Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 756 fois
  • 145 J'aime
  • 3 Commentaires

De bonne copine à épouse salope

Chapitre 8

Au tour de Paula...

Avec plusieurs femmes

Résumé : Caroline mon épouse n’est pas devenue du jour au lendemain ce qu’elle est désormais. C’est ensembles que nous avons évolués. Entre passé et présent ce sont nos histoires que nous racontons et cet épisode concerne Paula la jolie métisse…



Après le «rapprochement» avec Isabelle l’employée de Caroline qui est désormais bien engagée sur les chemins du plaisir, c’est à mon tour d’avancer avec Paula. Paula qui fait désormais partie des artistes que j’expose dans une de mes galeries et qui m’a plusieurs fois laissée entendre très clairement qu’elle regrettait de m’avoir repoussé au lycée. Toujours en accord avec ma petite femme chérie, je poursuis mon approche. Bon vu comme elle est enthousiaste avec moi (et pas parce que je suis son exposant) ce n’est pas très difficile. Non le plus difficile est de la sonder discrètement pour connaître un peu ses préférences sexuelles et je suis bientôt en mesure de signaler à ma femme que Paula ne semble pas adepte de certains plaisirs. Ceci dit comme c’est bientôt mon anniversaire, Caro a bien envie de me faire un cadeau, à condition au moins qu’elle puisse assister au «déballage»disons !

Malheureusement,cela ne marcheras pas comme avec Isabelle et nous mettons en place une autre stratégie plus perverse, insidieuse, rusée ? Oui quelque chose dans ce goût là disons.


Quelques jours plus tard, la tension sensuelle enfin disons le plus clairement, sexuelle entre la métisse si sexy et moi atteint des sommets. Nous nous voyons tous les jours pour parler peinture et expo et ce ne sont que regards et petits frottements. Bien sûr d’aucuns pourraient trouver un peu bas ce que je fais mais je n’ai pas laissé entrevoir relation longue et divorce, non j’ai insisté sur plaisir partagé dans mes petits discours préparatoires. Comme elle a clairement laissée entendre adorer le sexe et ses petits jeux il n’y a pas de faux espoirs, juste l’espoir, l’envie du plaisir. 

Ainsi un après-midi je ferme la boutique et on se retrouve chez moi, ce n’est pas loin et bien plus pratique qu’une arrière-boutique ou son logis en banlieue.

Une fois installés au salon, nous ne sommes pas longs à nous embrasser d’abord doucement puis bien plus fort. Sa langue est sauvage et ses mains virevoltent sur moi. Je me fais la réflexion que Paula a du tempérament et que je dois assurer mais ce n’est pas pour me déplaire !

Elle est superbe dans un petite robe a fleurs et un chemisier large qui cadre bien avec son métier d’artiste. Nous nous déshabillons doucement et elle dévoile un corps sculptural et fin superbement mis en valeur par un ensemble de lingerie vert pomme, je connais la marque, vu que ma femme l’utilise souvent et la vend, et la félicite dix fois plutôt qu’une pour son bon goût et sa plastique. Une fois nus tous les deux on se contemple avec deux trois rires en se remémorant nos séances de piscine avec le lycée. En réponse à mes compliments, elle me les renvoie avec intérêts. Sa peau est dorée comme un miel de sapin, ses seins sont somptueux et d’une rondeur parfaite avec des bouts tendus qui trahissent son émoi. Émoi que trahit d’ailleurs tout autant mon sexe tendu.

— Et bien la nature t’as gâté c’est euh impressionnant

— Je te renvoie le compliment, tu est superbe.

Je n’ai aucun mal à lui dire cela, tant elle mérite ce qualificatif, on se repaît un instant les yeux avant de s’embrasser à nouveau. Mes mains se dirigent tout naturellement vers ses seins et de son coté, elle ne reste pas inactive et flatte ma queue tendue. Le doux cuir du canapé accueille nos étreintes et quand je commence à mordiller ses tétons durcis, il ne faut pas longtemps pour que nous basculions et nous retrouvions dans une espèce de soixante-neuf. Cette sympathique position me permet de commencer à goûter sa petite chatte si attirante et ses lèvres couleur caramel une fois écartées par ma langue, je peux déguster le coquillage rose si excitant. Elle m’embouche avec une certaine voracité et un certain talent pour me prendre assez profondément en bouche. Ses lèvres serrent mon gland et elle m’aspire d’une façon qui me rend vraiment excité. La tension monte de plus en plus et, si elle me sent bien dur dans sa bouche de velours, je sens sa cyprine couler sur ma langue.

— Mais il se passe quoi ici, non mais c’est pas vrai !

C’est le moment que choisit Caroline pour arriver ( je dois confesser que j’avais un peu oublié ce qui allait se passer , pris par l’action disons) On se redresse un peu mais ma femme qui s’approche ne laisse pas à Paula le temps de réfléchir plus avant et la repousse dans mes bras.

— Ah on a voulu se taper mon mec, ah tu pensais t’en tirer sans soucis, mais ça va pas se passer ainsi et toi Alexis ne commence pas, tu n’as rien à dire !

— Mais… Commence néanmoins Paula.

— Quoi mais ?Tu le voulais tu l’as maintenant, ah je parie que tu va dire qu’il ne te satisfaisait pas en plus ?

— Euh si si.

— Et tu hésites en plus, mais je vais te montrer que mon mec c’est un super coup. Non, Alexis pas de discussion je t’ai dit ; fais la jouir cette petite coquine, elle ne mérite que cela.

