Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 13 910 fois
  • 141 J'aime
  • 7 Commentaires

Catch nus; le 1er qui éjacule perd

Chapitre 1

Erotique

Catch nu : le premier qui éjacule perd ! L’enjeu ? La belle asiatique… ( en 2 parties)


Peter et moi ( John ) avions 18 ans et étions dans le même lycée ; pour faire court, je suis blond au visage mignon, poupon même, presque innocent; et lui, un beau brun ténébreux.

En dehors des cours, nous étions inscrits au Club de lutte Gréco-Romaine du Lycée, ce qui nous donnait l’occasion de nous défouler après les cours.


A l’époque, nos corps étaient musclés, bien proportionnés, avec de superbes abdominaux.


Malgré nos efforts cependant, nous étions encore, il faut bien l’admettre,…puceaux.

Ce n’était pourtant pas faute de profiter des moindres occasions, mais en dehors de petits flirts, ça n’avait jamais été plus loin.

Nous allions voir régulièrement les matchs de volley féminin auxquels participaient des filles de différentes classes, c’est- à dire entre 16 et 19 ans, et qui étaient toutes plus canons les unes que les autres.


La plus âgée, Arielle, 20 ans, asiatique, était redoublante, très sexy et très…délurée. Elle n’avait pas froid aux yeux avec les garçons ce qui lui avait donné une réputation de fille facile au-delà même du lycée.

Là aussi, pour faire court, disons qu’elle était tout bonnement "canon" ! Un corps de rêve et un visage et un cerveau de belle garce !


Finalement, à force de persévérance, Arielle me proposa un rancart puis un autre puis une sortie au ciné.

J’étais tout émoustillé devant une telle créature du diable, toujours dans des tenues moulantes à souhait, mais c’était elle qui menait le jeu et j’attendais son bon vouloir pour …concrétiser. Cela faisait déjà une semaine qu’elle était toute gentille à mon égard mais la garce jouait avec moi et me laissait à chaque séparation au comble de l’excitation sans jamais pouvoir conclure ni même la toucher.

Je n’en pouvais plus ; j’avais gardé le secret de ce début de liaison et n’en avais même pas parlé à Peter jusqu’à ce jour ou, au détour d’un couloir du lycée, j’eu le choc de trouver Arielle enlacée dans les bras d’un garçon qui n’était autre que… Peter !


Je commençais à faire une esclandre lorsque cette garce m’appris – nous appris ! – qu’elle flirtait effectivement avec nous deux en même temps et sans que nous le sachions !


Peter et moi étions plutôt fâchés de nous découvrir cocus, mais celle-ci, sur un air désinvolte, déclara qu’elle ne supportait pas nos enfantillages et n’en garderait qu’un…à qui elle promettait une nuit de rêve dont elle nous disait qu’on s’en souviendrait toute notre vie...

Arielle proposa alors de nous départager par un match de lutte Gréco-romaine, …selon ses règles qu’elle ne voulait pas nous expliquer sur le moment…


Peter et moi rêvions de passer à l’acte avec cette splendide beauté ; l’occasion était trop belle et avait le mérite d’être claire sur la finalité. Après une ( très rapide ) concertation, nous acceptions le principe.


Elle nous donna rendez-vous au gymnase un soir de semaine, très tard, à une heure ou l’on est sûr de ne pas être dérangé.


Les soir venu, Peter et moi arrivons en même temps avec nos affaires. Le gymnase est éteint à l’exception d’un coin illuminé par plusieurs spots très puissants, comme l’éclairage d’une scène. Arielle nous attend à côté d’un grand Tatami recouvert d’une fine bâche en plastique. Elle porte une mini jupe en jean et un chemiser blanc assez large et des sandales.


Elle nous demande d’aller d’abord nous doucher et nous changer mais avec les vêtements ….qu’elle nous a apportés.

Il s’agit de culottes taillées dans des joggings dont l’élastique a été remplacé par un petit cordon dont le nœud est extérieur dans le dos…

Les culottes semblent trop large et coupées très court.

Nous commençons à protester et à nous poser des questions, mais comme c’est à prendre ou à laisser et que Peter comme moi ne pensons qu’à la nuit de rêve que nous allons passer ensuite, on s’image que cette vicieuse veut en avoir pour son argent et se rincer un peu l’œil en même temps que le match désignera un vainqueur.

