Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 8 659 fois
  • 34 J'aime
  • 4 Commentaires

Cadeau de mes frere

Chapitre 4

Inceste

Le jour de la fête de Jérémy et du diplôme reçu pour notre petite sœur, mon travail m’empêchait de les rejoindre au bateau spécialement loué pour l’occasion. Mais je peux vous raconter ce qui s’est passé car ils ont posé, la veille, un caméscope sur une étagère.

C’était un yacht blanc, assez grand pour une balade, ils allaient pour la soirée très loin sur le lac, là où personne ne pourrait les voir. Théo a filmé notre cadette qui montait sur le yacht. Elle était en mini short en jean’s, taille basse sans ceinture, qui laissait dépasser les ficelles rouges de son bikini (en corde) qu’elle portait entre ses fesses très bombées et serrées. Elle envoyait un baiser en soufflant sur sa main vers l’objectif.

« On pense à toi grande sœur, tu nous manques déjà » disait-elle, avec ses lunettes de soleil à la mode, en faisant une triste figure, suivi d’un large sourire.

Théo filmait son frère qui disait quelque chose en baissant ses lunettes de soleil et en clignant de l’œil.

« Ne soit pas jalouse grande sœur, c’est la vie !»

Cela m’a déjà envoyé des frissons dans le ventre. Le film continuait. Notre cadette se débarrassait de son débardeur pour montrer un haut de bikini rouge lié dans son cou, si petit sur sa grosse poitrine qu’il cachait à peine le bout de ses nichons.

« Hé, il sert à rien ton maillot » criait Théo qui tenait la caméra.

« Et bien venez me l’enlever alors » disait la cadette en ricanant.

Jérémy alla derrière elle, détacha le nœud, et fit tomber les courroies en dévoilant ses petits tétons. Elle se délia l’autre nœud sur ses omoplates pour l’envoyer rejoindre son débardeur. Théo la filmait alors qu’elle s’enduisait le corps de crème.

« Quelle petite garce quand même » pensais-je tout bas.

Puis, le film montra directement Théo en maillot short.

« Voilà c’est ici, tu te souviens de l’endroit » disait-il en me regardant, à travers la caméra, et en dirigeant son doigt sur l’endroit du pique nique.


(chap2).

« Oh les salauds. Elle va prendre son pied et pouvoir hurler» pensais-je en mourant d’envie d’être à sa place.

L’objectif se dirigea sur elle. Notre petit bout de chou, couchée sur le ventre, la ficelle entre ses fesses bombées, les seins débordant sur la serviette, la tête posée sur son bras toujours protégée de lunettes malgré la disparition rapide du soleil.

« Je te vois Jérémy, arrête de me filmer » criait-elle bêtement en s’installant face à lui, le devant de son bikini séparait clairement sa chatte.

« Je vais préparer la cabine, à tout à l’heure » Disait Jérémy en stoppant le film.

« Whaou, elle va se faire dépuceler l’anus sur un lac, quelle veine! » dis-je à moi-même.

Un nouveau plan s’affichait, un lit moyen et très haut. Il était à peine éclairé par des spots muraux. je voyais notre cadette se coucher sur le dos, complètement nue, ses gros seins s’affaissaient sur les côtés. Les frangins arrivaient, eux aussi nus. Ils se plaçaient de chaque côté pour gober les tétons et les traire bruyamment tout en les compressant de leurs grandes mains. Elle posait ses mains sur leur tête en gesticulant de tout son corps. Ils titillaient avec leurs dents les tétons qui changeaient de couleur. Elle était à la limite de jouir tellement elle gémissait. Les frangins étaient couchés sur leur hanche, de sortes que j’apercevais leur érection en béton qui collaient sur leur propre ventre.

« Mangez lui sa chatte et son cul » pensais envieuse.

Et comme s’ils m’avaient entendue, ils l’installaient sur le côté en lui faisant remonter sa jambe vers le plafond. Durant de longues minutes, leurs visages se ruaient sur ses orifices maintenant accessibles. Seul un orgasme lui fit lâcher sa jambe.

« Je dois vous sucer maintenant » disait notre cadette en regardant vite fait vers l’objectif, pour me narguer.

« Salope »pensais-je, jalouse.

Elle les installait côte à côte, dos à la caméra et dos au lit. Elle posa ses genoux entre leurs cuisses collées et empoigna leur axe de ses petites mains qui ne pouvaient en faire le tour. Alors, je la vis pratiquer une double fellation. Elle commençait deux branlettes très rapides en les regardant tour à tour droit dans les yeux. Ils bandaient très fort.

« Allez, suce-les, petite salope »pensais-je, impatiente de voir comment elle allait se débrouiller.

Son regard visa l’objectif. Elle serrait du mieux qu’elle pouvait la base de leurs épais sexes. Puis, elle plongea, sa bouche largement ouverte, sur leurs glands, et les nettoya complètement après une vingtaine de plongées.

« Suce-nous huuuumm » priait Théo en s’accoudant.

« Ouais arrête, suce-nous maintenant, c’est trop excitant » criait Jérémy déjà accoudé.


En tourbillonnant son petit cul cambré, elle s’acharnait sur chacune des érections jusqu’à saisir, tour à tour, de ses deux mains chacun des sexes qui pouvait exploser à chaque instant tant elle les enfonçait dans sa gorge. Mais ils se retenaient d’éjaculer pour lui en faire voir de toutes les couleurs. Ils se retournaient vers l’objectif et je comprenais immédiatement leur jeu.

