Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 188 fois
  • 11 J'aime
  • 0 Commentaire

Bénédicte, histoire d'une future soumise ouverte

Chapitre 11

Le jour de la bouteille

Voyeur / Exhibition
11
5

Confinement oblige, il faut s’adapter, et avec Béné, nous passons pas mal de temps en visio, et hier, ça a été sûrement la meilleure que nous ayons réalisée.


Vers 9 h, je reçois un appel vidéo de Béné, je décroche pour découvrir ma belle, encore dans son lit, tout endormie.


— Coucou. Me lance-t-elle, les yeux à peine ouverts.

— Salut, tu as passé une bonne nuit ?

— Oh que oui ! Pas très reposante, mais pleine de sexe !

— Comment ça ? Tu n’es pas seule ?

— Malheureusement si, mais cette nuit dans mes rêves, nous étions nombreux et j’en pris plein le cul. Du coup ce matin, je suis tout émoustillée !

— Va falloir me raconter !

— Difficile de raconter des rêves, mais tu vas profiter des conséquences de ces rêves.


Tout en me disant ça, elle dépose son téléphone sur le lit de façon à ce que je puisse la voir, installée sur le dos, et qu’elle ait les mains libres. La couverture est bien sûr tombée à terre depuis un moment, Béné peut se caresser, et moi pleinement en profiter.


— Tu as déjà quelque chose dans le cul ?

— Oui cette nuit je me suis mis un plug à la fois pour m’amuser et puis aussi pour tester si l’avoir dans le cul me donnerait l’impression de ta présence.

— Et alors ?

— Bah ! Je me suis bien amusé, mais c’est pas pour autant que je t’ai senti.

— Dommage.


Je la regarde prendre son pied, ne disant rien pour ne pas la couper. Chose rare pour Béné, elle ne touche pas au plug mais se fait jouir uniquement en jouant avec son clito. C’est assez rapide, mais tout de même très beau à voir.


— C’était très excitant ma belle de te voir tout en douceur jouir.

— Merci, c’est vrai que c’est rare que je me caresse comme ça, mais depuis que je suis bloqué à la maison, j’en profite pour essayer de nouvelles choses.

— Quoi par exemple ?

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Sois patient et laisse-moi aller prendre une douche. Je te rappelle au café.

— OK, mais tarde pas trop, car je travaille, du coup peut-être que je ne pourrais pas te répondre si je suis déjà en conf.

— OK, au pire je t’enverrais des photos.

— Ça marche.


Malheureusement, je n’ai pas le temps de repenser à tout ça, déjà un appel du boulot, je décroche et j’arrive dans une conf avec trois autres collègues... Un peu raide comme transition. Chacun prend des nouvelles et nous attaquons la réunion. Je n’y suis pas vraiment et encore moins lorsque je reçois des photos de Béné s’amusant sous la douche en me montrant à quel point le port du plug de nuit l’a laissée dilatée ce matin. Je sens bien que la cam de mon téléphone laisse voir que je n’y suis pas vraiment dans la réunion.


— Désolé les gars, la vidéo est trop saccadée de mon côté. Je passe juste en audio.


De cette manière, je peux regarder tranquillement Béné et écouter d’une oreille mes collègues. Par chance, je dois juste faire acte de présence en cas de questions techniques.

Je ne peux pas voir quel plug Béné a porté cette nuit, mais il est vrai que son anus est bien ouvert et prêt à accueillir bien autre chose. À peine ai-je fini de penser ça qu’une autre photo arrive. Béné me montrant ses fesses dans son miroir avec sa bouteille de shampoing installée dans son cul et la légende de la photo est : « Aujourd’hui, c’est la journée de la bouteille »... Effectivement elle tente de nouvelles choses.


Ma réunion se termine enfin et comme je l’ai prévue, je ne suis pas intervenue. Je me précipite pour envoyer un message à Béné qui me rappelle tout de suite.


— Alors pas trop longue cette réunion ?

— Pfff m’en parle pas, beaucoup de blabla pour rien.

— Et toi tu es toute propre ?

— Oui de la tête aux pieds et même mon cul est propre !

— J’ai remarqué, le shampoing n’est pas forcément le plus adapté ?

— C’était pour la forme, je ne te l’ai jamais dit, mais je m’amuse souvent avec cette bouteille. Je ne sais pas pourquoi, mais elle me plaît bien. Elle fait juste le bon diamètre pour me préparer et la bonne longueur. Et puis avec l’eau chaude qui coule, c’est encore plus plaisant. Attends j’active la vidéo.


Je découvre à nouveau Béné avec juste une serviette sur la tête devant sa tasse de café une tartine à la main.


— Tu as de la chance de pouvoir être toute nue, même si je ne suis pas en chemise, j’ai quand même été obligé de mettre un polo pour faire habiller.