Paule est tellement sous le choc que son cerveau n’est plus en état de faire le lien entre surprise par l’épouse et l’épouse qui oblige son mari à la faire jouir. Je reprends mon action et le petit cri de plaisir que pousse Paula est clair, 

— Et toi tu attends quoi, bouffe la queue qui va te défoncer : Allez !

Entendre ma femme nous encourager moi à bien lécher, Paula à bien m’enfoncer dans sa bouche est vraiment mais alors vraiment très excitant. 

— Bon sang avale plus loin, un effort, voilààà . Et toi mon chéri elle coule bien ?

Un murmure d’approbation est ma seule réponse. 

— Bon stop ;s’agirait pas non d’oublier votre méfait (les mots qu’utilise ma chérie, me feront toujours rire et je me demande parfois où elle les cherche ) allez fous toi à quatre pattes

Paula ne discute pas, totalement en recherches de sensations et se met accroupie devant moi. Sa croupe est superbe, et je souris à ma femme qui me fait un clin d’oeil avant de me prendre en main et de me faire pénétrer la petite chatte inondée de Paula. Elle a toujours adorée accomplir ce geste franchement pervers et je connais l’état de sa petite culotte en ce moment. Moment qui va crescendo quand je m’enfonce d’un coup dans le vagin brûlant de la métisse. On pousse tous les deux un soupir de contentement à l’unisson quand je suis en elle.Son sexe me serre bien et après quelques secondes dans cette moiteur, j’obéis aux délicieux ordres de Caro qui m’enjoint de«  défoncer » notre amie. 

Caro qui s’est placée face à face avec Paula et lui demande d’une voix rauque si c’est bon, si elle sent ce que c’est un vrai mec. L’interpellée ne peut que vaguement répondre que c’est bon, que oui elle adore,que mmmmmm ouiii

Caro s’approche tout doucement pour l’embrasser mais Paula tourne un peu la tête en faisant non, non, ma chérie n’insiste pas et se recule juste pour se caresser en nous regardant. J’ignore totalement comment elle s’est retrouvée nue d’un coup et aussi vite mais le fait est là. 

— Allez mon chéri, faut la punir vas-y !

Je la punis d’une façon incompréhensible à tout amateur en accélérant un peu mon rythme, m’enfonçant profondément dans les chairs brûlantes. Les bruits générés sont un peu bizarres mais très excitants tout comme les encouragements toujours plus crus de Caroline.

— Oh putain comme ça m’excite de te voir la baiser cette jolie coquine, comme elle prend son pied, comme elle est bien punie cette petite salope !

Je ne peux empoigner ses seins car elle trop penchée sur le canapé alors je pelote ses superbes fesses bombées. 

— Voilà mon chéri,vas-y elle adore

On entend un« Ouiiii c’est booon » parfaitement clair et si cela ne suffisait pas un «pelote moi bien le cuuul » du plus bel effet.

— Elle a raison cette cochonne punis là, mets lui un doigt allez, hein que tu veux être punie ?

— Ouiiii j’aime çaaa

Quand je recule, j’humidifie mes doigts avec son miel avant de reprendre mon rythme lancinant et puissant et puis, après avoir caressé le pourtour de son anus avec mes doigts, j’y plonge un majeur intrusif. Vu comme il est facilement avalé, il est vite rejoint par mon index pour le plus grand plaisir de Paula qui tremble de tout son corps

— Voilà punis la, montre lui comment mon mec est bon au pieu, bourre-la allez, putain je me branle en vous matant ; oh c’est bon bordel ! 

Les gémissements de Paula se font de plus en plus forts surtout que je sens qu’elle a réussi à passer je ne sais comment une main sous elle et se titille le clito. 

— Elle se branle chérie, elle se branle

— Oh mais c’est vraiment une cochonne, elle n’en a pas assez, tu sais quoi, après je vais chercher mon gode et lui et lui ( ah ma chérie aussi commence à bafouiller…) bourrer son petit cul

— Oh oui ; oh oui

-Je n’entends pas bien, tu voudras quoi ?

— Une, une double,que tu , que tu me gode aussi putain !

Si Paula n’a pas voulu embrasser ma chérie, elle a néanmoins bien envie qu’elle la prenne et cela promet pour la suite !

Un genou sur le canapé, un pied au sol, je donne de grands coups de reins dans la chatte si accueillante de notre amie à la peau caramel sombre si sexy. Je la pistonne doublement avec ma queue qui me fait l’effet d’une barre de métal chauffé à blanc et mes doigts qui s’enfoncent bien dans son petit cul. Petit cul si tentant que je sais que j’y goûterais plus tard mais là je suis tellement pris dans l’action que je ne peux changer d’orifice, c’est trop bon dans cette chaleur moite.

Caroline assise cuisses écartées devant Paula se branle à toute vitesse avec une main en tirant sur un téton avec l’autre, elle est si belle et chaque fois je rends grâce au ciel de l’avoir trouvée et épousée.


Je commence moi aussi à pousser des gémissements qui renseignent sur mon état d’excitation et quel plus bel écho que les cris des deux jeunes femmes. 

Je braille que je suis au bord, Caroline aussi et ce qui nous fait partir tous les trois dans un orgasme démentiel c’est quand soudain, Paula entre deux cris de plaisir lâche une dernière phrase intelligible en disant «  putain, c’est trop tentant ! », allonge la tête et va embrasser la chatte de ma femme…

Diffuse en direct !
Regarder son live