Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 26 391 fois
  • 84 J'aime
  • 7 Commentaires

Caro et ses jeunes

Chapitre 3

Séverine et moi

Inceste

Serge, comme après chaque soirée un peu arrosée, monte se coucher et s’endort comme une masse. Je prends une douche bien méritée pour me laver de toutes ces émotions et tout le sperme que je revois asperger la salade et celui de Paul dans ma chatte. J’imagine la tête de sa mère si elle l’avait vu me prendre en levrette et ça me fait plaisir. Je me surprends à me caresser en pensant à ces jeunes queues, mes doigts s’attardent sur mon clitoris et l’entrée de ma vulve, je mouille ! Vite je m’essuie, enfile un peignoir, Marc m’a bien fait comprendre qu’il était dans mon intérêt de le rejoindre. De toute façon il est trop tard pour reculer et au fond de moi j’ai envie d’aller plus loin !

Je jette un œil dans ma chambre, Serge ronfle, je ferme la porte et me dirige vers la chambre de mon fils. Sans faire de bruit je rentre, Marc est nu debout, de dos. Il n’y a aucune ambiguïté sur ses mouvements de hanches, il est en train de se faire sucer par Thomas, je m’approche et fait glisser mon peignoir.

Marc qui s’est aperçu de ma présence se retourne et là, nue devant lui je m’aperçois que ça n’est pas mon fils qui le suce mais c’est ma fille Séverine !

Elle est aussi étonnée que moi, à genoux nue, la bouche luisante de la bite Marc elle balbutie :

— Maman mais qu’est-ce que tu fais là ? Et à poil ….

— Je…

— Tu vois bien qu’elle veut la même chose que toi, elle veut de la queue ta mère et c’est pas la première fois ! dit Marc

— Mais c’est pas possible !

— Mais si ! Vous êtes une famille de salopes, allez toi approche ! répond-il en s’adressant à moi

Comme hypnotisée par la situation j’avance les yeux rivés sur ma fille qui vient de se relever. Je ne peux m’empêcher de me dire que je l’ai vraiment bien réussie : brune, un mètre soixante-cinq, des seins en pomme, une taille fine et des hanches bien pleines, le sexe rasé de près et un cul joliment rebondi.

J’arrive devant de Marc, elle se place à ses côtés me regardant de la tête aux pieds.

Marc la bite dans la main, me soupèse un sein avec l’autre.

— Tu vois, dit-il à Séverine, elle est chaude comme un fourneau, elle attend que ça ! touche-la tu vas bien voir !

La main de ma fille s’approche de mon sexe, je ne bouge pas quand ses doigts se font plus intrusifs, mieux j’écarte légèrement les cuisses pour faciliter leur passage dans ma chatte.

Après quelques allers-retours elle retire sa main.

— Tu as raison, elle est trempée ! fait Séverine, profites-en !

— Allez à genoux ma grosse, me dit Marc, le petit salaud m’insulte devant ma fille et j’obéis.

Mettant sa queue dans la main de Séve, il lui dit :

— Vas-y mets-la dans la bouche de ta mère !

Ma fille branle un peu la bite qui enfle de plus en plus et la passe sur mon visage, mes joues, mes lèvres. J’entrouvre la bouche, elle guide le sexe énorme à l’entrée, je l’avale et commence à sucer cette petite frappe devant ma fille !

— Allez suce-le cochonne, m’encourage-t-elle pendant que Marc lui caresse le cul.

— Tu vois, on t’avait dit que c’était une grosse salope, elle s’est même fait prendre par Paul tout à l’heure dans la cuisine, c’est pas vrai ?

— Oui, dis-je sortant la bite de ma bouche quelques instants !

— J’en reviens pas, le Paul boutonneux à fourré ma mère à deux pas de la sienne c’est vrai que tu aimes la queue, hein, t’es vraiment une salope !

— Allez les filles sur le lit maintenant, je vais vous faire reluire !

Je m’allonge sur le lit les cuisses écartées, je pense que ma fille va « s’installer » à mes côtés, mais non ! Elle se place sur moi et me caresse les nichons, leurs pointes s’érigent aussitôt, son visage se rapproche du mien, elle m’embrasse goulument et je réponds à son baiser avec ferveur.

— Je te fais de l’effet ! Tu es vraiment chaude, maman, tu es vraiment une belle pute !

Pendant qu’elle me dit ça, je sens le chibre de Marc qui me pénètre sans ménagement. Une belle aubaine pour lui : les chattes de la mère et la fille à remplir à tour de rôle, il ne prive pas, il passe d’une chatte à l’autre pendant que Séverine continue ses caresses, ses coups langues dans ma bouche. Je lui caresse les seins qu’elle frotte sur les miens et aspire sa langue dès qu’elle passe dans ma bouche.

Marc s’active dans nos antres puis s’arrête d’un coup :

— Je t’ai promis quelque chose, je vais te faire ce que je fais à ton fils, retourne- toi et lève ton cul !

Séve ne semble pas surprise, elle doit être au courant pour son frère, nous changeons de place, moi le cul en l’air et ma fille sous moi me tétant les nichons. Je sens la queue de Marc à l’entrée de mon petit trou, il se frotte contre ma vulve dégoulinante, me lubrifie le cul, plusieurs fois, puis il se met à pousser, il force l’entrée de mon cul !

Sa bite rentre dans moi, j’ai l’impression que mon cul va éclater ! Je pousse un cri ! Il s’arrête :

— Fais-la taire, elle va réveiller toute la maison, cette grosse vache !

— Je m’en occupe, répond Séve en me prenant la bouche avec sa langue

Marc, qui n’a pas débandé, commence ses va-et-vient, il me laboure l’arrière-train, c’est bon je vais jouir, la langue de ma fille s’entremêle avec la mienne, je n’ai plus envie de crier. Ma fille s’empare de mes seins et me trait comme une vache pendant que ce petit con de Marc me fait exploser le cul !

Soudain il s’arrête, je sens un jet de foutre chaud dans mes intestins, rapidement suivi d’autres !

Il me remplit pendant que Séverine continue à me traire, je jouis, je n’en peux plus quand il se retire, m’écroulant sur le lit.

Je sens le foutre qui commence à me sortir dans les fesses quand Marc me lance mon peignoir et me dit :

— Tu ferais mieux d’aller te laver avant d’inonder les moquettes ! On va te préparer des surprises pour les vacances, tu ne seras pas déçu !

— Tu as raison on devrait faire venir le vieux voisin qui se branle dès qu’il la voit bronzer dans le jardin, depuis le temps qu’il attend de la voir à poil ! répond ma fille

— Ouais et tu crois que Colette serait partante pour une tournante ?

— On va essayer, après tout Paul a déjà baisé ma mère alors pourquoi elle ne la baiserait pas non plus ?

En entendant ça j’enfile mon peignoir et redescends prendre une douche, le foutre de Marc me sort du cul. Ils ont raison je me suis faite baiser comme une grosse salope et j’ai aimé ça même si je ne leur ai pas dit, pour l’instant !

Diffuse en direct !
Regarder son live