Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 203 fois
  • 42 J'aime
  • 0 Commentaire

Boucle d'Or

Chapitre 3

Trash

Le lendemain, je fais venir Patrick dans mon bureau.


— Elle ne s’est aperçue de rien?

— Non, monsieur. Je l’ai libérée après votre départ. Elle s’est serrée contre moi en pleurant. J’ai cru qu’elle avait mal supporté son dépucelage mais non, elle m’a dit en hoquetant que j’avais raison, que c’était très fort et qu’elle avait joui plusieurs fois. Elle m’a supplié de recommencer, de la baiser encore. Je lui ai dit que j’étais fatigué et que je devais me reposer. Elle était si excitée qu’elle écartait les cuisses et se fourrait les doigts dans la chatte pour me provoquer. Je lui ai promis de la faire revenir très bientôt, mais que pour ce soir, j’étais à plat. Finalement, elle s’est lavée et je l’ai ramenée chez elle.

— Elle a des aptitudes cette petite. Bien, tu me la prépares pour jeudi après-midi. Je vais vous trouver un truc à faire à l’extérieur qui va vous prendre toutes les fins d’après-midi. Débrouille-toi pour qu’elle reste discrète. Elle ne doit rien dire à personne. Dis-lui que tu risques la prison, parce qu’elle est sous ta responsabilité.


— Je lui ai déjà dit que si elle racontait notre histoire à quelqu’un, je ne pourrais plus la revoir. Elle a trop envie de recommencer. Elle tiendra sa langue.


Le jeudi, j’ai enculé boucle d’or après lui avoir défoncé la chatte.


Ce n’était plus la pucelle sans expérience que j’avais déflorée deux jours avant. Elle ouvrait les cuisses comme une petite pute et sa chatte dégoulinait de mouille. Ma queue s’est enfoncée comme dans du beurre dans son trou avide. La sensation était différente mais toujours délicieuse. Je l’ai défoncée sans manière et elle a rapidement joui. Elle était mure pour la deuxième étape. J’avais demandé à Patrick de l’attacher de façon à ce que je puisse la retourner. Elle s’est laissée faire docilement. J’ai appliqué de la vaseline sur son petit œillet. Je ne sais pas si elle comprenait ce qui l’attendait mais à la façon dont elle tendait son petit cul, elle semblait apprécier la caresse. Puis, très doucement, j’ai enfoncé mon gland dans son anus. Elle a tenté de m’échapper mais elle n’avait aucune chance de réussir. Elle a crié de douleur malgré le lubrifiant. Son sphincter tentait vainement de se refermer et se crispait autour de ma bitte. Après quelques va et vient, elle s’est détendue. J’ai vite eu l’impression qu’elle commençait à apprécier. Impression confirmée lorsqu’elle a commencé à jouir. Ses intestins se serraient comme pour me rejeter à chaque fois que je m’enfonçais dedans. Au final, cela lui plaisait tellement qu’elle grognait et se cambrait comme une chienne. Je ne pouvais plus me retenir tellement le mouvement de ses reins m’excitait. Je lui ai tout lâché dans les intestins.


Patrick s’est soulagé une fois de plus dans la bouche d’une Boucle d’Or avide pendant que je m’habillais. J’ai recommencé à bander en constatant avec quel plaisir elle le suçait. La petite chérie apprend vite.


La fois suivante, je me la suis fait servir sur le canapé du salon. Ses poignets et ses chevilles attachés de telle façon que son ventre repose sur l’accoudoir et que son cul tendu s’offre à moi comme un met de choix. Patrick a bien suivi mes instructions. La petite moule rose coulait d’impatience et l’ombre de sa rondelle luisait de vaseline. Je l’ai enfilée un trou après l’autre en savourant chaque pénétration, ne me retirant qu’après qu’elle ait joui. Pour finir, j’ai fourré ma queue dans sa bouche pour la première fois. Tout de suite et sans hésitation, elle a commencé à me sucer. Quelles sublimes sensations, ses lèvres carmin de petite fille aspirant mon gros membres veineux pendant que sa langue, souple et chaude, glissait sur la verge et le gland. Sa gourmandise et son savoir-faire m’excitaient au plus haut point. Elle m’a bien vidé les burnes la petite salope et a tout avalé comme une grande, un vrai délice.


Dès la fin de la première semaine, Boucle d’Or était déjà une petite salope qui jouissait par les deux trous. Elle se rendait chez Patrick vers le milieu de l’après-midi où nous l’attendions, lui avec des baisers et moi dans ma cachette. Cela demandait évidemment un peu d’organisation pour ne pas révéler le pot aux roses aux quelques employés qui n’étaient pas partis en vacances.


Après la deuxième semaine, la petite fille à son papa était devenue une bonne pute bien chaude qui aimait la baise. Cela se voyait à la façon qu’elle avait de cambrer les reins et de tortiller du cul. J’aimais le son particulier de ses râles de jouissance. Parfois, elle poussait de petits cris aigus comme un petit animal.


La dernière semaine, je la baisais et l’enculais à fond, sans effort tellement son anus s’était assouplis à l’usage.


J’étais tellement content de ces trois semaines passées à baiser cette petite merveille que le dernier jour, après que m’être vidé les couilles, j’en ai fait cadeau à Patrick. Aussitôt, il s’est précipité sur la petite, la bite dressée, et l’a enfilée d’un coup. J’avais laissé la belle à quatre pattes. C’était drôle et excitant de le voir s’accoupler comme un chien avec cette mignonne. La petite n’a pas eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait qu’il avait déjà fini. Je suppose que les restrictions d’emploi que je lui avais imposé ont trop fait monter la pression. Ce grand con a dû se rattraper après mon départ car la petite avait les yeux cernés le lendemain matin.


C’était son dernier jour. Boucle d’Or m’a gentiment remercié de l’enveloppe que je lui ai donnée. Je ne pouvais pas lui dire à quel point elle l’avait gagnée. Juste le banal mais sincère: « Cela m’a fait plaisir de vous connaître ». Son père m’a lui aussi fait par de sa reconnaissance pour le service rendu.


— Ce stage lui a fait du bien. Elle est plus calme à la maison. Encore merci à vous.

— Ce fut un plaisir, mon cher. C’est normal de rendre service à ses amis. Au revoir, passez de bonnes vacances.


Dès que j’ai su que la petite était en cloque, j’ai viré ce con de Patrick en lui conseillant de partir très loin, de mettre au moins un océan entre lui et le père de la petite s’il voulait rester en vie. Je n’ai plus jamais entendu parler de lui. L’avortement s’est fait discrètement dans une clinique suisse et l’affaire a été étouffée.


Quelques années plus tard, j’ai été invité au mariage de Boucle d’Or. Elle était devenue une belle jeune femme. Elle m’a saluée sans vraiment se rappeler qui j’étais. Je ne lui en veux pas, c’est mieux comme ça. Elle ne saura jamais que c’est moi qui l’a dépucelée et fait d’elle ce qu’elle est devenue d’après les rumeurs: Une salope insatiable.

Diffuse en direct !
Regarder son live