— Il vaut mieux pour tes collègues, cela pourrait leur faire peur d’activer la vidéo et tomber sur toi, nu.

— Pas top... Bon alors c’est quoi ce thème aujourd’hui ?

— Il me paraît pourtant clair, mais comme tu n’as pas l’air d’avoir bien compris, je vais te montrer. Je te déplace en bout-de-table pour que tu voies mieux. C’est OK là ?

— Euh oui, je te vois de loin et je vois bien ton salon. Parfait.


Alors que Béné est sortie du cadre, j’entends un bruit de chaises.


— Mais que fais-tu ?

— Tu vas vite comprendre.


Elle ré-apparaît mais debout sur la table. Je n’ai pas le temps de dire quoi que ce soit qu’elle s’accroupit face à son téléphone. Dans cette position, je peux voir sa petite chatte qu’elle a totalement épilée pour l’occasion.


— Sympa ta nouvelle coupe.

— J’aime beaucoup quand tu enlèves tout, ça doit être très doux.

— Tu n’imagines pas !


Mêlant la parole au geste, Béné commence à se caresser. Sa chatte brille, ses doigts glissent entre ses lèvres.


— J’ai comme l’impression que je ne vais pas beaucoup travailler !

— Si tu étais avec moi, tu travaillerais autre chose, mais vu la situation, je vais le faire pour toi !

— Ça serait avec grand plaisir que je m’occuperais de ton cul toute la journée. Te faire jouir en te prenant...

— Oh oui ça serait bien, mais il faut improviser, et puis il y a un thème aujourd’hui. Je l’ai pensé sous la douche avec mon shampoing. Toute cette journée, je vais essayer de jouer avec toutes les bouteilles de la maison.


Tout en me disant ça, elle attrape sa bouteille de lait, glisse une capote et elle s’assoit dessus. Dans le sens du goulot qu’elle n’a aucun mal à la faire rentrer.


— Pas mal comme début.

— Oui c’est sympa, je n’ai jamais pensé à ces bouteilles. Elles ont une forme sympa et rapidement elles grossissent. Il faudra que je teste avec Nad.


Cette fois, le goulot était largement en elle et son cul a avalé sans peine le diamètre de la bouteille.


— Je viendrais pendre la bouteille pour te la mettre moi-même.

— Oui ! Comme ça tu pourrais me prendre fort, m’éclater le cul ! J’aimerais tellement pouvoir te sucer en même temps, sentir ta queue dans ma bouche que j’avalerais entièrement.


Ce n’est pas ma queue qu’elle avala entière, mais la bouteille est presque rentrée entièrement dans son cul.


— Oh putain oui je me sens bien rempli du cul !

— C’est trop bon de me dilater comme ça. J’ai plein d’autres idées pour aujourd’hui et rien que d’y penser cela m’excite encore plus.


Alors qu’elle continue ses va-et-vient, elle jouit dans un cri de bonheur en éjectant la bouteille de son cul. Se mettant à quatre pattes devant le téléphone.


— Suis-je bien ouvert Maître ?

— Oui soumise, ton cul est prêt à en recevoir encore plus.


Je l’ai déjà vue plus ouverte, mais il faut la motiver à continuer. Elle se caressa encore quelques secondes, mais pas de bol, j’ai été coupé par un appel du boulot. Ce ne fut pas bien long et entre-temps Béné m’a envoyé plusieurs SMS me disant qu’elle est tout excitée et me demande de ne pas la rappeler tout de suite, car je dois bosser. Mince alors, ça va être difficile de me concentrer après une telle pause café. De nouveau un appel du boulot, finalement je n’ai pas eu tant de mal que ça à switcher.


La matinée passe, ponctuée par de petits SMS souvent accompagnés d’une photo de Béné. La première est un alignement de bouteilles accompagné du texte suivant : « J’ai retourné tout l’appart et voilà mon objectif pour aujourd’hui ». Il y a une belle collection de toute forme : des rondes, des ovales, des carrées et de toutes tailles. Certaines longues de petits diamètres, d’autres petites, mais très larges. Une heure passe, Béné m’appelle et active directement la vidéo. Je me retrouve posé au sol avec une belle vue sur le parquet, à environ un mètre, les pieds de Béné s’affairant à je ne sais trop quoi pour le moment.


— Mais que fais-tu ?

— Mince la vidéo est activée ! Je ne voulais pas le faire tout de suite le temps que je m’installe.

— Trop tard. Mais ça ne répond pas à ma question !

— Attends un peu.

— Je te laisse, en fait j’ai un autre appel du boulot.


Et je raccroche. Encore une conf pour s’écouter parler... Vraiment pas mon jour. Encore heureux que Béné m’envoie des photos. Celle que je reçois en premier est accompagnée du texte : « ma main rentre facile, le lait a ouvert le passage ». Effectivement Béné s’est enfilé sa main a priori sans grande difficulté.


