Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 918 fois
  • 49 J'aime
  • 1 Commentaire

Un camps guide au couvent

Chapitre 4

Transgresser l'interdit.

Hétéro

Myriam ouvrit les yeux car elle sentait une autre présence à côté d’elle. La jeune fille vit alors Marie et Caroline l’observer. Le père Nicolas s’était écarté sans rien dire. Pendant tout le chemin du retour, le prêtre lui avait doucement caressé la cuisse. Myriam prise par l’envie du moment avait passé sa main sur la soutane de père Nicolas.


Au détour d’un chemin le prêtre avait alors garé la camionnette sur le bas-côté et s’était mis à doucement caresser Myriam à travers sa chemise. Ils sortirent et père Nicolas plaqua doucement la jeune femme sur la camionnette, la main du prêtre glissa doucement sur la joue de la cheffe guide.


La jeune femme aux cheveux de jais déboutonna le pantalon du prêtre, puis glissa une main dedans pour prendre le sexe bandé et le sortir. Sa main fit doucement de petites caresses dessus. Père Nicolas sentit la main de Myriam se fermer sur son sexe et faire quelques va et vient. Le prêtre se pencha alors et déboutonna doucement la chemise de Myriam tout en déposant quelques baisers chauds sur la peau de la jeune fille, qui détourna la tête rougissant, ce qui offrit son joli cou aux lèvres du père Nicolas.


Myriam s’accroupit et glissa entre ses lèvres le sexe interdit. La cheffe guide sentit le sexe gonflé de plaisir palpiter sous sa langue alors qu’elle l’entourait de chaude salive. Myriam fit une douce fellation avant de se relever et de poser ses mains sur le torse du prêtre pour ensuite se coller à lui. Se releva puis le père Nicolas guida son sexe dans la grotte de la jeune femme et doucement il y entra. Myriam, collée à lui, lâcha un petit gémissement quand le sexe du prêtre fut totalement en elle. Père Nicolas déposa de petits baisers sur le cou et les joues de la jeune femme avant de commencer à faire de petits va-et-vient.


Myriam glissa ses bras dans le dos du prêtre et ferma les yeux pour ressentir les doux mouvements en elle. Avec une certaine vigueur père Nicolas baissa le soutien-gorge de la jeune guide et prit en main sa poitrine. Myriam accepta avec délice ces mains qui pétrissent sa poitrine. L’homme était tantôt doux, passant ses doigts sur ses deux cerises qui commençaient à gonfler de plaisir tantôt plus brutale en lui pinçant fort tout en embrassant Myriam sur les lèvres pour faire taire ses cris de douleur et de plaisir.


La jeune guide sentit les doigts du prêtre se frayer un chemin vers son petit trou. Père Nicolas rentra son index dans les fesses de Myriam qui hoqueta de surprise. Le doigt du prêtre commence à faire de petits mouvements. Il écartait doucement et tranquillement le petit trou de Myriam pour la préparer à la suite. La jeune fille ferma les yeux et se mordit la lèvre tout en savourant l’intrusion. Elle avait légèrement mal au début mais au fur et à mesure le plaisir revint la submerger. Tant et si bien qu’elle encouragea père Nicolas avec de petits mots à la fois doux et crus.


Le prêtre finit par éjaculer et laissa son sexe quelques secondes dans les fesses de Myriam qui gémissait. Père Nicolas sortit son sceptre pour rentrer dans la rose de Myriam et recommença ses allées et venues. La jeune brune glissa sa main entre ses jambes pour pouvoir se caresser en même temps. Père Nicolas finit par jouir une seconde fois, Myriam demanda un baiser qu’il lui donna avec plaisir. Ils se rhabillèrent alors et repartirent au couvent.


Marie s’approcha de la sœur qui portait un sac de pommes de terre et qui le descendait dans une petite cave.


— Je peux vous aider ?

— Oh merci mademoiselle, cela ne sera pas de refus, répondit la sœur en lui souriant.


Marie et la sœur prirent chacune l’extrémité du sac et ensemble se dirigèrent vers la cuisine. La sœur lui indiqua où elle devait déposer les sacs. Dans la cuisine une sœur âgée d’une cinquantaine d’années réceptionna le tout et rangea les sacs dans la pièce. Cela fait, les deux femmes sortirent dehors et la religieuse tendit une bouteille d’eau à la jeune femme rousse. Marie la remercia et but de grandes gorgées rafraichissantes.

La sœur l’invita à s’asseoir sur un banc à l’ombre. La jeune guide accepta avec joie et prit de grandes inspirations.


— Il fait chaud n’est-ce pas ? dit la sœur.

— Très, dit Marie en reprenant son souffle.

— Vous désirez boire quelque chose peut être.

— Avec joie, cela ne serait pas de refus.


La sœur se leva et rentra dans le couvent pour en ressortir quelques minutes plus tard avec un plateau où une carafe d’eau et des biscuits étaient entreposés. Elle servit Marie et ensemble elles se sustentèrent. La religieuse s’approcha de Marie et lui caressa la cuisse.


— Sinon que faites-vous ici exactement, la mère supérieure ne nous a pas dit grand-chose à votre sujet.

— Et bien, on avait besoin d’un endroit où camper et comme on connaissait un peu le couvent on a décider de tenter.

— Vous avez bien fait, c’est un endroit idyllique où l’on peut faire des rencontres...


La sœur lui sourit et posa sa main sur la cuisse nue de Marie.


— Propice pour faire des rencontres…

— Des rencontres ? s’étonne Marie, sentant la main de la sœur remonter sur sa cuisse.

— Oui, rencontrer des personnes… Des amies…


La religieuse déboutonna le short de Marie en la regardant dans les yeux, comme pour chercher son approbation. La jeune fille l’encouragea d’un regard amoureux. La sœur fit glisser le short de Marie sur ses cuisses et la caressa à travers sa culotte. La jeune guide prit le menton de la sœur et l’embrassa sur les lèvres avant de guider la main de celle-ci entre ses cuisses. La religieuse glissa sa main sous le tissu et se mit à doucement caresser la guide. La sœur s’assit alors dans l’herbe invitant Marie à s’allonger à côté d’elle.


— Montre-moi ta tenue d’Eve.


Les deux femmes se mirent nues, mais la sœur conserva son voile. Face à face, l’une contre l’autre, leurs mains partirent à la recherche du mont de Vénus de l’autre. Elles se doigtèrent mutuellement, parfois ralenties par un baiser. Leurs corps tremblèrent et elles jouirent de concert. Marie retira doucement sa main du fruit interdit et embrassa les lèvres de la sœur.

Diffuse en direct !
Regarder son live