Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 48 701 fois
  • 597 J'aime
  • 20 Commentaires

Camping avec le beau-frère

Chapitre unique

Inceste

Il fait beau, un grand soleil illumine le ciel et une douce chaleur nous caresse la peau... C’est les vacances ! Nous démarrons les activités avec un départ de cinq jours en camping dans les Pyrénées avec mon copain Arthur, vingt-cinq ans et son petit frère Léo, dix-huit ans. Léo et Arthur ont toujours été très proches malgré les sept ans qui les séparent.

C’est donc tout naturellement que nous faisons profiter à ce petit bonhomme, les joies de la majorité accompagnées d’un bon voyage. Au menu, un petit coin de paradis dans une magnifique vallée des Pyrénées. L’endroit idéal pour se ressourcer.


— Clara... Clara... on arrive ! me dit Léo tout heureux en me réveillant doucement.

— Wow, ça a été rapide !

— Normal tu as dormi 5h. Dit Arthur en rigolant.


Le paysage est paradisiaque, en fond, un magnifique petit lac d’un bleu persan. Le camping est comme promis, magnifique avec des petits coins individuels très bien repartis. On est loin de l’entassement à la “Camping des flots bleus”. Et tant mieux !


— Putain c’est trop bien ici ! S’exclame Léo.

— Ah, tu vas voir tu ne vas pas regretter. Dit Arthur souriant.


Nous passons par l’accueil prendre notre réservation, et nous dirigeons avec la voiture jusqu’à l’emplacement cinq. Un joli petit coin d’herbe entouré d’arbres, on s’y sent comme dans un nid.


Installation des deux tentes noires de chaque coin de l’emplacement, une pour moi et Arthur et l’autre pour Léo.


La première journée, nous profitons d’une petite balade autour du camping, faisant le tour du petit lac bleu et surtout d’une bonne sieste pour nos petits membres bien engourdis.


19h, Léo part à la douche pendant qu’Arthur prépare un petit plat sur le réchaud.


— Je vais à la douche aussi chou, à toute ! Dis-je.

— A toute ma belle.


Les six douches sont très propres, mais assez spartiates. Heureusement, il fait beau et plutôt bon à cette période de l’année.

Toutes les cabines sont prises sauf celle de gauche, je rentre, pose mes affaires sur le petit banc protégé de l’eau sur la droite, me mets nue et file sous la douche. L’eau est bien chaude et on s’y sent bien.


Pendant que je me lave les cheveux, un petit “clap clap clap” me sort de mes esprits. J’ouvre les yeux avec un grand sourire, comprenant sans bien mal ce qu’il se passe dans une cabine voisine.

Très curieuse, j’ai envie d’en voir juste un peu plus, je me mets à quatre pattes, regarde sous l’espace de la cloison et vois, à deux cabines de moi, quatre petits pieds dans le même sens vibrant au rythme des “clap”. Les coquins ! J’espère pouvoir faire la même avec Arthur à la prochaine douche.


La tête toujours près du sol, je vois cette fois-ci les pieds de mon voisin, plutôt agités également. Piquée de ma curiosité maladive, je rapproche la tête au plus proche de la cloison pour en voir plus, espérant ne pas s’être vue à mon tour.


Plus j’avance, plus je vois mon voisin, cheville, tibia, genoux... Mon cœur s’accélère sous la tension palpable que je me procure. Cuisses et... mon salaud ! Ça profite ici aussi à ce que je vois ! Monsieur se secoue le drapeau, qu’il a joli d’ailleurs. J’essaye de voir plus, mais, hormis passer carrément la tête et passer pour une voyeuse, je dois me résoudre à y renoncer.


Je regarde cet homme se toucher la verge pendant dix bonnes secondes, mon bas-ventre me chatouille, je commence à vraiment être excitée par cette scène. Toujours à quatre pattes la tête en bas, je glisse ma main gauche vers mon jardin intime, venant caresser mon petit bouton déjà bien gonflé.


— Mmmhhhhh. Soupirant discrètement.


J’active mes mouvements en synchronisation à mon partenaire de douche. Son pénis est terriblement gonflé et dur. Je pense que sa scène voisine attise en lui autant de curiosité que moi, et surtout de plaisir. Je roule mon doigt sur mon clitoris humide, imaginant mon voisin de cabine me prendre en levrette avec son joli pénis.


— MMhhhh Ouiii. Susurre mon voisin de cabine en lâchant de grands jets de sperme juste sous mes yeux.


Impossible pour moi de me contenir davantage devant cette scène de voyeurisme et je jouis sous les douces caresses de mes doigts experts.


— Putain oui ! Dis-je discrètement.


Wow... belle entrée en matière pour une première journée. Je finis ma douche et commence à me rhabiller. Mon voisin quant à lui sort déjà de sa cabine, je me hâte de me rhabiller et sors rapidement, voulant voir mon petit partenaire de douche.

