Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 11 913 fois
  • 133 J'aime
  • 4 Commentaires

De bonne copine à épouse salope

Chapitre 3

Souvenir d'une plage naturiste

Erotique

Résumé : Caroline, la copine du troisième rang, celle qu’on oubliait aux sorties, celle que le garçon ne voulait pas montrer le lendemain mais qui est désormais devenue cygne poursuit ses aventures avec moi.


Je repose épuisé sur notre grand lit pendant qu’en fond sonore j’entends le bruit de la douche que s’octroie Caroline. Même en imaginant le ruissellement de l’eau sur son corps, même en m’imaginant à la place de la goutte d’eau qui parcourt ses courbes, je ne bande plus. La soirée, la nuit a été si torride que je suis incapable de faire un round supplémentaire. Caro se met à chantonner sous la douche et je la soupçonne désormais d’être une succube. Bercé par la mélodie de l‘eau, mes yeux se ferment lentement et je m’endors sombrant dans le passé.


C’était il y neuf ans, dans les Landes, un grand soleil, une longue marche pour éviter la foule et ce panneau «  attention partie naturiste » qui nous avait fait comprendre que si nous étions loin de la foule, cela avait aussi un certain prix. Prix que nous avions volontiers payé tant la sensation de liberté induite était géniale. Bien sûr, se mettre totalement nus devant tout le monde ( une petite dizaine de parasols et les gens qui vont avec ) n’avait pas été évident la première fois mais nous y étions arrivés assez facilement finalement, surtout quand nous avions compris que, à part le papy qui était parfois là pour se montrer et regarder, tout le monde s’en fichait. L’épisode crème solaire avait été plus dur dans tous les sens du terme et chaque homme ici se souviendra du trou hâtivement creusé dans le sable à un moment ou un autre de l’été. Il faut dire qu’enduire les jolies fesses de Caroline de crème solaire avait été très excitant. Il en faut peu à nous autres pour générer certains phénomènes physiques. Une fois calmé, j’avais pu me mettre sur le dos, savourer la légère brise sur mon corps nu et puis plus tard aller dans l’eau la rejoindre. Je me répète en disant que c‘était bon d’être libre, mais cette sensation, cette légèreté il faut essayer tout simplement.  

Nous nous étions d’ailleurs même dit que nous avions envie de plus, que si c’était possible nous irions dans un grand camping l’année suivante pour mieux en profiter. 


Au bout d’un moment j’étais assez détendu pour regarder autre chose que le paysage et j’avais pu observer mes voisins. Les gens auraient pu être mes voisins, mes collègues, de tous âges, de tous styles et cette diversité nous faisaient nous sentir bien. Peut-être que gavés de reportages à sensations nous avions malgré nous en tête d’autres images mais là, c’était si cool. Jouer dans l’eau nus, se lancer un frisbee dans la même absence de tenue, sourire aux jeux des autres, ne pas se prendre la tête après une année riche en émotions. Et puis regarder ses petites fesses blanches (soigneusement enduites d’écran total), voir ses seins ronds et pleins bouger au rythme de ses lancers, son petit buisson encadré de peau blanche attirant encore plus l’attention dessus. Oui c’était plaisant d’ailleurs nous avions tant appréciés que le bon kilomètre de marche pour accéder à cette partie du rivage avait été attaqué avec entrain plusieurs fois dans la semaine. 

Surtout cela avait été le déclencheur de moments torrides. Dame, la voir bouger nue une bonne partie de la journée sans pouvoir me jeter sur elle faisait que quand nous rentrions à notre location cela devenait rapidement très animé. Et puis, et puis il faut bien parler deMéline...


