Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 26 755 fois
  • 130 J'aime
  • 4 Commentaires

Candaulisme en famille

Chapitre 3

Paul respionne sa femme dépuceler son fils

Inceste

Candaulisme en famille.
Chapitre 3 : Paul regarde sa femme dépuceler son fils.
 

 

  

 - Oh ooouuuiii ! Putain que c’est booonnn ! 

  

 Sous les encouragements, elle redouble d’ardeur en coups de langue bien placés et en pressant plus fort sur les couilles en ébullition.

 Elle l’embouche d’un coup, l’enfonçant jusqu’au fond de la gorge. Axel sent qu’il va exploser. Ses masturbations solitaires lui ont au moins servi à savoir qu’il ne va pas tarder à cracher tout son jus. Chaque fibre du corps D’axel se court-circuite de plaisir et il essaie de glisser sa verge dans la bouche accueillante quand il sent sa sève monter mais le simple contact des lèvres déclenche son éjaculation.

  

 Il décharge soudain tout ce qu’il peut avoir dans ses bourses pendant que Christine essaie de resserrer les lèvres à la base du gland hyper dilaté pour ne rien perdre de ce nectar juvénile mais elle n’en espérait pas tant.

 Un terrible orgasme emporte Axel dans un maelstrom  de jouissance qu’il n’a encore jamais connu. 

 Sa verge lui fait mal à chaque soubresaut, envoyant sans cesse de nouvelles giclées dans la bouche et jusqu’au tréfonds de la gorge de Christine. 

 Elle s’était bien préparée après avoir surpris les masturbations solitaires de son beau-fils et sachant à quoi s’attendre, mais la déferlante du premier jet n’a rien à envier aux suivantes. Pour ne pas s’étouffer, elle doit déglutir plusieurs fois avec délectation ce jus sirupeux d’animal sauvage, épais et  âcre.

  Mais pour elle, c’est un véritable nectar, de l’hydromel, le vin des vestales comparé au vinaigre de son mari.

  Elle reprend les mouvements de va et vient le long de cette lance brûlante, de cette barre poisseuse de sperme et de salive, laissant échapper des bruits incongrus de succion car contrairement à Paul, le bâton digne d’un festin de reine est toujours dur dans sa bouche. Elle reprend le pompage de cette virilité bandée, l’engloutissant en totalité. 

  

 Paul doit prendre sur lui pour ne pas aller casser la gueule à son fils, mais c’est lui qui a monté ce piège. Alors…

 Décidément, elle ne peut s’en rassasier, s’en caressant les joues, le nez pour s’imprégner de l’odeur du foutre, inspirant à pleins poumons ses effluves de jeune coq.

 Les caresses de sa belle-mère, la langue habile le long de la hampe, le souffle chaud de son haleine sur son gland et la succion de sa bouche sur sa verge bandée  amènent Axel  de nouveau à la limite du cataclysme. 

 Mais il ne veut pas déjà jouir et bloque la tête de Christine pour ménager son dard. Elle est si belle et si experte…

 Christine a compris ce qu’il attend, elle l’embrasse à pleine bouche, mélangeant leur langue et partageant avec lui la fragrance du jus de bite. Elle l’étend sur le lit, embrasse sa poitrine, taquinant ses tétons le faisant gémir quand elle les mordille avec ses dents acérées, l’excitant avec sa langue.

 Tout ça sans lâcher la queue terriblement  dure.

  Elle le chevauche enfin et guide la verge dans sa chatte trempée, se laissant glisser dessus et l’absorbant en elle sur toute sa longueur.

 

 Il ne peut s’empêcher de frémir et gémit de plaisir quand il croit encore sentir son mandrin grossir a l’intérieur du vagin si accueillant, en appréciant pour la première fois le velours.

  Il voit sur le visage de Christine qu’il n’est pas le seul à ressentir ce désir charnel. Il ne lui connait pas cette expression  qui efface celle de l’adulte face à son enfant pour laisser place à celle de la femelle en chaleur qui veut se faire baiser par un nouvel amant avec une belle et grosse bite. Il pousse un cri et ose des paroles qu’il ne lui a jamais dites.

  

 - OOOhhhh maman !

  

 Mais ça ne déstabilise pas Christine qui commence à monter et descendre sur le vit à demi incestueux, se dédouanant en pensant qu’en fait ils n’ont aucun lien de parenté directe.

 Elle pose ses deux mains sur le buste d’Axel, le griffant de ses ongles qui s’enfoncent dans la peau lisse du jeune homme. L’épaisseur du vit lui fait connaître des sensations nouvelles.

 Le gant de velours humide qui encapsule la teub dans une chaleur ardente, broie la bite de ses contractions. Christine joue à la cavalière qui essaie de dompter un étalon sauvage jamais monté. 