Après une rapide douche, nous enfilons les shorts qui nous arrivent au raz des fesses mais qui, en plus, sont particulièrement larges aux niveaux des cuisses ce qui laissent de belles entrebâillures aux entrejambes…quand au nœud dans le dos, il est particulièrement vulnérable…


Lorsque nous retournons dans le gymnase, Arielle semble satisfaite de nos tenues mais qu’elle n’est pas notre surprise de découvrir une bonne dizaine de filles assises autour du tatami ! Toutes habillées en blouses de travail qu’elles mettent pour les cours de chimie.


« J’espère qu’un peu de public, féminin de surcroît, ne vous dérange pas ? » et elle ajoute : « Les filles n’ont jamais vu de lutteurs et elles sont très enthousiastes à la vue de beaux athlètes comme vous…elles vont vous encourager autant que vous nous encouragez pour nos matchs de Volley »

C’est à ce moment que je réalise que c’est l’équipe féminine de Volley au grand complet.


Effectivement....Peter et moi allions les…encourager à presque tous les matchs …mais nous sommes plus attirés par leur plastiques que par leur jeu je dois dire. Et elles le savent car nos…sifflets bien appuyés en disaient long sur nos arrières pensées !

Et Arielle ajoute : « Et comme on sait pourquoi vous venez assister à nos matchs, nous vous avons réservé une surprise… » et sur ces mots, les filles enlèvent leur blouses et se retrouvent en …maillot de bain !

« Comme ça vous vous sentirez …moins déshabillé »


Ce match entre Peter et moi ressemble maintenant à une belle revanche des filles, avec Arielle en maîtresse de séance.


Nous sommes tétanisés et ne pouvons articuler un mot. Nous devons être tout rouges.


Mais le pire est largement devant nous...


« Je vais maintenant vous expliquer les règles du combat » « Il y aura 5 rounds qui iront…crescendo ; le vainqueur doit remporter 3 rounds au moins»


« Je vous dévoilerai les 5 épreuves au fur et à mesure….. ; la première épreuve consiste à…arracher le short de son adversaire et à me la remettre; en d’autre terme, le perdant du 1er round sera donc celui qui finira… NU ! »


Je ne suis pas sûr d’avoir bien entendu et reste bouche bée. Une fois l’information bien imprimée, je refuse net lorsque Arielle, avec ses yeux de chatte, me demande donc si je déclare forfait ; ce qui signifie la victoire facile et immédiate de Peter pour cette nuit de débauche tant attendue.

Peter sourit et elle me fait tourner la tête dans sa tenue sexy ; je me ravise illico, d’autant plus que je me sens confiant et incapable d’imaginer perdre et de me retrouver tout nu devant toutes ces filles alors que je ne me suis jamais mis nu devant une seule !

J’imagine même pas la Honte !


« Pour les spectatrices, je rappellerai les règles de la lutte, à savoir : pas de coup de pied, de genoux, coude, poing ou tête, pas de morsure, pincement, griffure ou de tirage de cheveux…ou autre pilosité. Et pas d’étranglement ; et pour notre lutte très ’’spéciale’’ de ce soir, il est interdit aux lutteurs de…remonter leur short s’ils venaient à…glisser ; dès que le short atteint les genoux, c’est perdu !»


Et elle ajoute :


« Afin de mettre un peu de piment et vous encourager, sachez qu’à chaque fin de chaque round,…j’enlèverai…un vêtement »


Nous la regardons avec des yeux gourmands, comprenant alors que nous sommes tombés dans un plan très chaud comme jamais nous n’aurions pu l’imaginer. Je frissonne.


« Et pour vous mettre encore plus à l’aise et qu’il n’y ait pas de jaloux, lorsque j’enlèverai mon SG , alors toutes les filles devront faire de même….et, oui,…. aussi pour la culotte»

Les filles sourient en regardant notre réaction du coin de l’œil…puis se mettent en cercle autour de nous, assises sur leurs talons, tandis qu’Arielle se tient debout comme un arbitre.


« Messieurs ! Quand vous voulez ! »


Nous sommes tellement intimidés et impressionnés que nous sommes tout rouges et incapable de bouger.


Puis, nous nous mettons en position. Les réflexes et notre expérience de lutteurs prennent alors rapidement le dessus.


Sauf que, lorsque nous empoignons nos mains pour entamer une épreuve de force en se repoussant l’un

l’autre avec un premier genou à terre, je réalise qu’il me faut en libérer une si je veux attraper son short….


