Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 27 219 fois
  • 193 J'aime
  • 10 Commentaires

Un beau matin à la plage

Chapitre 1

Hétéro

Alors que j’étais à la plage tôt le matin pour en profiter avant l’arrivée des touristes, je remarquais une belle brune à quelques dizaines de mètres de moi. Elle aussi semblait profiter du calme matinal. Elle était très bien foutue, un beau cul qui bougeait bien à chacun de ses pas et des seins qui remplissaient jusqu’au dernier mm du tissu de son haut. Je ne pus alors m’empêcher de me l’imaginer nue et cela commença à me faire bander tranquillement.

J’étais allongé sur le dos et appuyé sur mes coudes, mes yeux cachés derrière mes lunettes de soleil, je ne cessais pas de la regarder. Et malgré ma discrétion, je pense qu’elle s’est bien vite aperçue que je la matais bien comme il faut. Ça semblait étonnant car ayant l’habitude de mater tous les culs que je pouvais (surtout l’été), j’étais habitué à être discret, mais, absorbé que j’étais par mes pensées lubriques, je ne m’aperçus pas de suite que ma queue commençait à former une bosse bien distincte dans mon short ; et si ça m’avait échappé, pas à elle. Elle se mit alors à faire exprès de se pencher, un coup pour ramasser sa serviette, un coup pour chercher quelque chose dans son sac, et toujours en orientant son cul vers moi. Je m’imaginais alors ses fesses bien écartées, dévoilant sa chatte que j’imaginais bien charnue. Encore un peu plus de sang afflua dans ma bite qui se raidit encore un peu plus. Elle se retourna alors innocemment vers moi pour vérifier si ses gestes avaient eu un effet et elle esquissa un léger sourire quand elle constata que la bosse dans mon short avait encore enflé.


Son comportement m’interpella et je fus tiré de mes pensées par la tension de ma queue. Je compris alors mieux son attitude, et au lieu de dissimuler mon excitation, vu que cela ne semblait pas l’effrayer, je faisais en sorte de tendre le tissu de mon short pour qu’il épouse encore mieux la forme de mon sexe en érection. Derrière ses lunettes de soleil, je savais qu’elle m’observait aussi, c’était à présent un jeu entre nous, et j’avais hâte de voir jusqu’où il allait aller. Ses seins semblaient bien lourds avec de beaux tétons bien dessinés. Cette vue acheva ma bite de se durcir et je ne pus m’empêcher d’imaginer ma queue bien veinée venir se loger entre ses deux belles mamelles, entourant ma bite.

Elle enleva ses lunettes de soleil, les posa dans son sac de plage, toujours en tournant son magnifique cul vers moi, puis elle me jeta un regard avant de partir vers l’eau. Était-ce un signe ? Peut-être après tout. Je me levais alors à mon tour, sans même prendre la peine de dissimuler cette érection violente qui semblait vouloir bondir de mon short. Je rentrais dans l’eau en marchant tranquillement. Elle était à quelques encablures de moi, et petit à petit, la distance qui nous séparait diminuait, elle comme moi nous rapprochant toujours un peu plus l’un de l’autre. Elle se mit alors à nager de dos en se dirigeant vers moi; finissant au final par me heurter, et sans même se retourner, elle me lança un « oups, désolé » sur un ton qui ressemblait à tout sauf à une excuse sincère. Ses fesses vinrent alors appuyer sur mon sexe toujours très tendu. Elle se mit à onduler son bassin contre ma bite, bien calée contre son cul. Je ne pus m’empêcher de prendre ses 2 nichons dans mes mains, à travers son maillot.


Elle se mit à gémir presque imperceptiblement et alla poser ses mains sur mes fesses pour sentir encore un peu plus ma bite contre son cul. Je descends alors ma main vers son bas de maillot et la passe dedans, sur sa chatte parfaitement épilée. Je pouvais sentir ses lèvres bien charnues qui s’écartaient parfaitement pour laisser passer mes doigts. Je lui en mis un, deux, puis trois bien profond en elle, et alors que je la doigtais, elle décolla ses fesses de ma bite et alla rapidement chercher ma queue tendue de sa main. Elle se mit à me branler en gémissant à chaque mouvement de mes doigts en elle.


