Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 17 034 fois
  • 50 J'aime
  • 10 Commentaires

La boniche de ma femme

Chapitre 4

La nouvelle vie du cocu se précise.

SM / Fétichisme

Le lendemain, lorsque je me suis réveillé, j’étais détaché et Claire était absente. Dans le salon, un mot.

Je suis partie tout le weekend chez mon amant pour tomber enceinte. A mon retour, je veux que la maison soit propre et change mes draps, ils sont sales d’avoir trop fait l’amour cette nuit pendant que tu dormais.


Je n’ai pas cherché à l’appeler par peur de la déranger. Je me suis occupé de la maison comme à mon habitude, puis j’ai patienté jusqu’au retour de ma Maîtresse, le dimanche soir vers 23h00.

Nous n’avons pas reparlé de cette longue soirée de ce vendredi. De toute façon, les choses étaient on ne peu plus claires, et il n’y avait rien à ajouter. J’aurais pu demander des explications sur cette phrase, mais je n’étais pas certain d’en avoir bien compris le sens. J’en venais même à me demander si elle n’était pas le fruit de mon imagination. Puis de toute façon, elle pouvait avoir plusieurs sens, donc inutile de risquer une punition à vouloir en savoir plus. Et si je voulais encore tenter quelque chose, je pouvais encore penser à la gifle reçue qui m’avait bien remis les points sur les i. Je suis soumis maintenant et je dois tenir mon rang et faire confiance à Maîtresse. Après tout, elle m’offre tous mes désirs les plus fous, pourquoi chercher des soucis où il n’y en a pas ?


On a laissé passer un mois, le temps de bien assimiler toutes ces nouveautés et d’échanger sur d’éventuelles interrogations. Tout ça s’est fait calmement.

Ce mois a été le délai que ma femme m’a accordé pour valider notre nouvelle relation ou bien de partir.

Cette période a été difficile, car j’ai appris à vouvoyer ma propre femme, à changer mon regard sur mon chef de service qui ne pouvait plus être mon « pote ». J’ai aussi appris à imaginer la vie que je vais avoir.


Claire s’est rendue tous les weekends chez son amant pour réussir à tomber enceinte.

Durant ce mois, Claire ne m’a pas libéré de ma cage de chasteté pour autant. Au terme de ce mois de réflexion, trop amoureux de ma femme pour partir et heureux de la vie qu’elle m’a destinée, j’ai accepté qu’elle devienne ma Maîtresse et qu’elle me domine selon ses désirs dans une relation devenue gynarchique. J’ai fini par me faire à l’idée qu’elle va vraiment tomber enceinte de cet amant, mon chef de service qui a pris beaucoup de distances avec moi et qui se montre autrement plus autoritaire sur mon travail.


Je suis devenu si impatient d’apprendre sa grossesse que je prends régulièrement des nouvelles sur le sujet. Je me surprends même à l’encourager de se rendre chez son amant afin d’accomplir son désir de grossesse.


Ce soir-là, quand je lui ai donné ma réponse sur ma décision, elle m’a libéré sans que je ne m’y attende. Je devais porter une capote et me branler à plusieurs reprises jusqu’à me vider totalement.

A la fin, tard dans la nuit, elle m’ordonne d’aller faire un brin de toilette puis elle me remet ma cage. " Ce n’est pas obligé de la remettre de suite. Pas après cet instant particulier.


— Si, car je vais voir mon amant pour finir ma nuit.

— Quoi, à cette heure-là ?

— Oui, à cette heure-là. Et figure-toi qu’il m’attend.

— Mais il est tard. Vous n’êtes pas fatiguée ?

— Non, je suis plutôt très excitée. J’ai fortement envie de mon amant, car lui a le droit de me faire l’amour, pas comme un gros cocu que je connais. Et puis, te savoir bien enfermé dans ta belle petite cage de chasteté pendant que mon amant me comble, ça m’excite énormément. Et comme tu as accepté ta nouvelle vie, donc mon amant et que tu connais parfaitement la situation, tu vas penser à moi pendant qu’Éric va bien me combler et je sais que je vais prendre un pied d’enfer en espérant tomber enceinte.

— Je vois. Cette situation vous excite vraiment tant que ça ?

— Oh que oui, et comme je suis en pleine ovulation, ce soir, j’espère tomber enceinte.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Oui, je crois que vous avez raison. Allez-y Maîtresse, ne laissez pas passer cette chance."


