Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 25 730 fois
  • 328 J'aime
  • 17 Commentaires

Ma belle-mère, ma femme et moi !

Chapitre 1

Partie 1

Inceste
328
5

Ma belle-mère, ma femme et moi !

Partie 1


Je m’appelle Thomas, je suis commercial, j’ai 31 ans et je vis à Lyon avec ma jeune épouse, Béatrice, 26 ans, secrétaire médical. Nous avons un fils, Jules, qui avait 11 mois au moment des faits ! Car oui, notre vie a pris une nouvelle tournure depuis cet été 2019.


Mais d’abord, petite présentation, je suis brun, les yeux verts, 1,80 m, 67 kilos et passionné de cyclisme. Béatrice elle 1,68 m, yeux marron, les cheveux châtains jusqu’aux épaules, et 68 kilos, elle n’a pas tous perdu depuis sa grossesse, et je la taquine souvent depuis qu’elle est légèrement plus lourde que moi. Elle n’est pas vraiment grosse, au contraire, j’aime ces nouvelles petites rondeurs, elle est comme beaucoup de femmes dans la vraie vie, elle a aussi une superbe poitrine, 95 C, et la peau très blanche. Bref, cet été 2019 est un peu particulier, car à cause de notre fils plutôt que de partir en vacances comme chaque année, nous avons fait le choix de passer nos 3 semaines estivales dans le Gard au nord d’Ales chez ma belle-mère. Jules ne marche pas encore et notre vie est rythmée par les siestes et les biberons ! Du coup, cela fait plaisir à ma belle-mère Carole, et pour nous, la perspective d’un peu de repos de temps libre et aussi d’économie.


Je dois vous présenter un peu Carole, c’est une belle femme, 45 ans, châtain comme sa fille, mais toujours bronzée, contrairement à Béatrice ! Elle est assez grande, et relativement mince, elle marche beaucoup et passe sa vie dehors à jardiner. Ses seins semblent petits, mais fermes, surtout, elle a un visage rayonnant, en fait, elle est assez mignonne et coquette. Je l’ai toujours connue seule, le père de Béa est parti, il y a bien longtemps, et elle vit à l’année dans sa maison, entre l’Ardèche et le Gard, au soleil. Elle ne travaille pas vraiment, elle possède plusieurs appartements et autres biens, notamment sur Paris.


Le mois de juillet est déjà bien entamé lorsque nous arrivons chez Carole. Nous nous y rendons assez souvent pour les vacances, ou même certains week-ends, de Lyon, nous ne sommes qu’à quelques heures de voiture. Nous y avons nos habitudes, notre chambre, et même du linge à demeure ! La maison est sur 2 étages. Une grande pièce à vivre et la cuisine en bas, et 3 chambres, un bureau et une salle de bain en haut. Une grande terrasse, une pelouse toujours verte, malgré le climat, le tout protégé des regards par des murs de chaque côté, ensuite en enfilade, un grand jardin avec un cabanon de rangement tout au fond de la propriété. La maison se trouve au bout d’un chemin de terre qui débouche sur une rivière, mais peu de personnes ne l’empruntent, et le quartier est calme, car aucune autre maison n’est à proximité.


Comme à l’accoutumée, nous trouvons tous rapidement nos marques, chacun vacant à ses activités, nous retrouvant pour les repas et l’apéro en terrasses, profitant des fruits et légumes des marchés estivaux, des promenades à la rivière avant ou après la sieste du petit. Bref les plaisirs simples d’une vie en famille aux parfums de vacances.


Souvent le matin ou plus rarement en début d’après-midi, si les températures le permettent, je pars faire mon tour à vélo quotidien quelques dizaines de kilomètres, à oui aussi la nouveauté 2019, c’est une piscine zodiaque sur la pelouse, histoire de se détendre et de rafraîchir les enfants, car Hugo le jeune frère de Béatrice sa femme et leurs fils passeront 2 fois nous rendre visite pendant notre séjour, la première fois, dès ce week-end, faisant une étape sur la route de leurs vacances et normalement 15 jours plus tard à leurs retours. Ils habitent dans l’Oise et passent cette année 2 semaines sur la côte.


