Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 19 175 fois
  • 89 J'aime
  • 4 Commentaires

Bel après midi avec ma chérie et son fils

Chapitre 2

Inceste

Nous sommes restés emboîtés l’un dans l’autre, sans bouger, un petit moment, les yeux dans les yeux, profitant de ce moment de pur bonheur.

Je me surélève un peu et pénètre beaucoup plus rapidement. Christine s’abandonne à moi à son plaisir, à mon plaisir. À ce rythme, je n’ai pas résisté longtemps et je me suis vidé dans elle pendant qu’elle explose d’un orgasme puissant. Mon jeune ami a dû avoir une vue imprenable sur nos deux corps en chaleur.


— Mes chéris, dit Christine, j’ai un peu honte mais qu’est que je suis bien.


En tout cas, ajouta t-elle, avant la fin de ces petites vacances je crois que l’on va découvrir autre chose!!!!! Vous serez mes deux amours et moi une mère honteuse et comblée. Nous avons partagé un grand éclat de rire.


Tard dans la soirée, après une longue baignade à la plage, on se fait un petit resto, puis nous sommes rentrés, Christine semble préoccupée, je lui demande ce qu’il ce passe.


— Tu te rends compte ce que nous avons fait tous les trois.


— On dit que ce n’est pas normal, mais je vous ai trouvés très complices tous les deux. Il n’y avait rien de malsain. C’était tendre. En plus c’est moi qui ai commencé!!! Lui répondis-je.


— C’est vrai dit David, c’était bien et je ne vois pas ce qu’on a fait de mal.


— On a fait beaucoup de choses qui ne sont pas conforme à la bonne morale. Dit Christine. Une relation entre la mère et le fils et entre deux hommes, ce n’est pas logique.


— Je ne crois pas Maman, moi je t’aime, je suis ton amour, Gilles est comme mon père, comme mon frère ou mon meilleur ami. Je vous aime tous les deux.


Sitôt dit, David va faire un gros bisou sur les lèvres de sa maman et la même chose sur moi, très surpris de ce geste qui me va droit au cœur.


— C’est vrai que vous êtes beaux tous les deux, je suis fier d’avoir deux hommes comme vous, et deux hommes qui s’aiment.


Je prends la parole en m’adressant à David :


— Tu as aimé que je te touche et que je te caresse?


— Ho oui, j’aimerai tant recommencer.


— C’est mieux que quand tu te masturbes, demande sa mère avec un sourire narquois.


David accuse le coup en silence,


— C’est vrai que tu te branles David?


A ma question il baisse la tête.


— Tu veux pas nous faire voir comment tu fais, tu nous dois bien ça, n’est pas Christine.


— Oui c’est vrai, aller mon grand, mets-toi dans le canapé et montre nous ……


Après plusieurs demandes de sa maman et de moi, David est obligé de s’exécuter, il baisse timidement son maillot d’où surgit sa nouille et une légère pilosité.


— Non, enlève moi ce maillot de bain, tu seras plus à l’aise…… Quand tu te le fais tu ne gardes pas ton slip, Lui demande sa mère.


Cette situation recommence à m’émoustiller. David quitte son petit vêtement et entame avec deux doigts un va et vient sur sa verge ramollie, la timidité ne l’aidant pas.


— Et bien dit Christine, tu n’es pas aussi enthousiasme que cette après midi, mets un peu plus de cœur à ton ouvrage………… Quand tu es seul, à quoi penses-tu?


— Je ne sais pas si je peux le dire. Répond David.



— Si, si dis-le, tu ne dois plus rien nous caché.


Après quelques secondes de réflexion, David accouche:


— Maman, je pense à toi, toujours je pense à toi, tu es si belle.


Christine se lève va vers son fils:


— Merci mon chéri, tu me touches énormément dit-elle en l’embrassant sur les lèvres.


Puis elle pose sa main sur celle de son fils pour l’accompagner dans la caresse intime.


— Aller mon grand, fais-toi du bien, on veut te voir jouir, pense à ta maman.


Christine s’assoit à coté de David en le regardant dans son œuvre. A la vue de ces deux personnes qui me sont chères, je ne peux m’empêcher de sortir mon maillot et de bricoler ma tige qui grossit à vue d’œil.