« Cassez-moi son petit cul les garçons, elle n’attend que ça!! »

Ma petite sœur m’avait avoué, en discothèque, qu’elle voulait se faire sodomiser depuis longtemps car ses amies du bahut étaient déjà dépucelées de l’anus. Sans le montrer, elle se sentait stupide et je l’avais rassurée en lui disant, patience coquine.

Jérémy se dégagea de son emprise et l’attrapa afin de la prendre, d’un coup de reins puissant. Ils étaient dans la position du missionnaire avec ses jambes sur les épaules comme l’avait fait Théo à l’hôtel.

« Putain! Il avait envie de la baiser la petite sœur » disait Théo en regardant l’objectif.

Les fesses de notre cadette était soulevées du lit et encaissaient les assauts féroces de Jérémy. Théo s’approcha d’eux et posa son petit doigt sur l’anus vierge.

« Mets-le dans mon cuuuul » Hurlait notre petite frangine entre deux gémissements.

Facilement, le petit doigt disparut dans son boyau. Puis, il en glissa deux et puis trois à l’intérieur et cela grâce aux jus sortant de sa chatte. Il accompagnait son frère durant cinq minutes et elle jouit en criant.

« Si maman et papa voyaient ça » pensais-je bêtement.

Jérémy l’installait à quatre pattes, perpendiculaire à l’objectif, avec le cul très haut dans l’air. Il tapota son sexe imbibé de leurs jus, et la pénétra encore d’un coup. Théo s’installa devant sa bouche, déjà béante de plaisir, et enfonça son pieu de chair profondément dans sa gorge. Ils trouvaient une cadence très rythmée où chacun baisait un orifice durant de longues minutes délicieuses. Ensuite, ils la retournaient sur le lit pour changer d’orifice. Ils avaient bien giflés ses petites fesses devenues rouges tout en tirant quelques fois sur sa crinière blond roux. Ils glissaient aussi leurs pouces dans son trou du cul.

« Elle les excite à fond, elle va se faire éclater le cul ma parole! » pensais-je, étonnée de ma petite sœur en chaleur.

Ils arrêtèrent brusquement leurs assauts en sortant leurs membres d’acier de ses trous. Ma cadette arriva précipitamment, toute essoufflée, avec les cheveux partout le visage, près de l’objectif en me montrant un grand tube de vaseline. Elle éteignit le caméscope.

« Oh la petite salope »

Des coups se firent entendre à ma porte. J’éteignais tout en allant ouvrir. Devant moi, Théo et Jérémy portaient notre cadette qui prenait un air de fille qui allait se faire disputer.

« Bonjour tous les trois, pourquoi portez-vous cette petite peste? » criais-je jalouse mais heureuse qu’ils soient à ma porte.

« Elle en a trop voulu, elle n’arrive plus à marcher et nous on a mal … tu sais où!!! »


« Nous sommes venus nous faire pardonner »

« Oui les garçons, prenez-moi encore une fois comme hier, la dernière position » ajoutait-elle sûre d’elle-même.

Je les faisais rentrer. En les emmenant dans ma chambre, je regardais, en silence, ma cadette qui ôtait difficilement son pantalon moulant noir. Elle avait apparemment le cul éclaté. Les frangins se retrouvaient rapidement nus, avec déjà une érection qui me faisait déjà tourner la tête. Ils se massaient avec de la vaseline. Ils montèrent debout sur mon lit avec la cadette, entre eux qui s’agrippait à Théo. Jérémy passa une noix de vaseline sur son anus et attrapa le grand sexe de Théo pour le guider dessus. La moitié disparut dans son petit trou, au deuxième coup de reins, la totalité disparut dans son boyau.

« Hurrgghhhhaaaa » hurlait notre cadette en jetant sa tête en arrière

« Comme hier Théo, vas-yyyy » dit Jérémy qui se tartinait encore de vaseline.

« Ooooh non, c’est pas possible » criais je pendant que Théo ramonait durement la cheminée de notre petite sœur. Il l’embrassait à pleine bouche. Il comprenait la douleur qu’elle ressentait au cul car Jérémy poussait son gland contre celui de son frère pour l’introduire aussi dans son petit cul.

Jérémy luttait pour la pénétrer. Les deux immenses sexes ressemblaient à mes avant bras et comparés au corps de notre cadette, cela était incroyable.

Comme par magie, notre bout de chou encaissait entièrement les deux canons dans son cul et jusqu’à la garde. Jérémy s’accrochait aux épaules de notre bout de chou, elle hurlait comme une hystérique. Les passants auraient pu croire à un viol, mais elle riait de temps à autre et elle me narguait du regard quand sa tête tournait vers moi.

« Olalalala, elle est insatiable!! » disais je, étonnée en tombant le cul par terre pour admirer leur accouplement bestial qui durait depuis un long moment.

« Tu veux essayer ? » Me demanda ma petite cadette quand nos frangins réduisaient leurs vitesses, un peu fatigués.

Je me retrouvais alors, en une minute, toute nue à sa place, le trou de balle défoncé, pour la première fois aussi, par deux braquemarts. Notre cadette était affalée sur le lit, elle me regardait me faire démolir le cul. Puis, je la rejoignis en posant ma tête près de la sienne. Nos frères se branlaient violemment devant nous et tout à coup, ils nous hachuraient le visage de leur sperme incestueux.

Ah l’inceste !!!

Diffuse en direct !
Regarder son live