A peine la conversation finie qu’elle se prépare puis elle part, me laissant seul à la maison pour le reste de la nuit. Evidemment, il m’est impossible de m’endormir. Tout ça tourne à fond dans mon cerveau et plus j’y pense, et plus ma cage de chasteté remplit son office. A nouveau, la situation commence à m’exciter. Sans doute parce que je suis rassuré sur l’intention de ma femme à me garder.


Je la trouve si rayonnante que je ne me sens pas le droit de lui refuser d’avoir un amant même si celui-ci est Eric. Je finis par me dire que ce fantasme de l’amant présent a ma place et qui met ma femme enceinte est fort. Je suis fou de désirer une telle situation. Mais mon Dieu, faites qu’elle tombe enceinte.


Ca ne fait pas loin d’une heure que Claire est partie voir son amant. Je ne dors pas et plus par sécurité au cas où, j’ai laissé mon portable allumé. Il est 2h57 quand je reçois 2 messages à 5 minutes d’intervalles.


Le 1er vient d’Eric

[SMS]

< Ne t’en fais pas petit cocu, je vais bien la baiser ta Maîtresse. Tu peux rester en cage de chasteté, elle a largement ce qu’il lui faut avec moi. Je vais bien la mettre enceinte pour te montrer ta place de gros cocu et bientôt, je prendrais ta place dans son lit.

Le 2eme de ma femme

[SMS]

< Tu pourrais répondre à ton Maître, petit cocu. Encourage-le à bien me baiser, encourage-le à me féconder, à me mettre enceinte et à faire de toi le cocu que tu meurs d’envie d’être.


Je ne tarde pas à envoyer ce message. Je commence à être à nouveau excité par cette situation saugrenue à encourager mon ami à me faire cocu avec ma femme, à l’encourager de la mettre enceinte. Sa réponse n’a pas traîné où il m’a dit

[SMS]

< Ne t’inquiète pas le cocu, tu peux rester chaste, je vais bien la baiser ta femme. Au moins avec moi, elle sait ce que c’est une vraie bite. Pas un truc ridicule en cage de chasteté. P.S. : son cul est très accueillant, tu devrais essayer ah ah ah. Ah bah non, tu n’y as pas droit, c’est vrai. Dommage pour toi, tu ne sais pas ce que tu rates. Normalement, avec ce que je lui ai déjà mis, elle doit être enceinte. Bonne nuit petit cocu.


Devant un tel message, j’essaye de les appeler, mais je tombe sur les répondeurs à chaque fois. Ce n’est que le lendemain, au retour de ma femme que j’ai des explications. Elle sent la sueur et le sperme, comme pour bien me prouver qu’elle en a profité. Sa réponse à ma question sur la sodomie, pratique qu’elle m’a toujours refusée est sans détour.


— (Elle me met une magistrale gifle). ET ALORS ? Oui il me sodomise et il le refera autant de fois qu’il le souhaite. Mais comprends bien que dorénavant, ma sexualité ne te regarde absolument plus.

— Mais vous m’avez toujours refusé de vous le faire par peur d’avoir mal...

— J’ai changé d’avis. Mais de toute façon, comprends bien que ma sexualité ne te regarde plus et je t’interdis de me poser des questions sur ce que je peux vivre avec mes amants. Contente-toi d’être chaste ou de branler ta misérable nouille dans une capote si je t’en donne le droit.

— Bien Maîtresse. J’espère juste que vous n’avez pas mal dans cette pratique qui vous a très longtemps repoussée par crainte de douleurs ?

— Il a su me convaincre et tu avais raison sur au moins un point, c’est trop bon la sodomie. Je vais satisfaire ta curiosité, tu vois, je préfère largement une bonne sodomie à une pénétration vaginale maintenant. Et comme tu n’as plus le droit de me pénétrer, avec mon amant, j’ai pu me lâcher sans problème et il m’a fait jouir à mort. Voilà pourquoi je suis partie dans la nuit. Maintenant, si tu oses à nouveau me poser une question intime, je te la ferai regretter sévèrement. M’as-tu bien compris, le cocu ?

— Oui Maîtresse. Imparable. J’ai même le sentiment de redécouvrir ma Maîtresse. Elle est loin de cette Claire que j’ai épousée. En dominatrice, elle montre un visage que je découvre chaque jour. Elle est impressionnante d’autorité, de sérénité, de confiance en elle. Elle me domine avec une telle facilité que je ressens toute l’emprise qu’elle exerce sur moi à présent.


Durant les 3 mois suivants, Eric n’est toujours pas venu s’installer à la maison. Selon Maîtresse, il est sur son préavis logement. J’ai trouvé ce temps long, très long. Je n’ai pas caché mon impatience à Maîtresse qui s’en amusait beaucoup.


