Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 73 816 fois
  • 105 J'aime
  • 3 Commentaires

Ma belle soeur (b)

Chapitre 1

Inceste

Ma belle soeur (b)

Laissez moi vous raconter cette histoire qui m?est arrivée il y a maintenant deux ans.

    Marié depuis deux ans, nous vivions mon épouse et moi un bonheur sans nuage.

    Seul petite ombre au tableau, je trouvais qu?elle n?avait pas une sexualité qui répondait exactement à mes attentes : elle n?était pas une fan du sexe et pour elle, faire l?amour deux fois par semaine suffit amplement à son épanouissement sexuel.

    Nous avions pris l?habitude marie (mon épouse), Caroline (sa soeur) et moi de se voir tous les week end.

    J?avoue que je n?avais jamais regardé Caroline sous un autre regard que celui du grand frère, elle a pourtant tout ce que peu attendre un homme : un visage charmant, un petit nez en trompette très coquin et un corps à faire damner le plus fervent des moines.

    Célibataire depuis peu, nous avions tous instauré le vendredi soir le rite de la soirée Télé : nous nous retrouvions tous les 3 vers les 19H00 chez nous, nous prenions un apéritif, nous dînions, et nous regardions tous les trois la télé sur le canapé.

    La soirée finit, mon épouse et moi allions dans notre chambre et Caro allait dormir dans la chambre d?amis.

    Rien de plus banal, cependant il n?est pas dur à croire que nos relations et notre complicité se nouaient de plus en plus fort chaque week end.

    Un soir comme les autres, mon épouse qui avait froid eu l?idée de déplier le canapé lit du salon, que nous nous mettions ensuite tous en tenue de nuit et que nous regardions la télé sous une couette bien chaude.

    Nous nous sommes donc allongés tous les trois dans ce petit canapé lit et j?ai eu le privilège de me mettre entre ces deux belles femmes à leur demande.

    Ravi, j?accueillais leur tête sur mon torse posant mes bras sur leur épaule, mon épouse à ma gauche, sa soeur à ma droite.

    Nous rigolions tous au début, et l?on me félicitait pour le moelleux de mes pectoraux.

    Quand la série a commencé tout le monde est devenu sérieux et silencieux.

    Au début j?étais très concentré sur la télé mais très vite, je me suis mis à réaliser la chance que j?avais.

    Je me suis alors mis à désirer ce corps qui était à mes côtés, non seulement attiré par sa beauté mais aussi par l?excitation de l?interdit, ce besoin de marcher sur des oeufs pour ne risquer ni le râteau ni le scandale familiale, mon but était simple : tester jusqu?où allait notre complicité et connaître la force de mon pouvoir de séduction.

    Je commençais par lui caresser une ou deux fois l?épaule droite du bout de mon pouce en prenant garde à avoir l?air passionner par la série.

    Rien ne se passait....

    J?ai recommencé une deuxième fois et après une attente de 5 mn, j?ai senti sa main gauche remonter le long de son corps, sur son épaule jusqu?à ce que nos doigts se frôlent.

    Vous allez me dire, rien de bien méchant, mais j?ai alors noté sans savoir si c?était un calcul ou juste le besoin de se préserver du froid, mais elle a remonté la couette au dessus de son épaule.

    Ainsi mon épouse ne pouvait en aucun cas voir quoi que ce soit.

    Ce soir là, nous nous sommes juste caressés (voir frôlés) du bout des doigts.

    Mais je sentais plus le temps passait que nos caresses devenaient de plus en plus appuyées.

    Nous nous couchions chacun de notre côté ainsi.

    Moi, je ne voulais pas en rester là et la semaine suivante me parut bien longue avant le vendredi fatidique.

    Nous dînions ensemble et je n?en pouvais plus, je ne pensais qu?au moment ou nous nous coucherions et ou je pourrais continuer mon petit manège....

    Je me suis alors dit que je n?étais pas obligé d?attendre si longtemps, j?ai poussé millimètre par millimètre mon pied vers le sien (nous étions tous en chaussettes ou collant) jusqu?à ce que mon orteil frôle de façon imperceptible le sien.

    Cela ne manqua évidemment pas d?arriver, dès qu?elle bougea ne serait ce qu?un petit peu, son pied toucha le miens. Elle le retirera en s?excusant mais elle dû réfléchir à la même stratégie que la mienne car nos deux orteils se rencontrèrent à nouveau pour ne plus se lâcher, on se caressait le pied presque fraternellement avec une douceur extrême.

    Le moment tant attendu arriva, nous aillâmes nous préparer chacun de notre côté et l?on se mit au lit.

    Presque 5 minutes après, je sentis la couette remonter un peu et elle commença à me caresser la main comme le week end dernier. Je descendis un peu ma main et la posa sur son flanc, juste sous ses dessous de bras, mon index pouvait presque toucher la base de sa poitrine.

    Je n?osais pas aller plus loin et j?avoue que l?idée de pauser ma main sur sa poitrine me fit bander comme jamais.

    Mais le risque était trop grand il fallait encore attendre.

    Le hasard me donna un petit coup de pouce, mon épouse fatiguée nous demanda la permission de rejoindre sa chambre pour dormir.

    Croyez moi, ni elle ni moi ne l?avons retenue.

    Nous nous sommes donc retrouvés tous les deux.... Nous avons commencé par nous chamailler, discuter un peu, et nous nous sommes à nouveau concentré sur le programme.

    Quand subitement elle m?a proposé un petit jeu : nous devions chacun remonter notre haut de pyjama (elle portait une nuisette deux pièces) jusqu?au dessous de la poitrine, et elle placait son doigt dans mon nombril, moi le miens dans le sien et je devais reproduire exactement le parcours que son doigt faisait sur mon corps sur son corps à elle (j?espère avoir été à peu près clair...).

    A chaque fois que l?on se trompait on repartait du nombril.

    Bien que très agréable, ce jeu n?était pas facile car ayant des bras plus grand que les siens, j?avais du mal à respecter les distances. D?où une bonne partie de rigolade ! ! Puis est venu le moment où je devais être le guide, je lui caressais les flancs, le ventre et remontais le plus haut possible jusqu?à presque sentir la base de ses seins.

    Mais je n?osais pas aller plus loin.

    Quand elle a reprit le contrôle du jeu, elle a subitement ? involontairement ? remonté son doigt sur mes pectoraux, j?ai donc du remonter le mien sur ses seins !

    On s?est regardé tous les deux d?un regard complice et on a continué une bonne heure nos caresses (j?étais fou de désir mais heureusement la couette cachait mon érection).

    Nous n?avons jamais été plus loin ce soir là, mis à part que nous nous sommes fait des petits baisers sur le ton de la rigolade.

    Tout cela ne faisait pas comme de la tromperie, on restait vraiment presque fraternel.

    Je me suis couché et j?ai dû réveiller ma femme pour lui faire l?amour comme jamais.

    Puis à nouveau l?attente longue de la semaine.

    Je repensais au contact de ses seins (85C), à ses tétons se durcissant au contact de mes caresses, j?étais comme fou.

    Si cette histoire vous a intéressée, je vous raconterais la suite dans un nouvel épisode.

    Marc


E-mail: existenx@caramail.com

Diffuse en direct !
Regarder son live