Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 27 340 fois
  • 62 J'aime
  • 13 Commentaires

Cathy

Chapitre 1

Trash

Mon téléphone fixe sonne :

– Allo, Cathy ?

– Oui.

– C’est Jeff !

– Que me veux-tu, Jeff ?

– Rien, si ce n’est pour prendre des nouvelles.

– Merci ; je vais bien. Et toi ?

– Oui, ça va. Tu te souviens du bon temps ?

– Pour vous, le bon temps ; pour moi, ce fut un cauchemar.


On sonne à la porte.

Ma fille, Céline, me dit : « Ne bouge pas ; je vais ouvrir. »

Mais, à peine la porte est-elle ouverte que cinq Blacks et Jeff entrent dans l’appartement.

L’un des Blacks bâillonne ma fille pour lui éviter de crier.

Ils se dirigent vers moi.

– Alors, ma salope, surprise ? Tu sais, on ne t’oublie pas…

– Non : vous sortez de chez moi ou bien j’appelle la police.


Pour toute réponse je reçois une gifle.

Ma fille essaie de se débattre, mais en vain : ils sont deux à la maintenir.

Un Black se met derrière moi, et il me bloque les mains dans le dos, tandis qu’un autre devant moi me passe un collier avec une laisse, puis me bâillonne.

Je vois ma fille qui pleure.

Le Black devant moi met les mains sur le col de mon chemisier et, d’un coup, tire dessus et le déchire ; puis il fait de même avec le soutif : il prend un couteau, coupe les bretelles, coupe entre les bonnets puis il le jette.

Pour le bas, je suis en pantacourt. Il passe ses mains sur le haut du vêtement, et il tire dessus pour l’ouvrir ; les boutons sautent. Il le descend, ainsi que ma culotte.

J’essaie moi aussi de me débattre, mais impossible : ils sont trop forts pour que je puisse leur résister.

Il me retire mon pantacourt ; je suis presque nue : il ne me reste que mon chemisier déchiré.

Ma fille, elle, se retrouve avec les mains attachées dans le dos et aussi un bâillon sur la bouche. Elle me regarde, horrifiée par le spectacle.


Pendant ce temps, les Blacks se sont mis nus. L’un d’eux me force à me mettre à genoux. J’essaie encore une fois de résister – au moins pour l’honneur – mais, là encore, je reçois une gifle. On appuie sur mes épaules et je me retrouve à genoux ; un sexe me force la bouche. On me pince le nez pour me forcer à ouvrir la bouche, ce que je fais après quelques secondes, manquant d’air. Le sexe s’enfonce pratiquement de moitié dans ma bouche ; le Black met ses mains dans mes cheveux, et il commence à faire des va-et-vient dans ma bouche. Maintenant, son sexe y entre presque en totalité.

Un autre Black me passe sa main entre les cuisses et...

– La salope… Elle mouille ! C’est bon ça : on va pouvoir la défoncer par tous les trous !

C’est vrai : plus ils sont brutes, et plus j’aime ça.

Le Black que je suce se met à genoux, ce qui m’oblige à me mettre en levrette ; un autre Black se positionne derrière moi et me prend d’un seul coup.



Ma fille, toujours en larmes, se trouve aux prise avec trois Blacks ; ils lui caressent le visage, les seins, les cuisses… Il faut dire qu’elle porte une jupe pas trop courte et un pull.

Un des Blacks lui écarte les jambes, tandis qu’un autre lui soulève son pull ; elle essaie de se débattre mais, seule contre trois hommes, elle ne peut rien faire. L’un d’eux sort un couteau et coupe le pull en deux, en commençant par le bas. Son soutif se retrouve en lambeaux, tout comme le mien. Sa jupe est remontée ; quant à son string, il est arraché.

Elle se débat comme une tigresse mais, pour toute réponse comme pour moi, ce sont des gifles qui tombent.

Avec ses mains toujours retenues dans le dos, elle est forcée de se mettre à genoux. Elle offre moins de résistance que moi ; tout comme moi, elle est vaincue par le nombre.

On lui pince aussi le nez pour la forcer à ouvrir la bouche ; quelques secondes suffisent pour qu’un sexe lui viole la bouche.


De mon côté, un Black s’est allongé sur le sol ; on me force à m’empaler dessus tout en suçant.

