Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 23 972 fois
  • 89 J'aime
  • 1 Commentaire

Cadeau de noël

Chapitre 1

Inceste

Bonjour, je me présente. Je me nomme alex et j’ai 23 ans. J’ai un emploi, et célibataire depuis environ 1 mois. Tout d’abord, je ne suis pas écrivain, ni même un fervent admirateur de lecture, donc, veuillez déjà m’excuser pour les fautes d’orthographes. Je dépose cette histoire car je sais que je le dois. Trop lourde à supporter seul et en même temps trop heureux pour ne rien pouvoir dire. Voila ce qui c’est passé:


Étant donné que pour les fêtes de noël je me retrouvais seul, ma mère m’invita à la table familiale pour passer le réveillon. Donc, vendredi 24 je me rend chez mes parents pour passer un petit moment en famille. Je dis bonjour à mon père, ma mère, mon grand frère jean, sa femme et à ma jeune soeur, chloé 17 ans. Le repas se passe bien et puis aux alentours de 1H00 du matin, mon frangin reprend la route avec sa femme. Mes parents sont fatigués et désirent se coucher, Chloé quand à elle a envi de faire la fête. A mon humble avis, le champagne ainsi que le vin ont aidé à la rendre joyeuse et prête à "teuffer" comme elle dit. Soit, je me rend compte que j’avais pas trop envie de rester célibataire toute ma vie et je décidais d’aller dans une soirée, que je savais excellente, rejoindre des amis. Chloé voulais venir, mais mes parents n’étaient pas trop chaud de la laisser sortir un soir comme celui là. Mais à force de l’entendre pleurnicher et, on dira, grâce à mes arguments, mes parents cédèrent et l’autorisèrent à me suivre. La seule condition. Il y’en a toujours une avec mes parents, c’était que je la ramène à la maison sobre et pas trop tard, ou qu’elle dorme chez moi, mais elle devait impérativement leur téléphoner tôt dans la matinée pour les rassurer. Elle les embrassa et nous primes la route. Le long du trajet, chloé me remercia pour l’aide apportée. Je lui répondis qu’en tant que grand frère et surtout en tant qu’ancien rebelle de la maison, je ne pouvais pas la laisser un soir de noël, se morfondre seule sur la jeunesse qui passe et que c’était là mon dernier cadeau de noël. Elle rigola et m’embrassa sur la joue d’un baisser rapide. Arrivée à la soirée, elle ne me lâcha pas d’une semelle. Puis après quelques verres, que je n’avais pas vue. Chloé se mit à danser sur la piste. Très vite, elle fut entourée de type louche. (Pour vous expliquer, ma soeur mesure 1m 72 pour un petit 59 kilos. Un derrière bien formé et une poitrine toute aussi jolie. Un jolie corps de femme quoi. Elle est brune aux yeux vert. Pas que je sois de nature méfiant, mais là, ils avaient une dégaine de macros. Alors je décidais de m’interposer. Un des gars me tapota l’épaule et me dit qu’il était là avant et voulait terminer sa danse avec elle. Je ne sais pas trop ce qui m’a pris, mais je lui ai répondu qu’elle était ma copine et que s’il voulait danser avec, il devra d’abord danser avec moi. Il comprit vite et tourna les talons. Chloé surprise rigola à nouveau. Et me demanda pourquoi j’avais dit une telle chose? Je lui répondis qu’ainsi, personne ne viendrait l’ennuyer et qu’elle pourrait danser autant qu’elle le voulait. Elle sourit et se remit à danser.


5H00, je suis nase et décide de raccompagner chloé chez les parents. Elle était comme qui dirais plus vraiment apte à rentrer seul. Au moment ou je la met dans la voiture, elle se réveille et vomit sur moi. Ouai, pas de chance. Elle s’excuse, mais ont dirait que ça l’a dessaoulé. Je me dis que dans son état il serait plus prudent de rentrer chez moi et de laisser chloé reprendre ses états loin de l’engueulade des parents.


C’est à ce moment, lors de ce choix que tout changea.

