Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • 13 J'aime
  • 0 Commentaire

La boîte à outils

Chapitre 6

Hétéro

Mais aussi faire valoir certains avantages; la maison est un ciment. Rappeler incidemment, mine de rien, les difficultés des couples qui se séparent couverts de dettes: ils vendent à perte et se retrouvent endettés après des enchères qui ne couvrent pas les emprunts. Donc orienter la discussion sur la séparation d’un couple du quartier qui est dans cette situation. Par questions sur ce couple je dois l’amener à s’appliquer une réflexion sur son avenir matériel en cas de divorce.

Je n‘oublie pas que AL est marié et que ce n‘est pas avec sa queue qu’il pourra payer le remboursement des emprunts dont la charge reviendra à Marie en vertu de notre contrat de mariage . S’il ne divorce pas, comment fera-t-il vivre deux foyers ? S’il divorce sera-t-il financièrement capable d’assumer ses nouvelles charges? Faire découvrir aussi à Marie les difficultés pour une mère de 2 enfants en bas âge de trouver un travail. Mais jamais d’attaques frontales. Insinuer. Ce n’est pas glorieux. Mais puis-je lui laisser prendre des décisions irréfléchies. Il faut aussi considérer que Marie vit une passade . Je n’en suis pas heureux, je la subis. Mais je veux la garder si elle a encore un peu d’amour pour moi. Elle n’est peut-être que momentanément éblouie. Donc lui faire des démonstrations d’amour, la conduire à reculer devant les suites d’un divorce, à ne pas s’engager sans prendre des assurances, des garanties de bonne fin. Je dois rester présent, supporter ce cocuage non affiché et instiller habilement dans son esprit des arguments suffisamment forts pour que AL ne puisse pas lui imposer un coup de tête qu’elle aurait à regretter.

Gêner AL. Multiplier les incidents. Des contraintes familiales, de travail de déplacement le limitent à des rencontres le vendredi de 14 à 16h30. Peut-être se satisfait-il de ce créneau horaire. S’il ne veut pas être surpris par moi , il va continuer à l’exploiter. Si je prenais des demi-journées de congé le vendredi? Ca pourrait s’arranger. Mais qui me garantit qu’il ne trouvera pas un autre créneau? Je pourrais mettre un frein tout au plus. Je vais essayer. Il ne faut pas que je lui laisse le temps de trop s’enhardir et de me compter comme quantité négligeable . De toute évidence, demain il ne voudra pas rencontrer mon beau-père. L’arrangement projeté avec la belle-mère est cousu de fil blanc. Marie a obtenu d’éloigner le témoin gênant: Daniel est observateur et me dit tout. La mère prudente vendrait son fils pour protéger son adultère! Ecoeurant. Elle est envoûtée ou folle. Si AL vient, il ne viendra que lorsque la voie sera libre. Le jour où il paraîtra en pleine lumière sera le jour où il sera sûr de sa victoire.

Me débarrasser de l’envahisseur; à creuser, si possible sans que Marie ne s’en rende compte. Sinon son dépit l’éloignerait de moi: ce qui n’est pas le but recherché. Causer des problèmes à sa voiture pourrait l’ennuyer, mais ne règlerait rien au fond . Un retard d’une semaine, le report d’une visite, ne ferait que rendre la visite suivante plus attendue par Marie. AL cependant doit être pressé d’asseoir son emprise. A voir. Mais ça prendrait trop de temps. Or le temps presse.

Accumuler des preuves de l’infidélité: s’il faut divorcer. Obtenir dans ce cas le dossier le mieux 10/2 constitué. Quand Marie voudra tout casser, pour moi et pour mes enfants, je devrai répondre sans pitié, coup pour coup. Je me battrai pour la garde de mes enfants, pour la défense de mes biens. S’appliquer à trouver des traces du passage de AL, recueillir des témoignages, quitte à fouiller la poubelle que nous sortons le samedi matin, quitte à attirer l’attention. Je crois que je vais me faire une alliée. Je vais raconter la vérité à Léa. C’est humiliant, mais je préfère cette humiliation à la perte de Marie. Prévoir le pire, s’y préparer. Et si Marie choisit AL, si là est son bonheur, elle obtiendra le divorce, mais sans concessions. Je pourrai compter sur la vigilance de Léa, surtout pour savoir si les visites changent de jour où de fréquence. La mise en place aura lieu dès aujourd’hui. Je vais acheter une girafe Sophie,

je la donnerai à Léa avec mission d’aller l’offrir demain: elle pourra demander si l’ouvrier qu’elle a vu entrer fait du bon travail et poser un maximum de questions pour couper la séance d’amour. Il ne faut surtout pas qu’elle dise que je suis au courant de la présence d’un ouvrier .

