Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 666 fois
  • 4 J'aime
  • 0 Commentaire

Un cadeau pour ses 20 ans

Chapitre 1

Divers

Nous sommes là à prendre un verre. Nous fêtons ses 20 ans et son départ. Ce beau jeune homme nous quitte pour l’étranger. Toute la soirée nous dansons, nous buvons et nous nous aguichons.

    Je sais qu’il me désire et qu’il me trouve attirante. Ses yeux, ses mouvements et ses sourires le trahissent. J’ai tout de même quelques réserves car je sais que ma copine le désire, mais en ce moment, lui, c’est moi qu’il désire. Je le sens, je le sais.

    N’en pouvant plus de sentir cette jeunesse excitée près de moi, je le dirige vers un endroit plus tranquille. Nous entendons toujours la musique, mais nous sommes à l’abri des regards. Ma main glisse dans cette chevelure blonde, mes yeux transpercent le bleu innocent de ses yeux. Je m’approche, je sens son souffle, son ivresse, son excitation... Mes lèvres dévorent tendrement cette nuque si invitante. Il se laisse faire, il vibre, il tremble. Ma bouche rencontre la sienne. Ses lèvres veulent emprisonner les miennes. Quels délices! Il est si jeune et si innocent. Ma langue et mes lèvres guident ses baisers. Les rendant à la fois plus lents, mais plus intenses. Il s’ajusta à ma cadence. Ma cuisse se glisse entre les siennes. Remontant de quelques centimètres, je sens son excitation le trahir. Cette douce découverte me stimule encore plus. Je sens la chaleur monter en moi, mais je ne dois pas me laisser aller. Je veux le faire rêver, le faire exploser de désir. Cette fringante jeunesse doit m’appartenir.

    Ma main vient se placer entre ma cuisse et lui. D’une main experte, je cherche à l’exciter encore plus. Ses yeux se perdent, sa bouche reste béante; il est transporté. Toute l’ivresse et son excitation l’empêchent de rester connecté. Je dois le ramener sur terre, sinon je ne pourrai me satisfaire. J’entends des pas, nous allons être surpris. Je me dégage doucement et le regarde revenir à lui. Il sourit et me regarde m’éloigner. Il ne pose pas de questions, car mes yeux lui disent que cela ne fait que commencer.

    Une vibration me ramène à moi. C’est ma baguette... pire c’est ma copine. Je l’appelle et écoute ce qu’elle a à me dire. Mon excitation me quitte tranquillement et tandis que sa voix me raconte sa soirée, je commence à rêvasser. Mais, elle me glace en me demandant si le beau jeune homme est toujours là. Zut! C’est bel et bien gâché. À cet instant précis, sans savoir si c’est la boisson ou un désir refoulé, je propose à ma copine de partager ce jeune homme avec elle. Lui avouant qu’il est déjà bien ensorcelé, il sera d’autant plus facile à surprendre. Elle explose de joie, me crie que c’est idée géniale. Je souris...

    Je rejoins mon fringuant jeune homme. Dans le taxi, mes mains, ma bouche ne lui laissent guère deviner la suite... en tous cas pas celle qu’il croit.

    Nous arrivons chez ma copine. Elle nous reçoit avec bière et vin. J’ai bien besoin de vin. Malgré avoir déjà plusieurs fois fantasmé à une baise à trois, être devant le fait presque accompli nécessite encore plus de boisson. Le vin étant tout à fait désigné à me réchauffer le sang encore plus.

    J’embrasse tendrement mon beau jeune homme. Ma copine s’approche doucement et vient se coller contre lui à sa gauche. Il m’embrasse toujours mes ses yeux se tournent vers elle. Une interrogation se lit dans ses jolis yeux. Je souris, il cesse de m’embrasser et se demande à quoi nous pouvons bien jouer. Ma copine commence à l’embrasser. Je le sens mal à l’aise. Il cherche mon regard. Ses yeux inquiets cherchent mon approbation. Quelle belle innocence! Je souris encore plus. C’est doublement excitant.

