Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 10 588 fois
  • 51 J'aime
  • 3 Commentaires

Camille et son vieux Paul

Chapitre 1

Hétéro

Je m’appelle Camille, j’ai dix-neuf ans, et je suis une véritable salope. D’ordinaire, je suis plutôt timide, peu sûre de moi. Je mesure 1 mètre 70, pour 52 kilos. Les cheveux bruns, la peau mate, le nez légèrement arrondi, les yeux marron, j’ai tout pour plaire. Mon joli minois n’est pas la seule chose attrayante pour les garçons: mes seins lourds et fermes (90C), mes fesses rebondies...J’attire certes le regard des hommes, mais je suis encore vierge. Naturel timide, bien sûr. Enfin...J’étais encore vierge, avant cette série d’évènements...


  J’habite un petit studio en plein centre-ville de Lyon, et je suis modératrice d’un site de rencontre (dont je ne dévoilerais malheureusement pas le nom ni l’adresse) coquin. Il ne s’agit pas d’une rencontre amoureuse, mais d’une rencontre tout ce qu’il y a plus de sexuel. J’étais inscrite bien évidemment, et recevais de nombreuses demandes d’hommes. Il n’y a que sur internet que je me sens épanouie. L’absence de relation directe, le simple fait de pouvoir dire adieu à une personne d’un simple clic...Toujours est-il qu’un jour, je recevais une demande particulière.


  "Bonjour mademoiselle. Je me doute bien que vous devez refuser bon nombre des demandes que l’on vous envoie, mais je me permets de vous écrire ce message, dans l’espoir que vous le lirez jusqu’au bout."


  Intriguée, j’arrêtais mon cycle de refus, et m’installais confortablement pour lire ce message.


  "Je me présente en premier lieu: Paul, 65 ans, retraité de chez EDF. Je vous épargnerais le classique ’Mais je possède encore toute ma vigueur’, ou ’Ma pine va t’attirer salope’. Je ne suis qu’ici pour vous demander de passer une après-midi ensemble. Je n’ai jamais été vraiment doué en ce qui concerne les mots, et j’espère que mon message vous intriguera suffisamment pour que je puisse espérer une réponse de votre part. Amicalement, Paul."


  Première lettre aussi respectueuse de moi. Le classique ’Ma pine va t’attirer salope’ a souvent été présent, et c’était véritablement le premier message aussi humble et gentil que je recevais. Je décidais de lui répondre, et en quelque jours, je lui proposai de passer un après-midi ensemble, voire une soirée.


  Il faut dire que ces messages torrides m’avaient enflammée, et j’avais envie de voir cet homme. Ma virginité commençait à me peser, et la perdre avec un puceau de ma FAC me dégoûtait. A ma grande joie, Paul accepta. On fixa le rendez-vous chez moi, le soir-même, vers dix-neuf heure. A dix-sept heure, il m’envoya un ultime message: "Reste naturelle ;)". Il savait que je n’avais pas l’habitude de porter des talons, des tenues sexys ou extravagantes. Je portais plutôt un simple jean, un T-shirt ou une chemise, et des baskets. J’attendais fébrilement l’arrivée de mon "sex-partner", et lui ouvrais rapidement lorsqu’il sonna à ma porte.


  Je n’avais pas vu de photo de lui, et son apparence me fit sourire. Tel que je l’avais imaginé. De taille moyenne, légèrement plus grand que moi, une calvitie apparente, un air bonhomme, un petit bedon...


    -Bonjour, me sourit-il.


  Je lui baisais la joue, et le faisais entrer. Nous nous installâmes sur le canapé de cuir, entamant l’apéro. Nous parlions de tout, son métier, mes études, la ville de Lyon, sa famille, ma famille...Pour en arriver au sexe.


    -Alors Camille, raconte-moi maintenant. Qu’en est-il de ta sexualité?

    -Je suis encore vierge, avouais-je. Il n’y a que des puceaux dans ma FAC.

    -Aucun homme ne t’attire? me demanda-t-il, en me faisant un clin d’œil complice.

    -Si...

  Je m’approchais de lui, pour me coller tout contre. Il me caressa doucement l’épaule, sa main entamant une descente vers mes cuisses. Je soupirai d’aise. Il m’embrassa tendrement, nos langues ses caressant avec avidité. J’entrepris alors de déboutonner son pantalon. Il m’aida à le retirer, et se retrouva en slip sur le canapé. Le tissu était tendu, peinant à contenir la masse imposante qu’il y avait dedans. Paul retira également sa chemise, ses chaussures et ses chaussettes, et m’invita à baisser son slip.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


  Sentant sa main caresser mes fesses, je lui enlevai son dernier vêtement. La surprise me fit pousser une exclamation admirative.


  Son pénis n’était pas encore en érection, mais sa taille était déjà impressionnante. Long et large, son pénis m’attirait irrésistiblement.