Ce soir le grand jeu: draps souillés, épouse comblée. Sans protection ? A réfléchir. Il ya du pour et du contre: elle pourrait me quitter enceinte de moi ou se donner sans protection à l’autre et me rester avec l’enfant de Al ..Hé! j’oublie, elle vient de se faire poser un stérilet. Donc pas de question.

Demain, à la pause déjeuner démonstration d’amour fatigante et traces de spermes dans les draps à

nouveau souillés. Ce qui nécessitera un nouveau changement de draps. Départ simulé en toute dernière minute: peu de temps pour sa toilette et pour refaire le lit. Quel plaisir de ne pas lui laisser la possibilité de soigner sa foufoune et de livrer à la concurrence un sexe plein jusqu’au bord de ma semence gluante …L’apparence négligée de la maison serait un repoussoir, y travailler: chaussettes qui traînent, bouteille renversée. Je suis prêt à laisser du travail derrière moi. Changer de chaussures. Je vais créer du boulot!

Retour préparé par porte arrière, emporter la clé de cette porte pour m‘assurer que je pourrai pénétrer chez moi par là, retirer les verrous et les coincer, puis huiler les gonds des portes pour éviter les grincements. Caler le haut de la porte du garage pour contrarier l’arrivée. Marie est trop petite pour déloger le crochet de son encoche, afin d’ obliger AL à passer par la grande porte. Ne pas laisser de clé sur cette porte, de manière que ni Marie, ni Al ne puissent la fermer: il ne se sentiront pas à l’abri d’une surprise. Ca va mal commencer pour eux: un petit énervement. S’il arrête sa voiture devant la porte: encadrer un pneu par deux clous: qu’il avance ou qu’il recule, il sera exaspéré par une crevaison à proximité de notre maison: ça lui permettra d’assister à mon faux retour pendant qu’il changera de roue

Ou disposer dans l’angle mort une planchette à clous à préparer ce soir.

Demain matin, 7h30 à 9h usine

    - demande de congé pour la journée, heures compensées entre matin et après-midi la semaine suivante

    -9h BNP !: ouvrir un compte à mon nom avec signature unique,

    virement du compte joint vers le compte, à mon nom de tous les actifs

    Fermeture du compte joint .

    Demande de carnets de chèques: je dois me mettre financièrement à l’abri 10h 30 chez la fleuriste commander un bouquet , à livrer à mon domicile à 15 heures . Demander au livreur de sonner avec insistance: ma femme utilise des calmants Passer immédiatement commande d’un bouquet à livrer chaque vendredi à 15 heures très précises, jusqu’à Noël. Joindre un mot d’amour et une ¨

signature illisible sous enveloppe. Faire croire à l’existence d’un concurrent

    11 h 30 à la poste demander de livrer un télégramme, si possible vers 15 h 30, heure

du retour à domicile du destinataire, à mon adresse: une convocation en

Stage bidon le vendredi suivant, 11décembre: remise du télégramme contre

accusé de réception. Sonner longtemps s’il le faut.

Il y aura des interruptions demain; d’autant que le premier vendredi du mois voit passer aussi l’employé qui relève le compteur d’eau: pourvu qu’il passe aussi après 14 heures.

   12h 10 retour à la maison. Le repas sera certainement sur la table, dans le souci de me voir partir assez vite. Je vais renouveler mon exploit de ce jour, traîner volontairement jusqu’à 14 heures ou un peu plus au lit avec ma petite femme si bonne (je hais cette expression, mais ce sera encore une bouteille à la mer, encore une allusion à AL): question d’observer Marie, de lui délier la langue. Ou bien, elle va me pousser dehors, se montrer fébrile, regarder par la fenêtre, alors que je la câlinerai. Encore une main tendue à saisir ou à rejeter.

    Si possible provoquer le réveil d’Anne juste au moment du départ. But de l’opération: retarder les soins à la personne visitée. Que dirait AL à la vue d’une coulée de liquide sur une cuisse ou plus haut.

