Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 711 fois
  • 102 J'aime
  • 2 Commentaires

De bonne copine à épouse salope

Chapitre 7

Trio avec Isabelle

Avec plusieurs femmes

Résumé : Mon épouse Caroline n’est pas devenue ce qu’elle est en un jour et nous avons évolués ensembles. Entre passé et présent, nos jeux se poursuivent avec la suite de notre trio avec Isabelle sa jolie employée.



Nous sommes allongés tous trois dans notre lit, récupérant nos souffles. Caroline qui, comme toujours est férue de psychologie en profite pour interroge Isabelle sur son acceptation de nos jeux à trois.

— Comme vous le savez maintenant, je n’ai pas eu trop de chance en amour entre profiteurs, mecs à problèmes, artistes maudits que j’entretenais et à cause de qui je me suis retrouvée dans la dèche, ou encore gars qui trouvaient que j’étais trop timorée dans le sexe ou qui me disaient que j’étais nulle au lit voire frigide ; aussi, j’ai finalement réalisée que je devais changer pour aller de l’avant. J’ai fait une thérapie, j’ai décidée de me bouger, de profiter de la vie, de me laisser aller et de découvrir de nouvelles expériences, quand vous êtes arrivés cela tombait juste bien et j’ai enfin pu vraiment m’éclater, sortir de mon personnage du lycée et être vraie tout simplement. Alors oui avec vous j’ai vraiment envie de découvrir davantage. Ce qu’on vient de faire, ce baiser d’échange j’ai adorée.

— Hmm cela tombe bien et tant que tu est d’accord on peut s’amuser ensembles.

-Caroline dit vrai, dans le respect et le plaisir 

 Elle se redresse,se serre contre nous à tour de rôle et nous embrasse , un doux baiser presque chaste mais qui est très puissant dans sa signification.


Un petit silence suit, rompu dans les rires par les bruits d’un estomac qui gargouille. Ce n’est pas ultra glamour mais montre clairement qu’il est temps de faire une petite pause repas. Je prépare un petit en cas pendant qu’elles jouent dans la douche ( dommage pas de place pour trois ! ). 

Il fait chaud et tout le monde reste nu ce qui est un régal pour pour nos mirettes. Bonne humeur, petits délires font vite passer le temps et je me douche rapidement ensuite.

Quand je reviens dans la chambre, elles sont tête-bêche et je savoure ce spectacle. Caroline est dessous et arrête un instant d’embraser le minou d’Isa pour me demander de prendre notre invitée. Je ne mets que peu de temps ( vraiment peu de temps!) pour me positionner derrière elle. Cette fois c’est ma femme qui me saisit pour m’introduire dans la petite chatte blonde d’Isabelle. La symbolique du geste, l’excitation surtout c’est... Enfin, incroyablement bon. J’avance doucement, guidé par ma chérie et sens les chairs intimes s’écarter devant mon doux assaut. La jolie blonde feule et savourant l’intromission qui comme, elle est humide de leurs petits jeux et que j’y vais pas à pas ne lui procure que du plaisir.


Une fois en elle, je la laisse un peu s’habituer à mon sexe pendant que Caro joue avec son petit clito avec sa langue et sa bouche, à chaque fois j’ai vraiment l’impression de voir une vague d’électricité remonter le long de sa colonne vertébrale. D’ailleurs je sais ce qu’elle ressent car Caro laisser parfois aller sa langue sur mes bourses. Isabelle désormais libérée m’encourage rapidement à y aller plus fort, ses paroles sont crues et je m’exécute avec plaisir. 

Je ne vois pas vraiment ce que ma femme lui fait par dessous mais la connaissant et l’ayant surtout déjà vue à l’oeuvre, je sais que sa langue est diabolique, leurs corps se frottent et je sens les soubresauts annonciateurs du plaisir chez Isa. Comme j’ai joui il y n’y a pas si longtemps, je peux rester tendu bien plus longtemps et je savourel es sensations que sa chatte bien trempée me procure.

