Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 8 483 fois
  • 40 J'aime
  • 4 Commentaires

Ma belle-soeur et mon beau-frère

Chapitre 1

Divers

1) Ma belle-soeur et moi

---------------------------------

J’étais marié depuis 2 mois lorsque, ma femme et moi, nous nous sommes rendus à une fête de famille.

Depuis toujours j’avais envie de ma belle-soeur, elle a 2 ans de moins que ma femme et est aussi belle bien que différente.

Elle est brune avec de longs cheveux, grande et dotée d’une très forte poitrine malgré sa minceur.

Mais ce n’est pas que son physique qui m’a toujours attiré, c’est également la sensualité qui se dégage dans sa façon d’être et dans le timbre de sa voix.

Pour en revenir à cette soirée, voici comment tout a commencé:

L’ambiance était agréable et ma belle-soeur n’arrêtait pas de se déhancher sur la piste de danse.

Sans me vanter, je suis un assez bon danseur de salsa et de bachata. J’ai suivi des cours pendant plus de 2 ans et mon niveau fait des envieux.

Ce soir-là j’ai beaucoup dansé, que ce soit avec ma femme ou avec d’autres dont ma belle-soeur.

Ayant bu un petit verre, je suis devenu de plus en plus tactile avec elle quand nous étions collé-serré sur la piste.

Mes mains se baladaient aussi souvent sur son petit cul que sur sa taille. Les danses lascives s’enchaînaient et, tour à tour, ma femme et elle devinrent mes uniques cavalières.

La soirée terminée, nous avons pris le chemin du retour. Ma femme conduisait et sa maman avait pris place à ses cotés. Ma belle-soeur et moi étions assis à l’arrière.

Chemin faisant, je ne pouvait détacher mes yeux de ses magnifiques jambes.

Tout à coup, sans réfléchir, j’ai déposé une main sur sa jambe. Elle m’a regardé puis son regard s’est dirigé vers ma femme.

Celle-ci était trop absorbée par sa conduite et ne voyait rien de se qui se passait à l’arrière.

Ma belle-soeur prit ma main et tenta de l’enlever de sa cuisse. Mais j’ai résisté et elle a abandonné.

Lentement je suis remonté jusqu’à son entre-jambes puis me suis introduit dans sa culotte.

Tout était excitant, que ce soit le fait d’avoir 1 doigt en elle comme le fait que ma femme et ma belle-mère étaient à l’avant et ne se doutaient de rien.

Ce petit jeu dura quelques minutes pendant lesquelles je voyais qu’elle y prenait un certain plaisir également.

(je dois vous avouer que ma belle-soeur a la réputation d’être relativement ouverte lorsqu’un homme lui plaît)


Nous avons déposé ma belle-mère chez elle puis avons pris le chemin de chez nous accompagnés de ma belle-soeur avec qui nous partions quelques heures plus tard pour un parc d’attractions.


A la maison, petite douche pour tous (séparés) puis dodo.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


Mais je n’arrivais pas à m’endormir, j’étais bien trop excité après le petit jeu manuel dans l’auto.


Ma femme s’est endormie quasi tout de suite, il faut dire qu’elle avait travaillé toute la journée et que la soirée l’avait mise sur les genoux.


Je suis sorti du lit et me suis rendu dans la chambre d’amis où ma belle-soeur était. Je me suis approché d’elle et je la regardais.

Allongée, nue sous les draps, seul le haut de son corps était apparent.

Que ses seins étaient (ils le sont toujours d’ailleurs) beaux ! Superbement galbés et fermes, ils ne laissent personnes indifférent.

Je ne suis qu’un homme avec ses faiblesses et ses désirs, je n’ai pu m’empêcher de les toucher. D’abord timidement, du bout des doigts. Puis c’est de la main entière que je les ai caressés, palpés.

Tout à coup je me suis aperçu qu’elle avait les yeux ouverts et me regardait. J’ai arrêté de caresser mais je n’ai pas enlevé ma main.

