Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 35 071 fois
  • 207 J'aime
  • 8 Commentaires

La bourgeoise et ses amants.

Chapitre 1

Mon amant naturiste...

Erotique

Je m’appelle Hélène, j’ai 56 ans, parisienne BCBG, physique agréable et mariée à François qui a une excellente situation au ministère de la culture. Nous habitons dans le 16e arrondissement de Paris, nos deux enfants ont fini leurs études et sont maintenant casés. Depuis que je publie mes histoires érotiques sur ce site, avec mon marabout ou avec mon neveu, j’ai reçu de nombreux messages d’encouragement à poursuivre et j’ai des échanges réguliers avec quelques lecteurs assidus. Ils semblent apprécier mes aventures mais j’ai aussi relevé qu’un grand nombre d’entre eux rêvaient de prendre part à mes ébats érotiques et mes joutes sexuelles. J’ai donc décidé de consacrer un peu de temps à l’écriture d’une nouvelle série dédiée à mes amants..... imaginaires. Il suffit de me décrire en quelques mots votre fantasme et, quelques jours plus tard, vous voilà acteur avec moi d’une belle histoire.....


Pour ce premier chapitre, François et moi sommes en Vendée aux Sables d’Olonne pour un week-end prolongé. Il faut dire qu’en ce début juillet, il fait beau et nos vacances estivales ne sont prévues que pour le mois d’août. Un voyage direct en TGV, départ le vendredi en fin d’après-midi et retour le lundi matin, permet de largement profiter de la mer et du soleil. Le samedi après-midi, après avoir déjeuner sur le remblais face à la mer, François décide que nous allons bronzer sur la plage naturiste de La Terrière à une petite dizaine de kilomètres de là.


Une fois garée sur le parking en bordure de plage, nous devons marcher sept ou huit cents mètre afin d’atteindre la zone réservée. François se charge de porter nos affaires tandis que je prends à la main mon sac de plage avec crème solaire, boisson fraîche et deux serviettes de bain. Par facilité, nous longeons le bord de l’eau et évitons ainsi de nous enfoncer dans le sable sec. Il fait chaud, heureusement je porte un short et un léger débardeur. C’est par hasard que je remarque qu’un homme marche quelques pas derrière nous en me matant ostensiblement. J’en fais discrètement la remarque à François qui me répond

— Ne t’inquiète pas, je suis là et je veille sur toi.

Connaissant parfaitement mon mari, je comprends très bien que cela ne le gêne nullement que l’on nous en matant et convoitant sa femme.


Nous atteignons enfin la zone réservée aux adeptes de naturisme. Il n’y a pas trop de monde et nous avons largement de la place pour nous installer. Faisant semblant de rien, l’inconnu s’installe à trois mètres de nous, légèrement vers l’arrière en direction des dunes. François retire son maillot de bain et se passe de l’huile solaire. J’enlève mon débardeur, le souffle du vent marin sur la pointe de mes seins nus me fait le plus grand bien. Je fais glisser mon short le long de mes jambes et le range dans mon sac. Je fais de même avec mon petit string rose, mais plus lentement pour que mon voyeur inconnu puisse profiter de la vue qu’il a sur mes fesses. Je me passe de la crème solaire sur les seins, François m’en applique sur le dos, puis nous nous dirigeons vers le bord de mer. L’eau est bonne, peut-être pas suffisamment chaude, mais j’arrive à entrer entièrement dans l’océan et j’effectue quelques mouvements de nage pour me réchauffer un peu. François fait de même et nous passons ainsi un bon quart d’heure à nager avant de rejoindre nos serviettes de bain. Lorsque nous y parvenons, je constate que la place de l’inconnu est vide.