    Nous nous dirigeons vers sa chambre. Nous retirons nos vêtements, nous aidant mutuellement. Les seins de ma copine se dressent d’excitation. Je me sens devenir de plus en plus chaude et humide. Mon beau mec est dur et solide. L’excitation se sent sur chaque pores de son corps. Nous nous léchons, nous embrassons, nous caressons. le désir transpire et envahit la pièce. J’empoigne le membre fièrement dressé et l’insère dans ma bouche. Des soubresauts soulève ce jeune corps. Des mains et des lèvres examinent mon corps. Je ne sais pas à qui appartiennent ces mains... mais elles me caressent ardemment. Ma copine embrasse maintenant le corps de Mathieu. Elle est rendu vis à vis ma bouche. De sa main, elle prend le sexe de Mathieu. ma bouche continue son va et vient. Sa langue cherche un espace entre mes lèvres et cette belle queue. Tout en masturbant ce jeune homme, elle m’embrasse laissant ainsi ma bouche perdre sa prise. Mathieu est encore plus excité. Il nous parle, mais nous n’entendons rien. Nous nous embrassons.

    Nous découvrons nos seins, les embrassons, les mordillons. Les mains de Mathieu se faufilent entre nos cuisses. Nous rugissons de plaisir. Nous revenons à lui et lui donnons tant de plaisir. Il n’en peut plus, mais ne laisse pas aller. Il combat si fort. Il me renverse, laissant ma copine sur le coté. Son sexe n’attend pas de permission et me pénètre violemment. Il est fort et dur, je suis le mouvement brusque de ses hanches. Cette jeunesse qui me fait cambrer... je sens que ma jouissance approche. Je dois me retenir encore, si possible. Ma copine vient se coller contre moi. Mathieu l’embrasse tout en continuant de me pénétrer. Je caresse ses seins et mes lèvres réussissent à les atteindre. Elle se masturbe en se laissant caresser en embrassant.

    Mathieu cesse subitement son mouvement. Il est trop excité. Il retient son souffle et nous regarde. Je profite de ce moment pour embrasser ma copine et diriger sa tête vers le sexe de Mathieu. Je veux la voir faire. Je veux la voir engouffrer cette belle queue dans sa bouche. Insatiable, elle la dévore. Mathieu pousse de petits cris. Ses mains s’agrippent à mes seins comme s’il allait perdre pieds. Il n’en peut plus. Il renverse ma copine et l’enfourche aussi violemment que moi, mais par derrière cette fois. Je me glisse sous elle. Elle m’embrasse. Ses seins se cognent aux miens. Il est brusque et violent. Je sens les contre-coups sur moi. Ma copine ferme les yeux. Je sens l’explosion approcher. D’une main je lui pince les seins et je l’autre je la masturbe. Mathieu la pénètre encore plus fort. Elle réussit à dégager une de ses mains et s’appuyant sur son coude opposé. Sa main délicate vient fouiller ma chatte. Elle ramène ses doigts à sa bouche pour goutter mon essence. Je fais de même et reprend ma masturbation de plus. Les soupirs sont de plus en plus forts. Les halètements sont de plus en plus saccadés. Nos sexes sont de plus en plus chauds et nerveux. Mathieu râle et ses coups de reins sont plus intenses. Je la sens, je le sens et je me sens venir. Nous sommes sur le point de jouir. Je regarde mes deux comparses... nos regards se fixent et nous jouissons les trois ensemble. C’est tellement fort, tellement chaud. Ma main quitte cette chatte inondée. Je sens le sperme qui a coulé contre elle et qui se retrouve sur moi. Mathieu se retire et s’allonge à mon coté en laissant tombé sa tête sur mon cou. Ma copine se couche de l’autre coté. Nous nous donnons quelques baisers. Nous nous laissons sombrer dans le sommeil...

    En attendant notre réveil...

    Déjà le matin... La nuit a été plutôt courte et mouvementée.

    Je suis encore endormie, mais ces jolies paroles me volent un sourire. Se faire dire ?je t’aime? au réveil, quoi de plus merveilleux!

    Je tourne les yeux vers Mathieu (Matou), lui souris et laisse glisser ma main sur son ventre chaud et tendre. Un soupir se fait entendre. Presque un ronronnement. Je me glisse contre lui. Chaque partie de mon corps entre en contact avec le sien. Je suis tellement bien. J’explore délicatement son corps. Lentement et langoureusement, j’enveloppe son corps.