Durant ces 3 mois, à ma grande surprise, elle se montrait très proche de moi, très féline, très câline, mais pas la moindre libération de ma cage de chasteté. Elle m’habitue à mes nouveaux pseudos, "le cocu" ou "mon petit cocu", mais aussi « ma petite bite ». Selon elle, en comparaison du sexe d’Eric, il semble évident que j’en ai une plus petite que lui.


Durant cette période, Maîtresse va être déçue d’apprendre qu’elle n’est pas enceinte, test à l’appui. Mais ce n’est que partie remise. De sa déception est née la mienne.

Malgré tout, nos soirées vont se faire très chaudes. J’avoue que j’en joue aussi de tout ça pour augmenter son excitation et nos moments intimes. A nous voir, j’ai le sentiment que d’être devenu son soumis a relancé notre couple. Je me prends à rêver d’une relation à 3 avec Eric et du plaisir fort que nous allons avoir tous ensemble.


Dans nos soirées, je prends un grand plaisir à la lécher, à la faire jouir et espérant naïvement qu’elle me libère, en vain. Mais durant ces 3 mois, elle prépare surtout le terrain pour cette vie où elle va recevoir Eric et où je vais devoir les servir tel un valet de maison avec le vouvoiement définitif envers mon Maître.


Durant ces 3 mois, elle me donne ses consignes, ses ordres, mais surtout, elle finalise ma vie de soumis que j’applique sans résistance. Je reconnais apprécier de plus en plus notre relation dominante/soumis même si je suis moins intime avec ma femme sur la fin de ces 3 mois. Je trouve que cette relation est moins difficile que ce que Claire m’a laissé entendre lors de notre grande révélation. Mais la veille du grand jour, elle me prévient que ma vie va définitivement basculer avec l’arrivée de son amant et surtout que le plus dur commence pour moi.


Le jour J est là. Eric vient passer un week-end à la maison en prémices de son installation définitive et je dois tenir le rôle du valet cocu au service d’un couple illégitime. Je suis nu avec ma simple cage de chasteté quand Eric sonne à la porte. Je dois aller ouvrir dans cette tenue au risque que ce ne soit pas lui. Je dois avouer que je suis fortement serré dans ma cage au moment d’ouvrir.


Ouf, c’est bien lui. Eric me salue en tenant ma cage pour simple poignée de main en me disant, "Bonjour le cocu, ta Maîtresse est la ?". Puis face à ma femme qui s’est mise en valeur, ils s’embrassent devant moi sans retenues. Les voir se bécoter me trouble beaucoup. Mais pas question de réagir.


Ils s’installent sur le canapé pour s’embrasser sans retenue, se caresser, elle par-dessus le pantalon de son amant, lui passant sous sa jupe, dans sa culotte. Pendant ce très long moment, je me tiens à côté du canapé, droit, sans les regarder ou discrètement, les mains dans le dos sans rien dire. Ma cage me sert énormément et je suis extrêmement troublé par cette situation. Ils restent ainsi 2 bonnes heures, jusqu’à l’heure du dîner.


Ils s’installent à table et j’assure le service d’un repas que j’ai préparé à base d’ingrédients aphrodisiaques sur demande de ma femme. Tout au long de ce repas, ils ne m’appellent que par mon nouveau qualificatif: Le cocu.


A la fin du repas, sur demande de ma femme qui m’a longuement préparé à ça, je pose la question:

"Madame, Monsieur avez-vous terminé ?


— (Ma femme a laissé Eric, tout surpris par la question, me répondre.) Oui le cocu, nous avons fini.

— Bien Monsieur.


Monsieur, compte tenu de cette cage de chasteté que je porte fièrement en ce moment et posée par ma Maîtresse ici présente, je suis dans l’incapacité de l’honorer comme il se doit. Ne souhaitant pas déranger mon épouse pour si peu, je préfère rester chaste, ce qui convient le mieux à ma condition de soumis. C’est pour ça que je vous demande, Monsieur Eric, de bien vouloir honorer ma femme à ma place pour tout le week-end et donc de bien me rendre fier d’être cocufié par vos soins. Je vous prie d’offrir à ma Maîtresse ce merveilleux cadeau que de la mettre enceinte et par conséquent de prendre ma place dans le foyer.


— (Très surpris par cette demande inattendue pour lui) Oh pas de soucis le cocu, je vais bien m’occuper de ta femme. Tu peux rester chaste sans soucis. Je vais tout faire pour la mettre enceinte aussi.

