Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 827 fois
  • 74 J'aime
  • 1 Commentaire

Camping surprise

Chapitre 2

Erotique

J’ai les yeux qui brillent. Elle aussi. Chacun sait que la suite va être du sexe, du sexe et encore du sexe. Elle fait un pas.


— Stop.


Elle s’arrête, l’air surpris avant de sourire lorsque je lui demande de faire un tour sur elle-même.


— Tu vérifies la marchandise ? demande-t-elle, tout en tournant.

— Je veux garder ces images en tête, ça va être sûrement les meilleures vacances de ma vie, je m’efforce de graver cet instant comme le début d’un grand moment.

— Est-ce que ça satisfait Monsieur ?

— Je laisse Madame le constater par elle même.


Je retire le drap, ma verge est tendue. Un vrai bâton, je suis au maximum et ses yeux ont quitté les miens pour faire son propre constat. Elle s’avance, monte sur le lit à quatre pattes, s’avance encore, ralentit quand son visage est proche de ma verge, n’en fait rien et s’avance en se cambrant jusqu’à ma bouche. Son corps entier effectue une caresse. Ses seins ont créé cet étroit étais qui plaît tant à ces messieurs, ses tétons ont poursuivi leur chemin sur mon torse, sa bouche s’ouvre et s’empare de la mienne.


Une petite pause pour m’exciter encore plus en me lâchant “je suis trempée et j’ai envie d’être très coquine”.


— On est sur la même longueur d’onde.


On s’embrasse encore à pleine bouche, une main dans ses cheveux, l’autre plaquée dans son dos, je presse au maximum son corps contre le mien. Elle s’écarte et fais glisser son nez de mon menton jusqu’à mon nombril en zigzaguant.


— J’ai pensé toute la fin de journée au moment où je te retrouverai.


Elle finit à peine sa phrase que sa bouche s’empare de mon sexe. Comme dans l’après-midi, c’est divin. Sa bouche et sa main alternent à la perfection une masturbation exceptionnelle. Mon sexe est recouvert de base, lorsqu’elle me branle, de la bave coule le long de ses lèvres. Elle est tellement sexuelle, elle me lèche la base tout en me regardant dans les yeux.


— Tu aimes ?

— Fais-moi jouir et je vais te manger, je vais m’occuper de tout ton corps.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Je n’en attendais pas moins.


Et elle repart avec un rythme soutenu avec sa bouche, les bruits de succion se font de plus en plus fort. Je l’avertis que je suis à bout, elle se retire, me masturbe. Je crache avec puissance et le tout vient s’écraser sur mon torse et dans le creux de sa main.


— Eh bien, on dirait que tu avais très envie, j’espère qu’il t’en reste !

— Tu jugeras par toi même ! »


Elle se saisit de mouchoirs pour m’essuyer et retirer le sperme de sa main.

Je la saisis par la taille quand elle pose les mouchoirs sur la table de nuit et la retourne sur le dos.

Je reproduis le même schéma et ma langue lèche son cou et descend jusqu’à cette si jolie chatte en empruntant un long chemin, traversant la gorge, les seins, les tétons, les côtes, l’aine jusqu’à l’objectif.


Je m’amuse encore un peu en frottant mon nez sur son clito, je lèche chaque côté de ses lèvres en évitant tout contact. Je prends un peu de recul, je regarde son sexe comme un plat que je vais déguster. Elle ouvre les yeux, on se regarde et un “mange-moi” déclare l’impatience de ma partenaire. Sa chatte est effectivement trempée, elle fond littéralement, elle commence à jouir, le véritable plaisir. Elle feule, des “oui” parcourent la pièce alors que son homme se trouve dans le même mobilhome. Si bien que je lui souffle un “chut” entre deux coups de langue. Elle se saisit d’un oreiller qu’elle vient se plaquer contre le visage. Je passe un bras sous sa jambe, capture ses lèvres avec la main et commence à laper ses lèvres de haut en bas dans un mouvement rapide. De ma main libre, j’enfonce deux doigts imitant une pénétration. Son corps se cambre, j’accélère et elle jouit. Deux fois dans la même journée, je suis fier de moi à nouveau et dans le même temps, j’ai encore ce besoin de bien faire.


