Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 244 fois
  • 67 J'aime
  • 5 Commentaires

Le bear de mes fantasmes

Chapitre 1

Gay

Je vais vous raconter mon fantasme, celui qui me rends fou quand j’y pense, le genre de fantasme qui prend aux tripes. 


Tout d’abord, un peu de contexte et de présentation. Je m’appelle Adam, j’ai 24 ans et encore étudiant (oui je sais c’est long, merci l’unif…), hétéro en couple et très heureux. J’ai un physique classique, cheveux noirs, yeux bruns, je ne suis pas très grand à peine 1.7m pour 70kg, une base de muscle couverte par une légère couche de gras. Bref, rien de bien fou, mais soit, on est pas là pour parler de moi. Depuis 2-3 ans, je suis animé par un fantasme particulier qui hante mon esprit, alors que je suis hétéro, que j’aime les femmes par dessus tout, ce fantasme concerne le sexe masculin. Comme beaucoup d’hommes, on se pose tous à un moment donné la question du sexe homo, certains franchisse le cap par curiosité, d’autre s’en foute, et d’autre en fantasme (c’est mon cas). Mais ce fantasme ne concerne pas tous les hommes, non, uniquement un seul type : les bears. Alors pour les moins anglophone d’entre-vous, ce terme caractérise les hommes bien portants, costaud, ceux qui sont à l’étroit dans bien des situations. Je dirais même que mon intérêt s’étend jusqu’aux hommes en surpoids sans aller dans l’extrême bien-sûr. Je ne sais pas pourquoi, mais ces hommes m’excite au plus haut point, je n’ai pas envie de leur faire l’amour ni qu’ils me fassent l’amour (quoique…), non, ce dont je rêve c’est de leur servir de vide couille buccale. En gros, je veux être à genoux et m’occuper de le sucer jusqu’au jus tout simplement, ni plus, ni moins. Voilà dans les grandes lignes ce qui passe en boucle dans ma tête et qui me procure des érections à la hauteur de ce mot. 


Après de longs mois d’hésitation et n’y tenant plus, je me mets en quête de trouver cet homme. Après avoir surfé sur quelques sites d’annonces gay, je ne trouve rien qui correspond à ma recherche donc je décide de poster moi même une annonce. J’écris une belle annonce détaillant toute ma recherche avec comme titre : Jeune homme cherche Bear à sucer. Dans cette annonce, je précise certains points tels que l’hygiène, le respect, et points très important être non circoncis. Pourquoi ce détail ? Aucune idée mais ça accentue mon excitation. Après quelques heures à peine, je reçois quelques mails de réponse, mais aucun ne m’intéresse, soit ils sont grossiers, soit ils n’ont même pas lu. Bref, rien de bien concluant donc je laisse tourner l’annonce en espérant avoir un retour intéressant. Les jours passent et entre les quelques réponses, une attire particulièrement mon attention. L’homme se décrit dans un beau français comme étant un homme de 35 ans, mesurant 1.80m et pesant120kg, blond aux yeux bleus et non circoncis. Il m’explique également qu’il est hétéro et en couple, mais que sa compagne n’est pas adepte de la fellation ce qui le frustre au quotidien, mais il l’aime (c’est beau l’amour). En tout cas, son message me séduit et je lui réponds positivement en lui demandant la région où il habite, ce qu’il attend d’une éventuelle rencontre, s’il peut recevoir etc. Des questions d’ordres pratiques dirons-nous. Il me répond assez rapidement et m’apprends qu’il habite la ville voisine et qu’il peut me recevoir sans soucis dans un appartement qu’il loue et qui fait office de bureau professionnel. Il m’explique aussi que c’est la première fois qu’il se lance dans ce genre de plan et qu’il risque d’être assez nerveux donc il attend une rencontre douce et amicale dans un premier temps. Tout cela m’enchante, et je suis soulagé qu’il soit sur la même longueur d’onde que moi. Je lui manifeste mon enthousiasme et il me propose de le rencontrer demain à son bureau en fin d’après midi. J’accepte volontiers et ne peut retenir mon excitation, ma hâte d’être demain s’accentue au fil des heures et le temps me parait très long, trop long. 