    -Il est tout à toi, me sourit-il.


  Je le pris dans ma main et entrepris de le faire grossir. Sous mes allées et venues, le pénis de Paul atteignit des proportions énormes, si bien que je n’arrivai plus à l’entourer d’une seule main.


    -Combien mesure-t-il? demandais-je, ébahie.

    -26 centimètres de long, et 7 de large.


  L’excitation pris le dessus, et j’enfournais son énorme bite dans ma bouche. Tout en lui massant les testicules, je suçais son pénis, l’humidifiant de ma salive, mettant le plus possible de son membre dans ma bouche. Paul en profitait pour me retirer mes vêtements, me mettre à nue, caressant mon dos et mes fesses. Une fois nue, je sentis ses mains prendre pleinement mes seins lourds et fermes, titiller mes tétons jusqu’à les rendre tout durs. Il glissa une de ses mains sur mes fesses, continuant à masser mes seins de l’autre, et caressa l’entrée de mon vagin. De mon côté, je continuai ma fellation à un rythme lent, prenant le temps de savourer ce membre tout dur dans ma bouche. Je m’arrêtai pour gémir lorsque ses doigts pénétrèrent mon vagin, faisant venir ma cyprine. Il me dit d’abandonner ma fellation, me prit dans ses bras et me souleva. Il me déposa sur le dos, et s’agenouilla au sol.


    -Tu mouilles beaucoup ma coquine, me sourit-il. Tu te masturbes souvent?

    -Non, répondis-je, les yeux clos.


  Paul avait commencé à me masser le clitoris, et je me cambrais de bonheur, poussant un gémissement de plaisir. Il entreprit de lécher ma vulve, me procurant un plaisir inouï. Sa langue allait et venait le long de mes lèvres, effleurant mon clitoris et me faisant pousser jusqu’à des petits cris de joie. J’atteignais l’orgasme au bout d’un long moment de plaisir, et Paul se redressa et me contempla, pendant que je reprenais mon souffle. Je remarquais que sa bite était plus dure et plus grosse que jamais, et ne pus retenir un murmure cochon:


    -Baise-moi, je t’en prie...


  Il me reprit dans ses bras, et s’assied sur le canapé, à ma place. Il m’embrassa longuement, avant de me déposer sur ses genoux. Il me saisit par les hanches, et me positionna au-dessus de sa bite. Son gland entra en contact avec mon vagin humide, et il me pénétra.


  Abondamment lubrifiée par ma mouille et la salive de mon partenaire, ma chatte accueillit sans peine l’énorme membre dur de Paul. Je rejetais la tête en arrière, poussant un cri de plaisir. Sentir mon intérieur comblé par ce membre si dur et large me remplissait de joie. Paul passa ses mains sous mes cuisses, et releva mes jambes jusqu’à ce que mes pieds soient croisés derrière sa nuque. Il passa les mains dans mon dos, et m’approcha de sa bouche, tandis que j’allais et venait sur son pénis. Son gland cognait avec force contre l’entrée de ma matrice, sa bouche happait mes tétons, et ses mains, me tenant par les hanches, me faisaient monter et descendre le long de sa bite. Je jouissais comme une folle, atteignant des orgasmes surpuissants. Mon vagin dilaté était en feu, je me sentais jouir, encore et encore, orgasme sur orgasme...


    -Attends, je ne peux pas éjaculer en toi, me souffla mon compagnon.

    -Si, haletais-je péniblement. Ne te retire pas!


  Il cessa de se retenir, et jouit avec moi. Mon corps se cambra alors que je sentais son pénis éjecter du sperme dans mon vagin. Le liquide épais comblait totalement mon intérieur, si bien qu’il dut éjaculer en dehors, lorsque ma chatte fut pleine. Il me souleva, et me reposa sur ses genoux, dirigeant son jet sur moi. Son sperme recouvrit bientôt mon ventre et mes seins, allant même jusqu’à gicler sur ma gorge et mon menton. Je m’abandonnais au plaisir d’être couverte de son jus, et il me déposa tendrement à côté de lui, sur le canapé.


  Haletant, j’observais ma chatte dégouliner de liquide blanc, pendant que Paul débandait peu à peu.


    -Pour un bon coup, tu es un bon coup ma chérie!


  Le "ma chérie" ne me surprit pas, et je le laissais me prendre à nouveau dans ses bras pour m’amener dans la douche. Il me lava intégralement le corps, ne pouvant résister à la tentation de me caresser, me donner du plaisir, encore et encore. Il ne me pénétra pourtant pas, et constatant l’heure tardive, je lui proposais de dormir ici. Une lueur brillant dans ses yeux, il accepta, et je m’endormais paisiblement dans ses bras, sentant son long membre chaud reposer tout contre mes fesses.


A suivre.

Diffuse en direct !
Regarder son live