Elle retira sa main de mon short et prit la direction de la plage, sans me regarder. Je fis de même. Elle prit ses affaires en toute hâte et se dirigea vers une douchette afin de se rincer. Je l’imitais avant de la suivre, à quelques mètres d’elle, sur le petit chemin qui séparait le parking de la plage. Elle bifurqua soudain derrière un bosquet, se faufila un peu entre quelques arbres pour arriver dans un petit coin isolé.

Arrivant quelques secondes après elle, je jetai mes affaires au sol, sans même m’inquiéter de savoir si nous étions seuls ou pas. Elle était dos à moi et mes mains trouvèrent aussitôt ses nichons pour les peloter sans retenue. Elle se retourna tant bien que mal, mes mains étant passées sous le tissu de son maillot pour empoigner et surtout pincer ses tétons. Tout en continuant à caresser ses seins, je jetai mes lèvres sur les siennes pour l’embrasser à pleine bouche. Je sentis un gémissement approbateur au moment où ma langue se lia à la sienne. Je l’embrassais intensément quelques secondes en caressant ses belles fesses sous le maillot de bain. J’attrapais son tissu entre mes doigts, le tirant vers le haut pour le faire rentrer entre ses fesses et appuyer sur sa chatte. Toujours en train de s’embrasser, elle gémit de plus belle. Puis, ma bouche relâcha son étreinte sur la sienne, elle était alors face à moi, le visage rouge d’excitation. Son bas de maillot dessinait les contours de sa chatte et ses tétons dépassaient de son maillot à cause de mes caresses appuyées ; je me jetai sur l’attache de son maillot pour l’enlever d’une traite et le jeter à ses pieds, puis me jeta à nouveau sur elle pour lui bouffer les seins et gober ses tétons bien épais et tendus grâce à l’excitation.


« mmmmmmmmm », voilà la seule chose qui se fit entendre pendant quelques minutes. J’étais comme un fou à sucer, mordiller, lécher, aspirer les tétons. Mes mains passèrent dans son bas pour fouiller sa chatte et son cul en même temps, une devant et une derrière. Elle ôta rapidement son maillot et posa alors un pied sur une souche d’arbre qui se trouvait là, pour encore mieux offrir ses orifices. Je lui doigtais la chatte avec 2, voire 3 doigts et le cul avec juste un seul, à genoux devant elle. Je quittai ses seins pour venir poser ma bouche sur sa fente trempée de mouille. J’aspirai d’un seul coup ses lèvres et son clitoris. Il était bien gros et je le sentais passer sous ma langue. J’étais maintenant assis entre ses jambes, à lui bouffer la chatte en gémissant discrètement. Elle s’était mise à soupirer et à accompagner mon cuni en bougeant les hanches. La cochonne me jouit dans la bouche et sa chatte me souilla le visage de cyprine. Je sentis ses cuisses trembler et elle reposa son pied au sol pour ne pas perdre l’équilibre.


Je me relevais, face à elle en me léchant les lèvres, elle reprenait son souffle et me regarda alors que je baissais mon short pour lui montrer dans quel état j’étais. Sans rien dire, elle vint à sa rencontre en se mettant à genoux.

Elle se mit à me sucer directement à un rythme soutenu. Bordel, qu’elle était douée la cochonne, pour sûr qu’elle aimait ça !! Elle me branla dans sa bouche en me regardant dans les yeux, puis ralentit le rythme pour passer sa langue partout et frotter mon gland dans sa bouche grande ouverte. Elle le tapotait sur sa langue sortie hors de sa bouche. Quelle sacrée suceuse que voilà !

Alors qu’elle continuait à me dévorer la bite, j’attrapais rapidement ma serviette pour la jeter au sol. Je retirais ma bite de sa bouche pour m’allonger. Elle vint poser sa chatte dégoulinante de mouille au-dessus de mon visage et ma bouche, vint la recouvrir alors qu’elle goba de nouveau ma bite entièrement. Je baladais ma langue dans sa chatte tout en lui doigtant le cul, elle gémissait, accélérant sa pipe. Sa chatte dégoulinait dans ma bouche, son jus était délicieux. Je sentais son excitation à son clito gonflé de plaisir qui glissait entre mes lèvres. Je pouvais sentir mon gland prisonnier de sa bouche alors qu’elle me l’entourait de sa langue tout en me branlant rapidement. Je voulais lui prendre sa chatte, désormais bien ouverte.