On s’est regardé quelques instants puis elle m’a souri. Là j’ai compris qu’elle acceptait d’être mienne et je me suis allongé.

Délicatement j’ai déposé un baiser sur ses lèvres et ma main a entreprit un parcours entier de son anatomie.

Quelle moment ce fut ! Elle était une amante formidable, presque plus sauvage que ma femme. Excepté pour la fellation, domaine où ma femme est la personne la plus douée que je connaisse et dont nos partenaires raffolent ses prestations.

Mais quelle gourmande et quelle furie, j’ai bien cru ne pas arriver à la satisfaire pleinement (mais j’y suis arrivé, soyez tranquilles).

J’ai bien cru que nous allions réveiller ma femme tellement elle jouissait et cela sans discrétion.


Après ces moments de folies sexuelles incroyables je suis retourné rejoindre ma femme dans notre lit, malheureusement il ne restait plus que 2 heures avant le lever. Cette journée au parc (vous savez, celui avec le kangourou) fut longue, mais longue.

La soirée à danser et boire, puis une partie de la nuit à baiser ma belle-soeur avait fortement laissé des traces.


2) Ma femme et notre beau-frère

--------------------------------------------


Est-ce dû au fait que j’avais baisé ma belle-soeur, mais un jour j’ai offert ma femme à notre beau-frère.

Cela s’est déroulé 2 ans après. Alors que ma belle-soeur était mariée depuis près de 8 mois.


Ma femme s’habille toujours de manière sexy, provocante sans être vulgaire. Des jupes, ou robes, courtes ainsi que toujours de jolis bas nylon et des escarpins à hauts talons. Elle aime être regardée, désirée. Pas seulement quand nous allons pour faire des rencontres, mais quotidiennement. Que ce soit pour aller faire les courses, pour aller faire du shopping, lors de balades ou de soirées, toujours elle veut séduire.

J’avais remarqué que, comme tant d’autres, mon beau-frère se plaisait à la mater. J’ai alors décidé que, si ma femme l’acceptait, il deviendrait son amant d’un jour. Restait à savoir si il oserait, si la crainte du milieu familiale ne serait pas un obstacle pour lui.

J’en ai parlé à ma femme qui fut réticente. Pour 2 raisons:

1) C’est notre beau-frère, le mari de sa soeur.

2) Il est un peu jeune (27 à l’époque) pour elle qui préfère des amants de plus de 50 ans.


Ma force de persuasion à fait qu’ elle a fini par accepter, mais qu’il ne devrait jamais savoir que tout était organisé.


C’est à l’occasion d’une soirée à la maison que nous avons commencé à le titiller.

Nous étions au salon, ma femme, ma belle-soeur et moi assis dans le canapé et mon beau-frère dans un fauteuil qui nous faisait presque face. Je m’étais arrangé pour que nous soyons ainsi placés.

Ma femme avait, comme à son habitude, revêtu une toute petite jupette ultra-moulante qui lui arrivait à quelques centimètres de la salle de jeux. Assise, quasi l’entièreté de ses cuisses était visible. Je voyais mon beau-frère y jeter régulièrement de brefs coups d’oeil, je prenais plaisir à ça.

Comme convenu avec ma femme, j’ai proposé d’ouvrir une bouteille de champagne. C’était le moyen que j’avais pour lui signaler qu’elle pouvait y aller plus fort.

Je suis allé chercher le champagne, ai servi tout le monde et j’ai repris place dans le canapé. Mais cette fois-ci c’est moi qui me suis installé à coté de ma belle-soeur. Ma femme avait donc loisir, en restant discrète, de dévoiler plus de son anatomie à mon beau-frère. Et c’est ce qu’elle fit en écartant légèrement les jambes, en prenant des poses qui n’avaient pour but que d’exhiber un maximum sans en avoir l’air.

Occupé à distraite l’attention de ma belle-soeur je ne pouvais voir grand-chose de ce show, mais je le devinais.