    14 h 05 départ, tour de l’ovale, arrêt à distance pour constater la présence d’une voiture devant ma porte. Si oui la photographier. Me glisser dans la buanderie puis me placer en

11/2 observation selon le dispositif adopté par les amants, selon la localisation à vue ou aux sons.

   Enfin, assurer mon intégrité physique. Je possède un PA 50 de 9mm. Je vais le sortir de sa cachette et le préparer dans un lieu caché mais facilement accessible en cas de danger. Je n’ai ni l’intention de me montrer, ni l’intention de montrer mon arme, ni l‘intention de l‘utiliser: elle aura un rôle défensif si je suis surpris .

Je tremble à l’idée que demain je vais assister en direct à la chute de mes illusions. Je vais voir et entendre ma femme se donner à un autre homme et je devrai écouter et regarder les étreintes. Je vais enrager sans intervenir, je vais tendre l’oreille pour prendre toute la mesure de mon malheur. Je sentirai pousser mes cornes de cocu sans réaction. Pourvu que je n’éprouve pas une excitation sexuelle pendant

l’horrible spectacle.

Demain j’arborerai une chemise jaune que je dois acheter en grande surface en même temps que la girafe. Marie y verra une simple coïncidence, ou un symbole encourageant ou un reproche secret. Dernièrement Marie a reporté l’achat d’un lot de soutien-gorge push-up+ les 2 strings

Assortis, ensemble de 3pièces attrayant et pratique. C’est le moment de le lui offrir, ce soir, blanc ou rose tendre, je verrai. Elle devra l’enfiler avant mon départ et me dire qu’elle le portera en pensant à moi. Je préciserai que je veux le voir sur elle à mon retour. Et dire qu’elle va me promettre de penser à moi, pourtant je sais ce qu’elle va faire et comment elle va m’oublier. J’ai mal, j’ai envie de pleurer.

Mon travail a souffert de mon état mental. Il est l’heure. Je range mes affaires. Dans le dernier tiroir, je remarque un de ces objets qu’on conserve plus par habitude que par nécessité, qui dort là depuis des années. Tout à coup, je pense « eureka », j’ai trouvé la solution à mon problème. L’adultère constaté demain sera puni demain . Et de quelle manière. Al et Marie vont garder pour la vie un souvenir cuisant de cette journée. Je vais écrire leur indignité dans leur chair et je vais les offrir sur un plateau à la risée du public. Reste à m’approvisionner dans la grande surface de la ville.


Vers 18 heures , je rentre à mon domicile. Marie m’attend en haut de l’escalier, avec Anne sur les bras , tandis que Daniel trépigne d’impatience.

-Tu es en retard, d’où sors-tu? Tu as fait des courses ? Tu aurais pu me prévenir ce midi, j’aurais allongé ta liste. Qu’est-ce que tu as acheté?

Arrivé à sa hauteur, j’embrasse mes enfants et j’entraîne la petite troupe vers la table de la salle à manger. Je constate que le ménage a été fait à fond, pas un jouet sur le sol, une nappe fraîche décore la table. A croire qu’on se prépare pour une fête. Je tends à Anne la girafe, ses petites mains la laissent tomber. Danièle la ramasse et me demande si c’est pour lui, je lui offre une miniature de voiture de pompiers et il laisse retomber la girafe? A Marie je présente un emballage. Elle l’ouvre et s’exclame:

-Oh! Chéri, c’est exactement ce que je voulais m’acheter, des sous-vêtements blancs en dentelle, à la dernière mode. Comment as-tu deviné ? Tu as pris la bonne taille au moins. Porte Anne, je vais immédiatement essayer. Elle revient de notre chambre dans ces deux pièces réduites:

-Comment as-tu fait pour choisir la taille ? C’est parfait !

— C’est que j’ai l’avantage d’être ton mari. Ca aide de prendre en main tous ces trésors!

Elle roucoule de plaisir.

— Comment te remercier ? elle me saute au cou , m’embrasse à pleine bouche, puis se sauve et revient en robe.

-J’aimerais que demain tu portes mon cadeau du matin au soir pour me prouver que tu l’apprécies.

— Si ce n’est que cela, je te le promets. Et ça, c’est quoi?

— Le paquet brun contient des fournitures de bureau.

— Et l’autre ?

— Je me suis fait un cadeau puisque tu m’oublies .

— Oh! Tu es vilain, ce n’est pas vrai et j’ai droit à un nouveau baiser de femme heureuse.