    Rassasiée, je le suis. Mon corps me rappelle mes prouesses de la nuit dernière, mais toute cette douce chaleur me fait oublier cette délicieuse douleur. Aurais-je encore besoin de ce jeune homme? Je ne sais pas, je ne sais plus. Je ne pourrais dire si le manque de sommeil est la cause de cet égarement ou si ce n’est que le désir qui cherche à refaire surface.

    Mes mains caresse toujours ce jeune et tendre corps. Sans but précis, elles se promènent. J’entends respirer derrière moi. J’oubliais que nous étions trois, mais à ce moment même, je désire oublier. Je n’ai plus envie de folie. J’ai envie de tendresse, de chaleur et de caresses. J’avoue que je suis peut-être égoïste, mais je le garde pour moi cette fois. Voilà, c’est donc le désir qui embrouille mon esprit.

    Tout en poursuivant mes caresses, ma main rencontre ce doux objet qui m’avait offert tant de plaisir la veille. Il est fier et grand, prêt à tout...prêt pour moi. Je le saisi donc et commence à le faire jouer de ma main. Le mouvement est lent et discret. Néanmoins, il est intense. Mathieu a fermé les yeux. Il contrôle toutefois sa respiration. J’en déduis qu’il ne veut pas réveiller ma douce amie.

    Son membre est ardemment gonflé et la moiteur de son corps révèle ce désir latent. Ce qui, agréablement, éveil mes sens. Ses lèvres embrassent ma nuque silencieusement, glissant ainsi jusqu’à mes lèvres. Farouchement, nos langues se rencontrent et se séparent. Plus la cadence se fait intense, plus ses lèvres laissent la place à ses dents qui mordillent mon cou. Des éclairs parcourent mon corps. Je me sens de plus en plus chaude et moite. Plus il mord, plus j’ai envie de le savoir en moi.

    J’entreprends de me retourner doucement. Ma croupe est maintenant contre sa hanche. Lentement, il se tourne vers moi. Sa main monte doucement de ma cuisse jusqu’à la courbe de mon sein qu’il empoigne délicatement. Je sens son excitation dans le bas de mon dos. Je fais passer mon bras derrière moi pour ainsi pouvoir saisir son membre et lui donner encore quelques encouragements. Il se place encore plus près de moi. Son souffle se cache dans mes cheveux. Par ce sein qu’il tient et son bras qu’il a glissé son ma tête, il me rapproche encore plus près de lui. Je soulève le bassin et les fesses pour lui permettre de se faufiler en moi. Sa main vient furtivement à la rencontre de mon entrecuisse où se cache une région chaude et invitante. De cette même main, il guide son sexe en moi.

    Tendrement, il me pénètre. C’est tellement doux et chaud... Il ne bouge pratiquement pas. C’est à peine si je sens un mouvement. Imperceptible, peut-être, mais excitant au plus au point. Je ne croyais pas être excitée de cette manière. De légers soubresauts envahissent mon corps. Je me contracte de plus en plus pour empêcher ces mouvements. Je constate que plus je me contracte, plus le plaisir me gagne. Je n’en peux plus, je vais exploser, je vais crier... Non! il ne faut pas. À ce même moment, Mathieu referme sa prise. Mon sein est prisonnier de cette main furieuse. Ses ongles pénètrent délicieusement ma tendre chair. Sa bouche a elle aussi trouvé prise dans le creux de ma nuque. Violemment, une explosion jailli en moi. Ces morsures et ces griffures m’ont fait jouir en même temps que mon jeune partenaire. La fébrilité de nos corps est discrète, mais tellement présente. Notre respiration est saccadée mais silencieuse. Il reste ainsi en moi. Nous savourons cette nouvelle ondée chaude et abondante. Cet instant est doux et agréable. Je me laisse emporter. Mathieu reste en moi encore et encore.

    Je le sens disparaître, mes yeux sont à nouveaux fermés. Intérieurement, je souris et savoure encore cette jouissance mutuelle. La fatigue revient me chercher. Nous nous endormons dans cette position , imbriqués l’un dans l’autre.


E-mail: mihaera19@yahoo.fr

Diffuse en direct !
Regarder son live