Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 22 758 fois
  • 31 J'aime
  • 0 Commentaire

caissière

Chapitre 1

Trash

Je suis caissière dans une grande surface. Les salaires y sont de misère. J’en avait assez de vivre chichement, j’ai décidé un jour, il doit y avoir 2 ans, de me prostituer. C’est une copine de travail qui m’a donné la combine. Au début, sur le trottoir j’étais une catastrophe. Ce n’est que quand j’ai compris qu’il fallait me mettre en valeur, que j’ai montré le plus de mon corps. Si de loin on ne peut voir mes détails, par contre de près je suis une illustration d’un catalogue porno. De dos on voit que je suis sans culotte, mes fesses sont apparentes. Il n’y a qu’un tout petit détail que je ne montre pas: mon sexe: il faut raquer pour ça. Le mieux pour moi est que je prends beaucoup de plaisir presqu’à chaque passe. Les client pensent des fois que je simule alors que j’ai de vrais orgasmes. Il m’arrive même d’accepter plusieurs amants de passage à la fois: je jouis plus fort. Rarement j’ai affaire à d’autre femmes: je n’aime pas tellement sucer une chatte, ni qu’une fille me le fasse. Je fais payer plus cher, c’est tout.

J’ai décuplé mes revenus en peu de temps. Maintenant j’ai assez d’argent pour me payer des vacances loin, bien loin, sans homme: en cas de besoin j’ai mes mains et mon gode.

En plus j’ai des habitués dont je connais les désirs avant qu’ils les demandent. Ces désirs sont simples: une fellation que leur femme refusent de faire, alors que c’est si facile et si gouteux d’avoir du sperme dans la bouche. D’autre veulent baiser debout ou assis, certains me demande mon cul. J’aime ces désirs de sodomie, d’une part parce que j’aime me faire mettre par là et ensuite je demande le double en « honoraire» . Certains me demandent de le sucer après m’avoir enculée: les vices humains sont nombreux et celui là en particulier: j’accepte toujours moyennant quelques billets de plus.

Et j’ai mon chouchou qui ne paye jamais: je baise uniquement avec lui pour le plaisir. Il a une cinquantaine d’années, encore un bon coup de rein et une bitte magnifique; j’aime la voir bandée avec ses veines très apparentes, son gland presque violet, son prépuce qui l’enveloppe bien, et ses couilles, de belles couilles pleine de jus. Et son cul, il aime me baiser quand j’entre deux doigts dans l’anus. Il me le rend en me suçant. Sa langue en a léché des sexes de femmes: il ne peux pas baiser sans commencer par là. Quand nous entrons dans le chambre, il me couche sur le lit, les jambes ouvertes, ma chatte déjà mouillée, ses doigts dans le vagin et l’anus, et enfin sa langue. Je ne sais pas comment il fait en tout cas il me fait jouir trop vite. Il recommence plusieurs fois. Quelques fois je suis obligée de lui demander d’arrêter un instant. Il profite de ce moment pour venir m’embrasser ce que moi, pute, j’accepte de lui, jamais des autres.

Il caresse mes seins légèrement: ils gonflent, les tétons s’allongent. Quand il les embrasse j’accepte toujours avec plaisir. Il est devenu mon seul véritable amant.

Les 69 sont devenus une œuvre d’art avec lui. Il aspire le clitoris, le lèche, me doigte toujours avec douceur quand il le faut et brutalité quand il sent que je vais jouir. Il allie deux doigts, un dans la vagin, l’autre dans le cul. Si avec sa langue participe, je jouis comme une dingue.

Moi je le fais jouir très lentement dans la bouche: je lèche ses couilles puis avec les lèvres je fais descendre le prépuce, je remplace ma bouche par ma langue seule en lui léchant la bite de bas en haut et en sens inverse. Je ne tiens sa queue que vers le bas ventre en la pressant simplement en accord avec ma langue. Je respecte toujours des moments d’arrêt pour que son plaisir soit plus long. Quand je sens qu’il vient, j’enfonce sa pine dans le bouche qui ne sert que de substitue à mon sexe. Et là il décharge une quantité incroyable de sperme que nous partageons toujours.

La plus part du temps il me baise. Il aime me prendre en levrette. J’aime bien cette position avec lui, au moins c’est jouissif. Il entre dans mon ventre lentement, avec plusieurs arrêts avant d’arriver au fond contre le col de la matrice. Il me demande de me branler pour que je me donne le plaisir comme j’aime. Je jouis toujours deux ou trois fois avant lui.

S’il me demande de prendre une chambre avec douche c’est pour le plaisir. Quand nous finissons de baiser, il m’emmène dans la douche où je le lave comme un bébé, surtout la queue. Il aime bien bander et commencer à jouir comme moi avec le jet. Sauf que pour moi le jet est très près de mon bouton alors que pour lui il faut que je le mette bien plus loin pour que je voit son sperme gicler. Sous la douche il ne débande jamais: il peut me la remettre facilement où il veut.

Je connais aussi un jeune un peu paumé qui me baise gratuitement. Il a tout juste 21 ans, malheureusement il boite et ne peut lever une fille « normale ». Dommage pour les filles: il est un baiseur de première. Nos nuits durent la nuit, pas une demi-heure. Il ne débande jamais. Il peut visiter tous mes trous à la file, me faire jouir sans arrêt. Sa bite est agréable, ses doigts sont agiles pour me branler et sa langue fait des merveilles avec ma chatte: il la visite partout. J’aime quand il la roule en cylindre pour la poser sur l’anus avant de la faire entrer dans le cul. Je ne sais combien il en met: il me fait toujours jouir.

Il ne me fait que ce que je désire, il ne me contraint jamais. Où qu’il entre il me demande comme un enfant bien élevé la permission. Dernièrement il voulait que je lui fasse ce qu’il avait vu dans un film porno: une branlette espagnole. Pour moi c’est facile, pour lui c’est plus compliqué de garder sa queue bien droite entre mes seins. Il s’est aperçu que j’ouvrais la bouche juste avant qu’il crache son venin. Il ignorai que c’était ma récompense. J’ai approché ma tête, je tirais la langue: enfin il a compris qu’il devait donner le fruit de sa jouissance dans ma bouche. Il n’a pas pu se retenir pour venir m’embrasser sur la bouche.

Les lendemains des visites de mon amant ou de ce jeune, si je travaille du matin j’ai une salle figure. Ma copine le comprend sans rien dire.

Diffuse en direct !
Regarder son live