Une fois le sexe enfoncé dans ma chatte, un Black m’écarte les fesses et commence à me prendre le cul.

Des souvenirs me reviennent ; je me laisse aller, et je me donne même du plaisir à me faire violer par trois gros sexes…


Quant à ma fille, on vient de lui détacher les mains ; mais, comme pour moi, on lui passe un collier avec une laisse.

– Allez, les putes, nous dis Jeff ; on bouge son cul, on donne du plaisir !


Le dernier Black se positionne derrière ma fille ; il frotte sa verge entre ses cuisses.

– Ah, la salope ! Elle aussi, elle mouille. Telle mère, telle fille !

Et d’un coup, il s’enfonce dans le sexe de ma fille qui, tout à coup change d’attitude : elle place ses mains sur les fesses de l’homme qu’elle suce pour mieux s’enfoncer le pieu dans la bouche. Maintenant, c’est elle qui fait des va-et-vient avec sa bouche.

– Quelle salope…Encore plus pute que sa propre mère ! Là, je vous dis qu’on est sur un bon coup ! dit le Black. Allez, sale pute, montre à ta mère comment une salope comme toi aime se faire défoncer la chatte et la bouche en même temps ! Montre à ta salope de mère !


En entendant ces mots, ma fille – que je ne la reconnais plus – s’excite sur cette queue qu’elle a en bouche, et pousse de violents coups de reins pour mieux enfoncer l’autre queue dans sa chatte. Ma fille est une salope…

Le Black qui est sous moi se retire et va rejoindre ma fille ; il se glisse sous elle, qui est toujours prise dans la bouche et la chatte. Le Black essaie de lui faire une double pénétration dans le sexe… Là, je vois bien qu’elle a mal : ses doigts s’enfoncent dans les fesses du Black qu’elle suce, puis elle se relâche. Le second sexe disparaît dans son sexe béant.


– Regarde, Cathy : ta salope de fille te donne des leçons ; après, ce sera ton tour de subir une double pénétration !


Ma fille est devenue une véritable furie : prise par trois sexes, elle donne des coups de reins pour encore mieux se faire défoncer comme une pute… Le Black qu’elle suce se raidit et se vide dans sa bouche ; là encore, ma fille me surprend : elle avale tout. Des filets de bave et de sperme coulent de sa bouche. Le Black se retire.


– Eh bien, ma salope, c’est la première fois que l’on me suce aussi bien ; tu vas bosser pour nous, dans la cité.

– Oui, oui, je veux bien ; mais j’en veux encore et encore… Défoncez-moi par tous les trous ! Je veux devenir votre chienne, votre salope et aussi votre soumise !

– Tu vas avoir tout ce que tu veux, petite pute ! Mais, maintenant, en plus des deux queues dans ton sexe, tu vas en recevoir une autre dans ton cul…

– Oui, vite, vite… Défonce-moi le cul ! Et je veux que vous défonciez ma pute de mère comme moi ; je veux voir comment elle est salope ! Vite, vite…


Je me suis mise à penser que ma fille était vraiment une sale pute.

Le Black que je suçais se retire et passe derrière moi ; comme vient de le demander ma fille, il essaie de se loger dans ma chatte déjà prise par un autre sexe ; c’est trop douloureux, et je me mets à crier. Heureusement, il y a de la musique pour masquer mes cris.

Puis ma fille me dit : « Laisse-toi aller : tu vas aimer en prendre deux d’un coup ! »

Le deuxième Black me tire par les hanches et s’enfonce dans mon sexe ; je sens maintenant les deux queues qui me labourent le vagin.

– Tu vois, ma salope – me dit ma fille – tu vas aimer tout comme moi : on va être leurs putes !


En cadence, les quatre Blacks se vident dans nos sexes ; ce liquide chaud, quel plaisir… Puis ils se retirent ; ils nous font mettre côte à côte et nous sodomisent l’une après l’autre. Dès qu’ils se retirent de nos culs, les Blacks se présentent à nos bouche pour être sucés.

Six sodomies et six pipes aussi à la suite les unes des autres…


Pour la suite, c’est une autre histoire ; bisous à tous !

Votre pute, Cathy.

Diffuse en direct !
Regarder son live