Nous basculons sur le tapis. Là, Peter désengage brusquement ses mains des miennes et avant que je ne réagisse, il me prend la tête en ciseau avec ses grosses cuisses musclées sous les cris d’encouragement des filles qui ne perdent pas une miette du spectacle, d’autant que mon visage se retrouve coincé dans son entrejambe…avec mon nez à la hauteur de son sexe à pêne recouvert par ce short flottant.


Et alors que je me débats et utilise mes mains pour desserrer son étau musclé, lui se retrouve avec ses deux mains de libre et en profite immédiatement pour défaire le petit cordon à l’arrière de mon short !


Réalisant subitement ma vulnérabilité, et ne voulant pas lui laisser l’avantage, j’abandonne provisoirement mon effort et passe également une main derrière son dos pour faire de même. Avec succès.


C’est en essayant de me stopper qu’il fait un mouvement qui libère légèrement son ciseau et dont je profite pour m’échapper.


Nous nous retrouvons à face à face, debout sur nos genoux près à une nouvelle empoignade, sauf que nos shorts commencent à glisser de nos hanches…..


Deux solutions, le tenir d’une main ou écarter les jambes afin de stopper sa décente….


Afin de conserver ma puissance, j’opte pour la deuxième solution et me jette sur lui…..il tombe en arrière, les genoux pliés sous lui-même, poitrine contre poitrine, cuisses contre cuisses et…sexe contre sexe !

Je réalise alors combien le mince tissu de nos shorts est mince. Je ressens parfaitement la position et la forme de sa bite sur la mienne. Il me fixe dans les yeux et je comprends qu’il ressent la même chose.

Mais malgré ces sensations, je suis trop concentré sur l’issue du duel. Et puis, si un contact féminin déclencherait sans nul une réaction, je n’imagine pas que ce soit possible avec un mec !


Les filles apprécient décidément le spectacle et manifestent leur joie bruyamment.


J’essaye de garder l’avantage en me stabilisant sur lui en écartant mes jambes au maximum afin qu’il ne puisse pas me retourner….

Ce sont les rires et commentaires salaces de plusieurs filles qui me font réaliser combien mon short est court, un peu descendu et donc …bien entrebâillé, laissant probablement voir une bonne partie de mon intimité, en particulier…mes couilles !


Mortifié de honte, je regroupe mes jambes au plus vite. Grave erreur.

Peter n’en demandait pas temps et en un éclair, il m’éjecte ; je tombe sur le côté et il se jette sur moi, me plaquant sur le ventre.

Il se met à califourchon sur mon dos, me tire les bras en arrière de toutes ses forces, obligeant pour buste à se soulever du tapis, accentuant encore l’effort jusqu’à me faire cambrer le dos dans un arc de cercle impressionnant.


Les filles apprécient et applaudissent la prise. Puis il se lève, bloque ses pieds sur l’intérieur de mes genoux et continue à me tirer en arrière pour soulever tout mon corps arc bouté…jusqu’à ce que je me retrouve sur les genoux, les bras tirés en arrière, la poitrine gonflé et du fait de cette position verticale, le short descendant à nouveau. Les filles hystériques, se regroupent face à moi !


C’est la panique.


Le salaud me tient. Je commence à me débattre et à tirer sur mes bras, à pivoter mon buste, mais plus je me débats, plus mon short glisse vers le bas !! la raie de mes fesses est visible maintenant et sur le devant…..ma toison pubienne commence à se dévoiler sous les cris d’excitation des filles qui tressautent comme des folles.

Bien qu’à l’état de repos, la légère protubérance de ma verge stoppe presque la descente ; je ne bouge plus ! Je sais que le moindre mouvement me serait fatal.

Les filles regroupées face à moi sont au summum de l’excitation et hurlent à Peter de me foutre à poil !

Ce dernier , ce salaud ( ! ), non content de me maîtriser, commence alors à me secouer comme un prunier.

Et en un clin d’œil , mon short saute l’obstacle et tombe à mes genoux, me laissant nu comme un vers devant ce parterre de gamines folles et criardes !


Mais fier de sa victoire, au lieu de me relâcher, Peter me plante un de ses genoux dans les fesses et toujours avec mes bras en arrière, pousse sur son genou pour me cambrer à l’extrême et faire ainsi ressortir en avant mon sexe au maximum, afin de l’exposer comme un cadeau au public féminin ravis !


