Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 20 228 fois
  • 162 J'aime
  • 4 Commentaires

De bonne copine à épouse salope

Chapitre 5

Isabelle vient dîner...

Erotique

Résumé : Caroline n’est pas devenue cygne en un jour et nous avons évolués ensembles. A l’issue d’une nuit bien animée, j’ai revécu de vieilles aventures avec en prime un petit jeu avec ma femme. Il est désormais temps d’aller de l’avant…


Et si vous voulez aller directement aux scènes Hot **************************



Caroline et moi avons décidés de passer à la vitesse supérieure. Chacun de notre côté, nous provoquons notre proie ; Paula la jolie métisse artiste pour moi et Isabelle la jolie blonde divorcée qu’elle a embauchée comme vendeuse pour elle. Chaque soir ou presque nous nous racontons nos progrès. Évidemment comme je ne vois pas Paula tous les jours, j’ai moins à raconter et je progresse surtout par à coups, mais en jouant le chaud et le froid, Paula ne sait plus trop quoi penser, et ose plus me faire du rentre-dedans. Quand je décris un soir à Caroline le décolleté de la tenue qu’arborait Paula, j’ai droit à une cravate de notaire de ma femme qui m’a dit et je cite «  mon pauvre poussin qui a du saliver toute une après-midi viens que je te détende ».

Et pour me détendre,elle m’a détendu ! Même si c’est pour me retendre un peu plus tard en me racontant la façon dont elle joue avec Isabelle. Isabelle qui s’accroche à ce boulot, veut prouver ce qu’elle sait faire pendant sa période d’essai et qui en même temps est jalouse de Caroline ; une Caroline dont elle se gaussait souvent au lycée ; une Caroline qui est avec un mec pas bien vu au lycée et qui pourtant a réussi et a aussi changé. Je me fais donc un malin plaisir de passer à la boutique après la fermeture et d’être peu discret quand on s’embrasse. Oh, aucune exhibition sexuelle mais juste la vision d’un couple érotique et amoureux. En plus, les discussions sur les époux et les jeux érotiques sont très fréquentes avec les clientes et parfois osées ce qui rend Isabelle toute chose, elle qui est visiblement en manque. Elle est aussi draguée plus ou moins indirectement par certaines et tout cela conjugué au climat sensuel de la boutique en rajoute encore...  

Après quelques semaines, Caroline la surprend un jour, les joues en feu , le front couvert d’un voile de sueur, après les essayages d’une nouvelle cliente particulièrement jolie et délurée ( et oui, ma femme a bien noté ses coordonnées et la servira elle-même si elle revient)

Il est donc temps d’inviter Isabelle chez nous, le prétexte officiel étant de fêter son embauche définitive.


Isabelle arrive donc toute pimpante et enjouée et, si elle n’a plus la silhouette de nos jeunes années, elle excelle dans le fantasme de la Milf. Un repas léger, vaguement épicé et riche en champagne et en anecdotes crée une excellente ambiance entre nous. Isabelle rendue volubile, nous livre aussi quelques confessions sur son passé sentimental en avouant qu’elle traverse un vrai désert. Il faut dire qu’entre ses idées et sa propension a être un véritable aimant à minable, j’ai une vague idée de comment elle en est arrivée là. Mais bast ! L’essentiel est d’en arriver à bien autre chose.

Confortablement installés sur notre canapé, collés l’un contre l’autre, la jupe courte de Caroline bien relevée sur ses cuisses laissant largement voir la dentelle de ses bas, un superbe décolleté, elle est comme toujours l’image de la sensualité. La jolie blonde dans son fauteuil profond ne peut empêcher ses yeux de dériver régulièrement sur les cuisses de Caro et la bosse de mon entrejambe.


La télévision est allumée et sous prétexte qu’elle voie mieux l’écran ; elle vient s’asseoir à côté de Caroline. On zappe un peu et puis nous faisons dans le classique avec l’épisode «accidentel» du film porno qui passe, qu’on arrive plus à changer et qu’on regarde un peu «pour se marrer«. Isabelle a besoin d’un petit prétexte pour se lâcher et nous lui en donnons un. Les commentaires fusent entre deux éclats de rire sur le manque de jeu artistique 

— Oh lui, il arrête pas de regarder la caméra

— Si on avait fait ça en cours de théâtre t’imagines !