— Merci Monsieur Eric, honorez bien ma femme et montrez-lui qu’elle n’a pas besoin de moi.

— Vu la petite bite que tu as, ça ne sera pas très difficile de lui montrer ou se trouve son intérêt entre nous 2. Et puis, je t’interdis de l’appeler ta femme. C’est ta Maîtresse maintenant, elle n’est plus ta femme. Compris le cocu ?

— Bien Monsieur Eric, comme il vous plaira.

— Maintenant recommence ta phrase avec les bons mots, lopette.

— Monsieur Eric, honorez bien ma Maîtresse et montrez-lui qu’elle n’a pas besoin de moi." Claire s’engouffre rapidement dans cette ouverture imprévue pour appuyer là ou ça peut faire mal.

— Tu veux vraiment qu’il me montre qu’il me baise mieux que toi et que tu deviens inutile ?

— (Je ne voyais pas les choses de cette façon là, mais j’ai bêtement continué dans ce sens). Oui Maîtresse, qu’il vous montre que vous avez un formidable amant et que vous prenez un immense plaisir à me rendre cocu.

— (Amusée) D’accord, je ne manquerais pas de te le dire s’il est meilleur que toi. Même si je connais déjà la réponse et que tu la connais aussi.


Avec les effets prévus pour cet instant, Maîtresse m’attache à la chaise, elle me bâillonne et bande les yeux. Puis ils font l’amour devant moi sans retenues. Je peux tout entendre facilement de la pipe à la sodomie et ce plaisir de ma femme avec son amant. Je dois bien admettre qu’elle est vraiment heureuse et qu’Éric sait y faire. Claire a raison, Eric prend bien soin d’elle. Et entendre ma femme prendre autant de plaisir se faire sodomiser si violemment ne me laisse pas insensible. Qu’elle est belle quand elle jouit.


— Mon Dieu qu’est-ce qu’il me baise bien ! Sa bite est trop bonne. Tu aimerais bien être à sa place, n’est-ce pas le cocu ?

— (Je réponds oui par un hochement de tète) (ma cage est ultra-serrée et ça tire sur mes testicules).

— Continue de rêver le cocu. Il n’est pas question que tu me sodomises un jour. Tu es bien mieux dans ta petite cage de chasteté. Et puis tu m’excites en bon petit soumis, cocu.


Quand ils ont fini, Eric me détache de la chaise puis me rattache les mains dans le dos, il m’enlève mon bâillon pour "nettoyer les traces dans la chatte de ma Maîtresse". Il m’ordonne de lécher, d’avaler le sperme qu’il a répandu dans la petite grotte d’amour de ma chère et tendre. Je me trouve tout hésitant face à cet ordre. Mais ma femme insiste à son tour.

— Allez, obéis à ton Maître, viens nettoyer ma chatte avec ta langue !


Je sais que je n’ai pas le choix, pas le droit de refuser. Difficile au départ, je finis par bien nettoyer les traces de sperme dans la chatte de ma chère et tendre. Les traces de mon cocufiage dont j’ai été témoin. Eric en profite pour me féliciter. Le début de mon appartenance à ce couple illégitime.


De ce vendredi soir au dimanche après-midi, ils n’ont pas arrêté de coucher ensemble sans que je ne sois autorisé à être dans la même pièce qu’eux à nouveau. Le dimanche soir, ma femme m’attache à une chaise puis me bâillonne pour me parler. Eric vient juste de partir.


— Eh bien petit cocu, j’ai vu à quel point tu as aimé ce petit week-end.

— (Ne pouvant parler, je fais un oui de la tête, car en effet, j’ai fortement aimé cette situation insolite et troublante.)

— Je t’informe qu’Eric revient demain pour s’installer définitivement à la maison et pour prendre ta place de cocu dans mon lit.

— (Je fais les gros yeux, comme étonné que la situation arrive enfin. J’avais fini par croire qu’il ne s’installerait jamais et même à un retour à une vie de couple normale entre nous, tout en restant son soumis cocu.)

— Eh oui, tu te doutais bien que ça devait arriver. Ça fait 3 ans et demi que je couche avec lui et que j’en suis folle amoureuse. Bientôt 4 ans que mes sentiments pour Eric vont grandissant et que je ne peux plus me passer de lui. Je dois t’avouer que je l’aime plus que tout maintenant et que je n’y peux rien, c’est comme ça.

— (Des larmes coulent sur mes joues, car je commence à réaliser que le fantasme devient réalité et je sens que la fin de mon couple est toujours d’actualité. Je me suis nourri de rêves idiots et le choc n’en est que plus brutal.)