Nous sommes le lendemain, l’heure tourne et ma montre affiche 16h, l’heure du rendez-vous approche, je me prépare et prends la direction de l’adresse qu’il m’a communiqué. J’arrive 10min à l’avance et je suis agréablement surpris de me retrouver dans un quartier assez classe, propre et discret. À l’heure pile du rdv, je sonne à l’interphone et j’entends une voix grave mais douce m’indiquer de monter au troisième étage première porte à gauche. Mon coeur palpite, j’ai l’impression qu’il va sortir de ma cage thoracique, mais mon corps avance sans réfléchir suivant les indications que l’inconnu m’a donné. Le ding caractéristique des ascenseur m’informe que je suis arrivé au troisième étage, je prends une grande respiration et toc à la première porte à gauche. Quelques seconde à peine et la porte s’ouvre, me laissant découvrir un homme exactement comme il me l’a été décrit, grand, fort, blond aux yeux bleus, c’est un bel homme. On se salue et il me fait entrer, l’ambiance est plutôt tendue par notre stress, mais l’environnement me réconforte, l’appartement est neuf, décoré avec goût et très calme. Mon hôte me propose à boire, j’accepte un rhum et il nous sert deux verres plutôt généreux. Il m’invite à m’installer dans le grand canapé et allume la télé sur laquelle est diffusée les JO ce qui offre un bruit de fond agréable et détendu. Il s’installe sur le fauteuil en face et on entame une conversation banale afin d’en apprendre un peu plus l’un sur l’autre. J’apprends qu’il s’appelle Mike, qu’il travail dans l’immobilier et que son affaire marche plutôt bien. Cette discussion me permets de l’observer, sa voix est agréable, il parle avec aisance et il est très soigné. Le feeling est plutôt bon et on commence tout doucement à se détendre. Nos verres commencent à se vider et il m’en propose un deuxième que je refuse poliment, je préfère rester maitre de mon corps et de mes pensées à ce stade de notre rencontre. Lui ne se gêne pas pour s’en resservir un deuxième, je me dis qu’un homme de cette carrure n’est pas affecté par l’alcool de la même manière qu’un homme lambda. Plus nous parlons et plus la conversation s’oriente vers le sexe, il m’explique les raisons de sa démarche, que cela fait bientôt cinq ans qu’il est avec sa compagne et que celle-ci ne l’a sucé que trois fois du bout des lèvres alors qu’il adore se faire sucer et que cela lui manque beaucoup. De mon côté je lui explique mon fantasme et ma volonté de servir de vide couille à un homme de sa carrure. Nous rions et trinquons (avec mon verre presque vide), il affone son verre et me propose de venir s’installer près de moi. J’accepte et le voilà installé à quelque centimètre de moi, je sens sa présence imposante comme une armoire près de mon corps, sa respiration est puissante, ça commence à sérieusement m’exciter. Un silence s’est installé, pas un silence gênant, mais plutôt un silence qui laisse paraitre une tension sexuelle naissante. Il brise le silence : 


-Est ce que tu veux me déshabiller ? 

-Oui avec plaisir 


Je quitte ma position pour me mettre à genoux entre ses jambes, je m’empresse de défaire sa ceinture, ouvrir le bouton de son jean et faire glisser celui-ci le long de ses jambes avant de l’enlever entièrement. Il est en boxer devant moi, j’approche doucement mon visage de son entrejambe mais il me stop et me prévient : 


-Avant que tu n’ailles plus loin, je dois te prévenir que je sens assez fort du sexe et que je peux aller me laver avant si tu préfères. 


Pour seule réponse, je lui souris et colle mon nez contre son sexe encore mou derrière ce fin morceau de tissus. Je hume ce parfum enivrant, il n’a pas menti, une forte odeur de sexe se dégage de son boxer, mais ne fait qu’accentuer mon excitation. C’est la première fois que j’approche une bite d’aussi près et elle sent divinement bon. Je dépose quelques bisous sur son sexe avant de faire glisser son caleçon qui suis le même chemin que son jean précédemment. Je découvre alors l’objet de mes désirs inavoué, une queue au repos de 6cm avec un long prépuce qui cache son gland et qui repose sur une paire de couille énorme. L’odeur qui s’en dégage est puissante, musquée j’adore. Je lève les yeux vers Mike et je constate qu’il a lancé sa tête en arrière prêt à se faire vider. Je prends mon temps pour savourer ce moment tant attendu, j’approche mon visage de ses couilles toutes lisses pour y déposer un bisous, puis un deuxième avant de poser ma langue et les lécher comme deux gros bonbons. Elles sont chaudes et lourdes, un vrai régal, je tente d’en gober une avec difficulté tant elles sont grosses, je me dis que la quantité de sperme risque d’être importante et ça m’excite davantage. Quand j’ai fini de profiter de ses couilles, je remonte doucement ma langue vers son sexe pour venir titiller son prépuce. Son sexe est encore mou mais commence à prendre un peu de volume alors que je m’occupe de glisser ma langue sous son chapeau pour caresser son gland tout lisse. Ses gémissement témoignent du plaisir qu’il prend et les dimensions que son sexe prend également. En quelques seconde, sa bite se dresse fièrement pour atteindre sa taille maximale que j’estime à 14cm mais dont le diamètre compense largement et le prépuce couvre encore la moitié du gland. Face à ce bijou, je ne traine pas à le prendre en main pour constater que j’arrive à peine à joindre mes doigts tant le volume de cette queue est impressionnant. Je découvre enfin son gland rose au bout duquel une perle de liquide séminale brille et appelle à être dégustée. L’attente a assez durée et je me décide enfin à faire entrer centimètre par centimètre ce morceau de chair qui va me faire exploser de plaisir. J’entends Mike gémir au cours de ma progression et soupirer de soulagement quand mon nez touche son pubis, lui signalant que toute sa queue est dans ma bouche. Ma mâchoire me fait mal, mais le plaisir que je prends me fait ignorer la douleur et m’incite à continuer mes vas en viens. Je laisse couler beaucoup de salive ce qui rend cette pipe baveuse à souhaite, il en coule même sur ses grosses couilles et j’en profite pour venir les malaxer en même temps que sa bite me défonce la gorge. Après quelques minutes de ce traitement, Mike m’averti qu’il va bientôt jouir, j’accélère mes mouvements bien décidé à le faire jouir dans ma bouche et récolter tout son sperme jusqu’à la dernière goute. Sans même me prévenir, il bloque ma tête, enfonce sa queue au fond de ma bouche et dans un râle puissant, éjacule tout son foutre directement dans ma gorge. Je crois compter huit grosses giclées de sperme chaud qui remplissent mon ventre. Son orgasme terminé, je garde encore sa queue en bouche qui comment à perdre sa vigueur et reprendre son état de repos sur ma langue. Il a l’air d’apprécier ces dernières caresses buccales avant de se retirer et me remercier pour cette pipe. 


Je reprends ma place près de lui sur le canapé alors qu’il se lève pour nous servir un verre d’eau. La suite si cette histoire vous plait

Diffuse en direct !
Regarder son live