Lors du retour, chloé et moi on a eu une drôle de discussion.


Chloé: dit alex, pourquoi myléne c’est barrer?

Moi: j’en sait trop rien chloé, juste qu’elle ne supportait peut-être plus trop mes choix de vie.

C : pourquoi tu ne changes pas tes choix? tu ferais mieux de rentrer dans le moule, au moins, tu gagnerais au change, tu resterais enfin longtemps avec quelqu’un, une relation stable quoi.

M : héhéhé petite soeur veut devenir un mouton?

C : Moi? non, mais toi tu devrais, vue le travaille que tu as, je ne comprend pas pourquoi tu ne veux pas changer?

M: voila pourquoi myléne c’est barrée. Et pourtant la réponse est simple, ce n’est pas que je ne veux pas, c’est que si je change, je ne serais plus moi, mes défauts et ...

C : ouai, ouai, ouai. Je connais. tout ça pour dire que tu ne veux pas changer.

M : on dirait que je parle à myléne, myléne, sort de ce corps.... Pourquoi j’ai ce genre de discussion avec toi? t’es en aucun cas ma copine donc je n’ai aucun compte à te rendre gamine.

C : Quoi?!!? Gamine? qui c’est qui a utilisé comme prétexte être mon copain? Moi je veut juste te comprendre.


Le restant de la route se passa plutôt dans un silence pesant. Que c’était il passé? Rien, mais pourtant quelque chose avait changé. Je pensais à cet instant à la soirée. Et décidais de casser ce blanc.


M : je suis désolé de t’avoir choquer durant la soirée?

C : .......

M : Allez chloé, désolé, mais tu sais que tu comptes beaucoup pour moi, tu es ma seule petite soeur, mon unique soufre douleur

C : et toi t’es qu’un gros con qui comprend rien

M : houla. Pourquoi?

C : tes copines te lâchent tout le temps, tu veux pas changer et qui plus est tu t’en fous réellement de moi.

M : bon, vas y, crève le bouton, l’alcool va t’aider à cracher ton venin.

Chloé se mit à pleurer et m’expliqua qu’en vérité, elle m’aimait et qu’à chaque fois qu’elle me voyait avec une autre fille, elle en était éperdument jalouse. Elle dit qu’elle a essayé de sortir avec d’autres garçons mais que sa ne fonctionnait pas. Ils étaient loin de ressembler à ce que j’étais. J’essayais de la raisonner, que l’image qu’elle avait de moi n’était pas la bonne image à adopter. Elle devait voir en moi un frère, mais aussi un confident et non un besoin.


Une fois arrivée chez moi, je lui conseillais d’aller dormir un peu, Qu’on en rediscuterait le lendemain à tête reposé.

Je décidais d’aller prendre une douche. Tout en me déshabillant, je repensais à chloé. Je ne pouvais pas rester de marbre face à de telles déclarations. Je repensais à votre site. j’y étais passé deux trois fois et des histoire d’inceste sont venues me titiller l’imagination. Une légère érection était visible. Sans m’en rendre compte, chloé avait rejoint la salle de bain et resta immobile devant moi. Je la surpris en train de se déshabiller. je lui dit directement en prenant une serviette


M : arrête ça chloé, retourne te coucher.

C : je ne peux pas, je t’ai tout dit et toi tu n’as rien dit. Alors, quand j’ai voulu avoir ta réponse, je suis venue te voir et j’ai pu observer que tu commençais à bander. Tu penses à moi en ce moment?

M : chloé, ce n’est pas une discussion qu’on peut avoir ici et surtout pas maintenant.


Chloé continuait à se déshabiller, inconsciemment, je l’ai laissé faire. J’aurais dû partir de la pièce, j’aurais dû sévir, mais non, je suis resté debout et comme pour me dédouaner, j’essayais de la convaincre d’abandonner.


M : chloé, tu sais très bien ce que j’en pense, tu es ma soeur et je ne pourrais plus te regarder dans les yeux après, ni même les parents.

