Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 584 fois
  • 0 J'aime
  • 0 Commentaire

Bob and Lesly's fantasies

Chapitre 7

Divers

Songe de Lesly dans la voiture


Bob et Lesly sont dans leur voiture. Le soir tombe. Bob conduit. Ils sont de retour de l’auberge sur des petites routes de campagne. Lesly somnole.


..............


Bob aperçoit au loin une fourgonnette de gendarmerie. Un gendarme lui fait signe de se ranger sur le bas-côté. Bob s’exécute.


BOB : Mince, les gendarmes, je n’ai pourtant pas l’impression d’avoir roulé trop vite !

LESLY (se réveillant) : Tu t’es encore fait avoir, on dirait !

BOB : Non, je te jure que je roulais doucement.


Une gendarmette en gilet pare-balles, et armée d’une mitraillette, vient à leur rencontre, surveillée de loin par deux autres gendarmes, debout près de la fourgonnette. Bob ouvre sa vitre.


LA GENDARMETTE (d’une voix douce) : Bonsoir monsieur, puis-je voir les papiers du véhicule ?

BOB : Mais certainement.


Bob lui montre ses papiers.


LA GENDARMETTE : C’est bon, vous pouvez repartir !


La gendarmette regarde Bob et Lesly d’un air étrange puis les salue de la main. Bob redémarre.


BOB : Tu vois, rien de grave, juste un contrôle de routine, ils ont du avoir un signalement.

LESLY : Tu as remarqué les deux gendarmes qui attendaient près de la fourgonnette, ils avaient l’air de se moquer de leur collègue, tout ça parce que c’est une femme !

BOB : Oui, j’ai un peu vu dans le rétro, c’est peut-être une stagiaire, mais c’est normal qu’ils prennent des précautions. Si elles sont toutes comme ça à la gendarmerie, il ne doit pas y avoir de problème de recrutement...

LESLY : Je vois que monsieur n’a pas les yeux dans sa poche. Quand je pense à ces deux imbéciles qui se marraient entre eux et laissaient faire leur boulot par une collègue ! Et si tu avais été un dangereux terroriste, tu y as pensé ? Elle était en première ligne !

BOB : Elle avait un gilet pare-balles, et deux magnifiques pare-chocs..., le principal, c’est que je n’aie pas pris une amende.

LESLY (en baillant) : J’ai hâte de rentrer maintenant.


.............


REVE DE LESLY


Lesly, dans un brouillard, voit la gendarmette faire le tour de la voiture, venir de son côté, et lui faire signe de baisser la vitre. Lesly obtempère et lui sourit.


LA GENDARMETTE: Nous recherchons une dangereuse terroriste, veillez relever votre jupe s’il vous plait madame !

LESLY : Est-ce que j’ôte aussi ma petite culotte madame l’agente ?


La gendarmette hoche la tète d’un air entendu. Lesly ôte sa culotte et écarte les cuisses.

Bob l’encourage.


BOB : Montre-lui que tu ne caches des armes nulle part, écarte plus tes cuisses, soit une bonne citoyenne !.



La gendarmette sort sa matraque et la passe à travers la vitre ouverte. Lesly la lèche et la suce un peu. La gendarmette lui masse ensuite doucement la chatte avec le bout de sa matraque.


LESLY : Vos collègues savent comment vous contrôlez les automobilistes ?..

LA GENDARMETTE: Je vais vous demander de me suivre dans la fourgonnette pour un interrogatoire.

LESLY : Avec vos deux collègues ?

LA GENDARMETTE: Ils commencent à m’énerver ces deux là, ils ne font rien que s’amuser. Ils ne sont efficaces que dans certaines circonstances... Vous voulez bien me suivre !

BOB : Prend tout ton temps ma chérie, tu seras dans de bonnes mains.


Lesly sort de la voiture et suis la gendarmette vers la fourgonnette. Les deux gendarmes rentrent à l’intérieur à son approche, la gendarmette la fait entrer. A l’intérieur, Lesly se retrouve curieusement dans une tente de bédouin, avec des tapis, des bougies, des coussins partout, et un pilier au milieu.

Les deux gendarmes sont en caleçon, n’ayant sur le corps que leurs chaussettes, leur baudrier avec leur arme à la ceinture, et leur képi. Ils sont menottés, debout dos à dos contre le pilier central de la tente.

Les gendarmes sont muets, mais goguenards.


La gendarmette les pelote doucement puis les déculotte. Elle regarde d’un air affligé les deux limaces qui se présentent à sa vue.


LA GENDARMETTE : Garde-à-vous !


Les deux gendarmes sont instantanément en érection.


LA GENDARMETTE : C’est mieux...


Les deux femmes prennent chacune leur gendarme et les sucent. La gendarmette promène sa matraque dans la raie de son collègue, ce qui lui soulève les couilles. Il ne s’en plaint pas. Le sperme des deux gendarmes leur giclent bientôt sur la figure, et sur les lunettes de Lesly. Les deux femmes se lèchent le sperme sur la figure et s’embrassent avec la langue.

Elles se déshabillent mutuellement en se caressant.

Leurs visages sont de nouveau propres. Les lunettes de Lesly sont bien posées.


La gendarmette ne conserve qu’une drôle de casquette, pas très réglementaire. Lesly est en jarretelles et en bas noirs, avec un boléro de couleur rouge sang à boutons, qui lui moule la poitrine. Elle porte un beau chignon.


LA GENDARMETTE : Ce n’est que le début chers collègues, j’espère que vous avez des réserves. A quatre pattes toi !.