Elle retire son oreiller, ses yeux sont clos, elle se caresse le corps, ses mains sur son torse, elle savoure le moment. Je la regarde avec toujours autant d’envie. Mon sexe est à nouveau tendu comme à son entrée dans ma chambre. Je m’essuie la bouche et prends un préservatif posé sur la table de nuit. Elle ouvre les yeux, sourit et me charrie d’un “pas mal”. Elle me prend le préservatif des mains, me pousse pour que je sois à nouveau sur le dos et qu’elle domine la situation. Délicatement, elle ouvre le préservatif, d’une main, elle l’extirpe et de l’autre, et attrape mon membre qu’elle branle tout doucement. Cette femme est irréprochable, elle sait vraiment y faire.


Protégés, elle est au-dessus, nos doigts entrelacés, elle joue comme j’ai joué avec elle. Lascivement elle me branle avec son sexe, de longs aller-retour tout en douceur, je lâche ses mains pour lui agripper les fesses que je malaxe sans vergogne. Maintenant, il n’y a plus que son bassin qui bouge. La tension est à l’extrême. Cette fois-ci, on y va. Elle se redresse, attrape mon sexe qu’elle positionne à l’entrée du sien.


Le plaisir est immense et régulé. Elle rentre centimètre par centimètre dans son antre. Je la laisse gérer sa partie.


— Putain que c’est bon. Dit-elle, les yeux clos et la tête en arrière.


Elle s’arrête, sort mon sexe de son fourreau, fait demi-tour. C’est la première fois que je fais cette position, j’admire ses fesses, elle attrape à nouveau mon sexe qu’elle frotte à plusieurs reprises contre ses lèvres avant de se pénétrer. J’ai une vue splendide sur son cul et son petit orifice. Je lui attrape son cul et malaxe chaque fesse tout en les écartant au mieux.


— La vue te plaît ? demandeelle entre deux soupirs.

— T’as vraiment un cul superbe !

— Merci, il est tout à toi ce soir.


Le rythme ralentit, je comprends que c’est à moi de prendre le relais. Elle reste dans sa position et je la place à quatre pattes. Ma capote est immaculée, ses lèvres sont brillantes. Toute cette partie de son corps est humide, j’en profite pour faire coulisser mon sexe entre ses fesses, elle joue également en appuyant ses fesses sur mon sexe à chaque passage.

Je me présente à l’entrée de son vagin, c’est tellement lubrifié qu’aucun gène n’existe.

Mon pouce vient récolter un peu de mouille et j’approche mon doigt de son cul. A chaque pénétration, je l’enfonce un peu plus et ressors à chaque fois que mon sexe rentre. Cette alternance déchaîne Lya, elle râle de plaisir.


— Oh putain c’est bon, continue.

— Tu veux que je continue ?

— Oui, vas-y, défonce-moi !

— Je préfère pas, tu vas te mettre à crier et on va réveiller Manu.


Je joue de son impatience, j’ai bien remarqué qu’à chaque fois que je rentre mon pouce, elle se recule un maximum. Je suis sûr qu’elle n’attend que ça, mais je veux l’entendre de sa bouche.


— Arrête de jouer avec mes nerfs, vas-y.

— Vas-y quoi ?

— Prends-moi par-derrière.

— Si Madame me l’ordonne, je ne vais pas la ménager.


Le travail de mon pouce facilite la sodomie. Mon gland est à l’intérieur après quelques secondes et je reste immobile.

C’est elle qui gère la pénétration et elle y va doucement, elle plonge sa tête sur le matelas et se caresse le clitoris sûrement pour atténuer la douleur initiale.

A chaque poussée, elle s’enfonce un peu plus, c’est un vrai plaisir, je possède cette femme et elle en tire le maximum de plaisir.

Je la saisis par les hanches et je commence à gérer moi-même les aller-retour.

D’abord, je conserve le rythme qu’elle avait imprimé, rapidement, c’est elle qui par des mouvements de ses fesses, cherche une pénétration plus profonde et plus intense.


— T’es vraiment bonne.


Et je commence à pilonner, elle s’enfonce encore plus dans le matelas. Je ne la ménage pas et la pénètre à une fréquence infernale, elle a du mal à se retenir, sa deuxième main vient écarter sa fesse pour que la pénétration soit encore plus profonde. Quel pied, j’encule cette femme rencontrée il y a peu et c’est de loin ma meilleure partie de baise.

L’excitation est trop forte, ses jambes tremblent, je suis dans le même état et je libère ma semence dans un râle non contrôlé. Une petite claque sur le cul pour les finitions et je lui dis merci.

Elle s’écroule sur le matelas, les yeux clos et le sourire figé. Je me dirige aux toilettes pour jeter ma capote. Quand je reviens, elle est assise sur le bord du lit, se lève et me remercie à son tour.