— Pouha!,une chemise jaune? Seigneur, tu as bon goût quand tu choisis pour moi. Mais là, ce n’est pas possible, tu ne vas pas te promener dans une chemise pareille. Tu sais que le jaune est la couleur des… Non donne moi cette horreur et la facture, j’irai la changer demain .

J’ai relevé qu’elle a escamoté un mot: celui qui lui écorcherait la bouche parce qu’il lui rappelle ce qu’elle a fait de moi. L’acte serait moins difficile à réaliser que le mot à prononcer? J’invente sur le champ une histoire:

-Pas de ça! Cet après midi, entre collègues de travail, sur une suggestion de Robert, nous avons parié de nous présenter demain au bureau en tenue de cocu pour rigoler. Chacun doit porter un vêtement visible jaune: veste, pantalon, chemise, casquette et foulard, au choix. Celui qui n’en aura pas devra payer une tournée au self à midi. Robert voulait même parier que moi je n’en aurais pas le courage. Je me demande bien pourquoi il s’en est pris à moi ? Pense-t-il que je suis cocu?

-Mon amour, comment une telle idée peut-elle t’effleurer. Tu sais que je t ‘adore.

12/2 -Donc, tu as bien entendu que demain midi, exceptionnellement, je mangerai au self: ne prépare rien pour moi, je ne reviendrai qu’à 17 heures pour t’enlever tes dentelles blanches et nous rattraperons le temps perdu à midi!

-Il faut dire que vous avez des jeux de gamins. Se faire passer pour des….Non, vraiment . Et toi tu entres dans ces combines stupides. Pour qui vas-tu me faire passer?

Le mot est imprononçable pour elle; de plus elle pense à sa bonne réputation: il serait grand temps d’y penser, madame l’hypocrite! Sa voix trahit une émotion qu’elle voudrait réprimer. Aurait-elle reçu le message.

— Tu sais bien que c’est une blague. Personne ne va se prendre au sérieux. Jamais de la vie je n’irais imaginer que je puisse être cocu, surtout depuis le renvoi de Al dans ses terres natales. Celui-là m’a fait peur, je l’avoue. Mais tu as fait preuve d’un tel courage cette fois là que plus jamais je ne serai tenté de douter de toi! Je t’aime et toi tu m’aimes? Tu n’aimes que moi, n’est-ce pas? »

Elle avait fait semblant de regarder dans la rue, finalement elle se tourne vers moi, l’œil soupçonneux:

— Mais quelle drôle de question, tu vois que vos jeux stupides te mettent des idées bizarres dans la tête. Bien entendu que je n’aime que toi mon chéri. Si ça t’amuse, va donc jouer au mari trompé demain et si tout le monde rit de toi, je serai bien forcée de rire avec les autres. Tu aurais pu compléter ta panoplie avec une belle paire de cornes. Je crois que je vais t’en fabriquer des solides que tu pourras porter nuit et jour.

Elle éclate de rire. Est-ce l’allusion directe à notre situation qui la rend si gaie ? Est-elle assez cruelle pour se moquer aussi ouvertement de moi en me promettant des cornes au sens propre alors qu’elle me les fait porter au sens figuré ? J’en suis pour mes frais. Dépité je m’évade.

J’ai du travail de rangement à la cave, je vais faire vite. N’oublie pas ce que je t’ai promis à midi: ce soir le cocu fait l’amour à sa femme!


Je ris en descendant les marches, mon rire grince un peu, mais j’espère que la répétition du mot va

réveiller sa conscience. Je crois aussi l’avoir secouée en rappelant le souvenir de AL et en citant volontairement son nom pour la première fois depuis deux ans. Je sème le doute; si j’ai une chance de sauver notre couple, c’est dans les prochaines vingt-quatre heures. Après il sera trop tard, hélas!

La burette d’huile graisse les serrures et les gonds des portes de cave, quelques aller-retour assurent la discrétion de leur déplacement. Du dernier carton de la dernière pile de carrelage rangée sous mon établi je retire l’imitation en bois peint en noir d’un PA50 que j’ai taillée pendant les heures d’ennui à l’armée, je vais la déposer dans la chaufferie sur une étagère haute, derrière un bidon vide d’huile de vidange. J’y place aussi les fournitures de bureau dans un chiffon gras pour ne pas attirer l’attention. Deux clous bien placés bloquent en position ouverte les deux verrous de la porte arrière. La clé de cette porte ira dans la boîte à gants de ma voiture et j’accrocherai son double au crochet planté tout en haut, hors de portée. Je fais des bruits pour laisser croire que je range et je remonte pour le repas du soir. Les enfants sont couchés.

Marie ne sourit pas. Elle est grave, ennuyée quand elle me demande si vraiment je ne rentre pas pour la pause repas. Ma réponse la détend .

— Tu as profité de ton temps libre pour mettre des bigoudis? Généralement tu fais ça le samedi soir afin de te coiffer pour la messe du dimanche. Il y a un événement exceptionnel demain ?

-Si tu me regardais mieux tu aurais pu me faire cette remarque deux fois en novembre. Ca ne te plaît pas d’avoir une femme qui se soigne en semaine. D’ailleurs demain j’inaugure ton cadeau, c’est une bonne raison de me coiffer.

— Oui , mais ce soir ça va t’empêcher de remuer au lit.

— Comme si tu n’avais pas rempli aujourd’hui ton devoir conjugal. Te voilà bien gourmand subitement .

— Depuis quand remplissons nous notre « devoir conjugal » comme si c’était un travail pénible ? Tu parles comme un curé, en termes d’obligations. A cette allure nous partons droit dans le mur .

Ca fait effectivement un certain temps que tu ne montres plus le même enthousiasme. Si je ne te conduis pas au lit, tu ne proposes plus d’activité sexuelle. J’attribuais ton attitude distante à l’accouchement. Mais à t’entendre parler de devoir conjugal au lieu de parler de faire l’amour ou de plaisir, j’ai l’impression que tu n’aimes plus, que ça t’est pénible ou répugnant. Dis-moi ce qui ne va pas. Tu n’as plus envie de ton mari, tu es dégoûtée de coucher avec moi? Je ne te satisfais plus ? Ne me dis pas que tu aimes un autre homme. Ou plutôt dis-le moi, que je sache à quoi m’en tenir. Est-ce le hasard qui m’a fait acheter une chemise jaune ou une intuition ? Marie, réponds !

-Vois encore l’effet de votre pari. Ca tourne à l’obsession, ma parole. Il va falloir te faire soigner .

Que vas-tu imaginer que j’aurais embauché un amant? Je n’ai pas rejeté tes approches.

-Oui, c’est vrai, mais quand m’as-tu invité à te faire l’amour pour la dernière fois ? J’en ai perdu le souvenir. Voilà ce qui m’inquiète. D’ailleurs, ta réponse à ma dernière proposition, ressemble plus à un 13/2 refus déguisé qu’à un accord. Me traiter de gourmand correspond à dire que je viens trop souvent. As-tu vraiment le sentiment que deux fois en dix jours constituent une lourde corvée pour une épouse qui prétend aimer son mari? Je serais curieux de savoir ce que tu aimes encore en moi.

— Quoi tu joues au comptable ? Faut-il que je t’envoie un bristol pour t’inviter ? Regarde, je me fais belle pour te plaire, ça devrait suffire: à toi de saisir ces manifestations de mon désir, d’y lire l’invitation que je t’envoie ainsi. Je t’avoue que j’avais l’intention de me coucher tôt ce soir. Mais faisons notre toilette et je te donnerai un peu de mon sommeil pour tes galipettes.

C’est un mélange d’ironie, de pirouettes et un accord restrictif: elle me concède un peu de son temps.

-Ca ne semble vraiment pas t’enchanter. Tu veux me faire passer pour un voleur de sommeil. C’est quoi ce don d’un peu de sommeil. Marie je ne te reconnais plus. Où est passée la flamme qui illuminait nos cœurs? Si tu le souhaites, j’abandonne l’idée de t’aimer ce soir. Tu dois être fatiguée; je comprends.

Une bonne nuit de sommeil et j’espère que tu seras d’attaque demain.

Pour appuyer son désir de m’échapper elle baille ostensiblement. Je dégaine mon dernier argument

-Je ne serai pas le bourreau qui t’empêche de dormir. Il suffit déjà que tu ne me désires plus, je ne vais pas en plus être antipathique. Voilà le plan qui va nous réconcilier. Allons dormir immédiatement. Demain matin je ferai un saut au bureau pour poser une journée de congé. Je rentrerai aussi vite et nous aurons toute la journée pour nous retrouver.


A suivre...

Diffuse en direct !
Regarder son live