Ma conf continue... Vingt minutes plus tard, une autre photo avec le texte : « Cette fois je suis bien ouverte, je vais pouvoir passer au thème du jour ». Elle est à quatre pattes et s’écarte les fesses, son anus est grand ouvert et n’attend que la suite.


Toujours en conf... EET cette fois c’est une vidéo. Béné est tranquillement assise sur la bouteille thermos que je connais bien, car j’ai la même, et nous avons déjà eu l’occasion de l’utiliser. Je ne peux pas mettre le son, mais je suppose que Béné prend son pied. Par rapport à la dernière fois que nous avons joué avec, elle arrive à se l’enfiler jusqu’à la moitié alors qu’avant c’était pas plus loin que le bouchon. Je la vois glisser sur cette bouteille, de plus en plus vite et de plus en plus profond. Au trois quarts enfoncer un jet de jouissance éclabousse le sol, Béné expulse la bouteille et me montre son anus tout ouvert. Elle continue à se caresser sa petite chatte toute mouillée. Fin de la vidéo...


Encore en conf... C’est sans fin aujourd’hui et mon thème serait plutôt « Le jour de la marmotte ». Cette fois, c’est une photo que je reçois, commentée : « je me suis défoncé le cul, j’ai hurlé de jouissance. Je m’accorde une petite pause douceur ». Au vu de la photo, par douceur il faut comprendre : « Je m’installe sur le canapé enroulé dans un plaid chaud et je me caresse doucement ». J’aime bien ces moments plus calmes et doux.


Deux heures plus tard, pas de nouvelles de Béné, peut-être s’est-elle endormie. Ma conf se termine enfin. J’appelle Béné qui décroche en vidéo, je m’attends à la voir tout endormie dans son plaid, mais non.


— Moi qui pensais que tu dormais !

— Oh que non la pause a été de courte durée, mon anus en réclame encore et encore donc en t’attendant, j’ai continué à jouer et jouir.

— Ça fait longtemps que le thermos est installé dans ton cul ?

— Oui pas mal de temps, j’ai perdu le compte du nombre de fois que j’ai joui. Le sol est trempé et moi je suis complètement shooté à la baise !

— En tout cas, je vois que cette bouteille te plaît bien.

— Oui, bon diamètre, bonne longueur, bien lisse, mais attends, j’ai préparé autre chose.


Elle disparaît du champ, j’entends du bruit et réapparaitre.


— Mais c’est la même ?

— Presque, en t’attendant, je l’ai remplie d’eau, ajouté tout un tas de glaçons et ça doit bien faire deux heures qu’elle est au congélateur.

— Quelle drôle d’idée ?

— Je n’ai jamais essayé et j’ai tellement chaud que ça ira bien. Je me suis déjà mis des glaçons dans la chatte, mais je voulais voir la sensation lorsque le froid est dans mon cul et bien profond.

— Pourquoi pas ?


La mise en place de la bouteille n’est qu’une formalité et Béné avance doucement.


— Surprenant et terriblement bon. Comme j’ai le cul chaud, je sens le moindre millimètre que parcourt la bouteille bien froide dans mon cul.

— Sympa comme jeu de piste.

— Putain oui très bon même ! C’est comme si je me faisais enfiler pour la première fois. Je redécouvre mon cul. Hummm ça m’éclate vraiment de sentir ce truc froid dans mon ventre.

— Oui bien dans ton ventre, elle a disparu aux trois quarts dans ton cul.

— Trop bon et je n’ai aucune peine à continuer.


Doucement, Béné continua à s’assoir sur la bouteille jusqu’à ce que ses fesses touchent le sol.


— Oh putain trop bon, c’est la même sensation que lorsque Nad m’enfile son bras dans le cul le froid en plus. Putain, j’adore me remplir, me faire dilater le cul, me défoncer comme ça.

— Continue comme ça, tu es trop bonne quand tu parles comme ça !

— En faisant des va-et-vient, c’est encore meilleur, je me la prends entière à chaque fois. C’est jouissif !


Il ne fallut pas beaucoup de mouvement pour que je l’admire de nouveau jouir.


— Montre-moi ton cul.

— Oui maître.


À quatre pattes, les fesses bien écartées, j’ai une vue parfaite.


— Tu es bien ouverte et prête pour la suite.

— Tout de suite ?

— Non comme tu veux. De toute manière dans 10 mn j’ai encore une conf !

— Pffff c’est du n’importe quoi aujourd’hui !

— Carrément. J’adore te voir prendre ton pied, te voir jouir m’excite énormément et je regrette de ne pas m’être retrouvé confiné chez toi.