Ma femme sais y faire quand il s’agit d’aguicher un homme, on lui donnerait le paradis alors qu’elle est diablesse.

Quand ils furent partis, je lui ai demandé comment cela s’était passé.

— " Il a profité un maximum, ses yeux étaient presque sortis de ses orbites " m’a-t-elle dit.

Nous avons décidé que elle ferait tout pour coucher avec lui, que nous allions lui tendre un piège.


Comme il est peintre de son métier, nous lui avons demandé si il pourrait venir rafraîchir notre salle de bain.

Bien sûr il a accepté.

Le jour venu, quand il est arrivé, je n’étais pas là.

Ma femme m’avait conduit aux étangs de "la Julienne", où je vais régulièrement pêcher.

Revenue à la maison elle avait revêtu une petite jupe et un chemisier qu’elle met pour faire du ménage.

Quand il est arrivé elle lui a servi du café et ils ont bavardé quelques instants avant qu’il ne se mette au travail.

Coquine, elle lui a dit qu’elle désirait l’aider. Que c’est pour ça qu’elle avait mis cette vieille jupe et ce chemisier usagé.

Quand il a eu fini la première couche au plafond elle s’est faite joueuse et, à l’aide d’un pinceau, lui a mis de la couleur sur le bout du nez.

Il s’est vengé en lui faisant pareil. Devenant de plus en plus joueuse, elle lui en a étalé un peu partout, sur sa salopette. Lui aussi

la peignait, sur les bras et sur ses jambes.

Alors elle porta une estocade bien placée et, d’un coup de pinceau, le barbouilla de couleur à l’entre-jambes. Il en rit et elle réitéra le geste en faisant tourner le pinceau à l’endroit stratégique. Heureusement qu’il n’était pas nu !

Se vengeant, c’est sur le chemisier et à hauteur de sa poitrine qu’il la badigeonna.

Ce jeu dura un petit temps puis ils cessèrent.

— " Me voilà belle " dit ma femme, " il ne me reste plus qu’à me changer ".

Et sur ces mots elle retira son chemisier.

Elle était seins nus face à lui, il regardait sa poitrine sans mot dire.

Elle s’est approchée de lui, contre lui, et l’a embrassé.

Il a répondu à son baiser puis s’est écarté en marmonnant que c’était risqué, que je pouvais revenir.

Ce à quoi elle lui a répondu qu’il n’y avait aucun risque puisque c’est elle qui avait la voiture et que j’étais à 15 km de là.

Ensuite elle s’est à nouveau collée à lui et l’a embrassé à nouveau.

Tout en l’embrassant elle lui ouvrit sa salopette et s’empara de son sexe qu’elle masturba.

Il se laissait faire mais prenait peu d’initiatives.

Alors elle s’est mise à genoux, lui a descendu la salopette jusqu’aux pieds et a commencé à le sucer.

Toutes inhibitions s’en sont parties et il lui a pris la tête afin de lui enfoncer son sexe au fond de sa gorge.


Quelques instants plus tard ils étaient sur le lit et se sont éclaté.

Il lui a tout fait, allant même jusqu’à lui donner la fessée (dont j’ai pu constater l’effet encore rosé) de manière magistrale.

Nous avons appris bien plus tard qu’il est adepte du sm.


Ma femme m’a avoué plusieurs orgasmes et m’a dit qu’il avait eu 2 éjaculations. Une buccale et une vaginale.

Elle aurait aimé une anale (c’est un de ses péchés mignons), mais il n’a pas su remettre le couvert une 3ème fois.


Quand elle est venue me rechercher elle m’a tout raconté. Une partie sur le chemin et la suite à la maison.

Terriblement excité par sa narration, nous sommes directement allés dans la chambre où je lui ai fait l’amour en terminant par une belle sodomie accompagnée d’une éjac’ anale.


Le lendemain, mon beau-frère est venu terminer les travaux de peinture. Souvent je souriais en pensant à la journée d’avant.

Il n’a jamais su le pourquoi de mes sourires.

Diffuse en direct !
Regarder son live