Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 750 fois
  • 6 J'aime
  • 0 Commentaire

Le bon usage du portable

Chapitre 1

Trash

Elle est seule à la maison, lui est en voyage d’affaire. Ils parlent par téléphone.

Lui,

Chérie je suis seul comme promis. Je n’ai pas levé de fille pour la nuit comme je fais souvent.

Elle,

Merci d’être seul pour parler. Si tu étais avec une autre je n’aurais pas osé te déranger dans une baise.

Lui,

Ne crois pas que je ne veuille pas jouir. Comme toi, salope.

Elle.

Oui, je suis salope, j’aime jouir comme toi mon chou. J’ai sorti mes amis, tu sais le gros gode vibrant, les billes pour mettre dans le cul. Je vais m’en mettre plein le con et l’anus. Et toi ?

Lui,

Je n’ai que ma main. Je pourrais me servir d’un gant de toilette et de la douche. Pourquoi ne n’as pas vouloir que j’aie une fille à côté de moi ?

Elle :

La prochaine fois tu auras même deux nanas avec toi si tu veux. Ce soir j’ai envie de toi seul.

Lui :

Tu es prête à baiser ?

Elle,

Attends un peu je suis habillée et toi ?

Lui.

Je porte le slip, je bande, la queue sort par le haut. Si tu étais là, tu la mordrais.

Elle

Ça y est je suis nue, je mouille en t’imaginant la queue raide. Pense que je te touche les couilles comme tu aimes que je le fasse. Les autres ne savent pas le faire.

Lui,

Tu as raison, tu es la seule qui sache caresser les joyeuses comme tu fais. Je bande toujours quand tu me les touche.

Elle,

Dis-moi ce que tu veux me faire.

Lui,

Je veux jouir dans ton gros con de garce. Et dans ta bouche avant de te la mettre au cul.

Elle,

Commence par le con. Lèche-moi-le.

Lui,

Je sors ma langue ? Je trouve ton bouton, je lèche doucement, je bande trop, avales moi aussi.

Elle

Oui, je me touche le sexe en entier, je passe deux doigts à, l’intérieur des lèvres, je sens que le clitoris gonfle, je ne me retiens plus, je me masturbe. Je pense à ta langue et tes doigts. Je vais plus vite, je sens bien mes doigts comme si c’était les tiens. Mes cuisses sont très écartées. Mon ventre se creuse. Tu sais ce que ça veux dire ; oui, oui, tu sais, je je je jou jou jouis. Ouf c’était bon de se branler. J’ai encore envie je vais me branler le cul. Je passe ma main derrière les fesses/ Elles sont dures, je trouve vite le cul. J’ai mis de la salive sur le doigt. Il glisse sur l’anus. J’ouvre le cul comme pour toi. Ça y est j’entre le bout du doigt, je pousse un peu pour mettre tout le doigt. Il y est. Je le sens bien. Je m’encule. C’est presque aussi bon qu’avec ta queue. J’y rajoute l’autre doigt. Cette fois j’en ai plein le cul si je rajoute encore un doigt. Je jouis encore…..

Lui,

Oui, jouis encore. Mets toi la fausse queue dans le con, vas-y enfonce là à fond. Ma queue enfle sans arrêt. Je vais la toucher, je fais me branler aussi. Jouis…

Elle,

Oui, je vais me baiser avec le gros gode, me le mettre devant et derrière, là où tu me le demanderas. Touche-toi le cul aussi. Entres toi des doigts comme moi. Fais les aller et venir dans ton anus. Je te vois faire, tu vas t’envoyer en l’air comme moi. Jouissons du cul ensemble.

Lui,

Je fais comme tu veux, ma main est entre mes fesses, je frôle les couilles et la queue. Que c’est bon de se toucher ainsi quand tu le demande. J’ai posé l’index et le majeur juste sur le cul, je le caresse un peu avant d’entrer. Tu sais que tu es la seule qui m’a convaincu de me branler et me faire jouir par cet endroit. Mes doigts entrent doucement, je force à peine, mon cul s’ouvre seul. Je m’encule comme si tu me le faisais. Je bande comme un porc. Je veux te la mettre là où c’est impossible. Je veux y mettre aussi mes couilles, ma main entière. Dis moi où, vite avant que je jouisse.

Elle

Mets-moi là devant, avec l’autre gode. Je te veux là pour que je sois défoncée, écartelée. Mets moi les perles dans le cul, enfonce les au fond. Je les sens aller au bout de mes boyaux. C’est dégoûtant, c’est bon. J’aime jouir comme une salope que je suis. Oui, je jouis encore avec le cul. Branles toi la queue, dis moi comme tu fais.

Lui,

Je touche le bout du pénis, je descends la peau doucement. Le gland violacé, comme tu aimes se découvre lentement. Ça y est il est nu, c’est bon :je ne peux plus arrêter. Je descends encore plus bas. Mes couilles remontent seules. Je le prends en mains pour les caresser aussi. Mon autre main tient ma bite en serrant. La pine se contracte doucement. C’est encore meilleur. Je remonte la main, toujours doucement. Le haut de la bite est recouvert. Maintenant je n’en peux plus, je recommence avec vitesse, de plus en plus vite, comme toi vers la fin. Je sens mon liquide qui monte vers le bout de ma queue. Ça y est il sort en gros jets. Je jouis. Ah si tu étais là, tu ne laisserais pas perdre le sperme? Tu t’en nourrirais en l’avalant.

Elle,

Oui jouis comme moi, pas par le même endroit. J’avale en pensées ce jus d’homme. A demain mon amour. Pense à mes doigts sur la chatte. Si tu baise ailleurs penses que le con dans lequel tu entres est le mien. Tu me raconteras tout. Promis ;

Diffuse en direct !
Regarder son live