— Snifff moi aussi je le regrette.

— Imagine-nous confinés tous les deux avec en plus Nad et Mél !

— Terrible, je pense qu’on aurait passé nos journées à baiser !

— Surtout toi le chanceux, trois femmes rien que pour toi !

— Pas mal, mais bon tu n’aurais pas été en reste avec Nad et Mél... Ah mince la conf commence. Hésite pas à m’envoyer des photos.

— Je n’y manquerais pas.


Avec l’image de Béné, une bouteille de thermos dans le cul, j’active la conf. Rapide tour de table et de nouveau je reçois des photos de Béné. Je prétexte à nouveau un problème de ralentissement pour couper la caméra. De cette manière, je peux regarder tranquillement ce qu’elle m’envoie. Pour le moment, c’est sage, faut bien qu’elle récupère. Un coup devant son miroir pour que j’admire ses fesses rondes, un coup sa tasse de café, mais rapidement ça dérive et de nouveau, je découvre un téton en gros plan bien dur, un filet de mouille entre sa chatte et ses doigts, un autre doigt allant se perdre dans son cul encore ouvert. La dernière est son plug de sortie accompagné du message : « il est bientôt l’heure de manger, en attendant que mon plat chauffe, je me garde prête pour la suite ». Je pensais que c’était la dernière, mais non en fait son dernier message a été une vidéo d’elle s’enfilant le plug.


Il est à peine plus large que la bouteille thermos et je me demande combien de temps elle va tenir avant de craquer et s’amuser de nouveau.


Je m’éclipse de la conf quelques minutes pour aller me chercher à manger aussi. Le temps de mettre mon plat au micro-ondes et revenir, je reçois pas moins de cinq messages de la part de Béné...

Enfin message...

Des photos. Elle n’a vraiment pas résisté longtemps. Un doigt curieux, une carotte qui tombe comme par hasard dans sa chatte et qu’elle mange ensuite. Ses doigts qui glissent entre ses lèvres avec la base du plug en arrière-plan...


Je pense que tout ce qui se trouvait sur la table est passé par sa chatte avant d’être mangé. Tout d’un coup elle passe aux choses sérieuses, la photo suivante que je reçois est une bouteille de vin accompagné du texte : « Elle va me défoncer le cul celle-là ! ». Je suis bien d’accord avec elle, même si elle a déjà pris plus gros, mais c’était des jouets mous alors que là, c’est bien dur et bien raide. J’envoie un message à Béné lui disant que j’allais l’appeler en vidéo, mais que j’allais couper le son. Elle me donne son go et je lance l’appel. Je la vois s’installer sur son canapé, pour le fun, elle utilise la bouteille par le goulot. Il rentre sans problème, mais très rapidement Béné change de position. Elle retourne la bouteille et vient s’assoir dessus pour se l’enfiler par le cul, au passage, elle ajoute une grosse dose de gel et se met en position.


Au début, elle tente une entrée de front, c’est un peu gros du coup, avec de petits mouvements sur les côtés, le cul de la bouteille commence à rentrer. Petit à petit, il disparaît en elle jusqu’au moment où son anus s’ouvre totalement pour laisser la bouteille entrer. Je lis sur son visage le plaisir. Elle reste sans bouger, se caressant doucement le clito, de la mouille sort de sa chatte et vient se mélanger au gel déposé sur la bouteille. Béné la retire et me montre comment son cul est ouvert. Magnifique, bien dilaté. Je pensais qu’elle avait pris son pied, mais en fait non, elle s’installe de nouveau sur la bouteille qui cette fois rentre plus facilement et une fois n’est pas coutume, Béné la laisse pénétrer en elle profondément. Elle glisse dessus par de petits va-et-vient, mais à chaque fois, la bouteille progresse de quelques millimètres. Arrivé aux trois quarts, Béné expulse la bouteille de son cul accompagné d’un immense jet de jouissance.


Je pensais que cette fois, elle avait atteint le nirvana, mais non tout en continuant à se caresser le clito, elle s’enfile sa main dans le cul archi dilatée. Elle rentre très facilement et de nouveau Béné jouit accompagné de spasmes. Je regarde ça, terriblement excité, pendant de longues minutes, le temps qu’elle redescende. Elle s’approche de son téléphone et dépose un baiser sur la cam avant de couper.


Quelques minutes plus tard, je reçois une photo de l’anus de Béné totalement ouvert accompagné : « J’ai mal au cul, mais putain qu’est-ce que j’ai pris mon pied à m’enfiler cette bouteille. Un vrai régal et il n’est pas impossible que j’en prenne une autre tournée dans la journée ! »


Ce dernier message me laisse rêveur quant à la suite des événements et la progression de Béné. J’imagine le jour où elle demandera à Nadine de lui mettre une bouteille dans le cul.

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder