Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 990 fois
  • 79 J'aime
  • 4 Commentaires

Capucine mon amour

Chapitre 6

Lesbienne

La bacchanale

 

Valentine laisse le chariot à Capucine, elle sait que nous nous aimons, elle veut que ce soit elle qui me baigne. Elles s’embrassent tendrement, comme deux sœur qui s’aiment. Capucine avance sur la pente, le chariot est très bas, il entre très vite dans l’eau. J’éprouve un plaisir immense à sentir l’eau envelopper mon corps, elle s’arrête quand il ne reste plus que ma tête hors de l’eau. C’est exactement au niveau de la plage immergée. Capucine et Valentine me font glisser dessus, ma tête repose sur un rebord rembourré, je suis bien. Je peux voir les filles entrer dans l’eau, je les détaille une à une, je réalise que j’adore voir des corps de femmes nues.

 

Aïcha et Julie, je connaît déjà, Valentine est la copie conforme de sa sœur, juste un peu plus grande. Léa est assez grande, des seins légèrement en poire, un beau bonnet C, des fesses hautes et bien rondes, un ventre plat sur un pubis lisse, mais des grandes lèvres qui pendent entre ses cuisses tendues par d’énormes anneaux pubiens, je ne trouve pas ça très esthétique. Juliette est plus petite, elle ne doit pas dépasser le mètre soixante cinq, elle exhibe un magnifique bonnet B haut et rond, un ventre lisse sur un pubis bien rebondi dissimulant un sexe à peine visible et des fesses d’enfer, le tout intégralement bronzé. Cette fille me plait beaucoup, j’ai envie de m’attarder un peu sur son corps, j’espère que j’en aurais la possibilité aujourd’hui. Elles venaient tous les deux jours me voir, j’ai une grande tendresse pour ces deux très belles filles. Quant à Manon, c’est le canon de chez canon. Très jolie, cheveux noirs de jais tombant en cascade jusqu’à ses fesses, seins ronds, hauts et fermes, ventre plat, pubis bien rebondi, fesses de black et jambes d’enfer. Le tout sur une peau couleur miel, elle est d’origine thaïlandaise. 

 

Je remarque qu’en fait, ce sont plusieurs couples qui sont autours de moi. Aïcha et Julie, je le savais déjà, Léa et Juliette se caressent discrètement, Manon et Victoire ne se lâchent pas d’un millimètre, toujours collées l’une à l’autre, je me demande pourquoi elle ne m’a jamais parlé d’elle. Nous approfondirons ça plus tard, pour l’instant, la vue de ces magnifiques corps de jeunes femmes nues se caressant devant moi me donne envie de jouir. Capucine vient vers moi accompagnée de Julie et Aïcha. Elle se glisse sur moi pour poser ses lèvres sur ma bouche. Nous échangeons un tendre baiser, mais Aïcha et Julie se collent à moi de chaque côté. Je sens des mains parcourir mon corps, elles vont partout, il réagit et commence à l’envoyer de ondes de plaisir. Je me laisse aller en fermant les yeux, j’attendais ça depuis un petit moment, je compte en profiter au maximum. 

 

Capucine et les filles me font basculer de manière à ce que je me retrouve sur le corps de ma chérie. Je suis sur elle, les jambes ouvertes, ma bouche collée à la sienne. Je sens deux paires de main me caresser, elles glissent des épaules aux pieds. Mais soudain, une autre paire arrive suivie de plusieurs autres. Je réalise que toutes les filles présentes me caressent, des bouches se pose sur ma peau, des langues me lèchent et se glissent même entre mes fesses pour me titiller l’anus. J’explose dans un extraordinaire orgasme au milieu de toutes ces splendides femmes venues pour me faire jouir. 

 

Quand le reviens à moi, je suis de nouveau sur le dos, mais je sens une bouche sur mon sexe, je ne veux pas savoir qui c’est, je ferme les yeux et apprécie le moment présent. Je jouis au bout de peu de temps, je m’attend à ce qu’une autre bouche prenne possession de mon sexe, mais je vois le merveilleux visage de Capucine au dessus de ma tête.

 

–Il est temps de manger un peu mon amour, mais ne t’en fais pas, tu ne perds rien à attendre, nous nous occuperons de toi juste après manger. Je reviens te chercher dans cinq minutes, je temps de tout mettre en place.

 

Juliette vient se coller à moi, elle me caresse doucement.

 

–Tu sais que j’ai toujours eu un faible pour toi, depuis la première année de fac, mais tu semblais ne t’intéresser à personne, je n’ai jamais osé te dire ce que je ressentais.

–Mais tu es avec Léa.

–Oui, nous avons découvert que nous nous aimions, mais elle est comme moi, tu ne la laisse pas indifférente.

–Et bien, si vous n’y voyez pas d’inconvénients, et si Capucine est d’accord, je suis à votre disposition. 

–Merci, mais je n’avais pas remarqué que tu étais lesbienne, tu le cachais bien.

–Pas du tout, je n’étais pas lesbienne, j’ai connu pour la première fois l’amour lesbien avec Julie à l’hôpital et je dois dire que je ne regrette pas. Je suis extraordinairement bien avec Capucine, je ne pense pas qu’un homme me donnerait autant de bonheur. Mais je ne savais pas que vous étiez ensemble.

–C’est grâce à toi.

–Comment ça.

–Nous étions très souvent ensemble toutes les trois, on s’entendais bien, c’est vrai ?

–Oui, j’aimais bien être avec vous.

–C’est juste qu’on avait flashé sur toi, quand j’ai appris ton accident, je me suis effondrée, Léa était à côté, elle m’a prise dans ses bras pour me consoler et on a décidé d’aller te voir. 

–Et vous avez été les seules, j’ai beaucoup apprécié.

–Seulement, être ensemble pour venir te voir nous a rapproché jusqu’au jour où Léa m’a demandé de venir chez elle car elle se sentais pas bien. 

–C’était un piège.

–Oui, elle voulait simplement me dire qu’elle ressentait un profond sentiment pour moi. Nous avons fini par nous embrasser et faire l’amour, depuis, je n’ai pas quitté son appartement, j’ai libéré ma chambre.

–J’aurais au moins une fois dans ma vie servi à quelque chose de bien, je pensais que tout le monde me détestait.

–Ne dis pas ça, tu ne t’imagine pas combien de nanas et de mecs bavaient en te voyant, tu aurais pu être la reine de la fac, tu es belle, intelligente, toujours parmi les meilleurs, tout le monde voulait être ton ami, mais tu ne paraissais pas du tout intéressée.

–J’étais complètement obnubilée par la réussite de mes études, je voulais être la meilleure. Mais toi et Léa, vous êtes bien devenues mes amies.

–Oui, et ça étonnait tout le monde, même nous. 

 

Capucine et Julie viennent vers nous elles me positionne sur le chariot et me sortent de la piscine pour aller manger. Une fois le repas fini, elles m’emmènent sous un grand arbre sous lequel sont étendus trois matelas recouverts de draps. Elles me déposent délicatement dessus.

 

–Maintenant chérie, ça va être ta fête, nous allons toutes nous occuper de toi, l’une après l’autre ou ensemble suivant l’humeur du moment, je te demande d’apprécier, nous allons y mettre tout notre amour. 

 

Je n’ai pas le temps de réagir que Léa est déjà entre mes jambes, Juliette sur mes seins, Victoire sur ma bouche et Aïcha sur mon nombril. La langue de Victoire batifole avec la mienne tandis que celle de Léa se glisse entre mes grandes lèvres. Je me laisse aller à apprécier ces bouches qui font tout pout me donner du plaisir, de toute manière, je ne peux rien faire d’autre. La bouche de Victoire me quitte pour être remplacée par son sexe que je vois descendre lentement sur ma bouche. Je me délecte de ce qu’elle sécrète, jusqu’à ce qu’un formidable orgasme me tétanise. Mon corps est secoué de spasmes de plaisir, qui est sublimé quand je sens le corps de ma sœur chérie jouir et peser sur ma bouche. Les bouches me quittent, le sexe de Victoire reste collé à ma bouche le temps qu’elle récupère ses facultés. Quand elle se redresse, des mains me font basculer sur le ventre et se mettent à glisser sur mon dos, mes jambes et mes fesses. Une langue vient titiller mon anus pendant qu’un doigt se glisse sous mon corps pour venir caresser mon clitoris bien gonflé. Cinq minute plus tard, j’explose dans un nouvel orgasme, je commence à être dans un drôle d’état, je ne peux plus réfléchir, je ne suis qu’à l’écoute de mon corps qui m’envoie des ondes de plaisir. Je suis une nouvelle fois retournée sur le dos, cette fois, je vois Victoire s’allonger en travers sur mes jambes et Manon venir s’allonger sur elle tête bêche. Valentine s’allonge sur moi, elle aussi tête bêche. Elle pose sa bouche sur mon sexe pendant que le sien atterri sur ma bouche. Je vois Aïcha, Capucine et Julie formant un cercle de plaisir pendant que Léa et Juliette s’embrassent allongées à côté de moi. 

 

Au bout de deux heures de plaisir, je suis complètement exténuée, et je ne suis pas la seule. Les filles me remettent sur le chariot et me plongent dans la piscine où elles m’accompagnent toutes. Je suis allongée sur la plage immergée, accessible à toutes et ne pouvant me dérober. Je vois Capucine ramper entre mes jambes laissées ouvertes, elle vient déposer un baiser sur mon sexe à moitié dans l’eau. Elle donne de grands coups de langue pendant une bonne minute, mon corps commence à réagir. Elle se retire vite remplacée par Victoire qui laisse la place à Manon une minute plus tard. Je commence à sentir mon corps au bord de l’orgasme, mais elles le laissent un court instant avant de reprendre leur manège avec Julie, Aïcha, Léa et Juliette. Elles ont toutes fait un petit tour entre mes cuisses, mais, bien que sur le point d’exploser, mon corps ne m’a toujours pas envoyé ces ondes de plaisir qui me font chavirer. Au contraire, je le sens se calmer jusqu’à qu’une nouvelle bouche se pose sur mon sexe. C’est Victoire qui revient à la charge, suivie de Manon et de Juliette. Cette fois j’exulte dans un orgasme démentiel. Je ne sais plus ce qui se passe, seul mon corps me transmet une énorme vague de plaisir jusqu’au trou noir.

 

Quand j’ouvre de nouveau les yeux, les filles sont autour de moi, Capucine me met les bras le long du corps et me resserre les jambes. Victoire s’agenouille devant mes pieds et remonte le long de mon corps les jambes de chaque côté. Je sens ses cuisses toucher les miennes et je vois son sexe remonter lentement le long de mon corps jusqu’à venir se poser sur ma bouche. Je m’empare de son clitoris gonflé pour l’aspirer entre mes lèvres et le titiller avec ma langue. Au bout d’une minute, elle repart me laissant sur ma faim. Mais dix secondes plus tard, c’est le sexe de Léa et ses anneaux. Je me délecte de sa cyprine quelques secondes et fini par lui mordiller légèrement le clitoris en lui donnant des coups de langue, elle me quitte aussi. Ont suivi Valentine, Juliette, Manon, Aïcha et Julie. Capucine a fermé le défilé mais est resté plus longtemps. Des mains m’écartent les jambes, je sens une bouche se poser sur ma vulve. Une langue explore mon sexe faisant monter la pression dans mon corps. Je me laisse aller au plaisir tout en continuant de m’occuper du sexe de ma chérie. Je sens qu’elle se laisse aller et que son plaisir monte aussi, je commence à bien connaître ses réactions. Seulement mon corps réagit lui aussi et j’explose dans un terrible orgasme jusqu’à ce que je sente son corps exploser lui aussi et s’écrouler sur ma bouche. 

 

Quand je reviens à moi, Capucine est allongée sur moi, sa bouche se pose sur la mienne pour un baiser plein d’amour et de tendresse. Elle me câline en m’embrassant, les filles sont autour de nous et nous regardent, elles semblent heureuses de ce qui nous arrive. Au bout de dix minutes, Capucine et Victoire me remettent sur le chariot et me font sortir de la piscine. Elles me remettent sur mon fauteuil et m’amènent dans le salon, le temps a passé, il est presque vingt heures. Victoire et Manon préparent le repas, elles installent la table près de la piscine, il n’est pas rare qu’une d’entre elles se lève pendant le repas pour aller se tremper quelques secondes dans l’eau. La soirée se termine dans notre lit, nous sommes un peu serrées, mais la nuit est chaude. Les filles rejoignent les autres chambres vers une heure du matin, Capucine m’enlace, elle pose sa tête sur mon épaule.

 

–Ça va mon amour ?

–Oui, très bien, je suis avec toi, je suis heureuse.

–Moi aussi, tu ne peux pas savoir à quel point. Dors mon amour, je suis là, je veille sur toi, sur ce que j’ai de plus cher au monde.

 

Cette déclaration d’amour me touche au point de me faire éclater en sanglots.

 

–Chérie, reprends toi, tu ne va pas me dire que tu ne savais pas ?

–Oui, je sais que tu m’aimes, mais c’est la manière de le dire qui m’émeut comme ça.

–Allez, calme toi et dors.

 

Je ferme les yeux et me laisse lentement gagnée par le sommeil dans les bras de la personne que j’aime.

 

Le lendemain, je me réveille vers huit heures trente, je suis un peu fatiguée, j’ai envie de rester seule avec Capucine. Elle est partie acheter ce qu’il faut pour le petit déjeuner. A son retour, elle vient avec Victoire me lever et me donner ma douche, nous en discutons. Elle décide que je dois rester seule et me reposer, elle prévient les filles que la fête est finie, ce qu’elles comprennent très bien. Après le petit déjeuner, toutes les filles s’en vont en m’assurant avoir passé une super journée.

Diffuse en direct !
Regarder son live