Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 7 068 fois
  • 33 J'aime
  • 0 Commentaire

Le capot de la voiture

Chapitre 1

Voyeur / Exhibition

Nous étions tous les deux, jeunes et insouciants, enfin seuls, sans parents, sans amis. Le soleil était très chaud et après déjeuner nous restions sous la véranda à prendre le café. Nous avons commencé à parler de tout et de rien. J’amenais la discussion sur le terrain des fantasmes, de la sexualité, du plaisir de l’autre. France me voyait venir avec mes grosses ficelles mais poursuivait la conversation sur un ton assez sérieux.


Nous étions assis sur un transat, elle allongée sur moi avec un petit tee shirt ample et une jupe qui lui arrivait au dessus du genou. Je ne me lassais pas de la regarder et j’imaginais déjà la montée dans la chambre fraîche et le tendre moment qui se préparait.


— "Et toi qu’est ce qui t’excite? Franchement, quel fantasme as tu en tête en ce moment, à me regarder par en dessous?" Me demanda t’elle. Je pris un temps de réflexion, bien décidé à profiter de l’occasion.


— "Finalement je suis assez classique, une culotte absente de temps en temps, une situation un peu insolite, un petit coté exhibitionniste quoi, voilà ce qui me surprendrais. Et toi?"


— " J’aime bien aussi le coté insolite, tu vois un capot de voiture, à l’improviste, un peu sauvage mais pas violent."


Je ne pus m’empécher de regarder ma voiture, garée un peu plus loin, en me promettant de la tenir tous les jours aussi bien nettoyée qu’aujourd’hui et de me souvenir de cette petite phrase. Nous avons continué à bavarder cinq minutes puis France est retournée à la cuisine chercher du café. Elle mit plus de temps que prévu car elle était passée aux toilettes et se rafraîchir.


Je n’ai pas porté attention tout de suite à la remarque. Elle ne se remit pas sur moi mais s’installa bien en face de moi sur une chaise. Nous étions en train de reprendre notre conversation lorsque je me suis relevé. Assis face à elle, j’ai posé mes mains sur le coté de ses cuisses et j’ai remonté sans changer notre sujet de conversation. Elle a souri devant mon air surpris. Elle s’était tellement rafraîchie que la petite culotte venait de s’envoler. Je n’avais pas pensé qu’elle pourrait passer aussi vite à la concrétisation de la chose. Je ne voulais plus reculer. J’ai relevé la jupe de mes deux mains et plongé la tête dans sa chatte.


Elle a écarté les cuisses pour me laisser de la place et j’ai commencé à jouer avec son clito du bout de la langue, tout en constatant l’inondation provoquée par la situation. Je me suis relevé et je l’ai soulevé dans l’élan. Elle a plaqué ses jambes autour de ma taille et nous nous sommes embrassés comme jamais. Le temps venait de s’arrêter. Je l’ai amené sur la voiture. Tout en l’embrassant je me suis débarrassé de mon pantalon pour libérer mon sexe. J’ai ensuite joué avec ses petits seins tendus mais rapidement ma queue est remontée entre ses jambes. J’ai présenté le gland doucement et grâce à l’abondante sécrétion je me suis enfoncé d’un coup, sans forcer.


Elle était sur le capot de la voiture, les bras grands ouverts et les yeux fermés. Elle profitait de l’instant et je me mis en tête de ne pas la décevoir. Surtout ne pas jouir trop tôt malgré l’excitation de la situation. Je me mis donc à faire des mouvements lents mais profonds. A chaque coup de boutoir je m’enfonçais comme pour la transpercer. Le mordillement de sa lèvre inférieure à chaque aller-retour m’encouragea à accélérer le rythme. Elle làcha enfin de petits gémissements et en ouvrant les yeux me dit: "Vas y"


Elle me libérait enfin, j’accélérais donc la cadence pour prendre mon pied comme jamais avant cela. J’ai joui à l’intérieur de sa chatte et je me suis effondré sur elle. En me retirant je l’ai contemplée, sur son capot, la jupe relevée et les seins offerts. Elle resta dans cette position un petit moment, profitant du soleil et de l’instant.


Nous nous sommes rhabillés et cinq minutes plus tard, en buvant un nouveau café nous avons éclater de rire au passage des mamies du village qui nous saluait en promenant leurs chiens.


Diffuse en direct !
Regarder son live