Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 15 715 fois
  • 52 J'aime
  • 0 Commentaire

la bourgeoise

Chapitre 1

Orgie / Partouze

Native des beaux quartiers, mariée également dans autre beau quartier, je suis ce qu’on baptise une bourgeoise aisée. Mes problèmes ne sont que la coiffure, le salon de beauté, les magasins de fringues. Le reste passe bien au-dessus de moi. Sauf une petite chose : le sexe. J’avais 16 ans, quand depuis notre villa vers Agde, la veille de partir mon cousin, un jour m’emmène dans le centre naturiste. J’aurais pu refuser d’aller là bas, mais j’étais curieuse de voir des corps nus.

Nous avons dû nous déshabiller pour entrer. Je regardais la plastique de Michel mon cousin. Il était mon premier homme nu. Je regardais surtout sa queue. Il ne bandait pas, en tout cas pas encore. Lui aussi regardait ma zigounette. J’étais encore nature, avec mes poils garantis d’origine.

— Tu as une grosse queue, non ?

— C’est-ce que disent certaines femmes qui sont contentes de la prendre dans le con.

— Tu as eu beaucoup de femmes ?

Il compte sans doute pour faire le malin. Je sais de source sûre qu’il s’est payé sa bonne. Et encore, il y a peu.

— Je ne peux pas le dire et toi, tu es vierge ?

— Non. C’est un copain de l’institution qui me la mise dans ma chambre la première fois. Je n’ai pas aimé. Il a voulu m’enculer, comme si j’étais une putain.

Nous allons nous installer pas loin d’un jeune couple qui semble très amoureux. Elle est sur le dos, les jambes ouvertes, lui est sur le ventre presque contre elle. Je vois qu’il a sa main sur la chatte de la fille que malgré la distance nous entendons bien gémir.

— Ils vont sans doute baiser, me dit Michel.

— J’espère voir ça.

— Regarde ma queue, je commence à bander.

C’est vrai, je regarde sa bite qui prend de l’ampleur. Elle monte sur son ventre. Je n’attends pas plus pour le branler (ça je sais faire depuis longtemps) J’ai en main son bâton qui grossit encore. Ma main l’entoure pour descendre la peau. Je laisse le prépuce bien en bas, je caresse les couilles aussi. Il me demande de continuer à le masturber. Je le fais, sans qu’il me le demande je commence à mouiller. J’aimerais bien qu’il me fasse comme les amoureux d’à côté. Après dix minutes de va-et-vient je le fais jouir. Son sperme gicle bien sur son torse, un peu sur le mien.

— Pourquoi te ne m’as pas branlée ?

— Tu aimes la masturbation ?

— Tu crois que je ne me branle jamais ?

— Excuses moi.

Il comprend qu’il a fait une faute de goût. Il se tourne, sa bite molle pour masser deux doigts dans la chatte. Son doigtage est agréable, il me donne des frissons, surtout que je vois que d’autres personnes me voient. Je dois être exhibitionniste.

Le soir il aurait voulu continuer, me baiser même. Je refusais par principe.

Deux jours après notre retour au monde civilisé, je retrouvais certaines de mes copines de l’institution. Nous nous racontons nos histoires de filles aussi croustillantes les unes que les autres. ? Je suis la seule à ne pas avoir fait l’amour, même si je me suis faite branler ? Ca ne compte pas…….

La fin des études arrive. Je me demande pourquoi continuer en fac. A mon avis à rien. J’allais arrêter quand je rencontre Paul, un grand gaillard bien costaud, joli comme un cœur qui me retourne chaque fois que je le vois. J’arrive de justesse à m’inscrire (grâce à nos relations) et me voilà partie par désir de sexe vers des études longues qui finalement me servent encore, puisque je suis un médecin cotée, c’est normal avec les honoraires que je prends, tout le monde, heureusement ne peut pas se payer une visite à mon cabinet où j’ai une secrétaire.

Retour en arrière, Paul un jour, peut être deux mois après la rentrée me pose une petite question sans importance :

— Veux-tu de moi comme amant.

— Bien sûr idiot. Pourquoi me poser cette question.

— J’ai envie de toi. Tu me veux ?

— Oui, mais pas dans le cul.

Pour une « jeune fille de bonne famille » ce n’est pas une réponse normale ; C’est vrai j’aimerais bien qu’il me baise, me fasse jouir, longtemps.

Ca s’est passé dans ma chambre au 2° étage de l’immeuble où nous habitons. Il m’a embrassée longuement. Nos langues jouaient ensemble. Ses mains parcouraient mon corps. Je le tenais par le cou. Il me tenait la taille. Je m’approchais de lui le plus possible. Je le sentais bander. C’est agréable pour une fille de sentir l’effet qu’on fait sur ce petit bout d’un corps d’homme.