Christine caresse les cheveux de son fils pour l’encourager, son action est de plus en plus évidente, la verge est bien bandée avec le gland luisant qui dépasse légèrement du prépuce, sa mère se penche pour y déposer ses lèvres. Par un réflexe bien masculin les fesses de David se soulèvent pour venir plus en profondeur dans la bouche de sa maman, son orgasme vient de suite, elle passe une main sous les couilles, ne rejette pas l’objet, au contraire, elle s’acharne sur l’objet ce qui fait échapper un petit cri à David qui s’écroule dans le canapé.


— Dit chérie, tu lui fais vachement de l’effet à ton fiston.


— Lui aussi, répond Christine, Je suis toute trempée et toi, regardes ton état, aller vient dans la chambre.


Depuis Cinq minutes, nous donnons dans un corps à corps, lorsque David pénètre la chambre à poil et nous regarde. Seule une faible et douce lumière subsiste. Une musique de slow langoureux emplit faiblement l’espace. Je sens le regard tendu du jeune homme, la main sur sa bistouquette, il s’assoit sur le lit et nous contemple pour la deuxième fois sur le champ de bataille. David s’entreprend une masturbation, il redevient très raide, normal il est jeune. Sa mère lui lance d’un air moqueur:


— Petit salop, tu aimes nous regarder comme ça?


— Oui maman, je suis tellement bien.


Rétorque David sans cesser de se caresser la tige. Après quelques secondes Christine qui semble en vouloir toujours plus, demande à nouveau à son fils


— Tu as envie de nous toucher David?


— C’est vrai…… Je peux?


Liliane prend la main libre de son fils et l’entraîne entre nos ventres.


— Va mon grand, fais ce que tu as envie, te retiens pas.


Je crois rêver, je ne reconnais plus mon amour, très libérée certes, mais je ne pensais jamais en arriver à ce stade.

David prend directement ma verge en main et commence un lent va et vient entre le pubis de sa mère et mon ventre. Je me retire un peu pour lui donner plus de place, il me masturbe comme un pro. Son autre main tente de titiller le clito de sa mère, mais son manque d’expérience l’empêche de continuer. Je me tourne pour qu’il agisse convenablement, sa mère pousse des gémissements affriolants.

Je dois mettre mon grain de sel:


— Attend David, lui dis-je. Je vais te montrer comment faire.


Je me mets sur le côté et avec une grande attention, j’écarte les poils, j’ouvre les lèvres avec deux doigts pour découvrir les trésors, je lui montre comment flatter le clitoris. Il suit mon exemple, il pose son index entre les lèvres et commence une caresse que je suis obligé de freiner pour que sa mère n’explose pas tout de suite. Je le soutiens en passant ma main sur son thorax, pour à mon tour prendre sa saucisse bien rigide. Je le caresse, pour moi c’est divin de tenir cette chose plus petite que la mienne certes mais c’est tellement excitant.

Evidemment il ne va pas tenir très longtemps dans ces conditions, je le dirige délicatement vers la bouche de sa maman qui s’ouvre immédiatement pour absorber la virilité de son fiston. Je me réinstalle entre les cuisses de ma chérie, la pénètre et tous les deux jouissons très rapidement. La tête de David vient sur mon épaule, la bouche ouverte se pose sur ma peau pour étouffer son cri de plaisir dans sa jouissance. Sa maman le retient encore un peu entre ses lèvres en dégustant son bonheur.

Christine et moi ressentons le même bien-être, David est en plein épanouissement, il sort lentement de la bouche de sa mère et s’écroule contre moi, le nez dans ma toison thoracique. Je me pousse un peu, David pose sa tête sur le ventre de sa maman. Je m’empresse d’embrasser Christine, le goût du sperme de son fils est dans sa bouche et elle le sait, c’est pourquoi son baiser est profond. Nous nous écartons de David qui est couché sur le ventre, il se détend, nous regardons son petit cul aux fesses rebondies bien étalées. Elle passe sa main sur le fessier comme une caresse maternelle puis elle les écarte un peu comme pour me dire: regarde comme mon fils est beau. C’est vrai que ce petit cul est beau et attirant, sans hésiter un seul instant je pose ma bouche sur les monticules de chair puis sans tardé je vais entre les deux, dégagé par les mains de sa mère, ma langue va sur le petit trou plissé. David est parcouru de petits frissons de plaisir, je prends une énorme joie à lécher cet endroit, je me retire. Sa mère vient à son tour placer sa bouche entre les fesses de son fils, tour à tour nos langues se mélangent dans cet enchantement ravissant.

Nous nous endormons tous les trois enlacés et épuisés de cette journée exceptionnelle.

Diffuse en direct !
Regarder son live