— Il y va pas demain morte lui, un vrai bourrin

— Oui, aucune technique, ah c’est pas comme toi mon petit expert chéri.

Et puis, les remarques ont moins de portée comique, se font plus rares, les souffles un peu plus rauques. Il faut avouer que certaines productions réunissent classe, érotisme et pornographie envoûtante.

Ma main se fait plus lourde et invasive sur la cuisse de ma femme, on s’échange un ou deux baisers profonds en s’excusant un peu.

— Euh désolée de te choquer

— Mais non ça ne me choque pas ( pile la réponse qu’on espérait et qui conduit à plus de provoc) c’est juste que enfin bref

— Aie, je suis impardonnable, je suis désolée, Alexis tu arrêtes avec ta main, tu mets notre invitée mal à l’aise.

— Mais non, ça va, je comprends

 Là, Caroline se tourne vers elle, faisant comme si elle posait sans s’en rendre compte la main sur la cuisse de notre invitée et lui disant que si, elle va bien trouver elle aussi une âme sœur, qu’elle n’est pas nulle comme elle l’imagine.

Psychologiquement Caroline lui remet donc bien en lumière que elle a bien réussi, que nous sommes un couple en âme sœur et que oui Isabelle est bien nulle de n’avoir personne. Ma femme a bien potassée les techniques de manipulation mentale et avec tout cela Isabelle en a oubliée de s’offusquer de la paume chaude de Caroline sur sa cuisse. Caroline qui en rajoute en lui disant qu’elle est pourtant très jolie, sexy et qu’elle pourrait facilement séduire un homme

— Hein Alexis qu’elle est jolie

— Euh, hmm ( je fais bien le mari gêné devant sa femme non ?)

— Allez je te dirais rien.

La bien sûr j’ose répondre et j’en rajoute sur sa sensualité. 

— Tu vois bien que t’est attirante, et puis regarde tu troubles bien mon mari ..

Et de désigner avec un petit rire la belle bosse qui déforme mon pantalon. 

— Waouh euh pardon maintenant c’est moi qui...

— Mais non, t’en fais pas, et puis ça montre bien qu’il te trouve jolie et qu’il t’embrasserait volontiers, bon allez c’est une fête , embrassez vous je dirais rien.


**************************************


Et de pousser Isabelle vers moi, tout en gardant toujours une main sur ses cuisses. Isabelle qui ne sait plus trop où elle en est, Isabelle perdue dans l’instant érotique, Isabelle dont l’envie culmine en ce moment précis, Isabelle qui s’abandonne et m’offre sa bouche.

Je l’embrasse lentement, délicatement même, mes lèvres commencent pas effleurer les siennes, puis elles se joignent et de la pointe de ma langue et tout aussi doucement je lèche ses lèvres ; avant que nos langues n’entrent en contact. 

Isabelle a fermé ses yeux, mais moi je les garde bien ouverts et j’arrive à voir ma femme, s’appuyer sur notre amie, la pousser plus fort vers moi, l’enlacer par derrière. Je sens la tension monter en elle, je l’embrasse plus fort et elle commence à haleter tout en devenant plus rapide, plus sauvage presque. Ses mains se crispent autour de mon cou et je la sens tressaillir ; surtout quand tout en lui faisant de petits bisous dans la nuque, ma femme lui saisit les seins par derrière. Isabelle, garde les yeux fermés ce qui lui permet de faire comme si elle ne savait pas, comme si elle ne participait pas alors que ses mains m’attirent toujours plus vers elle et qu’elle ne peut ignorer que ce sont quatre mains qui la caressent.

En experte, Caroline lui a enlevé sa robe, dévoilant une jolie poitrine moulée dans un beau soutien gorge jaune paille un peu pigeonnant. Je me suis tourné un peu et insidieusement, je la fais basculer vers le côté, toute proche du visage de ma femme. J‘ai remonté mes mains et j’enserre le visage de notre délicieuse victime, je lui tourne encore un peu la tête, elle ne se rebelle pas, se laisse faire, les yeux toujours clos, elle a encore besoin de ce si fragile alibi pour participer sans se l’avouer. 

Car, évidemment elle sent bien que c’est une autre bouche, une autre langue qui joue avec la sienne.