Ah Méline notre première expérience et surtout le révélateur définitif pour Caroline de son sex-appeal. Bien sûr, ma femme était plus sûre d’elle depuis que nous étions ensembles, bien sûr, elle avait gagnée en confiance en elle mais parfois elle s’étonnait encore de son effet sur moi. Avec cette rencontre, avec l’attirance qu’elle avait fait naître, et enfin last but not least, avec mon acceptation de toutes ses facettes, elle était vraiment devenue elle-même. Tout avait commencé la troisième fois où nous nous étions rendus sur cette même plage. Nous nous sentions à l’aise et profitions vraiment. Pendant que Caroline était plongée dans un magazine, je laissais mon regard errer vers le large où quelques voiliers flottaient paresseusement vu l’absence de vent. Et puis j’avais machinalement regardé notre voisine se lever et aller piquer une tête pour se rafraîchir, jouer un peu dans les vagues e trevenir. Elle était visiblement depuis plus longtemps que nous, une adepte du naturisme vu qu’elle n’avait aucune marque de bronzage et que sa peau était toute dorée par le soleil. Elle était très jolie et j’avais remarqué la coupe un peu inhabituelle ( du moins à l’époque) de sa petite toison, c’était juste un long trait fin de poils blonds qui, curieusement la faisait paraître plus nue. De notre âge à peu prés, de jolis seins en pomme, un corps fin et élancé. Et pourtant malgré sa beauté, j’avais soudain réalisé que je ne la regardais plus avec envie, mais juste par goût du beau. Un vague mouvement m’avait fait tourner la tête vers Caroline et j’avais alors su le pourquoi de mes idées.

Ceci dit quand elle nous avait abordés sur le prétexte d’un oubli de crème solaire je n’avais pas boudé le plaisir des yeux surtout quand elle avait demandé à Caro de lui oindre le dos. J’avoue que la vision de ma femme lui étaler la crème sur le dos m’avait presque conduit à devoir creuser un trou dans le sable ! Et je ne parle pas de la façon dont elle s’était elle même étalée la crème sur les seins, cela tenait plus du massage érotique que d’un geste utile de protection. Nous avions encore un peu discutés, puis joué au frisbee et je confesse qu’à un moment j’avais volontairement jeté l’engin dans l’eau pour m’y rafraîchir car voir ces deux naïades jouer nues devant moi était vraiment trop affolant pour mes sens de mâle lambda. 

Au retour, nous n’avions pas attendus d’être sortis de la douche pour nous donner du plaisir et je dois avouer que quand Caro m’avait demandé de lui jouir sur les seins et s’était caressée avec ma semence, je m’étais dit que je n’avais pas été le seul à être excité.

Notre discussion après l’amour, allongés l’un contre l’autre sur le lit que nous avions fini par rejoindre n’avait pas tardé à dériver sur nos jeux de plage. Depuis longtemps nous avions décidés de tout nous dire et nous avions chacun confessé l’excitation ressentie.

— Tu sais j’ai ressenti comme un courant électrique quand je lui ai mis la lotion,j’ai du me retenir pour ne pas caresser les fesses de façon euh

— Plus intime ?

— Oui c’est ça. Ça te choque que j’ai eu envie de faire cela à une femme ?

— Non, elle est sexy et a visiblement apprécié ta façon de faire.

— Et toi mon chéri ?

— Cela m’a excité tu le sais bien.

— Oui mais j’aime te l’entendre dire. Allez on se laisse aller c’est l’été.


Le lendemain, nous étions retournés à la plage et avions posés nos affaires prés des siennes puisqu’elle était déjà là. Il y avait très peu de monde et nous avions discutés plus longtemps et j’avais prétexté en pas vouloir abîmer mon livre pour les laisser se caresser, pardons aider pour la crème solaire. Heureusement que j’étais sur le ventre car voir Méline me sourire tout en massant presque les fesses et les cuisses de ma chérie me rendait plutôt dur… 

— Hmm délicieux tu fais cela bien

— C’est parce que c’est plus facile sur une jolie femme. N’est ce pas Alexis ,

— Je confirme.