Il m’a faite coucher sur le lit, les jambes pendantes. J’attendais cet instant depuis longtemps. Je me branlais souvent en pensant à une bouche sur moi. Quel bonheur de sentir sa langue lécher toute ma fente et même un peu plus. Il a d’abord entré sa langue dans le vagin. Je ne sais pas ce qu’il y a fait. Il est resté longtemps pour que je jouisse. Bien sûr il a réussi, j’en voulais encore, alors il a changé d’emplacement en venant juste sur mon anus. Cet endroit où je ne voulais que personne n’entre. J’ai senti sa langue forcer pour entrer un peu. J’ai laissé mon cul s’ouvrir. La vache de langue, elle m’a faite jouir encore une fois, presque aussi bon que par devant.

Je le voulais dans mon ventre. Je savais qu’il allait me donner le grand frisson. Il se doutait bien que je n’étais plus vierge, il est entré comme dans un moulin. Directement au fond. Je n’ai pas pu tenir, j’ai joui, l’entrainant aussi dans le même orgasme.

Première baise avec Paul, premier orgasme commun. Régulièrement nous baisions toujours avec bonheur. Un jour, nous déjeunions dans un restaurant je trouvais dans la serviette une bague.

— Veux-tu m’épouser ?

— Bien sûr.

Nous en avons parlé à sa famille et la mienne. Ce n’était pas déchoir que de nous marier ensemble.

Paul continuait ses études pour devenir maintenant un chirurgien réputé. Nous nous sommes installés dans un appartement bien situé dans le triangle d’or, là où j’exerce. Nos relations sexuelles sont toujours aussi chaudes puisque nous faisons tout ce qui est possible à un couple de pratiquer : ce n’est pas toujours très catholique, mais nous aimons faire des choses interdites, comme changer de partenaire, avec un plus la liberté pour l’autre de faire l’amour avec qui il veut à condition de le dire à l’autre.

Ma secrétaire au cabinet n’est pas très utile. Elle permet de satisfaire un de mes bas instincts : baiser avec une autre femme. Paul en profite souvent pour la baiser soit avec moi, soit devant moi pendant que je me branle ou suce la fille.

Avec Marie, c’est simple, elle a toujours envie de jouir. Je l’ai surprise je ne sais combien de fois pendant qu’elle se mettait un gode dans la chatte, jusqu’au jour où je lui ai demandé de venir me sucer la chatte. Je me mettais sur un des fauteuils du cabinet les jambes bien ouvertes. Sa tête est vite venue, comme si elle attendait cet instant depuis longtemps. Je lui rendais la pareille.

Un jour Paul est venu, sa journée pour une fois finie tôt. Il nous a surprises quand je me faisais sucer. Sans rien dire il a enlevé son pantalon, son caleçon sa bite bien droite s’est plantée dans le cul de Marie. Elle l’accepté aussitôt pour jouir rapidement en disant simplement « merci, monsieur ». Le monsieur était très satisfait, il lui demandait de lui nettoyer la queue avec la langue, chose qu’elle a faite comme une dévergondée qu’elle était et est toujours.

Une fois par mois, j’organise des réceptions particulières où je n’invite que nos proches, amis, quelques vague parents, et Marie. Nous ne sommes qu’une bonne vingtaine. La tenue de soirée est de rigueur : la nudité. Marie est très demandée par les dames. Moi, je suis mixte : que ce soit un homme ou une femme, je m’en fiche un peu, sauf si j’ai besoin de sperme dans la bouche. Paul est un peu comme moi, sauf que parfois il va très loin avec des copains, allant jusqu’à enculer un ami ou rarement, mais je l’ai vu, se faire sodomiser, en se faisant sucer par la femme de celui qui la lui mettait.

J’ai le souvenir d’un couple dont la femme avait un amant, présent lui aussi. Le trio après une rapide baise où madame a pris dans les deux orifices entrejambe, me demande de participer. Je ne savais pas trop quoi faire. La fille m’a faite allonger sur le tapis, est venue sur moi en 69. J’aime bien sucer et être sucée par une autre. J’en avais pour ma participation, elle léchait comme une déesse. Les deux hommes qui normalement se partagent celle qui m’aimait se sont mis sur nous. Ils nous ont tournées sur le côté. Chacun est venu mettre sa queue dans un cul. Je recevais celle de l’amant. Il baisait lentement, profondément. Je sentais son pubis contre mes fesses. Ajoutons à cela l’appendice lingual de la femme, vous comprendrez pourquoi j’ai joui longuement.

Je pense que vous comprenez comment vit une famille unie dans mon milieu.

Diffuse en direct !
Regarder son live