Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 15 791 fois
  • 52 J'aime
  • 2 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Ma belle-sœur, une femme qu'on désire

Chapitre 4

un défilé intéressant

Inceste

Après avoir débarrassé la table et rangé le repas, chacun vaque à ses occupations. Olivier et Ryan devant la télé. Michelle prétexte une grosse fatigue et Léa et Julie se préparent en gloussant dans la chambre parentale qui donne sur la terrasse. Elles allument l’enceinte et mettent une musique d’ambiance avec un thème plus proche du sensuel et érotique que pour un défilé de mode. Je m’installe donc sur le canapé pour profiter du spectacle, un verre de digestif à la main gentiment proposé par mon beau-père. On y est, le défilé commence. Léa sort la première avec un ensemble plutôt classique, tenue de tous les jours (d’été) : short en jeans ras la fouffe, paire de baskets blanches et chemise bûcheron nouée en croc-top. Le décolleté plongeant prouve que la lingerie est pour l’instant inexistante. Elle se déhanche le long de la terrasse quelques secondes puis laisse la place à Julie. Ma belle-mère opte pour un style un peu moins provocateur.


Son short est un peu plus long, mais cela moule encore mieux ses fesses fermes qui sont maintenues parfaites par une pratique du sport régulière. Son haut est un simple débardeur bleu un peu nuancé de blanc rentré dans le short. Malgré la chaleur de cette soirée d’été, je peux apercevoir ses tétons pointés à travers le tissu. La température a très légèrement baissé, cela pourrait expliquer cette érection mammaire ou serait-elle un peu excitée par la situation ? J’aurai la réponse plus tard, Léa prend la place de sa mère avec un ensemble semblable au précédent avec quelque chose en plus : baskets blanches, bas résille, short mi-cuisses avec des déchirures (jamais compris cette mode), body noir et choker cœur. J’en ai le souffle coupé. Ce n’est pas souvent voire jamais que Léa met ce type d’ensemble. C’est plus le style de Michelle quand elle part à la chasse à la queue en soirée.


— Cette tenue c’est pour nos soirées jeux, me susurre Léa. Et tu n’as pas tout vu !


Julie me laisse pantois juste après le passage de sa fille. Sa tenue est celle d’une MILF (Mother I’d Like to Fuck ou mère que tu as envie de baiser) en chaleur. Un chemisier blanc très simple et très près du corps à en juger par sa poitrine qui est à deux doigts de faire craquer les boutons ; une jupe crayon courte et taille haute qui lui moule parfaitement ses fesses si appétissantes. Une femme en bas ou en porte-jarretelles est quelque chose de vraiment magnifique alors voir la forme des pinces du porte-jarretelles sous la jupe de Julie a un effet totalement indésirable pour moi. Une folle envie de la prendre là tout de suite, devant ma copine avec le reste de la famille juste à côté. Je prends sur moi et trouve une position pour cacher mon érection. Mais c’est peine perdue. Elle défile devant moi en se déhanchant un peu trop à mon goût. Mon short est un peu serré en ce moment et ce n’est pas près de finir.


Après encore quelques tenues sans trop d’incidents, la partie devient intéressante. Sans aucune gêne, le défilé de lingerie commence (il ne faut pas oublier qu’ils ont l’habitude de se trimballer nus ou topless donc aucune gêne d’être en lingerie). Cela commence doucement par des ensembles classiques : soutien-gorge et culottes ou strings. Voir ma copine ET ma belle-mère en lingerie a raison de mon anatomie. Je suis bandé comme un arc et à voir le regard de chacune à chaque défilé, j’ai la preuve qu’elles s’en amusent. La dernière tenue est vraiment un appel au sexe. Elles sont arrivées en même temps, en ensemble transparent. Le soutien-gorge laisse entrevoir les tétons qui pointaient malgré le tissu qui les emprisonne. Ceux de Julie sont un peu un peu plus gros, mais ses seins sont plus petits que ceux de Léa, par conséquent, ses aréoles paraissent immenses. Mais je reste toujours aussi fou des seins de ma femme.


En descendant mon regard, je vois le harnais de leurs porte-jarretelles, mais un détail me surprend. Pour la beauté de la tenue, la culotte ou en l’occurrence le string, doit être glissé en dessous du harnais. Mais pour une raison qui m’est encore obscure, leur string a été mis au-dessus. Et leur string ! petit bout de tissu transparent qui ne cache absolument pas leur intimité du fait de la transparence du tissu. Mais malgré mon excitation et mon envie de démonter ma belle-mère et ma copine en même temps, je suis très gêné par la situation. Elles sont presque nues devant moi comme si c’était normal. Elles gloussent comme des vierges effarouchées. Je ne sais pas trop comment me comporter. Du coup, je ris une dernière fois et prétextant une grosse fatigue, je m’excuse auprès d’elles, sans oublier de dire bonne nuit en faisant un gros câlin à chacune.


Je reste un peu plus longtemps que le respect ne m’autorise dans les bras de Julie, je hume son parfum et sens sa poitrine contre mon torse. Croyez-moi que mon érection est palpable, nous sommes vraiment face à face donc pas moyen de me cacher. En se séparant, elle plonge ses yeux bleus dans les miens sans rien dire, mais le message est clair : peu importe le temps que ça prendra, elle aura ma bite entre ses cuisses.


