fille avec fille et homme avec homme

Diffuse en direct !
Regarder son live