Méline s’enduisit seule sa "face avant" des pieds au visage en insistant bien sur ses seins tout en nous regardant et en passant parfois sa langue sur ses lèvres, c’était devenue très érotique et Caro ne manque pas de faire pareil quand elle s’enduisit ensuite. Mais quand elle  commença ensuite  à mettre de la crème sur le dos de Méline cela devint torride. Et ses yeux brillants me faisaient encore plus durcir. Je compris qu’elle avait pris une certaine décision en flattant de plus en plus exagérément la jolie croupe de la jeune femme. Celle-ci c’était peut-être un peu retenue en raison de ma présence mais ma femme n’avait pas cette excuse et certains signaux comme l’écartement plus important des cuisses étaient là pour prouver qu’elle avait raison. Les doigts de Caro s’égaraient sur les fesses, le haut des cuisses et le léger soupir poussé par Méline faisait que pendant qu’elle traçait des petits cercles sur le dos avec une main, les doigts de l’autre venaient doucement caresser l’intimité de la jeune femme. Un léger frémissement de son corps fut ressenti comme une approbation et le mouvement de Caroline ; anodin pour un observateur un peu lointain était visiblement autrement ressenti par Méline. Le plus amusant voire même le plus excitant était que nous dialoguions sur les monuments à voir dans le coin, les sorties à faire…

Caroline stoppa quelques secondes, le temps de me faire sucer ses doigts gluants de la cyprine de Méline avant de les replonger en elle. Méline qui avait glissé ses mains sous elle pour surélever ses fesses afin de laisser plus de place aux doigts inquisiteurs de ma femme savourait ses actions. Le temps avait un peu viré au couvert et nous étions désormais presque seuls sur la plage. Les dialogues aussi avaient changé.. 

— Tu as vu comme elle lève ses fesses pour chercher mes doigts ?

— C’est qu’elle apprécie la façon dont tu la branle ma chérie,

— Oh oui, tu me fais mouiller un max j’adore

— Jolie vicieuse qui a dragué un couple

— J’avoue,j’avoue, vous êtes si sexy et mmm c’est l’été, cette mmm année j’ai décidée de me mmm

— Pourquoi ces mmm Méline , il y a un souci ?

— Mmm au contraire, ta femme a accéléré son rythme et me oooh putain , me branle super bien

— Je sais elle est très douée

— Et Méline très mouillée, j’ai trois doigts dans sa petite chatte

Caro profitait de notre tranquillité pour amplifier ses gestes sans parler de sa main gauche qui avait quitté le dos pour venir caresser les fesses de notre amie. Celle-ci approuvait visiblement ce traitement et se sphrases étaient de plus en plus entrecoupées de gémissements très excitants

— Mmmm elle te branle aussi bien Alexis ?

— Très bien oui, elle adore faire cela mais elle aime aussi me voir me branler devant elle.

— Devant ou mmm sur ?

— J’adore quand il se vide sur mes seins ou mon visage Lui répondit Caroline

— Oh bon sang comme vous m’excitez !!

— Et là ? 

— Oh putain, ta femme m’a dit un doigt dans le cul, oh c’est bon, oh

— On te l’avais jamais fait petite coquine ?

— Nooon, mais continue c’est bon, c’est si boooon

— Je sais elle est douée pour ça

— Elle, elle te le mmmm fais aussi

— Oui, quand elle veut me faire gicler

— Là je veux surtout te faire jouir petite coquine

Meline se raidissait de plus en plus et avait un air adorable. Caro avait le visage un peu rouge et je devais me concentrer pour assurer quand même un peu de surveillance extérieure, car nous n’étions pas dans les dunes de Maspalomas ou du Cap d’Agde. Mais pour une première expérience,c’était idéal. Caro avait les seins tendus, les tétons comme des petites framboises gorgées de sang durs et moi il me faudrait beaucoup d’eau froide pour me calmer. Sous nos regards gentiment pervers, Méline se crispait de plus en plus et prenait la route d’un bel orgasme. Voir ma femme masturber une autre femme devant moi, voir le plaisir que les deux en tiraient c’était formidable et j’avais du mal à ne pas intervenir mais cela rajoutait à la tension sexuelle. Nous étions tous focalisés sur son orgasme et le bruit un peu obscène de clapotis que faisaient les doigts de Caro dans la petite chatte trempée deMéline…. C’était un son porteur de promesses de plaisir mais quand même moins que le cri vaguement étouffé que poussa Méline en jouissant enfin devant nous.

Diffuse en direct !
Regarder son live