Ce premier chapitre débute juste après le repas de midi, le samedi du week-end où mon beau-frère et sa petite famille sont là. On ne peut pas dire que je déteste Hugo, mais il ne m’est pas particulièrement sympathique, et son fils, mon neveu, une vraie furie, toujours à brailler. Si bien qu’après le repas, alors qu’une sortie promenade s’organise pour passer l’après-midi à la rivière, je décline poliment, préférant m’offrir une séance de cyclisme en solitaire.


Je suis dans la salle de bain à me brosser les dents quand ma petite Béa me lance un « on y va ! Bon après-midi, sois prudent ». Je me rince rapidement la bouche et m’approche du haut des escaliers pour lui répondre, mais trop tard, la porte d’entrée claque et j’entends leurs voix s’éloigner petit à petit à l’extérieur. J’allais me retourner pour enfiler dans ma chambre ma panoplie du parfait cycliste professionnel, lorsqu’en bas des escaliers, Carole apparaît, les yeux plongés sur son smartphone. Apparemment, elle aussi s’était esquivée de cette petite promenade. Je n’étais pas au courant, et surtout, elle était parfaitement silencieuse au rez-de-chaussée. Si je ne l’avais pas aperçue, jamais je ne me serai douté que je n’étais pas seul à la maison. Bon, j’arrive dans la chambre, je sors mon casque, mon cycliste, mon t-shirt et mes gants de vélo et je commence à me changer. Je suis en caleçon quand j’entrevois une ombre furtive dans l’entrebâillement de la porte.


C’est Carole qui se dirige vers sa chambre, seulement elle aussi a dû me voir, et elle marque un temps d’arrêt. Je m’attends à ce qu’elle se signale, mais non ! Elle reste plantée là ! Je ne vois pas son visage, juste une silhouette, peut être qu’elle est simplement toujours absorbée pas son téléphone ou alors, elle m’a aperçu presque nue et elle se rince l’œil ? Cette idée me traversant l’esprit fait naître dans mon caleçon un début d’érection. Jusqu’à aujourd’hui, jamais ce genre de pensée ne m’avait traversé l’esprit. Je décide d’aller ouvrir la porte-fenêtre qui donne sur le balcon le léger courant d’air ainsi provoqué, ouvrira comme à chaque fois la porte de ma chambre. Ainsi, je saurai si son téléphone est la cause ou non de son immobilisme.


La légère brise opère, et la porte est maintenant grande ouverte, je me rapproche de mes affaires aussi naturellement que possible, mais Carole, elle a disparu ! Cependant, son ombre l’a trahie, je vois qu’elle est plantée contre le mur qui va au bureau. C’est clair, elle me mate. Sûrement que rien n’était prémédité, mais là, au lieu de faire du bruit ou de se signaler d’une quelconque manière, elle se cache et m’épie en secret ! Ma petite érection se transforme en véritable excitation, je crève d’envie de lui offrir un spectacle d’exhibition. Je retire mon caleçon, je bande dur, je tourne un peu en rond, quoi faire ? Je cherche une idée, dans la chambre, il n’y a pas grand-chose, le lit bien sûr, un bureau vers la porte et une armoire vitrée à côté de l’accès au balcon.


Eurêka, l’armoire ! Il y est rangé tout en haut du dernier rayon, un petit coffret « 50 nuances de Grey » ! Rien d’extravagant, une paire de fausses menottes en métal, 2 lanières en soie noire, quelques bougies et un masque pour bander les yeux. Je m’empare de tous les accessoires hormis des bougies. Carole sait que ce coffret est rangé là, il est apparu comme une blague lors d’un Noël précédent, et depuis, il n’a pas bougé. Avant de m’installer sur le lit, je me dirige vers le petit bureau, j’active mon téléphone sur vidéo et le place discrètement derrière un pot à crayon de là, je filme toute la pièce. Je retourne vers le lit, du coin de l’œil, je vérifie si l’ombre de ma belle-mère n’a pas bougé. Non, elle est là, tapie contre le mur. Je m’allonge, attache chacune de mes chevilles aux barreaux du lit, j’ai les mains qui tremblent, puis je place le bandeau sur mes yeux, je me retrouve plongé dans le noir, mes sens sont en éveil, l’excitation au maximum.


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Enfin, je passe les menottes, mes mains prisonnières derrière le montant supérieur du lit. L’air frais venant de l’extérieur me caresse la peau, je me frotte le dos et les fesses sur les draps, j’ai la chair de poule et je bande comme rarement. Je fantasme sur Carole, espérant qu’elle me regarde sans crainte. Je l’imagine se toucher devant le spectacle que je lui offre ! Je n’y tiens plus, je libère ma main Gauche, en entame de me masturber. Ce n’est pas ma main habituelle, les sensations sont nouvelles et délicieuses. J’ai fait ce choix pour laisser libre, la vue sur ma droite à Carole toujours avec cet espoir fou quelle me regarde. Je me touche doucement, régulièrement de bas en haut, car dans l’état où je suis, quelques secondes suffiraient à en finir. Malgré tout, très vite, je me cambre, mes orteils se crispent, le point de non-retour vient d’être franchi, je grogne bruyamment, Haaa, librement, et l’éjaculation l’extase, je jouis fort, puissamment plusieurs fois.


Je me vide littéralement. Je m’écroule sur le lit, j’ai le souffle court...

Après quelques secondes, je libère ma seconde main, je m’assois et enlève le masque. Je regarde autour de moi, je suis seul, les portes toujours ouvertes. Je finis de me libérer, j’ai du sperme plein le ventre, il coule sur mon pubis, mon sexe faiblit, je suis souillé jusqu’aux cuisses, une légère odeur de jouissance flotte dans la pièce.


Mon premier réflexe est de me jeter sur mon téléphone, au passage, je regarde dans le hall, cette fois, il n’y a personne, Carole a vraiment disparu. Mon téléphone filme toujours, la vidéo ne fait même pas 5 minutes ! J’étais vraiment excité comme un ado.


Je pianote et relance ma "sextape" en mode lecture, j’avance directement de plusieurs dizaines de secondes. Je suis sûr le lit à me ligoter les pieds. Étonnamment, l’image est superbement cadrée, pourtant dans la précipitation et l’excitation... Bref, j’avance encore, je suis allongé, et je me trémousse. On ne voit que mon sexe, est-ce que c’est le fait que je sois plutôt mince et sec ou que j’ai rarement éprouvé une telle érection, mais mon membre capte toute la lumière en plein centre de l’image. Allez, rien ne se passe, où es-tu Carole !


Quand d’un coup, stupeur, une masse passe devant l’écran, Carole, à pas de loup, pieds nus, s‘avance vers le lit. Ma main tremble en tenant le téléphone, je n’ai pas halluciné, j’ai ma belle-mère en vidéo ! Petit à petit, elle arrive au pied du lit, je la vois de profil, et là, je suis abasourdi ! Elle dégaine son portable et me filme elle aussi. Elle tend le bras vers mon sexe, elle contourne le lit et fait naviguer son téléphone jusqu’à mon visage, elle explore tout mon corps, jamais je n’aurai cru cela possible ! Elle se caresse un sein. Puis ! Elle prend peur ! Recule jusqu’au balcon, c’est le moment où j’ai libéré ma main. Je me branle, dans le même temps, en regardant cette vidéo, je reprends de la vigueur, mon sexe est de nouveau à l’horizontale. Carole au bout de quelques instants reprend confiance, elle se rapproche de nouveau, elle place son visage juste au-dessus de mon sexe, comme pour capter les odeurs.


Son téléphone a disparu et elle se touche, une main sur son sein gauche, l’autre entre ses cuisses. Je me cambre, c’est bientôt la fin, elle le voit, le devine, et elle rapproche un peu plus son visage de mon dard, de loin comme ça, on a l’impression d’une pipe faite du bout des lèvres. Je me vois jouir, mon Dieu ! Plusieurs jets de sperme l’atteignent en plein visage, c’est ce qu’elle recherchait, car elle n’a pas reculé. Puis ma semence ne gicle plus, elle s’écoule. Carole ce redresse, je la vois se lécher les babines délicatement tout en reculant doucement, mais là, comme précédemment, je libère mon autre main, me redresse, et ma belle-mère pris de court, fait volte-face et part se dissimuler sur le balcon...


