Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 36 000 fois
  • 179 J'aime
  • 4 Commentaires

ma belle soeur préférée

Chapitre 1

Inceste

Pour commencer cette histoire, je vais me présenter et situer le contexte de se souvenir romancé!

Je m’appelle Luc, j’ai 25 ans et je suis en couple avec ma femme depuis 7 ans. Je suis heureux avec elle et j’espère que ça va durer! Physiquement assez simple même si j’ai quelques kilos en trop, je pense pouvoir me décrire comme quelqu’un de gentil, drôle à l’occasion et attentionné.

J’ai toujours étais très porté sur le sexe, et très demandeur, et pour mon plus grand malheur, ma femme pas trop. J’ai donc pris l’habitude de m’occuper de moi même quand elle ne le peut pas.



Ce souvenir commence un weekend de mai. De retour chez mes beaux-parents pour le weekend, ma femme et moi arrivons le vendredi soir après la sortie du travail.

Etant séparés de quelques 100kms entre nos maisons, nous dormons bien évidement sur place.

Comme souvent, ma belle-sœur Lise nous rejoint aussi, pouvant ainsi profiter de nous voir durant le week-end.

J’ai toujours était très proche de ma belle-sœur et c’est naturellement que les plaisanteries fusèrent durant le repas du soir. Ma femme étant de caractère plutôt jalouse, elle a, au début de notre histoire, jalousé cette relation de proximité que j’entretenais simplement avec sa sœur. Mais résignée depuis longtemps elle a fini par s’habituer et cela ne pose plus aucun souci.

Ce soir-là, après le repas, mes beaux-parents s’installèrent dans le salon pour regarder la Tv. Dans la même optique nous préférâmes aller dans la chambre d’amis afin de pouvoir suivre un autre programme. Je m’installai le premier sur le lit et ma femme me rejoint quelques instants après. Sa sœur vient se poser le l’autre côté et je me retrouvai au milieu des deux sœurs.

Au cours du film la température baisa dans la chambre et on choisit de se mettre sous les couvertures.

Bien à l’aise et après la semaine passée nous avions du mal à rester éveillés. Finalement, au bout de quelques dizaines de minutes, je me rendis vite compte être le dernier éveillé.

Ma femme avait glissé et s’était retournée en chien de fusil pour dormir profondément. Lise était quant à elle paisiblement contre moi, la tête sur mon épaule et la main entre nos deux cuisses sous la couette.

Le film terminé, je laissai le suivant commencer et m’en désintéressai vite. J’entrepris de regarder ce beau monde et après avoir détaillé les belles fesses de ma femme sous la couette, c’est instinctivement vers Lise que mes yeux se posèrent. Malgré ses presque 34 ans elle était vraiment très jolie et c’est en tant qu’homme devant une femme que je la regardai.

Un visage fin avec des pommettes rosées, des cheveux châtain foncés et quelques mèches blondes. Des lèvres fines mais pulpeuses et des seins bien rond et à vue de nez, un bon 90B. C’est alors que je me rendis compte qu’elle ne portait pas de soutient... Ses mamelons pointaient et déformaient légèrement le tissu de son haut.

Une légère érection se manifesta soudain dans mon caleçon et c’est rapidement que des pensées érotiques m’assaillirent... Tout devint très tactile, son souffle dans mon cou, sa main entre nos cuisses, ses lèvres... Il fallait que je me ressaisisse! J’aime ma femme! Et je ne veux pas la tromper...

Frustré mais convaincu, je me laissai glisser lentement dans les couvertures pour me coucher. Lise se réveilla à peine lorsque je bougeai et elle fit de même.

Ce n’était pas la première fois que je dormais à côté de ma belle-sœur, mais jamais après avoir pensait à elle de cette façon...

Plus j’essayai de ne pas y penser et plus cela m’obsédait. Je me rendis vite compte que lutter ne servirai à rien et je me laissai aller avec les songes remplis de scènes de plaisirs. J’avais une érection de fou et je dû sortir ma bitte de sa prison car elle me faisait mal...

La nuit était tombée et il faisait noir. Ma femme dormait à points fermés et je savais qu’il en faudrait vraiment beaucoup pour la réveiller... Même le réveil n’arrive pas à la sortir du lit...

Mais quand n’était-il de Lise? Célibataire depuis plus d’un an et sans enfants, elle ne doit pas avoir l’habitude du bruit et doit se réveiller plus vite que sa sœur...

Je voulu en avoir le cœur net et j’entrepris de la toucher doucement pour voir si elle réagissait!

Après quelques tentatives, rien... Elle devait être comme sa sœur.

