Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 798 fois
  • 4 J'aime
  • 0 Commentaire

carnet du grand père

Chapitre 1

Hétéro

Drôle de trouvaille :

Dans le grenier à ranger nous trouvons, avec ma cousine Françoise, nous seuls héritiers, un carnet noir. Celui de notre arrière grand père. Nous le feuilletons bien sur, curieux de lire les récits profonds de Jean mort quand même à 110 ans. Surprise de taille. Nous avons gardé de lui un souvenir d’homme plein d’humour. Ce que nous lisons nous montre un homme extrêmement attiré par le sexe, le sexe extrême en plus. Voici quelques pages choisies quand même :

Dimanche : Je la rencontre à la fête du village d’à coté. Elle me plait bien dans sa robe longue. Je me demande ce qu’elle vaut au lit. Le plus sur moyen de le savoir est de lui plaire, de la faire tomber dans mes bras et au final dans un lit. J’espère seulement qu’elle n’est plus vierge. J’ai horreur de dépuceler. Ca fait semblant d’avoir mal, ça refuse par derrière, par la bouche, tout juste avec une main. Je crois qu’elle est mariée, je vais essayer.

Lundi : J’ai pu l’embrasser rapidement dans un des angles de la salle des fêtes. Nos langues se sont croisées. Je sais où elle habite, je sais que nous allons ous retrouver en fin d’après midi à la Païchère (le lavoir au bord du ruisseau) Je ne vais pas m’habiller en monseigneur pour lui faire l’amour, pour la baiser quoi.

Mardi : elle est là. Toujours aussi belle, excitante. Nous nous sommes embrassés longuement. Nos lèvres ne voulaient plus se détacher. Nous n’étions pas là pour simplement nous embrasser. Je la voulais elle en entier. Elle devait bien s’apercevoir que mon machin était dur contre son ventre.

Elle s’est un peu agitée quand j’ai caressé ses seins. C’est assez difficile de le faire avec tous ces machins qu’elles portent maintenant avec cette nouvelle mode. J’ai pu prendre sa main pour la mettre sur mon pantalon. Elle avait compris depuis le début ce que je voulais. Elle m’a donné sa bouche plus goulument. Sa salive était plus épicée. Nous nous sommes assis sur la souche d’un vieil arbre posé là, juste en face de la Païchère. Je pouvais voir ses chaussures sous la jupe. Je prenais un pied, j’enlevais la chaussure. Elle a poliment refusé pour accepte finalement devant mon insistance. Son pied était nu. Donc elle ne portait pas de bas. Tant mieux.

Je pose son pied sur mon genou. Elle se doute de la suite. Je caresse son mollet, je monte aux genoux. Elle a une peau douce au possible. Nos bouches sont toujours réunies dans un des plus long baiser que j’ai fait. Je montais ma main du genou à sa cuisse. Elle écartait sans crainte les jambes. Elle se donnait à moi finalement assez vite, contrairement ce genre de fille qui protège leur vertu supposée comme un trésor de Stevenson, alors qu’elles en sont à leur énième amant.

Je touche presque le but. Elle n’a pas de pantalon comme les autres, sans doute pas de culotte non plus. Je vais me régaler. Si je pouvais la mettre toute nue, je pourrais même la lui mettre au cul.

Mercredi : Je suis un imbécile, elle semblait d’accord pour me donner son corps. J’ai hésité dans une geste de politesse. Je ne pouvais pas sereinement la baiser ainsi à la Païchere. Nous devons nous revoir demain.

Jeudi : Elle est là à la Païchere, son linge dans une bassine portée sur une brouette. Le plonge dans l’eau, elle le passe au savon avant de l’adoucir avec la battoir en bois. Elle ressort tout, me sourit.

— Mais viens donc imbécile.

— Tu sais ce que je veux ?

— Bien sur mon cul. Vient cacher ton jouet dans mon con. Viens vite, je mouille.

Elle mouille, je bande. Je sors ma bite du pantalon, elle la regarde satisfaite. Je m’approche d’elle, elle prend la pine dans sa main froide. Sa bouche s’ouvre, elle me mange le gland. Je vais tomber de plaisir. Elle fait comme la fille du bordel, celle qui me plait, en mieux.

Je voudrais bien jouir, mais dans son corps pas dans sa bouche. Je la renverse sur le bord de l’eau. Sa robe se soulève, elle ne porte rien dessous. Je vois sa jambes, ses fesses, son con bien poilu. J’enlève mon pantalon de velours, je suis entre ses jambes. J’allais la baiser quand elle demande que je lui lèche le con. Il y a longtemps qu’une femme bien élevée ne m’a demande de lui faire un câlin avec la bouche. Je vais tout à coté de ses poils, je sens, je renifle. Elle sent fort : j’aie son odeur. Ma bouche se pose sur ses lèvres, la langue lèche partout, elle remue pour que je lui prenne le petit bout de viande dans les lèvres. Je sens mon menton aller sur son ouverture, mon nez sur ses poils. J’ai envie de lui donner ma queue dans sa bouche. Trop tard, je le sens jouir. C’est une rapide. Je vais sur elle, j’entre directement dans le con béant. Ses jambes passent sur moi, je la baise, elle me baise. Je crache la semence dans elle, elle en fait autant avec son jus. Une vraie maîtresse d’un bourgeois.


Le texte s’arrête là. Nous sommes assez excités : ainsi notre aïeul avait des façons de faire l’amour proche des notres.

Françoise me demande de la baiser comme ça, comme le grand père. Elle est nue devant moi. Beau corps de femme. Maigre sans doute selon les canons de l’époque. Françoise me demande une seule chose très simple, la lui mettre au cul. Pourquoi pas pour la première fois au con ? Je ne sais. Elle est en levrette, elle ouvre ses fesses à deux mains. Je vois son petit trou : il est tentant. Je vais la lui mettre. Elle se ravise me demande de me mettre sur le dos. Elle vient sur moi pour s’enfiler la queue. Elle me fait face. Je comprends le pourquoi de la sodomie : elle se masturbe en me regardant.


Merci grand père.

Diffuse en direct !
Regarder son live