J’ouvre la porte et... vois Léo s’éloigner, serviette sur l’épaule, bien décontracté...


Oups...



Le lendemain, j’ai toujours les pensées embrumées de ce que j’ai vu et surtout fait hier... Est-ce mal ? Je ne sais quoi en penser.

Peu importe, j’essaye de passer à autre chose, après tout, personne n’en saura rien.


Après une belle journée de randonnée, nous décidons Arthur et moi, de faire une petite surprise au beau-frère. Léo reste au camping se reposer un peu. On profite de ce moment pour aller au village acheter plein de produits locaux pour ce soir et surtout, un bon alcool d’ici, l’Izarra. Une liqueur de plantes à quarante degrés. Le vendeur nous dit que cela signifie “l’étoile” en basque. Je sens qu’on va en voir un paquet avec ça !


Retour au camping, petit apéro dînatoire avec de la bonne bière sous la lueur couchante du soleil.


— A la tienne Léo ! Voilà tu peux enfin boire légalement ! Dis-je trinquant avec lui.

— Ce soir, je me mets carpette ! Dit-il avec un accent pourri.


Une bière, deux bières, trois bières, les gars enchaînent l’alcool sans modération. De mon côté, je m’arrête à la troisième, déjà bien pompette, si je bois plus, je ne tiendrais plus debout... Léo nous parle d’Amandine, une fille de son âge qu’il a rencontrée au camping pendant nos petites emplettes avec qui le courant est vraiment bien passé. Heureusement qu’on a prévu un grand couchage pour lui aussi si les choses évoluent. Léo est toujours vierge aujourd’hui, peut-être l’occasion pour lui d’en finir avec cela.


Nous finissons la soirée sous les levés de coudes de l’Izarra qui ne tardent pas à nous terminer pour aujourd’hui. Tout le monde au lit !


Trois heures du matin, impossible de contenir ma vessie pleine. Je sors de la tente sous la nuit bien noire avec mon téléphone comme lampe torche. Arthur dort comme une masse, en même temps vu ce qu’il a bu, cela ne m’étonne même pas.


Je prends l’allée centrale suivant la petite lueur lointaine des sanitaires. Je fais mon affaire et prends le chemin du retour. La tête toujours embrumée d’alcool accompagnée de cette nuit sombre et de mon sens de l’orientation exemplaire fait que je tourne pendant trente bonnes minutes à chercher ma place de camping...


Arrivée enfin à l’emplacement numéro cinq, j’éteins mon flash pour ne pas réveiller les gars, avance jusqu’à la tente doucement pour ne pas trébucher dans le noir. Je rentre à l’intérieur, me mets en culotte et me glisse sous les draps.


Après quinze minutes, impossible de trouver le sommeil, je crois bien que ma balade nocturne m’a un peu trop éveillée.

La scène de mon beau-frère sous la douche tourne dans ma tête et d’humeur coquine cette nuit, je retire ma simple culotte et me rapproche d’Arthur en me mettant en cuillère contre lui. Déjà nu, je sens son pénis chaud dans la raie de mes fesses, parfait ! J’actionne de petits déhanchés sensuels, ne tardant pas à faire gonfler celui-ci, me lâchant un sourire de satisfaction.


Il se réveille délicatement, posant sa main sur mon sein et vient m’embrasser dans le cou.

De mon côté, déjà très humide et terriblement excitée, je me cambre davantage, lui montrant le désir de me faire prendre sans plus attendre !


Il frotte son pénis à l’aide de sa main gauche contre ma vulve et mon anus, ripant maladroitement sur le côté comme cherchant le chemin. Bizarre... en même temps, vu l’alcool qu’il a siphonné, il n’y a pas de quoi s’étonner. Beaucoup trop impatiente, je me redresse, venant me mettre à quatre pattes, privilégiant une position plus aisée pour lui.


Il se lève à son tour, s’installe en posant sa main droite sur ma fesse et de sa main gauche, il cherche de nouveau, hésitant à me pénétrer. Il est vrai qu’on n’y voit absolument rien, tellement la nuit est sombre, mais tout de même ! Il pourrait faire un effort. Impossible pour moi d’attendre davantage, je passe une main sous mon corps, attrape son doux pénis, très doux même... et le place à l’entrée de mon vagin, poussant de mes fesses pour l’enfoncer une bonne fois pour toutes en moi.


— Mmhhh voilà ! Vas-y prends-moi ! Dis-je en chuchotant discrètement.

— Merci de ton aide Amandine, c’est ma première fois comme tu sais...

— Qu’est-ce que...


Je n’ai le temps de répondre qu’il se lance dans de grands va-et-vient en moi, me faisant tomber la tête sur le matelas, les jambes toujours relevées m’offrant davantage à lui, ce qui ne semble pas lui déplaire.

