Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 3 853 fois
  • 1 J'aime
  • 0 Commentaire

A la caserne !

Chapitre 1

Hétéro

Je suis pompier volontaire dans une petite ville de 8000 habitants. Mon histoire débuta un soir d’été lorsque j’étais seul à la caserne. J’étais en train de m’entraîner en vue des compétitions de pompiers dans notre région. Soudain, la fille du dépanneur près de chez moi et que je connais bien arriva seul devant la porte de l’autopompe. Elle était si belle et si sexy. Je ne l’avais pas vue encore dans ce genre de tenu car elle doit porter un costume de travail qui, mal heureusement, ne rendent pas les caissières très sexy...


Alors, elle arriva donc dans la porte et moi, seul à l’intérieur et qui était en pleine séance de ’push up’ avec mon bas de bunker (tenu de combat d’incendie : pantalon et manteau) et mon casque sur la tête, n’ai eu le choix que de me lever pour la saluer mais surtout, pour contempler ce que je voyais devant moi. Un petit gilet camisole bien serré blanc et une petite jupe ’frivole’ noir et assez courte. Elle avait de si belles jambes que j’avais bien de la misère à la regarder dans les yeux. Pourtant si vous aviez vu ses yeux... l’enfer...


Elle me demanda si elle pouvait visiter la caserne et les véhicules. Moi, le plus professionnellement possible, je lui dis : - bien sûre ! . Elle demeurait dans la ville depuis un peu plus de 4 ans mais elle ne l’avait jamais visité, pourtant elle s’avait que j’étais pompier depuis le début qu’on se connaissait car j’allais souvent au dépanneur en uniforme. Je commença par rentrer l’autopompe dans la caserne. Je lui fis faire le tour des véhicules et de la caserne. À chaque véhicule, elle voulait monter dans la cabine pour voir le ’feeling’ que s’étais à bord, mais moi s’étais le ’feeling’ de voir ses cuisses quand elle montait et descendait ! C’est même là que je me suis aperçu qu’elle ne portait pas de petite culotte. Elle c’est bien aperçue de la direction de mes yeux dans c’est moment là, elle continuait à faire le tour comme si rien n’était, même qu’elle prenait son temps pour monter dans les camions pour me laisser le temps de bien entrevoir et imaginer le tout.


Un coup le tour fait, elle me demanda si elle pouvait s’habiller en pompier et de porter un appareil respiratoire. Je la fis entrer dans l’unité d’urgence car nos habits si trouve ainsi que quelques appareils. J’ai commencé par enlever mes culottes de ’bunker’ pour lui faire mettre. J’étais en culottes courte à l’intérieur et mon excitation était bien évidante. Elle me lança : - C’est dur l’entraînement ! Je fondis de gêne et devenu la face rouge. Une bouffé de chaleur me passa dans le visage. Elle répliqua : - Je comprends, je me serais même poser des questions si... Je me calma un peu et j’ai commencé à lui expliquer et l’aider à mettre mon bunker. Elle dût s’assoire pour mettre les pantalons, c’est là que j’ai pu voir sa chatte bien dégagée, quel spectacle. Elle me dit : - Est-ce que vous répondez à toutes les alarmes de feu ? Je lui répondis oui, même les plus discrètes. Elle écarta les jambes encore plus. Je me senti confiant à partir de là.


Un coup qu’elle fût habiller en pompier, je lui dis : - Je ne s’avais pas que s’étais si sexy que ça une pompière. Elle me réplique aussitôt : - Attend de voir mon expérience avec le tuyau... C’est alors qu’elle commença à enlever mon bunker et rendu au pantalon, elle se rassoie et me demanda de bien vouloir l’aider à les retirer car c’est plus difficile à enlever que de les mettre. - Dis mon pompier, il y a une alarme générale juste ici... et elle écarta les jambes en remontant sa jupe. Je n’ai fais ni une ni l’autre et je commença à lui manger la chatte. J’attendais ça depuis le début. Elle avais une peau si douce. Elle commençait à pousser de petits cris. - Vite sa brûle, vite sa brûle, qu’elle disais. Elle eu un orgasme en peu de temps. Mais se ne fût pas long que je me retrouvais assis sur le comptoir des communications avec elle à genoux devant moi. Elle pris ma queue dans sa bouche et commença à ma sucer. Elle m’avait tellement excité depuis le début que je fût assez prime. Elle ne gaspilla aucune goutte.


Je l’ai amenée à l’autopompe, la fis monter dans la cabine. Mais la fis arrêter lorsqu’elle avait les fesses à la hauteur de mon visage. Elle se cambra aussi tôt. Je lui mangea la chatte encore une fois, question de m’exciter encore un peu. Elle monta à l’intérieur et elle remontât sa jupe. Je l’ai totalement déshabillé pour admirer son corps. Quel corps, je vous jure. Je la baisa comme un animal. Elle s’accrochait sur tout ce qu’elle pouvait dans la cabine.


Nous nous rhabillons après mon entraînement non prévu. Et nous sommes repartis ensemble jusque chez elle. Encore là, il y avait une autre alarme d’incendie !!! Comme j’aime le métier de pompier... j’ai dû répondre à l’appel... Le plus drôle, c’est qu’en plein va et vient, mon paget est parti et qu’il y avait vraiment un feu. Après l’intervention qui n’a durée que 1h30 (simple feu de cheminée), je suis retourné chez elle. J’ai dû prendre une douche mais elle ne voulait pas que je sois seul. Nous avons donc repris où nous en étions avant la vraie alarme d’incendie.


Depuis ce jour là, nous sommes ensemble et nous éteignons des feuxxx ensembles, soit chez moi, chez elle ou bien, a la caserne !!!

Diffuse en direct !
Regarder son live