C : qu’en sait tu? Je voulais depuis longtemps te le dire, j’avais jamais osé, puis sur la piste, lorsque tu a dit que j’étais ta copine, ça m’a donné un peu de courage. Et puis quelques verres ont fait le reste. Maintenant que c’est fait, je me sens libérer d’un grand poids.


Tout en continuant son discours, chloé laissa tomber son jean ainsi que son string. Ma soeur apparaissait en tenue d’Ève devant moi. J’ai eu beaucoup de copine, avec de très jolis corps. Mais ma soeur avait un je ne sais quoi en plus. Ce qui eut pour effet de rendre mon membre encore plus viril.


C : et je sais que tu le désires aussi alex. Laisses moi goûter à ce plaisir. On est noël et c’est un jour pas comme les autres, alors faisons un truc pas comme les autres.

M : chloé, tu es si mignonne que c’est sur que c’est difficile de rester sans réactions. Mais ...


Je n’eus pas le temps de terminer ma phrase qu’elle sauta sur ma bouche et m’embrassa fougueusement. Je sentais sa langue s’insinuer entre mes lèvres. Je résistais, mais à quoi bon.

Je l’enlaçais et lui rendis un baiser tout aussi fougueux. sa main droite vint prendre mon sexe et elle le masturba. Elle me sourit et me dit qu’elle voudrait goutter à mon sucre d’orge. Je la relevais et l’amenais avec moi dans ma chambre.


M : chloé, il n’y a pas de retour possible. Je suis un salop et je ne veux pas que quelque chose entre nous casse. Il faudra assumer ce choix jusqu’au bout ....


elle sauta dans le lit toute excitée et tout en me regardant droit dans les yeux elle me répondit


C : le choix je l’ai déjà fait, j’assume déjà mon envie et j’assumerais encore après.


Je la rejoins sur le lit et l’embrasse à nouveau. Elle me mord la lèvre inférieure


M : aie ... t’es folle?

C : non, juste un peu excitée. Je veux te chevaucher, je veux que tu me prennes.

M : chloé?? tu es sure que c’est toi?

C : allez viens alex


je me mis à caresser sa poitrine tout en lui pinçant légèrement les tétons, elle aimait ça. Elle m’embrassa à nouveau puis me poussa en arrière. Elle descendait vers mon sexe.


C : tu veux que je te suce? tu aimerais bien que ma langue lèche tes bourses? Tu aimerais bien jouir dans la bouche de ta petite soeur?

M : suces moi déjà, après on verra jusqu’où je peux tenir.


elle se mit à sucer de façon magistrale. Je sentais sa langue entouré mon gland à chaque passage, elle essaya même une gorge profonde. Après quelques minutes, et surtout après un traitement mémorable je sentais la jouissance arriver.


M : je vais cracher chloé,...

C : lâche toi frangin, lâche toi dans ma bouche


je lui pris la tête et fis quelques va et vient au fond de sa bouche. J’explosais et je sentais sa langue continuer à caresser mon gland.


M : aaahh bon sang clhoé, que c’était bon. attend, je prend un truc pour que tu puisses cracher

C : trop tard, mais tu as vraiment lâché beaucoup.

M : ça fait sur un mois, tu sais ...


elle me sourit et me présenta son entrejambe.


C : ça te plaît? Regarde, ta petite soeur se rase le clito. Tu peut pas savoir le nombre de fois ou j’ai voulu que tu me surprennes en train de me raser, ou même que tu me surprennes nue. J’ai toujours voulu être un jour nue devant toi. Regarde comme je mouille déjà alex.


Je me rapprochais et observais sa petite fente. Elle était déjà bien excitée la petite soeur. Je passais un doigt et sentis sa mouille. J’entrepris d’écarter ses grandes lèvres et là, comme une fleur en pleine éclosion, son petit bouton pointait le bout. Je le titillais, ce qui a eu pour conséquence une réaction de ma soeur.


C : aahh oui, un simple effleurement et c’est déjà le paradis. alex, fais moi jouir.