— Ca fait 2 ans que j’attends ce moment de le voir enfin s’installer à ta place. Mais que ce soit Eric ou moi, nous avons beaucoup de respect pour toi malgré la situation.

— (Elle m’enlève mon bâillon) Tu ne m’aimes plus, c’est ça ? Et tout ce que nous avons vécu durant ces 3 mois ????

— Je te l’ai déjà dit, non je ne t’aime plus, mais je n’ai pas envie de te virer pour autant. Écoute-moi bien attentivement. Eric et moi nous nous aimons follement et nous allons avoir ce bébé qui te fait tout autant rêver que nous. Nous ne voulons pas te faire souffrir, mais tu connais la suite de ta vie puisque tout est issu de tes recherches internet. Nous avons envie de te garder, mais nous avons décidé de t’offrir une nouvelle fois le choix. Ce choix de partir dignement vivre ta propre vie ou bien, nous te proposons de rester notre boniche à la maison, de nous obéir sans discuter dans une relation gynarchique totale, sans compromis, sans droit de refuser la vie que nous avons prévue pour toi et qui commencera dès demain avec l’installation définitive de mon chéri, ton Maître.

— Mais alors, pourquoi m’avoir fait croire que notre couple pouvait encore être une réalité ? Je ne comprends pas.

— Mais je ne t’ai rien promis. Tu as bêtement cru que j’allais te revenir. Pourtant, j’ai été très clair depuis le soir où tu as appris ton cocufiage. Je t’ai juste offert des moments de plaisir et tu viens te plaindre ?

— Non, ce n’est pas ce que j’ai voulu dire. Mais admettez que m’autoriser des moments de plaisir avec vous et dans une telle complicité entre nous a pu être tendancieux pour un retour d’une vie de couple entre nous. Mais je ne m’en plains pas, j’en suis parfaitement heureux.

— Oui en effet, je comprends ce que tu as vécu et tu t’es sans doute imaginé que j’allais te revenir. Mais il n’en est rien, je n’ai pas changé d’avis et prends ces moments comme un ultime cadeau de fin de couple entre nous vers ta vie de soumis. Une récompense pour ton obéissance.


Comme tu l’as si gentiment dit vendredi soir, tu es inutile pour moi sexuellement et je ne veux plus coucher avec toi. Désolée. Je t’ai accordé quelques plaisirs, mais ça sera sans suite et je ne veux plus te laisser d’autres plaisirs à l’avenir.

Eric et moi sommes d’accord de t’interdire le droit de me pénétrer définitivement, même en récompense de ton obéissance ou avec une capote. Et je te préviens qu’il est tout aussi acquis que tu ne me touches plus du tout et je peux ajouter que tu ne me verras plus jamais nue ou en tenue délicate. Il est également exclu que tu sois libéré de ta cage de chasteté. Pour tout te dire, c’est actuellement un sujet de discussion entre ton Maître et moi. Mais comme ça fait partie de tes fantasmes, nous étudions les risques de santé à une chasteté définitive avant de décider.


— Souhaitez-vous le divorce afin d’être libre avec votre amant ?

— Non, je te l’ai dit, je veux te garder comme boniche, comme valet servant à nos ordres, comme cocu et fier de l’être. Si tu acceptes de rester avec nous, tu ne seras plus libéré de ta cage de chasteté s’il n’y a pas de risques de santé. Te garder marié augmentera ton statut de parfait cocu. En revanche, si tu préfères refuser, j’accepterai de te signer les papiers du divorce sans discuter. Je te dois bien ça. Tu as la semaine pour choisir quelle place tu veux avoir. Ex-mari cocu loin d’ici ou mari cocu à notre service et sans divorce. Mais entre nous, c’est fini. Je vais devenir un fantasme pour toi.


A toi de choisir, prends ton temps. Vendredi soir à 20h, si tu n’as pas fait ton choix, alors, tu pourras te considérer comme le pire cocu de la terre et nous mettrons ta nouvelle vie en place sans rien oublier de tous tes fantasmes. Je te confirme, toutes tes recherches te seront accordées et tu les vivras toutes sans exception. Réfléchis bien." Le reste de la soirée, je peux librement faire le point sur moi sans être au service de ma Maîtresse. Malgré ça, je lui prépare son repas, trop conditionné pour passer outre. Plus je réfléchis et moins je me vois loin d’ici. Mais n’être plus qu’un valet ne m’enchante guère, car espérer des instants de plaisirs qui seront inexistants va m’être extrêmement pénible.

Diffuse en direct !
Regarder son live