Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 3 083 fois
  • 3 J'aime
  • 0 Commentaire

Le caméraman

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Albert travaillait comme caméraman pour une grande chaine de télévision. Il a soixante cinq ans, et est à la retraite depuis deux ans.

Il habite au dernier étage d’un immeuble chic de la ville.

Il vit avec sa fille, Elsa, très jolie brune de vingt huit ans.

Albert a gardé un matériel des plus sophistiqués. Il occupe son temps à filmer des scènes un peu spéciale.

Notamment dans la résidence d’en face, construite en demi-cercle. Certaines soirées son chaudes, très chaudes.

Un seul regret cependant, il n’y a pas de son.

Bien sur , Albert ne tire aucun profit de ce activité. C’est juste pour se divertir. Comme ce soir où il décide de se visionner un film.

Il commence par le premier appartement, il est vingt heures.

La femme sort probablement de la douche. C’est une superbe blonde vêtue d’une veste peignoir. Elle doit avoir trente cinq ans.

Un homme, certainement son mari, la prend par la taille, et l’embrasse dans le cou. Elle se retourne et lui prend la bouche. Puis l’homme met sa veste et quitte l’appartement.

Albert connait cet homme. Il travaille de nuit à l’aéroport.

A peine est-il parti, que la jeune femme se dirige vers la porte. Elle ouvre.

Deux jeunes beurs sont sur le seuil de la porte. Un assez grand, vingt ans environ, un plus petit, à peine dix-huit ans.

Elle prend le plus grand par le col de sa chemise, et le tire dans le salon en l’embrassant.

Le second, beaucoup plus petit, se place derrière la jeune femme, passe ses mains sous le peignoir, caresse les cuisses, et lui retire le string.

Elle se cambre en arrière, jambes légèrement écartées, pour que la main puisse accéder à sa chatte. A la façon qu’elle a de bouger son bassin, on comprend que la caresse se précise.

Elle est joue contre joue avec l’autre partenaire, bouche ouverte.

Le jeune derrière est en train de la doigter. Il lui gratte le clitoris entièrement sorti de sa loge. Les mouvements de ses lèvres ne trompent pas, elle est en train de jouir.

Les deux jeunes ôtent leur vêtements, pendant qu’elle quitte son peignoir.

Le plus grand s’assied sur le canapé. La femme joue avec sa queue, jusqu’à ce qu’elle atteigne une taille plus que respectable. Elle se met à genoux sur le bord du canapé, et s-y empale dessus.

Le plus petit aussi, monte à genoux sur le canapé. Il prend la tête de la jeune femme, et guide sa bouche vers sa queue. Le sexe n’est pas long, mais d’un diamètre impressionnant.


Albert active le zoom, il n’en croit pas ses yeux.


En fait, ce n’est pas un gamin, mais tout simplement un nain. Et il se fait tailler une pipe. Sa queue est entièrement avalée par la femme.

La fille est de plus en plus excitée. Ses joues se creusent. C’est sûr, elle reçoit la semence du petit homme au fond de la gorge. Une fois le gland bien nettoyé par la langue de la jeune femme, le nain descend du canapé, et vient se placé derrière elle. D’un doigt, il lui mouille la rosette totalement offerte. Puis, il avance son énorme calibre et la pénètre.

La femme ouvre grand la bouche. Son corps se cambre et se tord de tout les côtés. Le nain, accroché aux hanches, accélère ses va et vient.

Quelle pute.

Le grand ouvre sa bouche, lui aussi doit certainement jouir. Le nain glisse deux doigts dans la bouche de la femme, et la tire en arrière. Ce qui a pour effet de faire cambrer son buste. Les seins de la jeune femme sont pétrit par les mains des deux amants.

Le nain se met sur la pointe des pieds, çà y est, il se vide une seconde fois.

Aux vibrations du corps de la femme, on comprend qu’elle aussi est en train de jouir.

Le nain la prend à pleine bouche, se rhabille, et s’en va, laissant le couple continuer leurs ébats sexuels.

Pendant deux heures, la jeune femme va se faire mettre des coups de queues dans tout les trous, avant que la lumière ne s’éteigne.

Voilà un travail que le mari n’aura pas à faire en rentrant.


Vers huit heures du matin, Albert est réveillé par une agréable caresse.

-Ta queue dépasse de ton caleçon. Elle est toute raide.

Viens, on va la mettre au chaud, dit Elsa.

Elsa décalotte le gland, et commence à tailler une pipe à son père. Il lui caresse les cheveux.

-Quelle attention, gémit Albert, tu es adorable ma chérie. Que serais-je sans toi.

Il glisse une main entre les cuisses, lui doigte le clitoris et lui force les lèvres avec deux doigts. Au bout d’un quart d’heure, ils jouissent tout les deux. Puis Elsa quitte ses vêtements, et s’allonge près de lui.

Diffuse en direct !
Regarder son live