Cette séance m’avait cependant électrisé et j’avais du mal à réfléchir correctement. Mon excitation était telle que j’en avais mal à la queue...

Après quelques instants d’hésitation je décidai de continuer mon exploration de Lise. Puisque les risques qu’elle se réveille semblaient faibles, je lui caressai le bras. Puis les hanches. C’était très érotique et je ne pensais qu’à une chose... Jusqu’où irais-je?...

Après les hanches, je tentai les fesses... Et la surprise... Rien! A travers sa jupe je ne sentais rien, pas de tissus...

Cela n’arrangea rien à mon excitation et sachant qu’elle n’aimait pas porter de string, j’avais du mal à savoir si elle avait quelque chose...

Ma tête fonctionnais à toute vitesse, mon esprit était embrumé par l’adrénaline de l’excitation et je n’arrivais pas à avoir un raisonnablement cohérent.

Je voulais absolument savoir, et j’avais peur d’aller plus loin...

Si elle se réveille? Quelle sera sa réaction? Que ferais-je si elle n’a rien? ... Ma femme? J’ai envie de sexe... Que faire? J’étais perdu... Tiraillé entre plaisir et raison, entre envie de découvrir et sagesse, entre luxure et abstinence...

Soudain, comme si j’avais besoin d’un signe, Lise se recula dans son sommeil et ses fesses vinrent toucher ma verge en érection.

Cela eut raison de ma résolution et je partis à la recherche de ma réponse...

Mes doigts se glissèrent très, très lentement sous sa jupe et effleurèrent très légèrement ses fesses... Sa peau était douce. Après avoir effleuré partout je dû me rendre à l’évidence : Pas de tissus. Ils remontèrent alors encore plus lentement vers la cambrure de ses fesses... Rien non plus...

Ma belle-sœur était allongée, endormie, en jupe sans rien dessous à côté de moi! Pire, ses fesses se trouvaient à quelques centimètres de moi et étaient en contact avec mon intimité en érection...

Que faire?

Mon abstinence depuis ces longues minutes ne suffit pas à me retenir... C’était décidé, je ne pouvais pas laisser l’occasion s’enfuir! Et puis pourquoi ne pas avoir mis de culotte?

Pourquoi une jupe? Pourquoi contre moi? L’avait elle fait exprès ? Voulait-elle quelque chose de particulier?

C’est en me posant ces questions que je remontais lentement le tissus de sa jupe vers le haut.

Je tins ma bitte entre mes doigts et je l’approchai très lentement de ses lèvres intimes. Arrivé à quelques millimètres de sa vulve je sentis la chaleur qui se dégageait de son corps, elle vint se déposer sur mon gland qui n’avait qu’une envie, c’était de plonger dans le ventre de Lise. Il arriva alors en contact avec ses lèvres intimes. Très, très lentement j’appliquai de toutes petites pressions. Soudain quelque chose de chaud entra en contact avec ma queue. De la cyprine... Je rêve? Non Lise est bien en train de mouiller? Comment est-ce possible? J’ai à peine touché sa fente? Rêve-t-elle? Elle est réveillée?

Je me mets à douter... Comment faire? Comment réagira-t-elle au réveil?

Mon gland était toujours en contact avec sa vulve qui devenait trempée.

Je me lançai alors! J’étais allé trop loin pour faire machine arrière! Et puis, de mouiller ca… Je pourrais m’en servir pour ma défense!

Mon gland, bien lubrifié par sa mouille, venait de passer la cambrure de ses lèvres.

Il entra finalement dans son vagin chaud !

La descente était jouissive! Chaque millimètre était un bonheur. Je sentais ses chairs intimes s’écarter au passage de ma queue. J’étais dans un univers chaud, humide et serré, que c’était bon!

J’arrivais enfin au bout! Ses fesses rencontrèrent mon bassin et je repartis lentement vers l’arrière pour entamer un lent va et vient. Je savais que si j’accélérai, je n’aurais pas pu me retenir plus longtemps! Pourtant endurant d’habitude, la situation et le plaisir de cette pénétration me ramenèrent à mes débuts où la première éjaculation était très difficilement domptable...

Mon gland palpitait dans ce fourreau de plaisir. Mon plaisir de baiser ma belle-sœur était addictif, pire de le faire à côté de ma femme et pendant le sommeil des deux sœurs était orgasmique!

Au bout de quelques minutes de ce traitement, une descente plus rapidement de ma verge dans le brasier de Lise, eut raison de moi! Le point de non-retour atteint, ma verge gonfla et de gros jets de sperme brulant vinrent s’écraser au fond du ventre de ma partenaire. Une quantité impressionnante fit irruption et vient inonder le vagin de Lise.