Le gendarme, miraculeusement libéré, se retrouve instantanément à quatre pattes. La gendarmette lui écarte les fesses.


LA GENDARMETTE : Après vous ma chère.


Alors que la gendarmette maintient écartées les fesses du gendarme, Lesly lui caresse la raie du bout des doigts, puis lui lèche l’anus en lui pétrissant les deux couilles.


LESLY : Mais...C’est qu’ils sont bien montés dans la maréchaussée...Quelle belle paire de couilles !


La gendarmette vient mettre sa figure par en-dessous pour lui sucer la pine. Sa casquette tombe, libérant sa chevelure. Le gendarme, trop excité, lui gicle son sperme sur le visage.


LESLY : Est-ce que je peux faire un voeux ?

LA GENDARMETTE : Oui, uniquement si cela à rapport avec le sexe.

LESLY : J’aimerais les voir s’enculer...

LA GENDARMETTE : Ho !...Voeux accepté !


La gendarmette claque des doigts. Aussitôt, le deuxième gendarme est libéré de son poteau et se retrouvé positionné debout les jambes écartées au-dessus de son collègue. Les femmes leur massent le sexe et les couilles, puis la gendarmette prend la bite du gendarme et la fourre dans le cul de son collègue. Il l’encule à fond et ne bouge plus. La gendarmette le gratifie de quelques coups de langue dans la raie.


LESLY : Ils sont vraiment mignons tous les deux !

LA GENDARMETTE : Oui, ils sont trop choux !


Le gendarme fait quelques aller-retours sans se presser dans le cul de son collègue, qui est branlé par Lesly.

.......


LA GENDARMETTE : Assez ! Sur le dos maintenant !


Les deux gendarmes se retrouvent allongés sur le dos. Les deux femmes les sucent goulûment. Elles viennent ensuite les chevaucher, et se prennent de fous rires pendant qu’elles s’ébattent sur eux, tout en se faisant quelques caresses et bisous.


LA GENDARMETTE : Mets-toi à l’aise ma chérie !.


La gendarmette fait un mouvement de la main et les cheveux de Lesly se libèrent de son chignon. Elle lui déboutonne ensuite partiellement son boléro, libérant sa superbe poitrine, soutenue par le bouton restant. Les seins de Lesly font l’ascenseur à chaque fois qu’elle se pénètre sur son gendarme.


..................


LA GENDARMETTE : Interrogez maintenant madame avec votre queue, et ceci n’est pas un exercice !


Docile les gendarmes se lèvent et donnent leur queue à sucer à Lesly, qui s’en délecte alternativement.

La gendarmette surveille les opérations en les tenant chacun par les couilles, une main passée entre leurs cuisses. D’un signe de tête, elle ordonne à un des deux gendarmes de s’allonger sur le dos. Lesly vient s’empaler sur lui, face à lui, en lui donnant ses seins à téter. Le deuxième gendarme passe par derrière et encule Lesly.


.........


LA GENDARMETTE : Ne bougez plus !


Alors que Lesly est doublement pénétrée, la gendarmette masse les couilles de ses deux collègues, lèche l’anus de celui qui encule Lesly, lui passe le bout d’une matraque dans la raie et l’encule avec sur deux à trois centimètres.


LA GENDARMETTE : Quel effet ça fait d’être l’enculeur enculé ?


.........


L’image est floue par instants, le rêve de Lesly s’accélère.

Elle a des visions par flash, qui lui apparaissent le plus souvent dans des ralentis très esthétiques. Elle est doublement pénétrée de l’autre côté (celui qui l’encule est allongé et elle lui tourne le dos)...

Du sperme gicle sur sa poitrine opulente, la gendarmette lui pétrit les seins avec le sperme, les lèche et lui suce les tétons...

Lesly lèche la chatte de la gendarmette en l’enculant avec le bout de sa matraque...

Lesly est en trépied la tête en bas et les cuisses écartées : d’un côté un gendarme lui lèche la chatte et de l’autre côté son collègue lui lèche l’anus...

Les deux gendarmes lèchent la chatte et l’anus de leur collègue qui est à quatre pattes.

Ils double-pènètrent leur collègue, puis giclent sur elle...

Lesly vient frotter son corps sur celui de la gendarmette encore tout chaud de sperme.

Lesly embrasse la gendarmette avec la langue tout en la branlant. Les gendarmes ont disparu. Lesly étreint la gendarmette sur une plage paradisiaque. Le soleil inonde son univers. Elle couvre la gendarmette de petits bisous, sur le corps puis dans le cou, lui titille l’oreille avec sa langue, lui caresse les fesses et les seins, entend la corne de brume d’un bateau au loin, perçois un rayon de soleil aveuglant.....


.............


BOB : Quel crétin ! Il a failli me rentrer dedans. Je t’ai réveillé ma chérie ? Tu as dormi presque tout le trajet, tu as eu un sommeil agité. Nous sommes presque arrivés, il fait déjà nuit.

LESLY (baillant) : Je n’ai pas arrêté de rêver, un rêve complètement idiot, comme tous les rêves. On se demande où on peut aller chercher tout ça... J’ai rêvé de ces gendarmes, avec cette gendarmette dont ils se moquaient...Ca a dû m’impressionner.

BOB : Y a mieux comme rêve !

LESLY : C’était pas si mal, surtout vers la fin...Dommage que tu m’aies réveillée.


NAOMI

Diffuse en direct !
Regarder son live