Je me mis à la lécher, et l’effet fut immédiat. Les cris qu’elle lâcha n’était pas des cris de douleur, elle aimait ma langue. Je poussais un peu plus loin, lui lécha le cul, aucune réaction désapprouvant, je continuais. deux doigts caressaient l’intérieur de son sexe tandis qu’un autre essayait de trouver le passage par le cul.


C : alex, pas encore le cul, je suis pas prête, mais continue le reste.


Je n’insistais pas, mieux faut laisser le temps au temps. Je me remis à la lécher pendant que mes doigts continuent les caresses internes. Mon chibre recommence à prendre de l’ampleur et sentant qu’elle jouissait, je lui laissais le temps de revenir parmis nous.


M : alors chloé, tu as joui on dirait?

C : OOOHH que oui, et comme jamais.

M : Je n’aurais jamais pensé que tu puisses être aussi douée en matière de fellation.

C : j’ai déja beaucoup sucé tu sais.

M : que dois-je comprendre? que t’est une saloppe?

C : non, idiot, mais avec les trois copains que j’ai eu, j’ai appris. Mais toi, tu as une sacré technique. Tu suis souvent des cours de langues?

M : héhéhé l’expérience frangine, l’expérience. Tu veux qu’on s’arrête la?

C : noon,


à ces mots, elle sauta sur moi et se mit à caresser ma bite avec sa mouille.


C: je voie que tu as de nouveau de l’envie, alors continuons frangins, fais moi jouir encore et encore.


Elle se leva un peu et présenta mon sexe entre ses jambes


C : ça va rentrer alex, viens au fond


elle le laissa entrer petit à petit, lentement, pour enfin l’avoir complètement en elle.


C : aaahh alex, tu es au fond. je te sens

M : chloé, tu es vraiment sérrée, bouge un peu


elle se mit à remonter pour se laisser tomber, des mouvements de va et vient. Le liquide s’écoulait le long de mon sexe, elle prenait vraiment plaisir.


M : chloé, tu aimes vraiment ma bite

C : oui alex, j’ai toujours voulu essayer ça avec toi. Prends ta soeur. Je suis si chaude, rentre la complétement en moi


Je me redressais pour pouvoir la mettre sur le dos, sans se décoler, je plaçais ses jambes sur mes épaules et commençais un rapide mouvement de va et vient


C : aaaahhh, alex, pilonnes moi, t’arrêtes pas. Baises ta soeur

M : chloé, on dirait une chienne

C : aaahh oui, je suis ta chienne, aaahhhh

M : tu aimes prendre la bite de ton frère? tu aimes être prise comme une chienne?

C : oui, oui, oui, j’aime sentir ta queue en moi, j’aime quand tu rentres si fort en moi


après quelques minutes, je sentais à nouveau la jouissance monter.


M : aah chloé, je dois jouir

c : jouis en moi, viens en moi.

M : naaa

c : viens en moi et fais moi jouir


chloé entoura ses jambes autour de moi et me força à rester en elle. Je jouissais comme un fou, un pied comme rarement j’avais eu. Je sentais mes bourses se vider. Chloé relacha ses jambes et je m’affalais à côté d’elle.


M : chloé? ....... chloé?

C : quoi?

M : tout va bien?

C : merci, alex, merci


elle se blottit contre moi et me rassura


C : ne t’inquiètes pas, je prend la pilule et d’ici quelque jours j’aurais mes règles.

M : j’y connais rien, mais faut bien faire attention.

C : que dit t’on aux parents?

M : au parents? quelle heure est t’il? tu dois les appeler, sinon on est mort.

C : oui et je leurs dis quoi? qu’on a baisé toute la matinée et qu’on risque de recommencer toute à l’heure?

M : idiote. allez, vas les appeler

C : Oui, mais dis moi, tu assumes ton choix?

M : ....... faut croire vu que je ne me sens pas coupable et qui plus est, je me sens vraiment bien.



La suite peut-être.


Alex. Petit belge

Diffuse en direct !
Regarder son live