Je m’éclipse donc pour aller me coucher. Je dis bonne nuit aux garçons et passe par la salle de bain pour aller me brosser les dents. Il y a une pièce d’eau dans notre chambre donc il n’y a pas de raison que j’aille dans cette salle de bain. Ah si... la chambre de Michelle est en face de la salle de bain. Ce soir-là, sa porte n’est pas totalement fermée. Je me mets donc en mode voyeur, je regarde par la fente de la porte et je regarde si je peux mater. J’ai bien raison de regarder. Michelle est visiblement en train de regarder un porno vu qu’elle a son ordi sur son ventre et sa main qui s’affaire entre ses cuisses. Je vois juste ses seins et son visage éclairé par l’écran de son ordi. Je ne peux pas voir son intimité. Mais je profite quand même du spectacle de voir son corps bouger au rythme de sa masturbation. Ses seins ballottent au rythme de sa main et son visage est une parfaite représentation de la femme qui sait comment se faire plaisir.


Son visage se tord en expressions si magnifiques que je ne peux m’empêcher de la regarder. Mais pour ne pas me faire cramer, je dois malheureusement quitter ce tableau érotique pour aller me coucher.

Je suis dans mon lit. Il est minuit passé. Léa dort profondément. Des gémissements proviennent de la chambre de ses parents. Ils doivent bien s’amuser, mais ce n’est pas cette chambre qui m’intéresse. Je me lève doucement pour ne pas la réveiller. Je me dirige vers la chambre de Michelle qui est toujours entrouverte et là... je n’ai pas les mots. Elle est à quatre pattes avec un gode et son ordi derrière elle. Elle doit mater entre ses cuisses un autre porno qui la met dans tous ses états, vu la vitesse à laquelle elle se gode. Je rentre très discrètement dans sa chambre. Elle est dans le noir complet. Seul son ordi est source de lumière. Il éblouit donc la vue, elle ne m’a pas vu rentrer dans sa chambre. Pour éviter de la faire crier, je m’allonge et commence à ramper jusqu’à sa tête de lit. Je ne suis pas surpris de voir qu’elle regarde un porno gang-bang interracial. Je bondis vers elle main en avant et pose direct ma main sur sa bouche. Elle lâche un cri qui se meure dans ma main.


Je la regarde dans les yeux, au début, elle semble terrorisée, mais en croisant mon regard, je la sens sourire. Je retire donc ma main.


— T’es dingue de faire ça ! J’aurais pu hurler à la mort et tout le monde aurait débarqué ! chuchote-t-elle. T’as intérêt à te faire pardonner !

— T’inquiète, c’est prévu ! susurré-je à son oreille.


Je n’attends pas son ordre pour commencer à la caresser et pour lui rouler une pelle de malade. Elle est déjà si dilatée et mouillée que je la fiste direct ! Elle pousse un gémissement involontaire qui est heureusement couvert par celui de Julie qui se fait apparemment bien honorer par Olivier.

Ma main entre et sort sans difficulté. C’est un plaisir de la fister en bonne et due forme. Elle me tape la cuisse et ouvre sa bouche. Je ne me fais donc pas prier et me positionne membre turgescent devant sa bouche tout en gardant ma main dans sa fleur. Elle gobe mon sexe sans problème jusqu’à la garde. Elle reste comme ça jusqu’à la limite de l’étouffement puis retire sa tête pour reprendre sa respiration et puis y retourne de plus belle. On vire l’ordi et se positionne en 69, elle au-dessus pour pouvoir me sucer le mieux possible. Puis elle chuchote :


— Prépare-toi mon chou, tu n’es pas prêt !

— Comment ça ?


Elle gobe mon service trois-pièces en intégralité. Sa bouche de suceuse arrive à gober une queue et les boules en même temps. Je ne m’y attendais pas. Je sens sa langue caresser mes boules alors qu’elles sont dans sa bouche. Mon gland est bien au fond de sa gorge et mes boules sont honorées comme il le faut. Je ne tiens plus ! Je lui tapote la cuisse pour la prévenir. Elle retire mes boules pour que ma queue se retrouve comme à la piscine. Juste au fond de la bouche pour qu’elle puisse goûter à ma semence sans qu’elle passe directement au fond de sa gorge. Avec toutes les cartouches que j’ai vidées en une journée, je n’ai malheureusement pas grand-chose à lui offrir. Je ne lance que deux petites giclées de mon foutre dans sa bouche. Elle me susurre qu’elle sait tout ce que j’ai vidé aujourd’hui donc elle ne m’en veut pas et avale. Pour la remercier de sa gentillesse, je l’embrasse tendrement et pars de sa chambre.


Je ne l’ai pas fait jouir donc je sais qu’elle va s’en donner à cœur joie dès mon départ. Je retourne dans ma chambre, me glisse sous les draps et embrasse Léa sur la bouche alors qu’elle dort. Puis je profite de la dose d’endorphine libérée par mon éjaculation pour m’endormir.


Voici un court chapitre. Désolé j’ai eu quelques soucis familiaux ces dernières semaines, je manque donc un peu d’inspiration. Mais n’ayez crainte, ça ne sera pas comme ça à chaque fois ! En tout cas, j’espère que ce court chapitre vous aura plu et que vous en voulez plus. N’hésitez pas à me donner des idées, ou autres en MP, je serais ravi d’échanger avec vous.


Ric.

Diffuse en direct !
Regarder son live