Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 57 784 fois
  • 129 J'aime
  • 2 Commentaires

cecilia ma belle mere

Chapitre 1

Hétéro

Fan de ce site, je me décide enfin à partager l’aventure qui m’est arrivée voila 6 mois maintenant. Je me prénomme pascal, j’ai 26 ans, je suis brun, 1m85, yeux brun, un corps assez musclé que j’entretiens en salle le plus souvent possible. Je suis marié depuis 1 an avec une délicieuse femme que j’aime plus que tout qui se nomme Angela. Elle est italienne, notre couple fonctionne à merveille et elle n’a jamais su pour cette aventure qui fut unique et inoubliable.


En effet y a 6 mois j’ai eu une relation avec ma belle mère, c’est une femme qui m’a plu dès la première rencontre, j’ai fait sa connaissance 1 an avant le mariage, pour la première présentation et surtout pour la demande officiel en mariage aux parents d’Angela. Ma belle mère s’appelle Cecilia, elle aussi italienne, et son mari Alberto italien aussi.

Cecilia à 46 ans, c’est une italienne dans toute sa splendeur, 1m75, cheveux noir, yeux bleus, un corps magnifique pour son âge, de longues jambes, une paire de fesses bien rondes, un ventre fin et une paire de seins à tomber, un bon 90C et un regard de braise. Son mari est plus âgé qu’elle, il a 55 ans.


Mon aventure c’est déroulé au mois de juillet 2010, j’habite Cannes et ce jour là le soleil tapait, il faisait très chaud, c’était un samedi après midi tranquille, je m’occupais de la maison avec quelques travaux d’entretien, Angela était partie sur Paris pour raison professionnelle pendant 1 semaine, je l’avais amené à la gare le matin même. J’étais dans le jardin quand on sonna à la porte. J’allais ouvrir, et là surprise, c’était Cecilia devant la porte avec une valise.


« Bonjours belle maman, que faites vous ici ? », mes beaux parents habitent à 70 km de chez nous.

« Bonjours pascal, je me suis disputer avec Alberto et je ne savais pas ou aller alors je suis venue voir ma fille »

« Ca tombe mal, elle est partie ce matin pour Paris, mais entrez »


Elle entra dans le salon, posa sa valise, et s’excusa de me déranger, elle ne savait pas, mais qu’elle ne voulait pas me gêner et qu’elle ira à l’hôtel. Je lui dis qu’il était hors de question, sa fille ne me pardonnerait pas de la jeter dehors et qu’elle pouvait rester le temps que tout s’arrange. Mes beaux parents avaient le sang chaud et s’engrumelaient assez souvent.

Je lui propose de se mettre sur la terrasse et de m’expliquer ce qui se passe, en allant vers la terrasse, je l’observais sur toutes les couture, elle portait une belle robe d’été de couleur jaune, mettant en valeur son corps mat. Je lui proposai un verre et lui demandai ce qu’il se passait encore. Elle m’expliqua qu’elle n’en pouvait plus, qu’elle en avait marre de toutes ces disputes, de la différence d’âge de son mari, de son coté possessif, et qu’ils n’avaient plus les mêmes envies. Je lui expliquais que c’était un passage et qu’il fallait faire avec: ça s’arrangera. Je lui dis qu’elle pouvait dormir ici, faire comme chez elle, pas de problème. Elle alla mettre ses affaires dans la chambre d’amis, et fit une petite sieste, la route et les émotions l’avait fatiguée.