Je lui mis une petite claque sur les fesses, et elle comprit alors ce que je voulais. Elle avança au-dessus de moi à quatre pattes, disposa sa chatte au-dessus de ma queue bien veinée et trempée de sa salive et la frotta avec sa chatte, ses lèvres charnues entourant alors mon gland. Puis elle releva son bassin, prit ma queue, la dressa et vint la faire disparaître complètement au plus profond de sa chatte goulue. Nous poussâmes alors tous deux un énième gémissement de satisfaction. Voir son cul monter et descendre sur ma bite était une vision diablement excitante. Je fermais les yeux pour encore plus apprécier ce moment, discernant seulement les bruits de succion humide et accélérés que faisait ma queue en entrant et sortant de son sexe bouillant.

En rouvrant les yeux, je voyais qu’elle écartait ses fesses de ses mains, son petit trou était lui aussi trempé, éclaboussé qu’il était de sa chatte inondée. Elle tourna son visage vers moi en se mordant la lèvre inférieure, écartant encore un peu plus ses fesses. Elle en voulait toujours plus cette belle cochonne. Je fis alors passer un doigt, puis 2 dans son cul. Elle se mit à gémir en accélérant ses va-et-vient sur ma queue. Elle finit par se lever pour se pencher devant moi, se tenant à un arbre, pile dans la position dans laquelle elle s’était mise sur la plage pour m’exciter. Son cul était comme je me l’étais imaginé, en mieux encore !!

Elle écarta bien les jambes pour m’offrir son cul. Je pris ma bite tendue à bloc, la frotta un peu sur sa chatte et finis par mettre mon gland à l’entrée de son cul. Son trou se dilatant doucement, elle gémissait en le sentant rentrer petit à petit, puis une fois mon gland bien en elle, j’avançais complètement mon bassin pour remplir son cul avec ma queue.

« haaaaan, ouiiii, encule-moi bien fort !! » me dit-elle en gémissant.

J’accédais à son désir et mis à pilonner son cul en maintenant fermement ses fesses entre mes mains, l’arbre sur lequel elle se tenait tremblait de cette grosse sodomie bien profonde, elle gémissait de plus en plus fort, signe qu’elle était sur le point de jouir grâce à son cul. Je passais mes doigts sur sa chatte qui dégoulinait le long de ses cuisses avant d’aller les mettre dans sa bouche pour qu’elle les suce, ce qu’elle fit sans se faire prier, me mordant presque les doigts au fur et à mesure que je l’enculais de plus en plus fort. Je la sentais gémir de plus en plus, puis elle me dit:


— Je veux que tu me remplisses le cul de sperme !!!


Elle resserra son cul qui encerclait toujours plus ma queue et je sentis alors instantanément venir ma jouissance. Je lui agrippais fermement les fesses en mettant de bons gros coups de reins bien profonds. À chacun de ces coups, elle poussait un petit cri approbateur en criant "vas-y, remplis-moi !!" Puis je me calai au plus profond d’elle et je sentis plusieurs giclées puissantes. Elle les sentit aussi et se mit à gémir de satisfaction, tout comme moi. Ma bite ne semblait pas vouloir s’arrêter de se vider en elle. Elle ondula son cul pour en retirer les dernières gouttes, puis elle se retira et se mit à quatre pattes devant moi. Elle prit ma bite et elle finit le boulot en m’aspirant une derrière fois et en me branlant tout doucement. Elle était devenue douce et méticuleuse, ses yeux me fixaient comme pour me faire comprendre « regarde j’te suce encore comme une bonne grosse cochonne ». Elle s’arrêta seulement quand elle était sûre que plus une goutte de sperme ne s’échappait de mon gland bien rouge et encore gonflé de désir.


Elle se lécha les doigts avec gourmandise et en me regardant avec un air satisfait.

Elle se leva alors, remit son maillot sans même prendre le temps d’essuyer le sperme qui dégoulinait le long de ses cuisses, prit ses affaires, et me fit un clin d’œil avant de partir en me disant:


— à bientôt peut-être...

Diffuse en direct !
Regarder son live