Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 4 227 fois
  • 10 J'aime
  • 0 Commentaire

Ma belle soeur -d

Chapitre 1

Divers

Thierry et Stéphanie sont venus diner hier soir en compagnie d’un copain de Thierry. Après le repas, ils décidèrent d’aller au supermarché pour la dernières soirée de la quinzaine commerciale. Stéphanie décida de rester à la maison car elle était fatiguée de sa semaine. Quant à moi, je choisissais de rester pour finir un rapport urgent qui devait être sur le bureau du patron lundi matin à 9h.


Tandis que j’étais à l’étage, Stéphanie regardait la télé au salon. Au bout d’un quart d’heure, je l’entendis éteindre le téléviseur et aller à la cuisine. Absorbé par la rédaction informatique de mon rapport, je ne l’avais pas entendue monter les escaliers. Tout à coup, je la vis dans l’encadrement de la porte. Elle avait cette lueur dans le regard, celle qu’elle avait déjà eu quelques semaines auparavant. Je repris mon travail, sachant bien que quelque chose allait se passer. C’est elle qui prit l’initiative. Elle s’avança vers moi et commença à oter son pull. Elle ne portait dessous qu’un soutien-gorge en coton imprimé. Elle s’approcha encore et s’agenouilla puis passa sous le bureau, entre mes jambes. Je continuais d’écrire tandis que je sentis la paume de sa main caresser mon sexe à travers mon pantalon. Elle entreprit d’ouvrir ma fermeture éclair et engagea sa main à l’intérieur. En un clin d’9Cil, elle avait extirpé mon sexe dans un mouvement libérateur. J’étais déjà en érection et elle ne perdit pas de temps pour emprisonner ma queue dans sa bouche chaude et humide. Elle commença à titiller mon gland avec sa langue puis entreprit un va-et-vient qui accélérait à chaque aller-retour. Au bout de quelques minutes, n’y tenant plus, je dus l’arrêter pour ne pas lui remplir la bouche de mon sperme.


Je l’aidais à se relever et la débarrassais de son soutien-gorge. Sa poitrine menue mais ferme se dressait fièrement devant moi. J’attrapais successivement ses mamelons pour les caresser de ma langue et de mes lèvres. Ensuite, je défis sa ceinture et ouvrait son jeans pour le faire tomber à ses pieds. Elle était là, devant moi, en slip et en chaussettes. Je m’approchai et écartai délicatement le tissu de sa culotte pour plaquer mes lèvres sur son sexe déjà humide. Je passai une jambe par dessus mon épaule pour que sa chatte s’ouvre à moi et entrepris de l’explorer avec ma langue. Elle ne put y résister très longtemps et un premier orgasme déferla en elle telle une vague de plaisir. Ne pouvant se contrôler, elle poussa un cri que tout le voisinage dut entendre.


Ensuite, je l’ai posé sur le bureau et je me suis levé. J’ai approché ma bite et je me suis introduit sans effort dans sa chatte inondée. Je la limais quelques instants puis décidai que ce trou était devenu trop grand pour moi. Je la retournai pour qu’elle prenne appui sur le bureau et commençai à lui enduire le cul avec ce qu’elle avait déversé de sa chatte précédemment. Elle ne souhaitait pas que je fasse ce à quoi elle pensait que je me préparais, mais je la forçai à rester en place pendant que je continuais à préparer mon arrivée. Elle me supplia d’arrêter, m’expliquant qu’elle n’avait jamais été sodomisée et qu’elle avait très peur de ça. Je tentai de la rassurer, lui expliquant qu’elle apprécierait forcément cette nouvelle expérience. Elle paraissait vraiment effrayée et il me sembla voir perler une larme à ses yeux. Toutefois, je décidai de continuer, estimant qu’il serait toujours temps d’arrêter si ça lui faisait trop mal.


J’empoignai mon sexe et l’approchai de son anus. Comme elle se débattait, j’eus du mal à m’immiscer entre ses fesses et je dus me résoudre à lui redire encore qu’elle aimerait, lui rappelant que la dernière fois elle ne voulait pas baiser avec moi et qu’elle avait pourtant aimer ça ensuite. Ces arguments semblèrent avoir raison de ses réticences et bien que rechignant toujours, elle se montra plus docile. Je la pénétrai donc doucement et cette fois les cris qu’elle poussait étaient des cris de douleur puis après 2 ou 3 allers-retours, elle se mit à grogner de plaisir pour finalement m’encourager en me demandant de bien la bourrer à fond car elle adorait ça. N’y tenant plus, j’accélérai le mouvement et éjaculai dans son cul. Après m’être retiré, je vis couler un filet de sperme qui alla se mêler aux poils de sa chatte. Je partis vers la salle de bain et entrepris de me laver le sexe. Une fois que ce fut fait, je revins vers le bureau et trouvai Stéphanie rhabillée, assise à mon bureau. Elle me fit signe d’approcher et se mit à me sucer avec frénésie. Après quelques minutes, sachant que je n’éjaculerai plus et craignant que Thierry et son pote ne reviennent, nous arrêtames là nos ébats. Bien nous en prit puisque 10 minutes plus tard, les 2 garçons revinrent à la maison. J’étais revenu à mon rapport et Stéphanie était retournée à sa télévision.

Diffuse en direct !
Regarder son live