Je ferme les yeux de honte. Peter me relâche, je tombe sur le coté.


Arielle félicite alors le vainqueur et comme promis, s’apprête à enlever un de ces vêtements….

Alors que tout le monde s’attend à ce qu’elle enlève son chemisier qu’elle commence à déboutonner jusqu’en bas, cette garce passa ses mains à l’intérieur, derrière son dos et dégrafe son soutien-gorge qu’elle jette au loin dans un geste de strip-teaseuse professionnelle.

Les filles s’offusquent ( pour le principe ) car elles ne s’attendaient pas à devoir faire de même aussi tôt !


Peter exulte. Je regarde la scène avec attention et surtout soulagement de voir que moi et mon sexe ne sommes plus, momentanément l’objet de tous les regards.


Les filles s’exécutent pour notre plus grand bonheur et se retrouvent les poitrines à l’air ; elles sont toutes plus rondes et fermes que les autres ; un régal étourdissant ! Mon sexe tressaute et gonfle...


Puis, Arielle annonce les règles du deuxième round et demande d’abord à Peter de retirer lui aussi son short….

Peter ne s’attendait pas à cette suite et rougit immédiatement ! Inversement, je me sens soudainement moins seul.


Il s’exécute dans un geste rapide mais les filles ne manquent rien et fixent dorénavant leurs yeux sur sa bite molle toute nue.


Arielle continue : « Maintenant, je vais vous montrer la position de perdant du 2ème round »

Elle demande à deux filles de se mettre au milieu. L’une d’elle joue la perdante et s’allonge sur le dos, les bras et jambes écartés en X, puis la deuxième se positionne par-dessus, face à la première, dans la même position, lui tenant les poignets et passant ses jambes à l’intérieur de la perdante afin de lui maintenir les jambes bien écartées….


Leurs seins s’écrasent mutuellement ! C’est incroyablement érotique et leurs petits slips, dans une position aussi ouverte, cachent à peine leur fente écartelée ! Mes yeux fixent leurs chattes rebondies sous le mince tissu.


Je sens un violent soubresaut de mon sexe qui continue de gonfler en forme de banane...

La bite de Peter tressaille aussi et augmente de volume!


« Bien compris ? Oui, je crois...." dit-elle en regardant nos sexes grossir d’un sourire moqueur. "Alors …à vous Messieurs ! »


J’imagine cette position entre Peter et moi. Sexe contre sexe et complètement nus !


« Ah, j’oubliais….les filles ont chacune un vaporisateur avec de l’huile de massage. Elles vont vous en pulvériser tout au long de ce round et aussi les prochains…l’idée est d’éviter des frictions sur votre peau ; car cela rendra vos prises plus glissantes et le combat plus lent et moins brutal et vos corps seront brillants comme ceux des gladiateurs. Ce sera plus agréable pour tout le monde…vous verrez » dit-elle avec un sourire d’asiatique vicieuse !


« Et dernière précision, nous avons dessiné un cercle sur le sol; si, par aventure, une partie de votre corps venait à dépasser, les filles auront le droit….d’y toucher… »


Je ne suis pas sûr d’avoir bien compris la signification de sa dernière phrase, mais il est trop tard pour reculer.


Je n’ai pas droit de perdre ce nouveau round.


Nous nous empoignons à nouveau, mais cette fois nous sommes complètement nus devant toutes ces filles excitées et je dois dire que nos bites légèrement gonflées qui se dandinent obscènement suscitent des commentaires des plus vicieux de la part du public féminin; ce qui ne contribuent à les faire dégonfler !


Alors que nous roulons au sol pour arriver à prendre le dessus, les filles s’acharnent à nous pulvériser de l’huile sur nos corps qui deviennent tout glissant, en particulier pour nos prises ; très vite, nous avons du mal à tenir debout et même sur nos genoux qui partent de tous les cotés.


Peter semble avoir plus de mal que moi à s’habituer à ce nouveau ’’style’’ de lutte hyper glissante car j’arrive enfin à l’immobiliser sur le dos en me mettant à califourchon sur son ventre et en lui tenant les avant bras cloué au sol. Je ne sais pas si c’est le fait d’avoir le buste de quelqu’un entre les jambes qui presse sur mes couilles, mais je sens un réel commencement d’érection incontrôlable !

A moins que ce ne soit la vue de toutes ces filles torses nus, ou encore celle d’Arielle, debout, son chemisier grand ouvert couvrant à peine ses seins dressés et gigotant sous le fin chemisier.