Ne me dis pas que c’est... Léo !

Dans ma tête tout va très vite, je revois la scène du retour des sanitaires, la pénombre où je n’y voyais rien, nos tentes similaires... Il n’y a pas de doute possible... Je me suis trompée de tente et Léo me prend pour sa copine qu’il a rencontrée tout à l’heure !


— Ça te plaît ? Chuchote-t-il d’une voix hésitante tout en continuant ses va-et-vient.


Que faire ! Arthur nous entend ? Je suis en train de me faire littéralement prendre par le petit frère de mon copain à seulement quelques mètres de lui.


Cette pensée me donne un sursaut et me retire de Léo.


— Ça ne va pas ? Je t’ai fait mal, Amandine ? Dit-il d’une voix frêle.


Je réponds ? Mais si je parle à vive voix, il va savoir que c’est moi ? Je me tire ? Non il ne faudrait pas qu’il voit mon visage même dans cette nuit, c’est trop risqué.


Je ne sais pourquoi, mais malgré mon cœur battant et la dangerosité de cette scène, je suis toujours terriblement excitée, comme prise au piège, je me sens dominée par une situation sans échappatoire. Pas le choix, il faut continuer... et pourquoi pas en profiter ?


— Chut... Dis-je en soupirant.


Je redresse les fesses pour les coller contre son pénis chaud et humide, la tête toujours contre le sol afin d’être le plus invisible de lui et me donne sans en dire plus, à la première fois de mon beau-frère, excitée comme jamais.


Léo comprend sans peine mes désirs, venant rentrer dans mon vagin, sa verge jeune et puissante.


— Mmhhh, mhhh, mhh !


Je lâche, malgré moi, des soupirs de plaisir à chaque va-et-vient de mon nouveau partenaire, je dépucelle mon beau-frère, et j’y prends terriblement plaisir. Je sens en moi chaque coin de mon vagin s’écarter sous les coups bassin de mon beau-frère.


— Ouii, ouii plus fort, prends-moi ! Dis-je en chuchotant, complètement possédée par mon désir sexuel.

— Putain c’est trop bon ! Dit-il.


Dans ses mouvements hasardeux, il sort de mon vagin, je souris, l’imaginant paniquer de son erreur.


Il vient maladroitement placer son gland sur l’entrée de mon anus. Je commence à mettre ma main pour l’aider à trouver le bon trou, mais avant même d’arriver à destination, je le sens pousser vigoureusement l’entrée de mon derrière, déjà bien lubrifiée de nos débats. J’écarquille les yeux sous la surprise et sans avoir le temps d’en faire plus, son gland entre en moi me faisant lâcher un petit cri de plaisir.


— MMhhh !!


Il s’enfonce davantage et entame de nouveaux va-et-vient. J’avoue avoir déjà essayé quelques plugs anaux et avoir apprécié cela. Mais Arthur n’a jamais été trop pour ce genre de pratique. Sait-il au moins ce qu’il fait ? Peu importe, je le laisse mener la dance !


Il enchaîne les claquements de cuisses contre moi, venant littéralement me défoncer le cul. De mon côté, je plonge ma main droite vers mon clitoris terriblement dur et sensible, venant rouler de mes doigts, ce petit bouton magique qui, avec la pénétration de mon beau-frère, me fait rouler les yeux de plaisir.


— Aman... Amandine... je vais...


Ça y est, il va venir, et je ne vais pas tarder non plus ! J’accélère le mouvement de mes doigts, augmentant mon plaisir, mon anus dilaté comme jamais.


— MMMHHHHHHH.


Il décharge en moi par de violents à-coups venant me provoquer de grands spasmes dans tout le corps, jouissant avec lui dans une harmonie que j’ai rarement vécue.


Nous nous écroulons au sol, sa queue toujours en moi, je me retire en lui laissant couler l’effluve de sperme qu’il a semé. Léo ne bouge plus d’un pouce, s’endormant comme un bébé.


Après cinq bonnes minutes, je reprends doucement mes esprits, toujours parcourue de spasmes tant l’orgasme fut intense. Je me relève, me rhabille et sors de la tente toujours incognito, rejoindre cette fois-ci, la BONNE tente de camping.



Le lendemain matin, Léo nous raconte son aventure nocturne avec... Amandine... Arthur est terriblement fier pour lui venant taper son épaule de satisfaction. Il n’avait rien entendu tant son sommeil fut profond. Le serait-il autant s’il connaissait la vérité ?

Moi je suis là, assistant à l’écoute de cette histoire faussée, un peu gênée, repensant à cette scène surréaliste que j’ai vécue cette nuit avec... mon beau-frère... espérant que Léo ne revoit jamais Amandine.



Merci de votre lecture, n’oubliez pas de mettre un petit j’aime à l’histoire si elle vous a plu et à la prochaine !

Diffuse en direct !
Regarder son live