 Elle rebondie de haut en bas sur son bas-ventre, s’empalant sur le gode de chair en son centre, ses seins roulent sous leur poids et se balancent follement dans tous les sens. Axel ne peut que laisser faire cette furie, essayant seulement de rester dans l’axe de la chatte chaude si incroyablement douce et humide et pourtant si active sur sa verge. 

 Mais le feu de volcan qu’il avait réussit à dominer dans sa bouche pousse à nouveau la lave dans la cheminée magmatique. Il hurle ces quelques mots que disent tant d’hommes à ce moment :

  

 - Christine… Maman ! Je vais jouir !

 À ces mots, Christine s’assoit sur les cuisses du garçon,  enfonçant la prometteuse lance au plus profond de sa grotte. Axel ne peut plus rien faire quand sa bite explose au plus profond de ce fourreau qui par des contractions répétés, pompent son engin comme une trayeuse le pis d’une vache.

  

 - Donne-moi ta semence ! Je veux ton foutre ! Remplis ta belle-mère de ta liqueur incestueuse ! Mets-moi enceinte, Axel !

 Il inonde la chatte de sa belle-mère avec une quantité encore incroyable de sa semence, fantasmant sur elle neuf mois plus tard, le ventre rond.

 Sous les vagues de sperme chaud qui la remplit, elle ressent un orgasme énorme qu’elle n’a jamais atteint avec le père d’Axel et se vide elle aussi d’un liquide clair et abondant. Elle gémit en oubliant son mari qui les observe, ne pouvant plus se retenir :

  

 - Oh Axel ! Axel ! Aaahhh le pied ! Je n’ai jamais ressenti ça ! Ooouuuiii ! Mon amour ! Jouis… Jouis en moi mon fils !

 Elle se laisse retomber sur lui, poitrine contre poitrine, bouche contre bouche pour un baiser sans fin.

 Paul bout littéralement dans son placard mais s’il ne veut pas passer pour un gros vicieux, il doit prendre sur lui pour ne pas aller les séparer. Jamais sa femme ne c’est comportée ainsi avec lui, étant plutôt passive et subissant le mâle. Il est jaloux à en crever de son propre fils.

 Christine ne veut rien faire d’autre qu’être entre les bras de son beau-fils, remerciant en pensée son mari de lui avoir permis de connaître un tel orgasme avec Axel. Ses longs cheveux collés de sueur entourent le visage de son amant, distillant son parfum épais qu’il hume à pleines narines.

 Elle sent la verge toujours à l’intérieur de sa grotte à peine ramollie ce qui permet de libérer le sperme et la mouille mélangés qui suintent de sa moule et inondent le pubis poilu d’Axel.

 Elle quitte enfin l’objet pour en goûter les sucs. Le sexe d’Axel est si sensible qu’il gémit quand elle le reprend en bouche. Elle commence à sucer la bite, la lèche comme une friandise, nettoyant les jus mêlés de leurs premiers ébats. 

 Elle  retrousse lentement le prépuce mais à sa grande surprise, voit la taille de la queue grandir à nouveau. Paul ne l’a pas habitué à ça, s’endormant souvent comme une pierre après un coït rapide qui la laissait souvent inassouvie, n’ayant pas atteint  le plaisir de l’orgasme.

 Axel la regarde, assez fier, et se branle énergiquement pendant quelques secondes. Christine assiste à la résurrection de cette bite énorme tendue à craquer comme s’il n’avait pas déjà honoré plusieurs fois sa belle de sa semence.

 Elle vient en embrasser le bout ou aspirer les boules encore prometteuses de plaisir, en profitant pour enduire de salive ce pénis sans cesse renaissant tel un Phénix, recueillant encore une goutte de sperme dans sa bouche.

 Christine c’est complètement désinhibée, son cerveau a complètement effacé la présence de son mari dans le placard. Pour une fois qu’elle a un amant aussi endurant, elle ne se donne plus aucune limite et veut faire avec lui ce qu’elle a toujours refusé à son mari après un essai infructueux ou il n’était pas arrivé à bander assez dur pour passer l’obstacle.

  

 - Tu m’as donné un orgasme si puissant et si fort que je veux découvrir avec toi d’autres plaisirs. Si tu le veux, je souhaiterais que tu me sodomises, mais comme ça sera une première pour nous deux, il faudra y aller tout en douceur. Tu es partant ?

 Axel n’en revient pas de la perversité de Christine. Elle lui adonné sa bouche puis sa chatte, et maintenant elle veut lui donner son cul… Mais sera-t-il à la hauteur de ses attentes ?

  

 (À suivre)

Diffuse en direct !
Regarder son live