C’est alors que jaillissait mon dernier jet, ma queue se retrouva comprimait dans l’étau du vagin de ma partenaire. Atteinte d’un orgasme fulgurant, le la sentis se raidir, et son puits de plaisir se contracter autour de mon pieu pendant de longues secondes... Finalement, tout son cours se détendit et je sentis sa respiration se calmer.

Quelque secondes s’écoulèrent sans bruits et je l’entendis alors murmurer doucement :

"Merci..."

Puis elle vint se coller entièrement contre moi.

Une boule se stress se desserra dans mon ventre et je la sentis attraper ma main pour la poser sur son ventre. Il était tout chaud et tout doux.

Sa tête se tourna un tout petit peu vers moi :

"J’ai encore envie..."

Ces mots eurent le don de me redonner un semblant de vigueur et ma queue encore dans son ventre, recommença lentement à reprendre du volume. Elle le sentit et commença à bouger ses fesses pour la faire coulisser en elle. Ma main droite monta vers ses seins et ce fut deux beaux mamelons bien durs que je rencontrai. Je malaxai doucement le premier en le pressant doucement et j’entendis Lise respirer plus fort. Ceci eut l’air de lui plaire car je sentis presque instantanément son vagin se remplir d’un nouveau flot de mouille.

"Fais-moi jouir!"

Elle était vraiment à fond...!! Elle ondulait ses hanches pour créer ce mouvement qui lui faisait tant de bien.

Je la limai alors plus rapidement que précédemment en faisant attention de ne pas réveiller ma femme encore bien endormie.

Je comptai trois orgasmes qui eurent raison d’elle mais elle en voulait toujours plus!

Ma queue dansait dans son ventre. Ses fesses étaient envahies par sa mouille qui avait inondé nos intimités. Mes mains caressaient son corps, partout! Ses seins où je triturai ses mamelon ; ses fesses, son ventre, ses cuisses! Partout! Je lui massais son bouton d’amour, sortit de sa gaine depuis longtemps, quand le la sentis une nouvelle fois se contracter! Me sachant proche de l’orgasme également je me laissai aller pour jouir avec elle. Le miens arriva presque en même temps et pour la deuxième fois je la remplis de mon foutre.

Elle soupira doucement et prit mon bras qu’elle cola contre elle. Ses doigts me caressèrent la main sensuellement, c’était très agréable! Le temps passa, je la caressais moi aussi, à des endroits ou normalement je n’aurais pas pu toucher! Ses fesses, son cou, ses seins tout doux où je passai un temps fou!

Je sentis du sperme couler le long de ma queue et rapidement suivit par ses doigts. Elle recueillit le jus et apporta ses doigts à la bouche.

"hmmm, tu as bon goût!"

"Merci"

"Tu veux goûter?"

"Heu..."

C’est alors qu’elle disparut sous la couette et je sentis sa bouche sur ma queue. Elle était dans l’autre sens et je ne voyais que ses pieds sortir de la couette. Je soulevai un peu celle-ci je la vue recueillir tout mon foutre dans sa main avant de le lécher. Quelle cochonne! Elle attrapa enfin ma pine mole à pleine bouche et en moins de cinq minutes elle me remit en forme!

Elle me suça comme jamais on m’avait sucé! Malgré mes deux précédents orgasmes j’étais de nouveau très excité! Même si cependant je sentais mes couilles tirer un peu…

C’est alors que je la vis approcher sa vulve de ma bouche! Elle m’avait enjambé lentement et était maintenant au-dessus de moi en 69.

Ma langue accueillit sa vulve et elle gémit très doucement. Je fouillai son abricot juteux et le mélange de mon sperme et sa cyprine était délicieux !

Je découvris petit à petit cette vulve lisse. Ses petites lèvres dépassaient un tout petit peu des grandes mais elle était très agréables à lécher! Moi qui adore faire des cuni j’étais aux anges! Ma langue vint trouver le point sensible et je lui titillai son bouton avec ma langue!

Elle jouit en moins d’une minute et déversa un flot de cyprine dans ma bouche! Trop bon! Je lui nettoyai le minou en bonnes et dues formes et après m’avoir une deuxième fois inondé la bouche, je jouis dans la sienne!

Elle me nettoya niquel et vint se rallonger prêt de moi!

La nuit déjà bien avancée fut courte mais depuis lors j’ai une activité sexuelle épanouit avec Lise et il ne se passe pas un weekend chez mes beaux-parents où je ne lui fais pas l’amour! …


Diffuse en direct !
Regarder son live