Vers 18h00, je la réveillai, elle me dit qu’elle allait prendre une douche, moi j’en profitais pour aller nous préparer un petit repas léger dont j’ai le secret. Au bout de 30mn elle descendit me rejoindre et passons à table. Nous mangeons, et buvons quelques verres pour se changer les idées, je m’étais donner pour mission de la faire sourire. Nous regardions la télé, un film comique, la soirée se passait bien et Cecilia retrouvait petit à petit son sourire qui me fait tant craquer. Vers 23h00, me sentant fatigué, je fis les bises à Cecilia et allais me coucher, je fermais la porte et me couchais comme à mon habitude nu dans mon lit. J’entendis quelques instants après Cecilia monter également rejoindre sa chambre. Je m’endormis, quand soudain j’entendis toquer à ma porte. Un peu dans les vapes, je dis d’entrer, et je vis Cecilia dans un petit ensemble de nuit en satin violet, top et shorty. Elle me dit qu’elle n’arrivait pas à dormir et me demandait si ça me gênait de parler un peu, elle en ressentait le besoin. J’étais plutôt gêné et pas vraiment réveillé mais si elle le souhaitait, et faut dire que sa tenue me motivait pas mal aussi. Elle entra dans la chambre et vient s’installer à mes cotés sur le lit. Moi j’étais nu sous la couette, ma belle mère à mes cotés, une situation à laquelle je n’avais même jamais songé. Et la voir dans cette tenue, mon sexe commençait à vibrer légèrement. Je pouvais voir l’échancrure de sa belle poitrine. Elle commença à parler de ses vrais soucis avec son mari, je n’avais jamais eu une discussion aussi intime avec ma belle mère, elle me confia qu’elle voulait encore s’amuser, sortir, voir du monde, danser, alors qu’Alberto devenait casanier, et n’aimait plus sortir. Je pouvais le comprendre vu son âge, mais Cecilia commençait à ne plus du tout accepter cette différence d’âge. Elle me dit alors qu’Angela avait beaucoup de chance d’avoir un mari comme moi, je suis beau, jeune, musclé, je fais à manger, je l’aide au quotidien, tout l’inverse de son mari. J’étais de plus en plus gêné. Soudain, elle me dit qu’elle avait un peu froid et me demanda si elle pouvait se mettre sous la couette, ce qu’elle fit. Là je ne savais plus comment réagir, si elle bougeait, elle verrait ma tenue et que malgré mes désirs pour elle, c’était la mère de ma femme. Elle me demanda alors si elle pouvait me poser une question indiscrète, je lui répondis qu’elle pouvait toujours poser la question, on verra.


« Angela et toi vous faites souvent l’amour »

« Heu, oui environ 3 à 4 fois par semaine »

« Elle en a de la chance, tu vois moi je suis une femme, j’ai des envie comme tout le monde, mais Alberto lui n’en a plus beaucoup pour moi. D’ailleurs se con, il arrive même plus à bander dur »

J’étais sous le choc de ses révélations, et excité en même temps.

« Angela ne doit pas s’ennuyer avec un beau gaillard comme toi »

« Heu, merci, franchement je comprend pas votre mari, avec une belle femme comme vous, il devrait toujours vous désirer »


Elle s’approcha de moi et me fit une bise sur la joue. Je sentais son parfum m’enivrer, elle posa sa main sur mon torse et passa ses ongles dessus. Ce geste m’électrifia. Puis sa bouche, se déplaça de ma joue vers ma bouche, elle m’embrassa, je restais stoïque, ne sachant pas quoi faire, car je sentais que ça dérapait. Tout en griffant légèrement mon torse, sa main glissa lentement vers mon ventre et passa sous la couette. Elle trouva mon sexe qui commençait à prendre de la vigueur. Elle saisit mon sexe de sa main, et commença à lui prodiguer quelques caresses. Elle me dit alors:


« ça fait 3 mois que Alberto ne m’a pas fait l’amour, et là je sens quelque chose d’intéressant »


Elle prit la couette et la fit valser, je vois mon sexe entre ses doigts, elle le saisit de sa main et commence à me masturber lentement, décalottant par moment mon gland. Mon sexe prit très vite de l’ampleur, faut dire que je suis assez gâté par la nature, mon sexe faisant 20cm et est assez gros.