Je me suis reculé et j’admire ses seins que je caresse un peu par dessus leur voile de dentelle tout en satisfaisant mes instincts de voyeur a observer ma femme rouler un long patin à Isabelle. Elle lui suce la langue comme elle adore le faire ce qui l’excite toujours énormément . Je dégrafe le soutien-gorge d’Isabelle et prends mes seins dans mes mains en jouant des pouces sur ses tétons durcis. Je suis d’abord doux puis j’y vais un peu plus fort et elle réagit en tendant ses seins pour encore plus de sensations. Visiblement elle aime un peu de rudesse ; conjugué à son manque de sexe, cela fait un cocktail explosif.

Je n’ai donc pas de mal a lui retirer sa robe et le joli tanga assorti à son haut. Sa petite toison taillée en triangle prouve que c’est une vraie blonde. J’admire un instant le spectacle de sa petite chatte dont les lèvres s’écartent déjà et glisse du canapé pour aller déguster ce tentant coquillage rose.

A peine ais-je posé mes lèvres sur les siennes, que tout son corps frissonne.Visiblement elle n’a jamais trop eu droit à ce genre d’attention. Elle a la bouche ouverte pour respirer un peu et, âme charitable, Caroline s’est reculée un peu pour la laisser happer de l’oxygène. Enfin pas si charitable que cela car elle fait courir sa langue dans son cou, laissant une longue traînée brillante et surtout elle ne cesse de lui raconter de jolies choses….

— Hmm comme j’adore te voir frissonner pendant que mon mec te lèche, il adore ça et sais s’y prendre non ?

— Mmm, il il fait cela bieeeen. 

— Tu coules dans sa bouche c’est super sexy,

J’ai passé mes mains sous ses fesses pour l‘attirer davantage vers moi et Caroline joue avec ses pointes de seins. Elle a bien vu qu’Isabelle adorait qu’on jouer fort avec et ne s’en prive pas. D’ailleurs je le lui confirme d’un clin d’oeil car la cyprine coule à flot tant Isabelle est excitée. Elle a ses mains crispées sur les coussins, déjà proche de prendre son pied. Son goût est délicieux, même si je préfère le goût de mangue de celui de ma femme. Ma femme qui continue ses petits commentaires

— Il a la bouche pleine de ton miel et ça m’excite beaucoup, tes tétons sont tout dures ma petite chérie j’adore et toi ?

— Mmm oui, oui c’est, c’est .. jamais on m’a...on m’a

— Oh mais nous on va. Oh , mm c’est vrai ton goût est délicieux

— Co.. comment ?

— Il m’a tendu son doigt plein de ta mouille de coquine, je suce ton miel dessus,

Caroline en rajoute dans le bruitage et minaude en lui disant cela et puis, descend ses doigts, me faisant m’écarter quelques secondes de la jolie chatte de la blonde, la branle profondément, générant des petits cris très excitants et me cède à nouveau la place.

— Voilà je parie que t’as jamais goûté hein ?

— Non, je j’ai pas... pas

— Ouvre la bouche et suce mes doigts allez. Voilààà ça c’est bon, passe ta langue, lèche , allez lèche bien

Isabelle a les yeux clos, le visage crispé pour les fermer, fragile rempart à sa morale mais en levant les yeux je vois la façon dont elle suce les doigts de Caro, l’avidité dont elle fait preuve et me dit que elle vient de s’embarquer pour une belle croisière de dévergondage.


Caroline replonge à nouveau ses doigts pour récolter le divin nectar d’Isabelle et lui susurre avec sa voix rauque de salope dont elle joue si bien à l’occasion.

— Maintenant tu vas lâcher prise et prendre ton pied. Tu sens ce que je te fais ?

— Hmm c’est fort

Caroline passe et repasse ses doigts humides de cyprine sur les joues et la bouche d’isabelle qui essaye même de happer les doigts au passage. J’adore et trouve surtout cela très prometteur pour le futur. Je passe et repasse ma langue le long de sa fente rose si trempée et, quand ma femme lui tire les pointes des seins, j’aspire avec force le clitoris tendu d’Isabelle qui jouit dans un grand cri.


Enfin, elle ouvre les yeux, vaincue et surtout soumise par le plaisir.

Diffuse en direct !
Regarder son live