— Pas trop mal pour une première fois.

— Pas trop mal ? Regarde-toi, tu transpires la satisfaction ! Avoue que tu as pris ton pied !

— Oui tu t’en sors bien, allez laisse moi filer, il faut que ce corps se repose des assauts répétés d’un obsédé sexuel.

— Merci du compliment, bonne nuit jolie chatte.


Elle part à la salle de bain, j’en profite pour me trouver un caleçon et me poser en terrasse. La petite clope, la terrasse en bord de plage, la partie de sexe endiablé, que j’aime cette vie.

Et j’ai la nette impression que ce séjour va être un régal.


Je m’endors comme un bébé et me réveille au matin par le son des tasses et de la machine à café. La tête encore embrumée, je me lève péniblement pour prendre une douche. Quelques minutes pour me réveiller sous l’eau juste tiède et je rejoins le couple pour le petit-déjeuner. Manu est parti chercher les croissants pour tout le monde et du pain frais.

Je cherche du regard Lya, mais rien, elle s’adresse à moi comme si rien ne s’était passé et la discussion s’enclenche sur les activités de chacun. Lya souhaite profiter du beau temps pour bronzer, Manu lui aimerait faire du snorkeling, je propose de l’accompagner pour la matinée, il accepte avec grand plaisir. Il me tend déjà trois prospectus et me présente les différents spots qu’il a vus et qu’il aimerait découvrir.


— Manu, tu as toute ma confiance, je te laisse choisir.

— Parfait. Lya tu ne vas pas te joindre à nous ?

— Mais oui, tu bronzeras d’autant plus dans l’eau que sur une serviette !

— Guillaume a raison, allez c’est décidé, on part tous les trois !

— Mais je...


Elle n’aura pas fini sa phrase que Manu est déjà en train de composer le numéro pour réserver un bateau pour nous rendre sur l’île.


— Avec un peu de chance, on verra de beaux spécimens ! dis-je enjoué à l’idée de passer un moment avec Lya dans un contexte des plus agréables.

— J’en ai déjà vu un hier soir, dit-elle à voix basse, un léger sourire en guise de satisfaction.

— C’est réservé, on part dans 30 minutes ! Manu termine son café d’une traite et part dans le bungalow préparer ses affaires.

— Mais je n’ai rien à me mettre, dit Lya.


Je pouffe de rire.


— Hier soir, tu as trouvé de quoi. L’humour gras m’a toujours plu.

— Petit coquin va, allez je vais me préparer aussi.


Nous voici sur le départ, le trajet d’une vingtaine de minutes suffit pour arriver sur une magnifique crique. Nous sommes les seuls, le marin nous dépose et reviendra d’ici deux heures. Ce qui nous laisse largement le temps de profiter du coin. On sort chacun nos équipements pour plonger et du coin de l’œil, je scrute Lya qui retire sa robe légère pour laisser apparaître un ensemble deux pièces très sage. Une culotte rose sans fioriture et un haut du même acabit. Dommage et en même temps, elle ne veut sûrement pas éveiller des soupçons avec une tenue plus légère.


— Vous me suivez, on va se rapprocher de cette grotte.


Manu a échangé pendant le trajet avec le marin qui lui a conseillé plusieurs spots au sein de la crique.


On rejoint Manu avec le même enthousiasme. Tous équipés, nous voilà dans une eau turquoise qui laisse admirer le biotope en toute clarté. On est tous émerveillés par ce qu’on voit et les visages malgré les masques et tubas sont souriants. Nos palmes nous permettent d’avancer rapidement jusqu’à l’entrée de la grotte. Une petite plage à l’intérieur nous permet de nous poser avec nos affaires, c’est magnifique et éclairé naturellement par une brèche dans la falaise. Digne d’un reportage France cinq.


— Merci Manu, vraiment c’est magnifique, tu nous as trouvé un super spot.

— Oui mon cœur, merci, c’est... Waouh !

— Je vais essayer d’aller un peu plus loin, on y va ?

— Non pas pour moi je préfère me reposer un petit peu. dit Lya en retirant ses équipements et en s’asseyant sur un bout de rocher.

— Si ça ne te dérange pas, je vais rester aussi. Dis-je.

— OK les loosers, je reviens vite, si je ne suis pas là dans 20 minutes, appelez les secours. Il part en rigolant.


Il est à peine sous l’eau que Lya retire son maillot.

— Je suis toujours excitée dans les lieux insolites...

Diffuse en direct !
Regarder son live