Je redresse la tête, pose mon portable, je ne tremble plus, et je réalise brusquement qu’elle est toujours là. Je regarde vers l’extérieur, il fait beau, je bande de nouveau et devant moi à quelques mètres seulement, Carole ma belle-mère couverte de mon sperme se cache sur le balcon.

Je ne réfléchis plus, j’avance, je souhaite provoquer ce contact, la voir de mes propres yeux. Je suis sur le seuil, au prochain pas, c’en est fini de cette mascarade. J’avance comme pour prendre le soleil le menton relevé et tout de suite, je l’identifie prostré contre le mur. Je sursaute, feignant d’être surpris (quel acteur), je prends garde de lui bloquer le passage, je n’ai pas le temps d’ouvrir la bouche qu’elle démarre un monologue d’excuses, d’explication, le tout mêlé de sanglots. Je n’écoute rien de ce qu’elle me dit, je reste planté là, impudique, bandant dans sa direction. Elle est rouge comme une pivoine, ses mains essayant peut-être de dissimuler son visage et elle parle, elle parle. Je la coupe.


— Qu’est-ce que vous faites là ? J’ai cru faire une crise cardiaque !

— Je, je ne suis pas parti me promener, je suis monté et j’ai, je t’ai vu et je n’ai pas osé te déranger, je suis désolé, vraiment, je me suis caché pour ne pas t’embarrasser.


La maligne, bientôt cela va être de ma faute ! Mais je sais qu’elle aussi a dépassé les limites.


— Mais vous êtes sur le balcon ! Comment êtes-vous arrivé ici ? Vous êtes rentré dans ma chambre !


Elle reste muette. Je change de ton.


— Tu m’as regardé ? Tu es rentré et tu as joué les voyeuses et tu t’es caché ici !

— Je, cela, j’ai été troublé, mes émotions m’on fait perdre la tête, je n’ai pas réfléchi, je suis désolé, pleurniche-t-elle.


Et maintenant, le coup de grâce, je tends la main vers son visage et j’essuie le reste d’une petite goutte que je sais être mon sperme, étonnamment elle est assez propre, elle a dû faire une petite toilette improvisée !


— C’est quoi ?


Je le porte à ma bouche, « c’est du sperme ! »


Elle devient toute blanche, je sens que son regard cherche une échappatoire, elle bredouille.


— Carole, comment est ce possible ?


Elle s’effondre sur elle-même, pleurniche de nouveau puis elle me dit :


— Je suis désolé, Thomas, cela fait si longtemps, j’ai eu envie de te prendre en bouche, je n’ai pas réfléchi, je n’ai pensé à rien, ni à toi, ni à Béa, ni à personne, pardonne-moi, je suis désolé, qu’est-ce que je peux faire pour me faire pardonner ? Je voudrais tellement que rien ne ce soit passé !

— Déshabille, toi !...

— Tu m’as vu nu, tu en as profité, et là encore, je suis nu devant toi, tu as eu le temps d’observer toute mon intimité, alors moi aussi, je veux te voir, là maintenant sur ce balcon !


Elle est sidérée, semble ne pas comprendre ce que je viens de dire. Alors je soulève son t-shirt, machinalement elle lève les bras. Elle est docile, peut être en état de choc, peu importe, elle finit de retirer son haut toute seul, et alors que ses seins apparaissent, je lui descends son pantalon en toile et j’attrape sa petite culotte avec. Elle se retrouve nue, elle soulève ses pieds, je me relève, pantalon et culotte dans une main, et j’attrape son haut de l’autre, et je jette tout par-dessus la rembarre, directement sur la pelouse en contrebas. Elle est estomaquée, mon téléphone, s’écrie-t-elle ! Je la détaille du regard. Son minou est naturel, il n’est pas rasé, juste entretenu proprement, elle est belle, fine, bronzée, je bande de nouveau à fond. Elle aussi me regarde, elle ne se dissimule pas ses bras le long de son corps, ses petits seins qui pointent dans ma direction, elle semble découvrir l’effet qu’elle me fait. Je suis poisseux.