Je la pénètre de toute ma longueur et elle alterne entre petits cris de plaisirs et compliments sur le fait qu’elle n’a jamais ressenti cela. Mon ego prend dix mille points de bonus et je suis bien,mes mains sur ses hanches à bouger en accord avec elles. Isa n’en est plus à me dire quelque chose de clair, elle n’est plus que gémissements de plaisir et petits cris inarticulés. De ses hanches mes mains sont passées sur ses fesses, et je les caresse avec plaisir. La sentir s’offrir, la sentir s’exciter est une sensation formidable. Soudain, elle crie son plaisir et, presque instantanément son corps se couvre d’une fine pellicule de sueur. 

Caro la repousse un peu et la fait se rouler sur le côté, ce qui fait que ma queue quitte le doux fourreau dans lequel je me trouvais. Je ne dis rien quand je vois le petit sourire de ma chérie. J’ai une vague idée de ses projets et, au bout d’un instant j’en ai confirmation quand elle se remet en soixante-neuf avec notre amie qui, cette fois est dessous. Elle tourne légèrement la tête, me fixe et lance d’une voix suave :

— Léchez moi un peu tous les deux ensuite tu me prendras mon petit cul.

Isabelle émoustillée par cette demande, s’empresse de jouer langue versus clito pendant que je me penche un peu et vais lécher le mignon petit oeillet de ma chérie. Je sais que cela l’émoustille particulièrement. Isabelle me voit faire et entrant dans le jeu, place ses mains sur les fesses et les écarte me facilitant la tâche. Je l’embrasse pour la remercier et continue un instant, 

Il ne faut pas longtemps à Caro pour craquer et me réclamer d’une voix déjà un peu chavirée :

— Stop, j’en peux plus prends moi le cul maintenant !

Sous le regard halluciné d’Isabelle qui est aux premières loges, je pose le bout de mon gland sur le petit anus palpitant et je pousse doucement faisant rapidement céder le petit anneau qui a déjà souvent eu ma visite. D’une longue et délicieuse poussée j’entre dans son petit cul serré qui épouse si bien ma queue avant d’être entièrement avalé, mon bas-ventre collé à ses fesses.

J’entends comme un double écho le « Oh putain c’est bon » de ma femme et le « oh putain c’est beau » d’Isabelle qui n’avait jamais assistée à une telle scène. Je reste quelques secondes sans bouger et puis doucement j’attaque un lent mouvement d’avant en arrière, profitant à fond de son petit postérieur brûlant.

Caro comme à son habitude quand je la prends ainsi ne mets pas longtemps à me demander de la «bourrer», «d’y aller plus fort » ou encore de bien lui « remplir le cul» . Évidemment entre deux encouragements de ce type, elle lèche entrecuisse de notre amie qui elle lâche aussi des petits cris de plaisir.

En plus Isabelle désormais décidée à libérer ses envies ; n’hésite pas à passer des coups de langue sur mes bourses, à chaque fois que je m’enfonce dans ma chérie. Ainsi, même en me retenant car j’adore faire jouir ma femme, je sens monter en moi la houle et je dois confesser espérer que Caro va rapidement prendre son pied car je suis de plus en plus tendu, mes mouvements deviennent un peu désordonnés et toutes mes sensations se concentrent sur ma queue dans cet étau si chaud.  Caro n’arrive plus à jouer de sa langue et, à l’instar d’Isabelle un peu plus tôt,elle relève la tête pour gémir et oui, enfin crier son plaisir. A peine ais-je senti les vibrations de son orgasme que je pars en elle, le ventre crispé contre elle, jouissant par à coups, libérant mon plaisir dans ses fesses, les mains crispées sur ses hanches, incapable de les bouger, ivre de plaisir, de sensations terribles.

Il faut que les deux femmes se bougent un peu pour que nous nous séparions doucement et je me retrouve sur le dos, à la recherche de mon souffle, tout comme Caroline a côté de moi. C’est là qu’Isabelle qui nous regarde les yeux brillants nous dit d’une petite voix

— Vu l’effet que ça lui a fait, tu veux bien me sodomiser ?

Diffuse en direct !
Regarder son live