Je m’allonge complètement pour me sécher au soleil tandis que François se plonge dans la lecture d’un roman policier. Au bout de quelques minutes, voilà l’inconnu qui passe près de nous et je remarque alors qu’il est déjà tout bronzé. Il doit être du coin et venir régulièrement. Je constate par ailleurs qu’il a le sexe bien bandé et ne s’en cache nullement. Maintenant que je suis sèche, je demande à François de me passer de l’huile solaire sur le dos. Je me mets donc sur le ventre, lui se met à genoux au niveau de ma tête et commence à m’enduire les épaules et le haut du dos. Je ferme les yeux et me laisse aller. François prend son temps, ce qui n’est pas vraiment dans sa nature. Soudain, alors que les mains de François sont sur mes épaules, je sens deux autres mains qui se posent sur mes mollets et commencent elles aussi à me masser. Je comprends alors que mon mari, partageur par nature, a proposé à mon voyeur inconnu de se joindre à lui. Celui qui se présentera comme Stef par la suite, s’applique à bien remonter le long de mes jambes pour que ma peau soit bien protégée. François demande alors à son complice de poursuivre tandis que lui va jusqu’à la plage pour bien se rincer les mains.


Stef est maintenant à califourchon sur mes jambes et m’enduit de crème le bas du dos. A chacun de ses mouvements, son gland effleure mes fesses et cela commence à m’exciter. Lorsqu’il se penche un peu plus vers l’avant, j’ai même son dard qui s’insinue légèrement entre mes deux globes fessiers. Lorsque François est de retour, je lui demande s’il souhaiterait faire quelques pas avec mois dans les dunes pour voir si nous trouvons des salicornes, ces petites herbes salées qui sont excellentes en salade. Il me répond qu’il préfère lire et son policier et propose à Stef de me tenir compagnie en prétextant que cela le détendra. Stef, dont le sexe pointe fièrement vers le ciel, comprend parfaitement l’allusion.


Nous marchons tranquillement côte à côte sur le petit sentier qui traverse les dunes et mène à la forêt de pins qui longe tout le littoral. Tandis que moi je scrute les dunes pour rechercher les salicornes, Stef ne cesse de me dévorer du regard. Il me dit


— Votre mari a de la chance d’avoir une aussi jolie femme.


Sans le regarder, mais en me penchant comme si je ramassais des herbes, je lui réponds


— Je ne sais pas s’il a de la chance mais ce que je sais c’est qu’il est très libéral, voire libertin.


Devant le spectacle que je lui offre, Stef me saisit par la taille et son sexe cogne fort entre mes jambes


— Je ne tiens plus, il faut que je vous prenne. Vous m’excitez trop !


En me relevant, mais sans me retourner vers lui, je lui demande de me suivre jusqu’aux premiers arbres de la forêt. Tout en marchant devant lui, je veille à bien onduler de la croupe pour qu’il ne déconcentre pas. Une fois arrivée à la lisière à l’ombre, je repère bel arbre et je prends appui contre lui de mes deux mains. Je me penche vers l’avant, écarte bien les jambes et dis à Stef


— Je suis à vous, vous pouvez me prendre.


Il s’agenouille derrière moi et son visage se colle à mes fesses. Sa langue agile parcourt mon sillon, se glisse dans ma chatte et me prépare bien pour la suite. Je gémis de plaisir, c’est terriblement excitant de faire l’amour ainsi en pleine nature. Stef a compris que je suis maintenant suffisamment mouillée et ouverte. Il se redresse, m’enserre la taille, se colle à moi et sa queue s’introduit dans difficulté dans ma chatte. Bien vite, il me laboure à grands coups de bite et je dois reconnaître qu’il sait y faire. Il me dit soudain à l’oreille que deux mecs sont en train de nous mater, je lui réponds que je m’en moque et qu’il continue son ouvrage. Il se retire de ma chatte, pointe son gland à l’entrée de mes fesses et, lentement, réussit à pénétrer mon petit cul. Ses légers mouvements de bas-ventre contribuent à bien ouvrir ce second passage. Il peut donc y aller maintenant plus fort et je jouis tout en me caressant le clito d’une main. Stef se soude à moi et ses puissants jets de foutre se déversent en moi comme un torrent en furie.


Les deux hommes qui s’étaient approchés tout près de nous et se branlaient en nous regardant éjaculent sur moi et m’arrosent le corps de leur semence.


Après ces étreintes lubriques, nous regagnons nos serviettes de bain. Stef discute en peu avec François, il faut dire que ce dernier aime bien qu’on lui raconte mes exploits et la manière dont je me suis faite baiser. Je me dirige vers l’eau et, une fois dans les vagues, je peux entamer une petite toilette intime. J’adore ces rencontres sans lendemain qui apaisent l’âme et le corps...

Diffuse en direct !
Regarder son live