— Tu bandes à nouveau, me dit-elle, comme surprise.


Je lui pose une main sur l’épaule et tout en exerçant une légère pression vers le bas, je lui dis :


— Finis ce que tu voulais faire et je ne dirai rien ! Moi aussi, j’en ai très envie maintenant. Et jamais béa ne m’a laissé la regarder me sucer, alors c’est toi, Carole, qui vas me faire vivre ça ! Ça sera ta punition.


Elle doit être dans un autre monde, docilement, elle se met à genoux, et doucement me prend en bouche, je sens une chaleur entourer mon sexe. Ses lèvres sont humides et tout de suite au premier mouvement, je sens sa langue venir s’enrouler autour de mon gland. Une main sur mes testicules, l’autre à me branler doucement. Sa langue joueuse, ma parole, c’est une experte, tout le contraire de sa fille, j’ai l’impression délicieuse qu’elle prend autant de plaisir que moi. Elle garde les yeux fermés, savoure, et je profite pour la première fois de ma vie d’une vue imprenable sur ce spectacle magique. Qu’elle est belle, que mon sexe est bien dans sa bouche.


Le soleil me brûle la peau, des bruits de succion sont de plus en plus forts, un léger filet de bave coule à la commissure de ses lèvres. Pendant de longues minutes, je suis au paradis sur ce balcon. Je lui caresse doucement les cheveux.


Soudain, des bruits se font entendre au loin depuis le chemin. Ensemble dans une même prise de conscience, nous réalisons que peut-être les autres rentrent de promenade. Elle me lâche et souhaite se relever. Je l’en empêche !


— Fini, je ne te laisserai pas partir tant que tu n’auras pas fini !

— Mais ce sont peut-être eux, me dit-elle tous bas !

— Peu m’importe, tu as presque fini, alors termine.


Et je ne lui laisse pas le choix, et lui représente ma bite devant sa bouche. On ne rigole plus, je sens comme un vent de panique la parcourir, elle ouvre grand la bouche et me suce à fond sur un rythme hyper-soutenu, ses deux mains sur mes fesses, son regard dans le mien. Il n’en faut pas plus, je perds tout contrôle, et pour la deuxième fois de la journée, le désir me submerge. Son nez est dans mes poils pubiens lorsque je décharge tout ce que je peux. Je jouis comme jamais, mes jambes ne me portent presque plus. et elle reste dans cette position en gorge profonde. Au bout de quelques secondes, elle recule doucement en pressant mon sexe de ses lèvres, comme pour ne pas en perdre une goutte. Je me tiens à la rambarde fébrilement, elle me regarde avec sa gueule d’ange et ouvre la bouche pour me montrer son butin !


Alors instinctivement, je l’embrasse, nos langues s’enlacent, une grande partie de mon jus est partagée, le goût est âcre et salé, elle me rend mon baiser amoureusement et lorsque nous nous séparons, c’est ensemble que l’on déglutit les yeux dans les yeux le sourire aux lèvres dans un bien-être partagé.

Les bruits dans le chemin sont tout à coup ultras proches. Carole me bouscule et détale toute nue dans les escaliers, je la vois réapparaître en dessous, se saisir de ses vêtements. À cet instant, le groupe de personnes dépassent la maison et poursuivent leur route. On se regarde et ensemble, on éclate de rire. Je la vois rentrer dans la maison. Quant à moi, je me dirige vers la salle de bain pour me doucher. Je suis sous l’eau quand elle rentre pour se débarbouiller le visage. Elle est de nouveau habillée et lorsqu’elle a fini elle me dit :


— Je vais les rejoindre, j’ai vraiment passé un bon moment.


Elle est belle.


— Moi aussi Carole, merci pour tout, c’était génial.


Et je la vois filer. Heureuse et souriante.

Ce samedi, je ne le savais pas encore, était le premier jour du reste de ma vie.

Les choses allaient encore s’accélérer durant notre séjour et cette nouvelle facette très coquine de ma belle-mère allait faire naître beaucoup de choses et ouvrir de nombreuses perspectives.

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder