Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 17 244 fois
  • 53 J'aime
  • 1 Commentaire

La boniche de ma femme

Chapitre 3

La mise au point de ma Maîtresse.

SM / Fétichisme

Je ne comprends pas ce fantasme qui me tiraille tant et qui présente un énorme risque pour ma vie de couple. Cette envie folle de voir ma propre femme tomber enceinte d’un autre homme que moi. Quel homme normalement constitué pourrait rêver d’une telle situation à part moi ?


J’aimerai tellement qu’elle me rassure en me disant « ne t’inquiète pas mon chéri, je ne pense qu’à ça aussi, je veux juste être certaine que nous rêvons de la même chose. »

Mais seulement voilà, je me rends compte que je suis ridicule devant elle. Elle qui rêvait d’un couple harmonieux, d’une vie de famille paisible et sans histoires. Me voilà fasse à une situation devenue incontrôlable qui va finir de détruire notre couple déjà si fragile, déjà si proche de la fin.


Mais quelle vie de couple... ? Ce soir, elle a volé en éclats et je sais que nous avons basculé dans une relation gynarchique qui m’a longtemps excité, longtemps fait fantasmer. Ce soir, ma femme n’est plus ma femme. Elle est ma Maîtresse comme dans toutes mes recherches, tous mes désirs, tous mes fantasmes et elle vient de m’avouer qu’elle va me faire vivre tous les fantasmes issus de mes recherches internet. Recherches si nombreuses que j’en ai oublié certaines à coup sûr, car il est probable qu’après avoir regardé un sujet, je n’y ai pas trouvé d’intérêt. Et rien que d’y penser, ça me fait peur. Mais cette demande saugrenue, en revanche, j’en rêve réellement et je ne peux plus me cacher.


La question est, est-ce que je me sens prêt à assumer pleinement ce fantasme si incroyable devant ma femme. Je regarde Claire, ma Maîtresse qui attend patiemment que je lui fasse officiellement cette demande. Elle est étrangement calme et détendue compte tenu de la situation.

Je respire un grand coup, perdu pour perdu, je me glisse dans la peau de ces hommes que j’ai souvent enviés, et convaincu que je ne dois plus jouer à l’ignorant avec ma femme, je me lance dans cette demande qui va changer nos vies a jamais.


— Je vous en supplie Maîtresse, je meurs d’envie de vous savoir enceinte de l’amant de votre choix. Par pitié, veuillez réaliser ce désir fou qui m’est si cher et que je ne comprends pas moi-même. Je rêve de vous voir avoir un bébé avec votre amant.


Je baisse la tête, je baisse les yeux par peur de la suite. Je me sens ridicule, honteux, sale d’avoir osé faire une telle demande à la femme qui partage ma vie depuis des années. Bien sûr, ma femme attendait cette demande. Elle ne va pas être choquée. Mais, malgré ça, je n’ose plus la regarder.


— Wouaw. Pour de la sincérité, tu ne peux pas être plus convaincant. Tu en as envie bien plus que je ne me l’imaginais.

— Je suis désolé Maîtresse. Je ne le comprends pas moi-même. Cette idée me rend malade rien que de l’imaginer, mais pourtant, ce désir revient sans cesse plus fort. Je sais que vous devez être déçue, voire écœurée que je puisse avoir une telle envie. Mais vous demandez de la sincérité et sur ce point, je ne peux pas être plus sincère. Pitié Maîtresse, faites tout votre possible pour tomber enceinte de votre amant.

— Je vois que tu ne triches pas. C’est d’ailleurs la première fois que je te vois si sincère depuis ta demande de mise en cage de chasteté. Ta demande est digne de ton historique de navigation. Sérieuse, réelle et pleine d’envie. J’accepte ta demande, je vais tout faire pour tomber enceinte de mon amant. Je te le promets.


Rassure-toi, je ne suis ni déçue ni écœurée par cette demande. Au risque de te surprendre, mais oui, je veux avoir un bébé avec mon amant. D’une part parce que mon amant veut un bébé tout comme moi. Et d’autre part, car tu en rêves depuis trop longtemps pour te priver de ce plaisir d’être le plus gros cocu de la terre.


Rassure-toi, ce plaisir, je le partage fortement aussi. Ton fantasme a fini par devenir un désir fort et profond également pour moi. Je rêve plus que tout au monde de tomber enceinte de mon amant et de faire de toi le pire des cocus. Je rêve de te montrer à quel point tes fantasmes vont être dur à vivre, à supporter, à digérer. Je rêve de l’instant où, enfin, je vais t’annoncer ma grossesse issue de mon amour pour mon amant. Je rêve de te voir me féliciter chaudement et d’être surtout très convaincant sur le bonheur d’être enfin le pire cocu de la terre. Je rêve de te voir me féliciter chaleureusement lors de la naissance de MON enfant dont tu ne seras pas le père.


D’ailleurs, tu ne seras JAMAIS père d’aucun enfant. Tu souhaites tellement être chaste que tu ne veux plus toucher une femme un jour à commencer par moi. J’ai depuis longtemps compris que tu ne peux pas être un père pour mes enfants. D’ailleurs, tu ne veux pas d’enfants, n’est-ce pas ?


— Pardon Claire, je... »


Elle me met une énorme gifle qui résonne dans le salon. Je me tiens la joue et la regarde de surprise et de douleur. Son regard est ferme, autoritaire, déterminé. Je ne l’ai jamais vue si froide à mon égard.

« Pardon Maîtresse.


— Tu n’es plus autorisé à me tutoyer ni à utiliser mon prénom. Je ne suis plus ta femme. Je suis ta Maîtresse et rien d’autre ! Que ça te fasse réfléchir quand tu me parles. Maintenant, réponds à ma question. Tu n’as jamais voulu d’enfants, n’est-ce pas ?

— Non Maîtresse, en effet, je ne veux pas avoir d’enfants et je me demande même si j’en ai voulu un jour. J’avoue être assez confus sur ce point. Je ne me rappelle pas quand je me suis convaincu de ne pas vouloir d’enfants, mais je sais que je n’en veux pas. Je ne veux pas être père. Je ne veux plus toucher une femme, car je rêve de rester chaste définitivement.

— Pour ta chasteté, pas de soucis. Tu resteras chaste aussi longtemps que possible. En revanche, tu m’as fait perdre tant d’années à espérer construire une famille avec toi. Tant d’années à attendre que tu me demandes d’avoir un enfant. Pour entendre qu’au final, tu ne veux pas d’enfants. C’est triste !


Mais au risque de te surprendre, je ne t’en veux pas. Je vais finir par avoir ce que je veux et donc ce que tu veux par la même occasion. Je touche même au but et tu as enfin révélé ta véritable personnalité. Et mon rêve absolu est de te voir face à tous tes fantasmes, à commencer par ma prochaine grossesse avec mon amant tout en te gardant en cage de chasteté pour le restant de ta misérable vie de cocu.

Et si ce fantasme n’avait pas été une réelle envie pour toi, je ne t’aurai pas retenu. J’aurai eu ce bébé avec ou sans ton accord, car je ne te dois plus rien. Et en plus, c’est un juste retour pour toutes tes trahisons à travers tes recherches sur le Net. »


A mon tour de voir toute la sincérité dans le visage de ma femme. A travers toutes mes recherches, elle s’est forgé un caractère que je ne lui connais pas et elle a fait sienne, mes désirs les plus inavouables. La suite va me le confirmer.

« Ce soir, comme tu t’en doutes, tu as perdu ta femme au profit d’une Maîtresse gynarchique que tu as tant désirée. Ce soir, ta vie a changé, notre couple est fini que ça te plaise ou non. Même sans ton consentement, je veux faire un enfant avec mon amant le plus sérieux que j’ai depuis 3 ans. Le plus sérieux car il n’est pas le seul amant que j’ai. Il n’y a pas assez de doigts sur les mains pour chiffrer le nombre d’amants que j’ai. Mais je ne t’en dirai pas plus, ça suffit amplement à te rendre compte à quel point tu es cocu. Et c’est tout ce qu’un soumis de ton rang doit savoir.

De toute façon, soyons honnêtes. Il faut bien avouer qu’il n’y avait plus grand-chose entre nous depuis bien longtemps déjà.


— Oui, vous avez raison Maîtresse. Notre couple n’avait plus vraiment de raisons d’être.

— Si j’ai choisi de m’orienter dans cette voie de la dominatrice gynarchiste avec toi, c’est juste par respect pour ces années passées ensemble. Sinon, ça fait longtemps déjà que je serais partie ou que je t’aurai viré de la maison. Mais, j’ai été convaincue quand je suis tombée sur tes nombreuses recherches, sans cesse grandissantes et plus fortes. J’ai fini par y trouver un certain intérêt et même un réel plaisir à te voir si misérable en soumis cocu. Je pouvais te tromper sans scrupules, car je savais que tu en avais envie. J’ai facilement réussi à te dominer et même à te faire peur sans que tu ne réagisses, sans que tu ne luttes. Finalement, quand tu m’as proposé la cage de chasteté, j’ai attendu la suite et je n’ai pas été déçue. Bien au contraire.


Mais aussi parce que je ne suis pas dupe, je sais très bien que tu t’es branlé devant le PC pendant tes recherches. Tu as fait le choix de te branler plutôt que de t’occuper de moi, ta femme. Tout ça a mené à ce que nous allons vivre dorénavant et je ne peux que t’en remercier, car maintenant, je sais que je n’ai plus rien à attendre de toi en amour.


Maintenant que tout est dit, à toi de mériter ta place de soumis sous mes ordres. A toi d’être prêt à vivre quelque chose d’unique et de très fort émotionnellement. Tu peux te préparer à la suite, car la moindre de tes recherches sera partie intégrante de ta vie de soumis que ça te plaise ou non. Je ne vais pas te demander ton accord. Mais je sais que c’est exactement ce que tu veux donc, tu n’en seras pas déçu. Je vais être indulgente avec toi. Je te laisse un choix. Le choix d’être mon soumis ou de partir définitivement et dignement de ma maison. Mais si tu venais à rester, pour te guider dans tout ce qui te fait rêver, mon amant, ton futur maître, m’aidera bientôt pour changer ta vie à jamais, car je te rassure, il est bien prévu qu’il s’installe à la maison et qu’il prenne ta place d’homme dans la maison comme tu en fantasmes tant. Il accompagnera mes nuits dans MON lit à ta place que tu laisses vacante dès ce soir et définitivement. Je ne veux plus te voir dormir à mes côtés.


Maintenant, je vais répondre à une curiosité que tu as. J’espère que cette info t’aidera à faire ton choix. Ça sera la seule fois où tu auras une info avant de le vivre. Mon amant, le père de mon futur bébé, ton futur Maître aussi, c’est Eric.


— Vous parlez de Eric, mon... ami ?

— Oui Eric, ton chef de service, ton ex-pote, mon amant. Ça fait 3 ans que je couche avec lui. Ça s’est fait un après-mis où il venait te voir, car tu lui avais bêtement donné rendez-vous après le boulot alors que je t’avais demandé de faire des courses cet après-midi-là. Quand il est entré, je venais de voir une de tes recherches sur le soumis cocu et je commençais à être émoustillée. Cette idée avait largement franchi mes limites et j’étais prête à trouver un amant. Du coup, Eric allait faire l’affaire pour commencer. J’étais loin de penser à en faire mon amant aussi longtemps.


Quand il est rentré, j’ai mis la clé de ta cage en évidence dans mon décolleté. Il m’a rapidement questionnée sur mon « pendentif » et je ne me suis pas fait prier pour tout lui dire. Forte de ton fantasme et de notre passé de couple quasiment éteint, je lui ai tout dit de ta situation de chasteté et ta soumission à mes ordres, de tes fantasmes et tes recherches sur le Net.


Il a été très surpris d’en apprendre autant sur toi, sur nous. Il m’a demandé pourquoi je lui révélais tout ça. C’est à ce moment-là que je lui ai expliqué qu’en te rendant chaste aussi longtemps, je me privais aussi et que ça me pesait, ça me manquait et que par conséquent, je cherchais un amant.


Je te rassure, ce n’est pas lui qui est venu me chercher. J’assume pleinement l’avoir provoqué pour obtenir ses faveurs.

Il a bien essayé de résister, mais à croire que je sais être persuasive ou qu’il en avait autant envie que moi. On a couché ensemble à 3 reprises ce jour-là et dans notre lit. Ce Fameux jour où je t’ai envoyé aller chercher un truc inutile relativement loin pour avoir du temps pour moi, pour nous. Figure-toi que c’est après m’avoir si bien fait l’amour qu’il m’a avoué n’avoir jamais osé me draguer par respect pour toi, mais qu’il rêvait de moi depuis longtemps. Depuis ce jour, Eric est mon amant et nous nous voyons très souvent même s’il sait que je vois d’autres hommes à côté.


Mais je te rassure, il est vraiment très bien et il me respecte beaucoup. Il sera un merveilleux père pour notre enfant.


— Vous ne m’aimez plus c’est ça ? Vous voulez divorcer ?

— NON, je ne t’aime plus, mais je ne veux pas divorcer. Il y a toujours quelque chose entre nous et ce quelque chose est ta soumission, ton obéissance totale et sans concession. Mais ne me demande pas une relation de couple normale entre nous. Ce n’est plus possible, en tout cas, plus pour moi. Et n’en veux pas à Eric non plus, car je te rappelle qu’il va devenir ton Maître et qu’il est impatient de pouvoir tenir son rôle face à toi. Et sois-en convaincu, je ne le quitterai pas au nom de notre pseudo couple qui est mort. Surtout pas après autant de temps passé avec lui et pas après tant d’efforts pour te dominer comme je le fais maintenant. Mais de toute façon, tu ne souhaites pas vraiment que je le quitte, puisque tu aimes tellement être cocu.

— Vous l’aimez tant que ça ?

— Oui, il y a des sentiments très forts et inévitables en 3 ans. Eric me comble de bonheur sur la partie que tu ne peux pas assurer puisque tu préfères être chaste. Et je l’aime suffisamment pour envisager tomber enceinte de lui prochainement. Je l’aime beaucoup plus que toi.

— Mais, vous vous protégez au moins ?

— Question idiote, petit soumis. Bien sûr que non ! Plus maintenant. Nous avons largement passés ce stade-là entre nous. Et puis, comment puis-je tomber enceinte avec une capote ou la pilule ? Allons, sois sérieux un petit peu dans tes questions.

— Oui en effet, vous avez raison.


Je me rends compte que vous avez fortement analysé notre relation et mon comportement et je reconnais que j’aurais dû vous en parler bien plus vite et vous faire confiance sur mes fantasmes. Mais, vous aussi vous pouviez m’en parler plus tôt. Me dire que vous saviez tout.


— Te dire quoi, que tu es cocu ? Non. Comme je te l’ai dit, ne pas savoir est le principe même du cocufiage. Et bien qu’en effet, tu aurais dû m’en parler bien plus vite, ça n’aurait rien changé entre nous. Mes sentiments pour toi sont partis bien avant l’arrivée de la cage de chasteté et ce jeu n’a fait que repousser l’inévitable pour notre relation. J’ai naïvement cru que te mettre en cage pouvait relancer mon amour pour toi, mais j’ai trouvé bien mieux pour nous et ce ne sont pas des sentiments d’amour. Juste du respect pour ce qui nous attend. »


Suite à cette soirée incroyable, je suis allé dormir dans la chambre d’amis pour la première fois. Sans compassion, ma femme ne s’est pas souciée un instant si j’avais besoin d’aide pour faire mon lit. Je l’ai entendue téléphoner à Eric afin de l’avertir que ma situation avait évolué et qu’elle avait pris le contrôle de ma vie. Je me suis allongé l’esprit fortement perturbé par cet échange incroyable qui venait de faire basculer ma vie, mais aussi fortement excité par la confirmation que ma femme va tomber enceinte d’Eric.


Alors que Claire est toujours au téléphone avec Eric, ça tourne en boucle dans ma tête. Plus j’y pense et plus je suis impatient d’apprendre que Maîtresse soit enfin enceinte. Profitant de la conversation téléphonique, je me lève, entre dans la chambre de Maîtresse en larmes, et j’ai à nouveau supplié Mes Maîtres sur mon désir fort. Comme hors de contrôle sur moi-même, j’ai supplié en larmes.


— Pitié Maître, venez faire l’amour à Maîtresse pour la mettre enceinte rapidement. Je vous en supplie, même ce soir, venez la combler.

— (Claire a mis le haut-parleur) Tu te rends compte, le cocu, que ça devrait être à toi de la mettre enceinte, pas à moi son amant.

— Non Maître, je ne peux pas. Je préfère rester en cage de chasteté et être cocu. Je vous implore, venez la combler et lui offrir notre rêve en commun, venez la mettre enceinte, venez lui faire ce bébé et venez m’offrir le pire cocufiage possible que je rêve tant de vivre.


Tout amusée, Maîtresse m’a attaché, pieds et poings aux coins de mon nouveau lit puis elle m’a bâillonné pour ne pas être dérangée. Une fois fermement coincé, elle m’a annoncé.


— J’espère pour toi que ce n’est pas un coup désespéré pour me tester ou me récupérer, car Eric arrive et je compte bien tomber enceinte tôt ou tard. Vaut mieux pour toi que tu ne triches pas, car moi, je ne joue pas. Tu vas pouvoir nous entendre, mais si j’entends du bruit venant de ta chambre, demain je te vire de la maison. Profite de ce bonheur d’entendre mon amant me faire l’amour, d’entendre mon amant te rendre cocu. A demain le soumis.


Alors que je luttais pour ne pas m’endormir, j’entendais ma femme me cocufier avec mon meilleur ami. J’avais beaucoup de mal à tenir éveillé alors que je ne voulais qu’entendre ce couple réaliser mon pire fantasme. Dans un dernier effort avant de m’endormir, j’ai vaguement entendu une phrase.


— Enfin, nous touchons au but avec notre soumis et je vais bientôt t’offrir ce bébé avec la bénédiction du cocu.


Le lendemain, lorsque je me suis réveillé, j’étais détaché et Claire était absente. Dans le salon, un mot. « Je suis partie tout le week-end chez mon amant pour tomber enceinte. A mon retour, je veux que la maison soit propre et change mes draps, ils sont sales d’avoir trop fait l’amour cette nuit pendant que tu dormais. »

Je n’ai pas cherché à l’appeler par peur de la déranger. Je me suis occupé de la maison comme à mon habitude puis j’ai patienté jusqu’au retour de ma Maîtresse, le dimanche soir vers 23h00.

Diffuse en direct !
Regarder son live