« Et bien dis donc, je comprends qu’Angela ne s’ennuie pas avec ça, Alberto lui a une petite bite à coté de toi »


Tout en disant ça, elle accéléra le rythme de la masturbation, sa bouche rejoignit mon tétons et elle commença à le lécher avec sa langue. Elle l’embrassait, puis elle embrassait mon ventre, et elle continuait son petit baiser tout en descendant vers mon sexe. Puis soudain, elle prit mon gland en bouche. Je sentais mon sexe dans cette bouche chaude et accueillante. Elle commença à me sucer, une fellation divine, elle savait y faire. Moi je lui caressais ses cheveux et appréciait chaque instant. Elle me suçait et me branlait en même temps, elle passait sa langue sur toute la longueur de mon sexe, puis repassait par mon gland. Après quelques instants de ce magnifique supplice, elle revint vers moi et me roula une pelle. Puis elle passa sur moi, j’étais allonger entre ses jambes, elle me regardait de haut, son regard brûlant me donnait que plus d’envie. Elle retira son top me dévoilant sa magnifique poitrine, que je saisis de mes mains, je la malaxais avec envie, jouais avec ses tétons déjà bien dressés. Je les roulais entre mes doigts, puis la fis descendre pour prendre ses seins à pleine bouche. Elle dégageait une telle sensualité. Je passais ma langue sur ses bouts durs, sur toute sa poitrine. En se penchant vers moi, ses fesses avaient reculé et maintenant mon sexe bien droit et dur les frottais, je le sentais glisser sur ce shorty en satin, je sentais sa raie frotter, la sensation était juste inoubliable. De sa main elle écarta le shorty, elle leva un peu ses fesses et je sentais mon sexe frotter le sien. Sa chatte était humide et à priori bien poilu. Je glissais en elle sans aucuns soucis tellement elle mouillait. Je la pénétrais, sa chatte était chaude et bien étroite, lui donnant des coups de reins, son corps collé au mien, sa poitrine frottait contre la mienne. Cette situation était divine. Cecilia ne mis pas très longtemps à avoir son premier orgasme. Je l’allongeais sur le lit et me mis entre ses jambes pour commencer à la lécher, j’adore cette pratique, je lui relevais les jambes et fourrais ma langue dans sa chatte. Je jouais avec son clito, elle adorait, son mari ne lui faisait jamais ça, c’était assez classique avec lui à priori.


Puis je présentai mon sexe à l’entrée de sa chatte, je le frottais dessus et la pénétrais à nouveau, j’allais et venais changeant régulièrement de rythme. Je rentrais, sortais. Après quelques allers retours, je saisis mon sexe et le passais sur sa chatte, le frottais, et j’en profitais pour le frotter sur son anus. Je le présentais à l’entrée de son cul qui était juste divin, elle me regarda et me dit non pas ça je ne l’ai jamais fait. Mais je décidais de ne pas faire attention à ses mots, et entrais doucement dans son anus. Elle poussa un petit cri, mais une fois à l’intérieur je commençais à accélérer. Ses cris de plaisir qu’elle eut soudain décupla mon envie. Je la pénétrais avec envie et force. Elle eut à ce moment là sa deuxième jouissance de la nuit. J’avais ses jambes sur mes épaules et je l’enculais, puis j’alternais entre son cul et sa chatte, quel délice. Après plusieurs minutes de cette intense pénétration, je sentais ma jouissance venir, je sortis et vins me placer au dessus d’elle. Je me branlais au dessus de sa poitrine en profitant de passer mon gland sur ses tétons. Je jouis assez rapidement, mon sperme s’étala sur sa poitrine et quelques jets sur son visage. On s’embrassa avec fougue, puis on s’allongea l’un à coté de l’autre et dormirent.


Le lendemain matin au réveil nous avons refait l’amour, elle prit sa douche et partit en me remerciant d’un langoureux et long baiser. Nous n’avons jamais parlé de cette aventure à qui que se soit, et nous n’en avons même pas reparlé tous les deux.


Aujourd’hui, elle est toujours avec Alberto, et tous le monde est heureux

Diffuse en direct !
Regarder son live