Peter est d’ailleurs aux premières loges dans cette position, puisque mon sexe lui fait face à quelques centimètres de son visage ! Cela déclenche des cries d’hystérie chez les filles et de nouveau un sentiment de gêne immense de ma part.


Je n’ai alors qu’une envie: en finir au plus vite et essayer de plaquer Peter en croix. Tout en maintenant les bras de Peter au sol, je m’allonge sur lui et passe mes jambes à l’intérieur des siennes.

Mais lorsque nos corps se retrouvent parfaitement calqués l’un sur l’autre, mon sexe glisse en plein sur le siens ! Nous nous fixons droit dans les yeux avec des regards d’effroi tandis que les filles se contorsionnent pour essayer de voir nos queues s’écraser l’une sur l’autre !

Peter se débat de toutes ses forces ce qui provoque des sensations incroyables sur ma bite qui au lieu de revenir sous contrôle, se met à bander complètement !

Le pire, c’est que Peter ne semble pas réagir et je sens sa verge qui reste à peine gonflée alors que la mienne s’est transformée en énorme saucisse roulant sur celle de Peter au gré de nos mouvements, l’huile accentuant l’effet ’’massage’’.


Mon esprit a beau essayer de faire le vide afin de ramener ma bite à son état normal, les sensations ressenties par mon corps prennent désormais le dessus et ma grosse queue n’en fait qu’à sa tête pour ma plus grande honte!

Comment le contact avec un homme peut déclencher en moi une telle érection ?


Pour le moment, les filles ne voient rien de nos verges pressées entre nos abdominaux, si ce n’est par derrière où nos couilles se chevauchent, se malaxent et s’écrasent pour leur plus grand plaisir.


Je suis sur le point de maîtriser Peter, le forçant à écarter bras et jambes en croix jusqu’à la position finale. Il se rebelle, mais je m’agrippe à son corps musclé nu et huilé. Nous sommes face à face en croix, les filles postées derrière nous, leurs regards posés sur la raie de nos fesses grandes ouvertes et sur nos couilles enlacées... Peter grogne. Je halète mais mon effort paye.


Arielle me déclare vainqueur. Je dois me relever... Mon sexe bande ferme et dur alors que celui de Peter reste flasque ; comment fait-il ? Toute le honte va se concentrer sur moi de nouveau.


Je relâche mon emprise, Peter se dégage ; nous nous relevons ensemble…


A la vue de mon sexe hyper bandé, les filles, surprises, sautent comme des puces et hurlent de joie et d’excitation.

Des cris et de nouvelles remarques salaces fusent de partout. Je suis crucifié de honte et tente maladroitement de cacher mon énorme sexe avec mes mains se qui fait éclater de rire toute l’assistance féminine.


Arielle interrompt cette liesse en annonçant la suite de son strip-tease….


Là encore, au lieu d’enlever son chemisier déjà déboutonné ou sa jupe, la garce enlève…son slip.

Ce qui reste encore confortable pour elle, mais pour les filles, c’était le moment de vérité.


Mais elles s’exécutent sans rechigner et même pour certaines avec un plaisir non dissimulé...


Toutes les filles sont maintenant nues comme des vers ; comme nous.


Où que je me tourne, je ne vois que des seins ou fesses gigotant dans tous les sens.


Je ne risque pas de débander de sitôt.


« Maintenant, pour ce 3ème round, je vais vous montrer la position finale »


Je m’attends au pire !


Deux filles au hasard s’avancent dans le centre du cercle ; la première s’allonge sur le sol comme tout à l’heure, également en croix, mais la variante est pour la deuxième ( la perdante en fait ) qui s’allonge sur la première, mais face au plafond, prisonnière de celle d’en dessous, bras et jambes écartées comme pour le 2ème round.


Inutile de décrire l’obscénité de la pose de ces deux filles désormais complètement nues, jambes écartées, leurs chattes superposées et vulves grandes ouvertes sous nos yeux brillants et surexcités !


Peter commence enfin à bander plus sérieusement ce qui n’échappe à personne et suscite des cris d’admiration des adolescentes.


Quand à moi, mon braquenard vise carrément le plafond !


Les deux filles libèrent le Tatami et Arielle lance le top de départ.


Pour la 3ème fois, nous nous empoignons, l’esprit confiant de ma victoire précédente....../......

Diffuse en direct !
Regarder son live